PUBLICIDAD

Iberdrola

Poutine certifie l'annexion des territoires ukrainiens occupés et appelle au cessez-le-feu avec Kiev

Le président russe invoque le droit à l'autodétermination des Nations unies pour justifier la plus grande annexion territoriale depuis la Seconde Guerre mondiale
Vladímir Putin

PHOTO  -   El presidente ruso Vladímir Putin proclama la anexión de los territorios ucranianos ocupados y pide un alto el fuego a Kiev

Poutine a choisi la salle Saint-Georges du Kremlin, cadre somptueux réservé aux grandes cérémonies, pour proclamer l'annexion des quatre régions ukrainiennes occupées de Kherson, Zaporiyia, Donetsk et Lougansk. Il l'a fait après la publication des résultats des référendums illégaux, qui ne présentaient aucune garantie et étaient considérés comme une "farce" par la communauté internationale, et après avoir signé le décret reconnaissant l'indépendance de Kherson et de Zaporiyia. 

"Le peuple [des quatre régions ukrainiennes occupées] a pris une décision, et c'est une décision finale", a déclaré Poutine aux hauts gradés du régime. Le président russe s'est fait attendre, apparaissant après 15h00 heure locale (14h00 GMT). Des centaines de membres de l'élite politique, religieuse et militaire de Moscou ont attendu en silence. Les ministres de la Défense et des Affaires étrangères Sergey Shoigu et Sergey Lavrov, le dirigeant tchétchène Ramzan Kadyrov et l'oligarque Yevgeny Prigozhin, propriétaire déclaré du groupe Wagner. 

"Ce sont maintenant quatre nouveaux sujets de la Fédération de Russie", a proclamé Poutine, faisant référence aux républiques populaires autoproclamées de Lougansk et de Donetsk, dont il a reconnu l'indépendance quelques heures avant le début de l'invasion de l'Ukraine, mais faisant également allusion aux régions de Kherson, première ville ukrainienne à tomber aux mains des Russes, et de Zaporiyia, qui abrite la plus grande centrale nucléaire d'Europe. Aucune des deux zones n'est entièrement sous son contrôle.

Vladímir Putin
PHOTO  -   El presidente ruso Vladímir Putin posa con los líderes de Jersón, Zaporiyia, Donetsk y Lugansk

Le chef du Kremlin a sorti son arsenal habituel de révisionnisme historique et de dénigrement de l'Ukraine et de l'Occident, et a mêlé belligérance et émotivité en se souvenant des soldats tombés lors de l'invasion, notamment de la douzaine de généraux tués par les forces ukrainiennes. Il a demandé une minute de silence pour eux. Selon les derniers chiffres de l'OTAN, le nombre de victimes du côté russe est passé à 45 000. 

Avec les drapeaux des républiques fictives de Donetsk et de Lougansk, ainsi que ceux de Kherson, Zaporiyia dans le dos, Poutine a de nouveau défié ses ennemis : " Je veux qu'ils l'entendent en Ukraine et aussi en Occident : je veux que les habitants de Lougansk, Donetsk, Zaporiyia et Kherson deviennent nos citoyens pour toujours "

Il a de nouveau invoqué le droit à l'autodétermination prévu par la Charte des Nations unies pour justifier l'annexion, la plus grosse depuis la Seconde Guerre mondiale. L'argument est toutefois intenable, comme l'a déclaré le secrétaire général des Nations unies, António Guterres : "Les prétendus référendums ukrainiens ont été organisés sous l'occupation russe et ne peuvent donc pas être considérés comme l'expression authentique de la volonté du peuple". 

La grande surprise du discours n'était pas l'annonce de l'annexion, mais la demande expresse au gouvernement de Kiev de proclamer un cessez-le-feu. "Asseyez-vous à la table des négociations, mais la volonté des quatre nouvelles républiques ne sera pas inversée et la Russie ne les trahira pas", a-t-il déclaré. Une paix momentanée en échange de la suppression de quelque 15 % du territoire ukrainien, telle est l'offre de Poutine, qui promet la reconstruction et le développement des quatre régions.

Après une série de diatribes contre le bloc occidental, le président russe a profité de l'occasion pour blâmer "les Anglo-Saxons" pour le récent sabotage des gazoducs Nord Stream 1 et 2 en mer Baltique. "Nous assistons peut-être à son discours le plus anti-occidental", estime l'analyste Manuel Fernández Illera en conversation avec Atalayar. "Encore plus que lors de son discours du 24 février". 

A la fin de son discours, Poutine a convoqué les dirigeants, marionnettes placées par Moscou, qui seront théoriquement en charge des nouvelles régions de Kherson et de Zaporiyia, ainsi que les dirigeants déjà réguliers de Lougansk et de Donetsk, Denis Pushilin et Leonid Pasechnik. Les quatre ont signé les documents décrétant leur intégration dans la Fédération de Russie et se sont donné la main dans un symbole d'unité voulu.

"D'une part, un accord de paix est plus éloigné que jamais. L'annexion implique un refus d'abandonner ces territoires, et les Ukrainiens - qui ont l'initiative sur la ligne de front - ne les abandonneront pas à moins d'être totalement vaincus. Mais d'un autre côté, il faudra que les choses changent beaucoup sur le front militaire pour que la Russie ne puisse plus forcer l'Ukraine à reconnaître l'annexion ou un cessez-le-feu, mais d'abord stopper l'avancée ukrainienne et ensuite lancer sa propre offensive", déclare Fernández lllera.