PUBLICIDAD

Iberdrola

Préoccupations concernant la sécurité alimentaire au Moyen-Orient

La plupart des pays du Moyen-Orient ne sont pas sûrs de l'ampleur de la production, car il pourrait y avoir un problème de pénurie
 Femme réfugiée éthiopienne avec un sac de riz donné par des fonctionnaires kenyans dans le camp de Moyale, comté de Marsabit, Kenya

PHOTO/ACNUR/WILL SWANSON  -   Femme réfugiée éthiopienne avec un sac de riz donné par des fonctionnaires kenyans dans le camp de Moyale, comté de Marsabit, Kenya

À la suite de la crise de la pandémie de coronavirus et du risque de propagation de la famine dans le monde, les gouvernements du Moyen-Orient ont été contraints de faire face à ses conséquences, notamment à l'obsession de la sécurité alimentaire. 

Cette obsession perturbe l'esprit des acheteurs, notamment ceux du Moyen-Orient qui, malgré la flambée des prix, continuent d'acheter du blé par mesure de précaution.  

Selon une déclaration des Nations unies de jeudi, il y aura une forte augmentation du commerce mondial des céréales de base, tout comme il y a eu le mois dernier une augmentation des prix alimentaires mondiaux, ce qui exercerait une pression inflationniste supplémentaire sur les consommateurs et les gouvernements du monde entier.  

Femme réfugiée éthiopienne avec un sac de riz donné par des fonctionnaires kenyans dans le camp de Moyale, comté de Marsabit, Kenya
PHOTO/ACNUR/WILL SWANSON -  Femme réfugiée éthiopienne avec un sac de riz donné par des fonctionnaires kenyans dans le camp de Moyale, comté de Marsabit, Kenya

Toutefois, l'impact sur les prix pourrait être réduit pour les pays dont les revenus pétroliers sont plus élevés. 

L'Europe est un important fournisseur de blé, l'aliment de base dans le monde, pour certaines régions d'Afrique et du Moyen-Orient, où des augmentations du prix du pain sont envisagées. 

Des pays comme l'Irak, l'Iran, la Turquie et l'Afghanistan achètent de plus en plus de blé à la suite de la sécheresse du début de l'année, qui a touché plusieurs cultures dans ces régions, épuisant ainsi les réserves.  

L'ONU a également indiqué que l'Égypte tente également de reconstituer ses stocks. 

Près de 8 millions de personnes dans la Corne de l'Afrique sont des personnes déplacées à l'intérieur de leur propre pays (PDI)
REUTERS/ZOHR - Près de 8 millions de personnes dans la Corne de l'Afrique sont des personnes déplacées à l'intérieur de leur propre pays (PDI)

Selon Abdolreza Abbassian, économiste en chef à l'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), "nous pourrions constater des répercussions sur d'autres produits de base, mais je ne pense pas que nous verrons des restrictions sur les importations de blé". 

L'Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture estime que les stocks mondiaux de blé atteindront 282 millions de tonnes au cours de la saison 2021-2022, ce qui représenterait une baisse de 2,2 % en glissement annuel. 

Toutefois, cette estimation serait inférieure aux prévisions du mois dernier, qui étaient de 284 millions de tonnes.  

  

Estimation de la vulnérabilité des grandes villes au changement climatique
AFP/AFP -  Estimation de la vulnérabilité des grandes villes au changement climatique

Selon l'agence "Bloomberg", la FAO a estimé la production de la saison à un montant inférieur, 6 millions de tonnes de moins qu'en octobre dernier, soit 771 millions de tonnes au total.  

En raison de l'augmentation des importations en provenance d'Irak, d'Iran, de Turquie et d'Afghanistan, les échanges mondiaux de blé ont atteint 192 millions de tonnes, un niveau record.  

Toutefois, selon la FAO, les prévisions concernant les stocks de céréales étaient de 819 millions de tonnes, en hausse par rapport à octobre. 

Les estimations des stocks mondiaux de maïs ont également été relevées en Inde, au Brésil et en Afrique de l'Ouest. 

Les sécheresses, exacerbées par la crise climatique mondiale, ont contribué à la désertification de grandes régions d'Afrique de l'Est
AP/HALDEN KROG - Les sécheresses, exacerbées par la crise climatique mondiale, ont contribué à la désertification de grandes régions d'Afrique de l'Est

L'Irak a importé environ 3 millions de tonnes de blé cette année, bien qu'il ait atteint l'autosuffisance en matière de production de blé et d'orge, d'œufs et de volailles en 2019.  

L'Arabie saoudite a eu recours à l'achat de 1,3 million de tonnes de blé à la fin de la semaine dernière, soit près du double de la quantité prévue.  

En raison des guerres et des catastrophes naturelles causées par le changement climatique, d'immenses étendues de terre ont été mises à nu, entraînant une diminution des stocks de céréales.  

Champ agricole sec dans la région de Saadiya au nord de Diyala, dans l'est de l'Irak, le 24 juin 2021
AFP/ AHMAD AL-RUBAYE - Champ agricole sec dans la région de Saadiya au nord de Diyala, dans l'est de l'Irak, le 24 juin 2021

On estime que 133 000 personnes ont souffert de la famine l'année dernière, notamment au Yémen, au Soudan du Sud et en Syrie, où 12,4 millions de personnes sont en situation d'insécurité alimentaire, selon l'ONU.  

Les catastrophes dues au changement climatique ont été la principale cause d'insécurité alimentaire pour près de 15 millions de personnes en 2020, contre 34 millions de personnes dans le monde en 2019.  

Pour les pays riches en pétrole, comme ceux du Golfe, l'inquiétude s'est accrue quant à l'impact de l'insécurité alimentaire suite à la chute des prix du pétrole et aux conséquences des guerres et de la crise de la pandémie de coronavirus, bien qu'aucune pénurie alimentaire n'ait été identifiée. 

Cette photo, prise le 20 juin 2021, montre le corps desséché d'un poisson mort sur la terre qui sèche dans le marais de Chibayesh, dans la région d'Ahwar, dans le sud de l'Irak
AFP/ASAAD NIAZI - Cette photo, prise le 20 juin 2021, montre le corps desséché d'un poisson mort sur la terre qui sèche dans le marais de Chibayesh, dans la région d'Ahwar, dans le sud de l'Irak

En termes d'approvisionnement alimentaire, la dépendance vis-à-vis du commerce international rend les pays plus vulnérables à la disponibilité de l'offre et au risque de hausse des prix.  

Des rapports antérieurs montrent que les conditions économiques et politiques des pays exportateurs de denrées alimentaires influent également sur cette vulnérabilité. 

Selon une étude de l'ONU de juin dernier, des taux élevés de famine sont attendus dans la région arabe, ce qui affecte directement l'objectif d'éradication de la faim dans l'Agenda 2030 pour le développement durable.