Presse internationale de Tanger : le mythe du Détroit

Réflexion du Café Hafa
Los Rolling Stones

 -   Les Rolling Stones au Palais des institutions italiennes à Tanger, Maroc

Ça ressemble à Streets of love et je souris, je sais que cet endroit a quelque chose que je n'ai trouvé nulle part

Un thé trop sucré, même si l'air sent et goûte le sel. Tanger incite à se mettre en mode avion, il semble que le lien le plus évident soit celui que vous avez avec vous-même, mais vous ne le savez pas complètement tant que vous n'avez pas mis les pieds sur cette terre. Ici, le temps s'arrête, comme l'a dit un sage : « En Europe, il y a des horloges, à Tanger, nous avons le temps ». Et quelle heure, les Streets of love, les Rolling Stones, je me demande si je suis le seul mélodramatique qui peut sentir l'intensité des émotions dans chaque coin de cette ville, dans les points cardinaux de ses mers, mais je me souviens qu'ils l'ont déjà dit, en cherchant l'inspiration dans la lumière, les paysages et les gens. Je me demande ironiquement comment quelqu'un peut résister à l'envie de révéler le plus grand de ses secrets, le plus enfantin de ses côtés, le plus sensible de ses cris. La mer renvoie une vague dont je transcris un « non ». En effet, personne ne se résiste à Tanger.  

Je lis le magazine que j'ai apporté avec moi et j'imagine l'héritage qui a fait de cette ville une journée internationale, et qui était sous la domination de 10 pays, où vivaient des exilés, des réfugiés et des censurés. Ceux qui sont devenus les « intouchables de Tanger », et qui ont surtout élevé le cri de la liberté, avec une plume, un pinceau et avec amour. La ville par laquelle passait le téléphone rouge, la ville du sexe et de la drogue, la ville des Bowls. Pour comprendre et démêler dans le Tanger élégant et distingué, celui de la vie bon marché. Le Tanger de la lumière exubérante, dont les habitants manquent désormais de temps, de rencontre et de courage pour comprendre que, comme le disait Mohamed Choukri : « N'importe qui peut passer quelques semaines ici et écrire un livre ». 

Ceux qui l'ont pris comme point de départ y sont restés en voyant un avenir. Virginia Woolf, Capote, Ginsberg, Kerouac, Gore Vidal, Paul Bowless ou Tennessee Williams sont quelques-uns de ceux qui ont été enchantés par ce qui finit par être un splendide et singulier spectacle de continuité de la nostalgie et dans le monde de l'imaginaire, dans un lieu éloigné capable de rassembler tant de diversité et, surtout, capable de convertir, d'empathizer et d'unir, alors que le monde d'aujourd'hui investit davantage dans la séparation, la différenciation, la classification.

Ils l'ont aussi appelée la maison des affamés, certains qui avaient plus d'art que de faim, qui sentaient plus d'encre et de peinture couler dans leurs veines que de sang, et qui n'avaient pas conscience qu'ils étaient le plus grand héritage avec le recul de l'endroit où ils avaient mis les pieds. Comme l'histoire serait triste sans ces gens affamés. Tanger, c'était eux et ils l'ont convertie eux-mêmes. Chaque jour, sa marée apporte des rêves et déshabille des corps, qui gisent vivants ou morts sur le rivage de ce bout du monde et dépendent de la chance des vagues, du vent et du désespoir. Et d'autres arrivent avec l'espoir de vivre ou partent avec l'intention d'oublier. Certains ne supportent pas le changement, d'autres l'espèrent encore, d'autres encore ne savent pas ce que c'était, ni ce que cela signifiait. Mais ce qui arrive à tout le monde, c'est que Tanger fume la vie de ceux qui y vivent, trace les larmes et les rires sur un papier de matière infinie. Il énonce des rêves absurdes et donne des parachutes qui fuient. C'est le refuge du piège et du mythe du détroit. Et personne n'est à l'abri.

Paul y Jane Bowls con amigos en Tánger
Paul et Jane Bowls 
La presse espagnole et internationale à Tanger  

La presse dans chaque ville est le reflet vivant de la réalité sociale, de l'histoire, des traditions, de la culture et des problèmes du lieu. La trace de la presse ne peut être altérée, car elle est la mémoire de la ville elle-même. Tanger avait d'innombrables correspondants européens qui essayaient de refléter quotidiennement la réalité du rivage interculturel qu'était Tanger International. La variété des journaux en différentes langues reflète le mélange de coutumes, de religions et de libertés qui existait dans la ville. De 1923 à 1956, Tanger a été administrée par plusieurs puissances occidentales et a même reçu un statut cosmopolite. Il est vrai que l'atmosphère de ces années était favorable à l'expansion culturelle ; elle était le foyer de la liberté d'expression, de la presse et de la protection contre toutes les censures que fuyaient les futurs citoyens de Tanger. 

L'Instituto Cervantes de Tanger, avec la Bibliothèque Juan Goytisolo, propose une revue de la presse espagnole et internationale à Tanger :

1. Al-moghreb Al-aksa (1883-1923) 

Il s'agit du premier journal espagnol fondé à Tanger le 28 janvier 1883 et publié le dimanche. Ses créateurs étaient Gregorio Trinidad Abrines et José Nogales et plus tard rejoint par Fermín Salvoechea de Cadix, son directeur était José Nogales. Le magazine a été financé par la délégation espagnole à Tanger et le soutien d'un industriel anglais. Le contenu du magazine était constitué de nouvelles locales et internationales. En 1892, il a commencé à être publié en anglais avec le titre de Times of Morocco également publié par Trinidad Abrines. 

Tánger

2. L'écho mauritanien (1885-1930) 

C'est un journal politique, littéraire d'intérêt général et publicitaire fondé par les Tangerois Isaac Toledano et Isaac Laredo et le Gibraltarien Agustín Lugaro. C'était un journal très populaire et il était publié le mercredi et le samedi.

Tánger

3. La Dépêche Marocaine: Journal quotidien d’informations internationales (1905-1958) 

C'est actuellement le plus ancien journal du Maroc. Son fondateur était Robert-Raynaud et elle était subventionnée par les Français. C'est sans doute la plus importante publication française dans ce domaine. Elle est apparue quelques mois avant la conférence d'Algésiras. 

Tánger

4. Tangier Gazette (1923-1962)

En 1923, Lord Bute et Ernest Waller, deux importants hommes d'affaires et journalistes, achètent l'imprimerie Abrines et le journal The Times of Morocco et créent l'hebdomadaire Tangier Gazette, que le Marriott Castle dirigera pendant des années. Son titre et ses trois sous-titres, Maroc et Times of Morocco et Moghreb el Aksa, en font la plus ancienne publication du Maroc. De 1945 jusqu'à sa fermeture en 1962, il a été dirigé par les journalistes américains Lamar Hoover et William Augustus Bird.

Tánger

5. Mauritania (1928-1962)

Il fait également partie de la presse tangerienne à l'ère internationale. C'est un mensuel illustré publié par les Franciscains de Tanger, dont le directeur a longtemps été le père Patrocinio García-Barriuso. Il est devenu un magazine de porte-parole pour les défavorisés du sud du détroit. Elle a publié 409 numéros dans lesquels elle a développé une énorme action culturelle dans tous les domaines de la connaissance sociale, religieuse, scientifique, littéraire, pédagogique, historique et géographique, etc. 

Tánger

6. España (1938-1971)

Elle a été fondée en 1938 et a terminé son activité en 1971. Son fondateur et premier directeur était Gregorio Corrochano, suivi par Eduardo Haro Tecglen et Manuel Cruz en tant que directeurs. C'était un journal sans censure préalable en temps de dictature. Il est apparu comme un projet du régime franquiste au service de la communauté espagnole vivant en Afrique du Nord et a fini par être le journal le plus ouvert de l'époque. La section de Tanger se distingue par sa circulation quotidienne. C'était sans doute la plus importante de toutes les publications de Tanger.

Tánger

7. Cosmópolis (1946)

C'était un journal hebdomadaire de l'époque à Tanger. Il s'agissait d'un magazine d'intérêt général dirigé par José de Benito et Anthony Sastre, avec la collaboration de Luis Grajales. Elle avait une périodicité hebdomadaire. 

Tánger

8. Anteo (1947-1948)

C'était un magazine de la zone internationale de Tanger entre 1947 et 1948. Son fondateur était l'avocat Ceballos Cabrera et il se consacrait aux questions économiques, financières et juridiques actuelles. Il a eu une durée très courte et a été remplacé par le magazine Astrea consacré à la législation et à la jurisprudence, qui est resté jusqu'en 1951.

Anteo

« Malgré les thèses incorporationnistes de l'Espagne pour que la région de Tanger fasse partie de son Protectorat, c'est le critère internationaliste britannique qui a prévalu et, à l'exception d'une période d'occupation espagnole pendant la Seconde Guerre mondiale, elle est restée une enclave internationale jusqu'à l'indépendance du Maroc, ce qui a garanti qu'elle serait un refuge et une protection des libertés et des droits qui faisaient défaut à l'Espagne elle-même, qui vivait alors sous la dictature de Franco. Elle a été le refuge d'innombrables républicains après la faillite de la banque rouge », explique Juan Carlos Soriano sur Radio Nacional de España. L'occupation espagnole de Tanger a eu lieu entre 1940 et 1945.