PUBLICIDAD

Marruecos

Prison à vie pour Osman Kavala, l'activiste qui a affronté Erdogan

Après cinq ans de prison, le tribunal d'Istanbul condamne l'homme d'affaires et philanthrope à la perpétuité pour avoir motivé les manifestations de Gezi en 2013
Osman Kavala

AFP/ANADOLU CULTURE CENTER  -   Osman Kavala, militant des droits civiques et philanthrope turc

Osman Kavala (Paris, 1957) a été condamné à la prison à vie par le tribunal d'Istanbul le dernier lundi d'avril. Il a été déclaré coupable d'avoir fomenté un coup d'État contre le gouvernement d'Erdogan en étant le promoteur des manifestations du parc Taksim Gezi en 2013. La même procédure judiciaire a condamné 7 autres personnes à 18 ans de prison pour avoir collaboré aux mêmes événements. Le procès a été très controversé en raison des accusations internationales selon lesquelles il a été mené de manière irrégulière et manquait de preuves. 

Kavala, qui purge sa peine depuis 2017 dans la prison de haute sécurité de Silivri, est l'un des plus grands mécènes de fondations civiques et culturelles de Turquie. Né à Paris dans une famille issue de l'industrie du tabac, il a fait ses études au Royaume-Uni et a commencé sa carrière de militant dans les années 1990. Son parrainage d'organisations luttant pour la préservation de l'espace environnemental est remarquable. Ce profil de mécène et de militant de l'environnement et des droits de l'homme lui vaut d'être directement accusé par Erdogan de faire partie d'un pseudo complot international de déstabilisation de la Turquie, orchestré par George Soros.

Selon l'AFP, les manifestations civiles de 2013 auxquelles Kavala aurait participé sont le point de départ d'un gouvernement Erdogan beaucoup plus autoritaire. Une facette qui allait se développer bien davantage après le coup d'État militaire de 2016. Entre-temps, le militant et ses camarades sont devenus un symbole de la résistance contre la répression d'Erdogan et bénéficient d'un grand soutien populaire et progressiste dans le pays. 

La condamnation d'Osman Kavala a été désavouée par une grande partie de la communauté internationale, qui considère que le procès contre le militant, homme d'affaires et philanthrope est motivé par des fins politiques et répressives. En février 2022, le Conseil de l'Europe a engagé une procédure d'infraction contre la Turquie à la suite du procès en cours de Kavala. La Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) a jugé que les poursuites engagées par le tribunal d'Istanbul à l'encontre d'Osman Kavala l'avaient été sans preuves suffisantes pour aboutir à une procédure pénale. 

manifestación de apoyo a Osman Kavala
REUTERS/DILARA SENKAYA - Des avocats, des législateurs de l'opposition et des sympathisants se rassemblent devant le Palais de justice, la Cour de justice turque, l'Assemblée générale de l'Union européenne et le Parlement européen

La CEDH s'est prononcée contre la décision des tribunaux turcs, malgré l'ingérence d'Erdogan par l'intermédiaire de Saadet Yüksel, la juge représentant la Turquie au sein de la plus haute instance judiciaire européenne. Selon le portail Nordic Monitor, Yüksel a un historique d'affrontements directs avec les décisions de la CEDH lorsqu'elles sont liées à Erdogan ou à la politique turque. Selon Levent Kenez pour Nordic Monitor, Yüksel s'est opposé à ses collègues juges de la Cour européenne des droits de l'homme dans les cas de Selahattin Demirtaş, leader du parti d'opposition pro-kurde, et des journalistes Kadri Gürsel et Ahmet Şık.  

Le département d'État américain, par l'intermédiaire de son porte-parole Ned Price, a évalué la condamnation des militants du parc Gezi dans un communiqué, déclarant que l'administration américaine est "profondément troublée et déçue par la décision du tribunal de condamner Osman Kavala aujourd'hui. Sa condamnation injuste est incompatible avec le respect des droits de l'homme, des libertés fondamentales et de l'État de droit. Le porte-parole du département d'État a appelé la Turquie à libérer Osman Kavala et ses collègues conformément à l'arrêt de la Cour européenne des droits de l'homme. 

policias protegen la entrada del tribunal de Silivri
AP/EMRAH GUREL - Des soldats derrière une entrée barricadée du tribunal de Silivri, à l'approche du procès des principaux membres de la société civile turque

Amnesty International a également condamné cette décision de justice truquée et demande l'acquittement non seulement de Kavala, mais aussi de toutes les autres personnes jugées pour les manifestations du parc Gezi en 2013, au cours desquelles 13 personnes ont été tuées dans des affrontements avec les forces de l'ordre turques. "Depuis 2017, les autorités chargées des poursuites tentent de faire apparaître un crime à partir de rien, mais elles ont échoué à chaque fois. Au contraire, chaque rebondissement tortueux de ces poursuites motivées par des considérations politiques a mis en évidence l'absurdité du système judiciaire turc ", peut-on lire dans la déclaration d'Amnesty International sur son site Internet.

presidente turco Recep Tayyip Erdogan
AP/MARKUS SCHREIBER - Le président turc Recep Tayyip Erdogan

Le soutien de la communauté internationale au cas de Kavala a mis Erdogan dans les cordes. Blessé publiquement, le dirigeant turc a menacé d'expulser les ambassadeurs des pays qui ont pris position contre le procès frauduleux d'Istanbul. Erdogan a finalement rectifié son tir et retiré sa menace alors qu'il évaluait les conséquences de l'expulsion des ambassadeurs des États-Unis, de la France, de l'Allemagne et des Pays-Bas.

L'obstination d'Erdogan à s'en tenir à cette voie et à punir ceux qui s'opposent civilement à son gouvernement pourrait conduire la Turquie à faire face à des sanctions de l'UE, un scénario que la CEDH a mis sur la table lorsqu'elle a demandé la libération d'Osman Kavala. Il reste à voir si, dans le contexte de la guerre en Ukraine et de la position intermédiaire adoptée par la Turquie entre les parties au conflit, il s'agit d'un scénario dans lequel de telles sanctions pourraient avoir lieu.