Pourquoi le milliardaire Elon Musk est-il le champion du monde de 2020 ?

Il a mis près de 850 satellites en orbite, ses fusées spatiales sont recyclables et il a mis fin au monopole des Russes sur l'envoi d'astronautes dans l'espace
L'année 2020 a été pleine de triomphes pour Elon Musk. Sa capsule habitée Dragon 2 redonne à l'Amérique sa dignité perdue, ses fusées prouvent sans cesse qu'elles sont réutilisables, et il a placé 833 satellites en orbite

PHOTO/AP-EFE  -   L'année 2020 a été pleine de triomphes pour Elon Musk. Sa capsule habitée Dragon 2 redonne à l'Amérique sa dignité perdue, ses fusées prouvent sans cesse qu'elles sont réutilisables, et il a placé 833 satellites en orbite

Entreprenant, polyvalent, visionnaire et l'une des plus grandes fortunes du monde, le milliardaire américain Elon Musk a réalisé de tels exploits dans le secteur spatial au cours des douze derniers mois qu'il doit être considéré comme le champion du monde incontesté de 2020.

Deux des entreprises technologiques qu'il parraine et dirige ont remporté les plus grandes victoires dans une sphère industrielle pleine de risques de toutes sortes. Mais il les a surpassés et pas moins de 833 satellites de communication de 260 kilos chacun ont réussi à se mettre en orbite au cours de l'année qui vient de s'écouler, ce qui n'avait même pas été tenté en près de 65 ans d'histoire des vols dans l'espace.

Elon Musk y est parvenu grâce à 14 lancements triomphants de son lanceur à bas prix Falcon 9. Avec un prix de marché d'environ 30 millions de dollars - bien en dessous de ce qui est payé pour une fusée européenne Ariane 5 -, l'homme qui incarne le concept de New Space a démontré qu'il est non seulement capable de fabriquer les fusées les moins chères du monde mais aussi qu'elles bénéficient d'un taux de fiabilité très élevé, avec très peu d'échecs. 

Descenso a tierra de la etapa principal de un lanzador Falcón 9. Una vez consumido el combustible de propulsión, un sistema automático lo devuelve al suelo. Retrocohetes y cuatro patines flexibles garantizan un aterrizaje seguro
PHOTO/SpaceX - Mise à la terre de l'étage principal d'un lanceur Falcon 9. Une fois le carburant de propulsion consommé, un système automatique le renvoie au sol. Des fusées rétro et quatre patins flexibles garantissent un atterrissage en toute sécurité

Mais pourquoi Musk a-t-il besoin d'autant de satellites ? L'entrepreneur le plus riche du monde, avec une fortune estimée à plus de 200 milliards de dollars, selon la récente liste de Bloomberg, a consacré une part importante de son argent au déploiement de la méga constellation Starlink dans l'espace. Son objectif est d'offrir un accès Internet à haut débit à bas prix dans tous les coins du monde, y compris au pôle Nord et au pôle Sud. Actuellement, le réseau est évalué aux États-Unis, où des vitesses de téléchargement de 120 Mbps en aval et de 12 Mbps en amont sont atteintes, avec une latence de 37 millisecondes, soit des taux de connexion plus qu'acceptables.

Le réseau devrait avoir le chiffre astronomique d'environ 12 000 satellites, qui envelopperont la surface de la terre à une altitude de 550 kilomètres. De février 2018 à aujourd'hui, 953 lancements ont été effectués, dont un peu moins de 900 sont en service. Chaque Falcon 9 place entre 57 et 60 satellites dans l'espace, ce qui oblige Elon Musk à accélérer son programme de lancement s'il veut que l'architecture soit achevée d'ici la fin 2027.

Envidiado y admirado, Elon Musk mantiene una estrecha relación con los presidentes de Estados Unidos, tanto con Donald Trump como con Barak Obama. En la imagen, durante una visita a la rampa de despegue del lanzador Falcón 9 en Cabo Cañaveral, en abril de 2010
PHOTO/Bill Ingalls - NASA - Envié et admiré, Elon Musk a une relation étroite avec les présidents des États-Unis, Donald Trump et Barak Obama. Sur l'image, lors d'une visite de la rampe de lancement du lanceur Falcon 9 au Cap Canaveral, en avril 2010
Fusées à tirer et à réutiliser

À 49 ans, Elon Musk a également dépassé une autre exigence : l'achèvement de la capsule spatiale habitée Dragon 2, dont le vol inaugural de démonstration avec les astronautes Bob Behnken et Doug Hurley s'est envolé pour la Station spatiale internationale fin mai et est revenu début août. À la mi-novembre, un Dragon 2 a regagné le complexe orbital, mais cette fois avec quatre astronautes, les Américains Victor Glover, Mike Hopkins, Shannon Walker et le Japonais Soichi Noguchi, qui resteront là-haut jusqu'au printemps, sauf incident.

L'importance des deux missions habitées représente un énorme triomphe, qui provient de la technologie développée par les hommes et les femmes d'Elon Musk. Grâce à Dragon 2, l'Agence spatiale américaine (NASA) va mettre de côté les capsules russes Soyouz utilisées exclusivement depuis le retrait du service de la dernière navette spatiale de la NASA il y a neuf ans. Depuis l'atterrissage d'Atlantis en juillet 2011, les vaisseaux spatiaux Soyouz sont les seuls à pouvoir transporter des passagers vers le complexe spatial et les ramener, 

Mais Dragon 2 accumule une autre caractéristique louable. Il a devancé la puissante société Boeing, un super géant industriel ayant des intérêts majeurs dans l'aéronautique, la défense et l'espace, qui n'a pas encore prouvé que sa capsule spatiale CST-100 Starliner est également capable de transporter des astronautes vers la station orbitale et de les ramener sur Terre. Le long retard dans son achèvement et les deux graves accidents de l'avion de ligne Boeing 737 Max ont coûté la vie au PDG de Boeing, Dennis Muilenburg, qui a été licencié en décembre 2019 après avoir dirigé la société depuis 2015. 

La compañía SpaceX de Elon Musk ha concebido, desarrollado y fabricado dos modelos semejantes de cápsulas espaciales bautizadas Dragón. Una tripulada (Dragón 2), de mucha mayor dimensión que las naves del programa Apolo, y otra de carga, para transportar suministros
PHOTO/NASA - La société SpaceX d'Elon Musk a conçu, développé et fabriqué deux modèles similaires de capsules spatiales appelées Dragon. Un navire avec un équipage (Dragon 2), beaucoup plus grand que les navires Apollo, et un cargo, pour le transport des fournitures

Les mérites de Musk pour avoir été considéré comme le grand entrepreneur de 2020 ne s'arrêtent pas à Starlink et Dragon 2. Il a réalisé ce qu'aucune agence spatiale n'a jamais fait : rendre recyclables des véhicules spatiaux non habités produits en masse. Malgré les échecs initiaux, sa ténacité et celle de son équipe d'ingénieurs ont permis aux étages de propulsion de la plupart de ses fusées de revenir sur Terre de manière autonome, d'atterrir automatiquement sur une plate-forme terrestre ou navale et d'être réutilisées, une fois, deux fois, trois, quatre fois et plus pour différentes missions spatiales.

C'est un exploit qui n'a jamais été réalisé à grande échelle auparavant, et qui permet de réaliser des économies importantes. Il faut savoir que les étages de propulsion qui propulsent les fusées à lancement vertical dans l'espace, une fois que le combustible solide ou liquide qu'elles contiennent a été consommé, tombent sur le sol ou sur la mer. Bien qu'ils soient récupérés, ils ne sont pas réutilisés, car les dommages qu'ils ont subis les rendent impropres au recyclage et à la réutilisation. Cependant, Elon Musk a déjà réalisé cela d'innombrables fois. Jusqu'à sept fois avec l'étage central de propulsion d'un de ses lanceurs Falcon 9. 

La NASA puede enviar hasta siete astronautas a la Estación Espacial Internacional en una sola cápsula tripulada Dragón 2. Quienes aparecen en la imagen ya están en el complejo orbital y allí permanecerán hasta la primavera
PHOTO/SpaceX - La NASA peut envoyer jusqu'à sept astronautes à la Station spatiale internationale dans une seule capsule habitée Dragon 2. Ceux qui sont photographiés sont déjà dans le complexe orbital et y resteront jusqu'au printemps
La Chine est-elle plus performante que les États-Unis ou les États-Unis sont-ils plus performants que la Chine ?

Qu'est devenu le duel entre les États-Unis et la Chine pour la première place du classement mondial des lancements spatiaux ? En une année marquée par la pandémie COVID-19, on compte 114 lancements orbitaux au niveau mondial, soit une douzaine de plus qu'en 2019, le même nombre qu'en 2018 et la troisième fois que le nombre dépasse la centaine au cours des 20 dernières années. 

La question de savoir qui est le vainqueur entre Washington et Pékin est très débattue, en fonction des critères utilisés pour effectuer les calculs. Si l'on ne prend en compte que les lancements depuis le territoire chinois ou américain, Pékin, avec 39 fusées envoyées dans l'espace (dont quatre ont échoué), devient pour la troisième année consécutive la nation qui a tiré le plus. Le deuxième poste serait occupé par Washington, avec 37 missions.

La mega constelación Starlink pretende brindar Internet de banda ancha y bajo precio en todos los rincones del mundo. La red contará con 12.000 satélites colocados a 550 kilómetros de altura, incluso sobre los Polos. Hoy, con 953 ya desplegados, ofrece velocidades de bajada de 120 Mbps y de 12 Mbps de subida
PHOTO/Starlink - La méga constellation Starlink a pour objectif d'apporter l'Internet à large bande à bas prix dans tous les coins du monde. Le réseau comptera 12 000 satellites placés à une altitude de 550 kilomètres, y compris au-dessus des Polonais. Aujourd'hui, avec 953 exemplaires déjà déployés, elle offre des vitesses de téléchargement de 120 Mbps en aval et de 12 Mbps en amont

En revanche, si l'on applique le critère de la nationalité, les États-Unis ont délogé la Chine de la première position, avec un total de 44 missions spatiales, dont quatre ont échoué. C'est le résultat de l'ajout aux 37 lancements effectués à partir de ses bases en Amérique du Nord de sept autres à partir de la Nouvelle-Zélande, où la société américaine Rocket Lab possède une base spatiale pour ses fusées Electron.

Sur le plan scientifique, l'année qui s'achève a vu un nouvel éveil de l'intérêt pour Mars de la part des principales agences spatiales. Au cours de l'été, la mission Al-Amal des Émirats a décollé, suivie de la mission chinoise Tianwen-1 et de la mission américaine Mars 2020 avec le véhicule tout-terrain Perseverance de la NASA, toutes ces missions étant désormais très proches de la planète rouge. 

La China de Xi Jinping ha realizado 39 lanzamientos al espacio mientras que Trump ha disparado 37 desde su territorio. Visto así, Pekín ocupa el primer lugar por tercer año consecutivo. Pero ascienden a 44 si se cuentan los siete norteamericanos efectuados desde Nueva Zelanda, con lo que Washington desbanca a Pekín del podio
PHOTO/REUTERS - La Chine de Xi Jinping a effectué 39 lancements dans l'espace tandis que Trump en a tiré 37 depuis son territoire. Dans ce contexte, Pékin occupe la première place pour la troisième année consécutive. Mais cela va jusqu'à 44 si l'on compte les sept lancements américains depuis la Nouvelle-Zélande, ce qui place Pékin hors du podium.

On s'est également intéressé au rapprochement d'échantillons d'autres corps célestes de la Terre, pour les étudier plus en profondeur et en détail dans des laboratoires dotés d'équipements scientifiques de pointe. La sonde lunaire chinoise Chang'e 5 a connu un énorme succès et, à la fin de l'année, elle a ramené sur Terre 1,5 kilo de sol lunaire. Il en a été de même pour le Japonais Hayabusa 2, qui a atterri avec un peu moins de 6 grammes de terre provenant de l'astéroïde Ryugu. La sonde OSIRIS-REx de la NASA, qui a déjà recueilli des échantillons de l'astéroïde Bennu, doit revenir.