Quand les forces de sécurité sont aussi l'ennemi

Les manifestations au Nigeria laissent présager une maladie endémique au sein des forces de sécurité africaines
Nigeria Lagos Manifestación

AP/SUNDAY ALAMBA  -   La policía detiene a un manifestante en el peaje de Lekki en Lagos, Nigeria, el miércoles 21 de octubre de 2020.

Lorsqu'on regarde l'Afrique, en particulier des régions comme le Sahel, ou des pays comme la République centrafricaine, la République démocratique du Congo ou le Mozambique, la zone de sécurité ou son absence occupe souvent le devant de la scène. Il est entendu que, dans une certaine mesure, sans sécurité, il n'y a pas de développement possible. Cependant, il a été démontré à de nombreuses reprises que ce sont précisément les acteurs responsables de la sécurité d'un pays qui ont alimenté l'insécurité de leurs sociétés. Les facteurs qui alimentent cette attitude, contrairement à ce qu'ils sont censés être, sont variés.

La corruption, qui se répand comme un poison dans de nombreux pays africains, signifie souvent que les investissements réalisés dans l'amélioration des capacités et dans l'achat d'équipements pour les forces de sécurité ou les forces armées ne sont pas achevés, ou sont détériorés par les morsures successives auxquelles ces articles sont soumis. En même temps, c'est le clientélisme issu de la corruption qui définit parfois les actions de la police, et non la lutte contre la criminalité et l'injustice qui s'empare des sociétés sous-développées avec une faible présence de l'État sur une partie de leur territoire. D'autres facteurs pourraient être la militarisation des forces de sécurité, ou l'utilisation directe des forces armées pour faire face à la criminalité de droit commun, qui implique la commission d'excès et d'utilisations excessives de la force et l'existence, parfois, d'une insécurité juridique pour les criminels qui voient leurs actes punis directement par les forces de sécurité elles-mêmes, même à l'extrême des exécutions.
 

Policía Nigeria
AP/SUNDAY ALAMBA - Des policiers patrouillent près du péage de Lekki à Lagos, au Nigeria, le mercredi 21 octobre 2020

Il y a des pays où certains facteurs se retrouvent plus assidûment que d'autres, mais ils ont tendance à être des éléments transversaux dans les problèmes subis par le secteur de la sécurité afin de se consolider dans de nombreux pays du continent. Le cas du Nigeria est probablement l'un des plus évidents. Bien qu'elle soit l'une des puissances africaines à plusieurs égards, elle souffre dans le nord-est de son territoire du fléau du terrorisme djihadiste, une menace qu'elle a du mal à atténuer. Cependant, le fait d'avoir une situation, gouvernementale, économique et militaire, supérieure à celle de ses voisins du Sahel lui permet, relativement, de contenir l'expansion territoriale de cette menace par ses propres moyens. L'une des causes qui accentuent le « statu quo » dans la résolution de cette situation est sans aucun doute la corruption qui existe dans le secteur de la sécurité. Ces dernières années, un certain nombre de rapports et d'enquêtes ont été réalisés dans ce domaine : extorsion aux points de contrôle, blanchiment d'argent, perception de commissions, etc.  

Dans le cas du Nigéria, les problèmes s'étendent également à la police. Le pays souffre d'une criminalité qui trouve son origine, entre autres, dans un taux de chômage qui est passé de 12 % à 27 % en quatre ans seulement, et qui atteint 41 % chez les enfants de moins de 24 ans. Cette situation d'insécurité est illustrée par écrit dans les différents rapports élaborés par les bureaux diplomatiques lors de l'évaluation de la situation du Nigeria en tant que destination. Et cette situation d'insécurité est également favorisée par le travail inefficace et parfois nuisible de la police, dirigé par l'unité de lutte contre le vol de la police (SARS, par son acronyme en anglais). Depuis sa création à la fin du siècle dernier pour lutter contre la criminalité violente qui sévissait au Nigeria, le SRAS a été marqué par des cas de brutalité policière, de viols, de torture et d'exécutions extrajudiciaires. Le sentiment d'impunité pour ceux qui ont combattu le crime avec le plus de détermination s'est accru ces dernières années, jusqu'à ce que les protestations de ces dernières semaines entraînent la dissolution de l'unité.
 

Nigeria Apo Policía Manifestación
AFP/KOLA SULAIMON - La police nigériane tire des gaz lacrymogènes sur des personnes lors d'affrontements entre jeunes à Apo, Abuja, Nigeria, 20 octobre 2020

La campagne #EndSARS, lancée en 2017, a jeté une jeune société dans les rues d'Abuja, de Lagos et d'autres villes du monde, lasse de l'impunité dont le SRAS a toujours bénéficié, malgré le fait qu'en 2018 le gouvernement nigérian ait tenté de réprimer le mécontentement par une réorganisation de l'unité de police qui n'a manifestement pas été efficace. Un rapport d'Amnesty International publié fin juin a documenté 82 cas d'excès policiers commis par des membres du SRAS entre janvier 2017 et mars de cette année, montrant que la réforme d'il y a deux ans s'est avérée infructueuse et que la dissolution de l'unité, ainsi que l'enquête sur les crimes qu'elle a commis, étaient impératives. Malgré le fait que la dissolution ait été annoncée le 11 octobre par les mêmes réseaux sociaux par lesquels la campagne contre l'unité s'est répandue, les protestations sociales ont continué.

Les petits caractères qui cachent la dissolution sont l'intégration de ses membres dans d'autres unités de police, ce qui n'éradique pas le problème, mais le cache. Il faut ajouter à cela que la manière dont les forces de sécurité tentent de contenir les protestations laisse une traînée de morts et de blessés qui encourage encore plus le déficit que les forces de sécurité portent, non seulement au Nigeria, mais dans de nombreux autres pays africains. Cette action policière pour faire face aux protestations a attiré l'attention de l'Union africaine, qui a condamné les actions répressives et a appelé le gouvernement nigérian à désamorcer la situation, un gant que le président du pays, Muhammadu Buhari, a repris en convoquant le Conseil national de sécurité.  
 

END SARS Nigeria Manifestación
AFP/ PIUS UTOMI EKPEI -Les abus du tristement célèbre Special Anti-Theft Squad (SARS) de la police nigériane ont forcé le gouvernement à démanteler l'unité, mais les protestations ont continué et exigent des changements radicaux au sein du pouvoir ouest-africain

Les exécutions extrajudiciaires ainsi que les abus commis par les forces de sécurité et les forces armées sont un phénomène qui a été dénoncé à maintes reprises sur le continent africain, avec des exemples documentés dans de nombreux pays par différentes organisations. Ce fait entrave la consolidation des forces de sécurité en tant qu'acteur qui garantit et protège les droits des sociétés africaines et, dans de nombreux cas, alimente le message des groupes et milices terroristes, acteurs qui pêchent dans la mer d'insécurité qui couvre de nombreuses régions du continent.

C'est pourquoi les efforts de tous les acteurs concernés, non seulement nationaux mais aussi régionaux et internationaux, doivent aller au-delà de la fourniture de moyens matériels et de capacités aux forces de sécurité, mais doivent également inclure des aspects tels que la transparence, la purge des responsabilités et la formation aux droits de l'homme.