Pourquoi la visite du Pape en Irak est-elle importante ?

Le pape François conclut une visite historique en Irak sans incident 
El Papa Francisco se inclina para despedirse de sus anfitriones antes de embarcar en su avión Airbus A330 de Alitalia en Bagdad, en la capital iraquí, el 8 de marzo de 2021

AFP/ AHMAD AL-RUBAYE  -   Le pape François fait ses adieux à ses hôtes avant de monter à bord de son Airbus A330 d'Alitalia à Bagdad, dans la capitale irakienne, le 8 mars 2021

Le pape François a dit au revoir à l'Irak aujourd'hui, après une visite de trois jours, avec une messe devant 10.000 personnes à Erbil, la capitale du Kurdistan, après quoi il a appelé à l'unité "pour un avenir de paix" dans le pays. 

"L'Irak restera toujours avec moi, dans mon cœur. Je vous demande à tous, chers frères et sœurs, de travailler ensemble dans l'unité pour un avenir de paix et de prospérité qui ne discrimine et ne laisse personne derrière", a-t-il déclaré dans son message final, qui a été interrompu à plusieurs reprises par les applaudissements de la foule.

L'Irak est un pays à la croisée des chemins. Près de deux décennies après la guerre de 2003, le pays reste pris dans un piège de fragilité, confronté à une instabilité politique croissante, à des troubles sociaux de plus en plus importants, à un fractionnement religieux et à une violence sectaire. En raison de la mauvaise gouvernance et de la corruption généralisée, aggravées par la pandémie COVID-19, l'économie irakienne est dans une situation désespérée. En outre, la région autonome du Kurdistan irakien, qui abrite la minorité kurde de 5 millions de personnes et possède un tiers des réserves pétrolières totales de l'Irak, se bat ouvertement pour l'indépendance.

El Papa Francisco bendiciendo a la gente mientras llega en el vehículo papamóvil al estadio Franso Hariri en Arbil, en la capital de la región autónoma del Kurdistán iraquí del norte AFP PHOTO / HO / VATICAN MEDIA
AFP PHOTO / HO / VATICAN MEDIA-Le pape François bénissant les gens alors qu'il arrive dans la popemobile au stade Franso Hariri à Arbil, dans la capitale de la région autonome du nord du Kurdistan irakien.

Mais en choisissant de voyager face aux risques, dans un pays connu principalement pour ses cicatrices de guerre et de souffrance, le pape argentin a une fois de plus réuni certains des ingrédients qui, des années auparavant, avaient fait de sa papauté une bouffée d'air frais pour le monde chrétien. Ce voyage intervient à un moment où d'autres personnalités mondiales se tiennent à l'écart, dans le but d'aider à reconstruire un pays où des décennies d'efforts ont échoué. Son voyage est un signe d'encouragement pour une nation qui tente de se remettre du chaos d'une invasion menée par les États-Unis et de la brutalité de Daech. 

C'est sur cette toile de fond que s'est déroulé le voyage apostolique de François : son premier voyage à l'étranger après une interruption de 15 mois due à la pandémie, et le premier voyage d'un pape en Irak. Où de grands espoirs ont été investis dans cette visite, avec l'espoir général qu'elle marquera un tournant dans la pacification et la reconstruction nationales. Cependant, beaucoup semblent se méprendre sur ce que Francis peut, et a l'intention, de réaliser. 

La priorité du pape sera de veiller à ce que la présence chrétienne en Irak se poursuive et se rétablisse, afin que l'Église reste un acteur reconnu dans les affaires irakiennes. Francis veut s'imposer comme un interlocuteur politique privilégié du gouvernement et des chefs religieux irakiens. Le pontife jésuite vise également à positionner stratégiquement le Saint-Siège comme un acteur majeur dans le "grand jeu" très fréquenté du Moyen-Orient.

El Papa Francisco mostrando un antiguo manuscrito sirio por el arzobispo sirio católico de Mosul Youhanna Boutros Moshe en la iglesia siria católica de la Inmaculada Concepción, en la ciudad predominantemente cristiana de Qaraqosh a unos 30 kilómetros del norte de Mosul en Irak AFP PHOTO / HO / VATICAN MEDIA
AFP PHOTO / HO / VATICAN MEDIA -Le pape François montrant un ancien manuscrit syriaque de l'archevêque catholique syriaque de Mossoul Youhanna Boutros Moshe à l'église catholique syriaque de l'Immaculée Conception dans la ville majoritairement chrétienne de Qaraqosh, à environ 30 kilomètres au nord de Mossoul en Irak.

Les préoccupations constantes en matière de sécurité dans un pays ravagé par des années de guerre et de conflit n'ont pas non plus suffi à dissuader le pape François de tenir sa promesse de visiter l'une des plus anciennes communautés chrétiennes du monde.

Une telle visite a été le rêve de plusieurs papes. Jean-Paul II avait prévu de s'y rendre en 2000, mais le voyage a été annulé en raison de la montée des tensions dans la région. Benoît XVI a également été invité, mais n'a pas pu y aller à cause de la guerre.

Certains responsables de l'église pensent que la foi chrétienne est en danger de disparaître d'Irak. Ses rangs s'amenuisent depuis des années, pour atteindre environ un tiers des 1,5 million de personnes qui y vivaient pendant les dernières années du règne de Saddam Hussein.

L'Irak a accueilli cette visite comme une occasion de montrer sa stabilité relative après des années de guerre et de conflit sectaire. Mais elle s'inscrit dans un contexte d'attaques à la roquette continues par les milices soutenues par l'Iran contre des cibles américaines en Irak, dont un assaut mercredi. Elle vient s'ajouter à la présence persistante de l'État islamique deux ans après que le groupe terroriste ait perdu le dernier territoire qu'il contrôlait.

Principales eventos y lugares de la histórica visita del Papa Francisco a Irak, del 5 al 8 de marzo AFP/AFP
AFP/AFP-Principaux événements et lieux de la visite historique du pape François en Irak, du 5 au 8 mars

Comment la rhétorique du pape sur la "fraternité" pourrait-elle modifier la réalité brutale des chrétiens du pays, dont la population a diminué de 1,3 million à 200 000 personnes depuis l'invasion menée par les États-Unis ? La visite finira-t-elle par légitimer une classe politique qui n'a pas su défendre les chrétiens contre la discrimination et la persécution djihadiste ?

Le Président irakien Barham Saleh a déclaré lundi, alors qu'il faisait ses adieux au pape François à son départ de Bagdad, que sa visite était un message de solidarité avec le pays arabe et sa présence "un signe de paix et d'amour" qui "restera immortel dans le cœur des Irakiens".

"Sa présence réconfortante était un signe de paix et d'amour qui restera immortel dans le cœur de tous les secteurs de la population, qui aspirent à la sécurité et à la paix", a déclaré M. Saleh dans un message sur son compte Twitter, accompagné d'une photo de lui apercevant le pontife dans les escaliers de l'avion à l'aéroport de Bagdad.

Même l'archevêque d'Erbil a déclaré sans ambages que le premier voyage papal en Irak "n'allait pas aider les chrétiens, ni matériellement ni directement, parce que nous sommes vraiment dans un système politique et économique très corrompu. Il n'y a aucun doute à ce sujet. Le pape François entendra de belles paroles..... Mais en ce qui concerne les affaires courantes, non, je ne pense pas que l'histoire va beaucoup changer".

D'autre part, Davide Bernocchi, un représentant irakien de Catholic Relief Services, a déclaré à The Interpreter qu'alors que la lutte contre l'État islamique s'est affaiblie, une catastrophe humanitaire persiste, avec plus d'un million de personnes toujours déplacées. La chute des prix du pétrole a épuisé les caisses du gouvernement. Et le coronavirus n'a fait qu'amplifier les problèmes économiques écrasants.

Encuentro entre el Papa Francisco, a la derecha, y el líder musulmán chiíta Gran Ayatolá Ali al-Sistan en Nayaf, Irak, el sábado 6 de marzo de 2021 PHOTO/AP
PHOTO/AP-Rencontre entre le pape François, à droite, et le leader musulman chiite Grand Ayatollah Ali al-Sistan à Najaf, en Irak, le samedi 6 mars 2021.

"La crainte est que ce pays soit oublié" de l'extérieur, a déclaré M. Bernocchi. "Parce que Daech n'est plus ce défi militaire. L'arrivée du pape ici est un grand signe de respect, bien sûr, de la part du chef de l'Église catholique, mais aussi d'une personnalité mondiale qui attire l'attention du monde sur ce pays pendant quelques jours. C'est l'occasion pour ce pays de sentir qu'ils n'ont pas été oubliés".

Pourtant, le pape se rend en Irak non seulement pour faire amende honorable, mais surtout pour continuer à bâtir sur le grand dessein doctrinal et géopolitique de son pontificat. Les voyages apostoliques sont un instrument clé permettant aux papes d'unir la diplomatie publique et classique en mobilisant les masses catholiques et en attirant des individus et des élites non catholiques, puis en transformant la cinétique sociale en influence politique, tant au niveau national qu'international. C'est pourquoi les voyages papaux ont un grand impact sur la dynamique politique des pays et la géopolitique des régions où ils ont lieu.

 En même temps, chaque voyage papal est destiné à servir de scène pour envoyer des messages non seulement à la nation hôte, mais aussi à toute l'humanité. Accueillir la visite du pape signifie que le monde entier sera attentif, car pendant le séjour du pape, une nation est au centre de l'attention dans la sphère médiatique et le discours politique mondial. En conséquence, les dirigeants politiques et religieux du pays hôte se voient offrir une occasion unique d'acquérir une légitimité et une validation en rencontrant le pape, et même de revendiquer un héritage en tant qu'artisans de la paix.

Souvent, les voyages papaux précipitent des tournants historiques, comme dans le cas de la réconciliation nationale au Mozambique après la visite de Francis en 2019, ou stimulent des mouvements majeurs de politique étrangère comme la restauration des relations entre La Havane et Washington peu avant le voyage de Francis à Cuba et aux États-Unis en 2015.

Papa Francisco hablando con Abdullah Kurdi, padre de Alan, el niño sirio que fue noticia mundial cuando su cuerpo ahogado apareció en una playa de Turquía en 2015 AFP PHOTO / HO / VATICAN MEDIA
AFP PHOTO / HO / VATICAN MEDIA-Le pape François s'adresse à Abdullah Kurdi, père d'Alan, le jeune Syrien qui a fait la une de l'actualité mondiale lorsque son corps noyé a échoué sur une plage turque en 2015

Avec cette messe, le pape a conclu son voyage en Irak, où il a tenu des réunions historiques, comme la rencontre avec le grand ayatollah Ali al-Sistani, la plus haute autorité religieuse des chiites, la visite à Ur des Chaldéens, où la tradition indique que le prophète Abraham est né, et avec Abdullak Kurdu, père du petit garçon retrouvé noyé sur une plage turque et devenu le symbole du drame des réfugiés, après la messe qu'il a célébrée à Erbil dans le stade Franso Hiriri lors de sa visite en Irak.

L'analyste du Moyen-Orient Hayder al-Khoei a déclaré au Guardian : "Les militants ne se soucient peut-être pas beaucoup de l'opinion publique internationale, mais ils se rendent compte que l'écrasante majorité des Irakiens, y compris les principaux partis politiques et groupes religieux islamistes chiites, se réjouissent de cette visite. Ils aiment se présenter comme des défenseurs de la foi et du pays, mais sur cette question, ils sont clairement désynchronisés".

En fait, la visite du pape a peut-être déjà aidé les minorités du pays. La semaine dernière, le parlement irakien a finalement adopté un projet de loi très attendu offrant des réparations aux Yazidis, aux chrétiens et aux autres survivants de l'enlèvement de Daech. On soupçonne largement que la visite du pape a été à l'origine de l'adoption de la nouvelle loi.

D'autres effets sont moins immédiats. Le travail de reconstruction des communautés chrétiennes et de reconstruction littérale des églises démolies prendra, au mieux, de nombreuses années. Mais la visite de Francis, en affirmant la présence des chrétiens d'Irak en cette période précaire pour le Moyen-Orient, aidera les fidèles à persévérer. En bref, pour des pays fragiles et marqués par les conflits comme l'Irak aujourd'hui, une visite papale peut être un événement transformateur.