PUBLICIDAD

Iberdrola

Poutine et Erdoğan minimisent leurs différences à Sotchi

Le président russe reçoit le dirigeant turc moins de trois semaines après leur dernière rencontre pour approfondir leurs relations bilatérales
Erdogan Putin

PHOTO/RUSSIAN PRESIDENCY   -   Le président russe Vladimir Poutine reçoit le dirigeant turc Recep Tayyip Erdoğan dans sa résidence à Sotchi

Poutine et Erdoğan se sont rencontrés à nouveau. Dix-sept jours seulement après leur dernière rencontre à Téhéran, où ils ont également eu l'occasion de discuter seuls et en compagnie des ayatollahs, le président russe a reçu le dirigeant turc dans sa résidence d'été, dans le célèbre palais situé sur les rives de la mer Noire. Avec un large éventail de sujets et de questions à résoudre sur la table, la conversation a tourné autour de l'approfondissement de la coopération bilatérale en matière de commerce et d'énergie, mais n'a pas ignoré le scénario géopolitique convulsif qui s'est produit à la suite de l'invasion de l'Ukraine par la Russie. 

Erdoğan est devenu la dernière balle dans la chambre. Le dirigeant turc est le maillon faible de la chaîne de l'OTAN capable de parler à Poutine, de le persuader d'éteindre le foyer de guerre. Bien que motivé par ses propres intérêts, qui n'ont parfois rien à voir avec ceux de l'orbite occidentale, Erdoğan a obtenu ce qu'il voulait : s'ériger en principal médiateur entre Kiev et Moscou. Un médiateur qui, avec l'appui des Nations unies, conclut des accords importants comme celui de débloquer les ports ukrainiens afin de reprendre les exportations de céréales. 

Sur le plan extérieur, le président turc a réussi un coup diplomatique après des mois de négociations ardues, marquées par la méfiance des Ukrainiens envers les méthodes sournoises du Kremlin. Sur le plan intérieur, il avait besoin du pacte pour atténuer la profonde crise économique que traverse la Turquie, avec une livre en chute libre et une inflation galopante. Tout cela face à un Erdoğan qui s'entête à maintenir sa politique monétaire de baisse des taux d'intérêt contre les recommandations des experts. Mais il est conscient que, face à une Russie affaiblie par l'invasion et ses conséquences, il peut obtenir davantage de concessions.

De son côté, Poutine cherche à trouver de nouveaux moyens de maintenir à flot l'économie russe, qui a été soumise à un isolement occidental sévère. Bien que les indicateurs économiques ne reflètent pas encore l'ampleur des dégâts causés, selon les analystes, et bien que la Russie ait tenté de canaliser les flux commerciaux par le biais de pays comme la Chine et l'Inde, les sanctions ont sapé la capacité du tissu industriel russe. Le Kremlin élabore actuellement différentes stratégies pour contourner les restrictions imposées par Washington et Bruxelles, des mesures de protection qui lui permettront de continuer à fonctionner relativement normalement.  

Dans ce contexte, une expédition turque dirigée par Erdoğan a atterri à Sotchi vendredi. Accompagné des ministres des Affaires étrangères, Mevlüt Çavuşoğlu, de la Défense, Hulusi Akar, de l'Énergie, Fatih Dönmez, des Finances, Nureddin Nebati, du Commerce, Mehmet Muş, et de l'Agriculture, Vahit Kirişçi -plusieurs hommes forts du gouvernement-, le leader islamiste a conclu un accord qui était sur les rails depuis le début de la semaine par une délégation turque, un parti avancé ayant des compétences dans les domaines diplomatique, économique et commercial, comme l'a reconnu le porte-parole du Kremlin, Dimitri Peskov, à l'issue de la réunion. 

C'était le tour des deux leaders. Poutine et Erdoğan ont d'abord tenu une réunion de quatre heures en tête-à-tête, puis ont fait intervenir leurs équipes respectives dans la conversation. La réunion était une continuation, une deuxième partie de la rencontre en face à face sur le sol iranien lors du sommet du format Astana pour discuter du scénario de la Syrie. Cette fois, cependant, il y avait plus de questions sur la table. Les liens commerciaux, l'accord d'exportation de céréales, la coopération énergétique et les contrats d'armement ont tous été mis en avant. 

Putin Erdogan
PHOTO/RUSSIAN PRESIDENCY  -   Le président russe Vladimir Poutine reçoit le dirigeant turc Recep Tayyip Erdoğan dans sa résidence à Sotchi

Poutine a commencé la visite en adressant des remerciements sincères à Erdoğan devant les caméras : "Grâce à votre implication directe et à la médiation du secrétaire général des Nations unies, le problème lié à l'approvisionnement en céréales de l'Ukraine à partir des ports de la mer Noire a été résolu. "Les livraisons ont déjà commencé. Je tiens à vous remercier pour cela et pour le fait que, dans le même temps, une solution commune a été adoptée sur l'approvisionnement ininterrompu du marché mondial en denrées alimentaires et en engrais russes", a déclaré le président russe à son homologue. 

La proximité feinte de Poutine pourrait être une réponse à ses intentions d'utiliser l'économie turque comme un subterfuge pour contourner les sanctions occidentales opérationnelles et se protéger des futures sanctions. Selon les informations recueillies par les services de renseignement ukrainiens et publiées par le Washington Post, Moscou aurait demandé au gouvernement d'Erdoğan d'acquérir des participations dans des raffineries, des terminaux pétroliers et des dépôts turcs. De même, plusieurs banques d'État turques autorisent l'ouverture de comptes correspondants pour les grandes banques russes. Il n'y a aucun signe qu'Erdoğan donnera le feu vert. 

En matière d'énergie, la Russie est l'un des principaux fournisseurs de la Turquie. Pour la seule année 2021, Moscou a fourni à la nation eurasienne un quart de ses importations de pétrole et environ la moitié de ses achats de gaz. "Turkish Stream [le gazoduc reliant les deux pays à travers la mer Noire], contrairement à tous les autres itinéraires de nos approvisionnements en hydrocarbures, fonctionne correctement, de manière dynamique, sans faille (...), il est devenu l'une des principales artères d'approvisionnement en gaz russe vers l'Europe", a souligné Poutine lors de la réunion. La Turquie, pour sa part, est un point de transbordement clé pour les marchandises à destination de la Russie face à la disparition des entreprises occidentales, selon le quotidien turc pro-gouvernemental Dunya, et était déjà l'une des principales destinations des touristes russes. 

Les dépendances économiques et commerciales entre les deux parties sont rompues dans le domaine des armes. Ankara a défié ses alliés de l'OTAN lorsqu'elle a cherché à acquérir des systèmes antimissiles russes S-400, une opération bloquée à ce jour, tandis que Moscou a l'intention de reconstituer et d'étendre son arsenal avec l'achat de drones Bayraktar T2, produits par le gendre d'Erdoğan. Toutefois, le gouvernement turc a clairement indiqué qu'il ne vendrait pas d'armes à la Russie pour sa guerre en Ukraine. L'armée ukrainienne possède de telles armes. 

La présence à la table de dialogue de Hakan Fidan, le directeur de l'Agence nationale de renseignement de Turquie, Millî İstihbarat Teşkilatı (MİT), l'institution chargée de relier l'action de l'État à celle des groupes rebelles syriens, était remarquable. L'un de ses interlocuteurs à ce sujet semble avoir été le dirigeant tchétchène Ramzan Kadyrov, que l'on a vu entrer dans la résidence de Sotchi, qui est directement responsable d'un important contingent de forces tchétchènes en Syrie. Erdoğan a l'intention de lancer une autre campagne pour établir une nouvelle " zone de sécurité " de 30 kilomètres dans le nord du pays, mais a besoin de l'approbation de Poutine.

Dans ce scénario, des intérêts concurrents se font jour. L'un a combattu l'autocrate syrien Bachar al-Assad, l'autre a perpétué son régime ; l'un est membre de l'OTAN, l'autre est devenu sa principale menace ; l'un soutient le gouvernement d'unité libyen, l'autre la campagne du maréchal Khalifa Hafter dans l'est de la Libye ; l'un veut gagner en influence en Asie centrale, l'autre cherche à y maintenir son bastion d'influence. Et avec la menace d'un nouveau conflit dans le Haut-Karabakh, où ils soutiennent des camps différents, le fossé entre eux se creuse.