PUBLICIDAD

Marruecos

Que pouvons-nous attendre de la politique étrangère de Joe Biden en Amérique latine ?

Le président américain se concentrera sur la promotion de la démocratie, des droits de l'homme et de la lutte contre le changement climatique
Atalayar_Biden

AFP/ MANDEL NGAN  -   Le président américain Joe Biden, lors de l'anniversaire du début de la pandémie de Covid-19

Lors des dernières élections américaines, 32 millions de Latinos étaient inscrits sur les listes électorales. Pour la première fois, la communauté latino est devenue la plus grande minorité des États-Unis, avec une croissance de 17 %. En outre, le vote latino a été déterminant dans des États comme la Californie, la Floride, l'Arizona ou le Texas. Pour cette raison, les projets de Joe Biden pour l'Amérique latine sont fondamentaux et sa popularité auprès de la population latino, voire une deuxième victoire électorale en quatre ans, pourraient en dépendre. "Les questions qui ont été négligées au cours des quatre dernières années seront soulevées. L'un d'eux est le changement climatique, une priorité pour le président Biden. Une autre question sera la promotion de la démocratie, des droits de l'homme et du respect de l'État de droit", a déclaré Mark Feierstein, proche de l'entourage politique de M. Biden, à la BBC Mundo.

La politique étrangère avec l'Amérique latine de son prédécesseur, Donald Trump, était axée sur la limitation du flux d'immigrants avec des mesures dures et inhumaines. Il a également renforcé la lutte contre le trafic de drogue par des opérations militaires sur le continent. Il a maintenu des relations tendues avec le Venezuela et Cuba. Il a montré son soutien à l'opposant vénézuélien Juan Guaidó et a imposé des sanctions à Caracas. Ces sanctions, qui visaient à nuire à Nicolás Maduro sur le plan politique, ont servi à enfoncer davantage l'économie du pays et à aggraver la situation des citoyens vénézuéliens. En ce qui concerne Cuba, il a abrogé les mesures de rapprochement élaborées sous l'administration Obama.

Atalayar_Migrantes Colombia
AFP/GUILLERMO ARIAS - Vue aérienne d'un camp de migrants attendant que les autorités américaines les autorisent à entamer leur procédure d'immigration, à l'extérieur du port de passage d'El Chaparral, à Tijuana, dans l'État de Basse-Californie (Mexique)

"La politique de Biden en matière d'Amérique latine sera profondément différente de la stratégie de Trump, qui s'est principalement concentrée sur l'inhibition de la migration et le serrage de vis sur Cuba et le Venezuela pour plaire aux électeurs du sud de la Floride", a déclaré Benjamin Gedan, directeur adjoint du programme Amérique latine du Wilson Center. L'administration Biden s'attaquera à la pauvreté et à la violence sur le continent, principales causes des migrations et de l'instabilité dans la région. Elle se concentrera également sur la promotion de la démocratie et la lutte contre la corruption. Sur ces questions, le gouvernement de M. Biden a déjà fait des déclarations concernant la situation au Nicaragua. En février, par le biais d'un communiqué du département d'État, les États-Unis ont exprimé leur "profonde inquiétude face à la répression croissante exercée par le gouvernement du président Daniel Ortega au Nicaragua". Elle a également souligné son "engagement à soutenir le peuple nicaraguayen et sa demande de démocratie".

Le président américain aspire également à mener la lutte contre le changement climatique sur le continent. M. Biden a déclaré à plusieurs reprises son engagement en faveur de l'environnement. L'une de ses premières actions en tant que président a été de rejoindre l'accord de Paris. En ce qui concerne l'Amérique latine, il tentera de promouvoir un programme vert qui influencera les pays les plus développés de la région. Toutefois, M. Biden risque de se heurter au président brésilien Jair Bolsonaro lorsqu'il s'agira d'élaborer des mesures de lutte contre le changement climatique. Lors d'un débat en septembre, M. Biden a présenté une proposition visant à créer un fonds international de 20 milliards de dollars pour protéger l'Amazonie. Il a également menacé le Brésil de "conséquences économiques" s'il ne parvenait pas à freiner la déforestation. Peu après, Bolsonaro, copiant son allié Trump, a utilisé Twitter pour attaquer l'actuel président américain. "Notre souveraineté n'est pas négociable", a-t-il déclaré sur le réseau social. "Honte à Joe Biden, honte à vous !" a-t-il exprimé pour terminer sa déclaration. Pour ces raisons, les relations entre Brasilia et Washington devraient être tendues. L'Équateur est un autre pays avec lequel Biden devra coopérer et élaborer des plans environnementaux. L'État d'Amérique latine connaît le taux de déforestation le plus élevé de la région, de sorte que son éradication pourrait faire partie des projets de M. Biden.

Atalayar_Migrantes EEUU
AFP/ ANDREW CABALLERO-REYNOLDS - Des militants et des citoyens bénéficiant d'un statut de protection temporaire (TPS) marchent le long de la 16e rue en direction de la Maison Blanche pour appeler le Congrès et l'administration Biden à adopter une loi sur la réforme de l'immigration

La situation au Venezuela est un autre sujet de controverse au sein de la communauté internationale. Les relations entre Caracas et Washington devraient s'améliorer. En février, le département du Trésor américain a autorisé certaines transactions avec le gouvernement vénézuélien pour opérer avec les ports et aéroports du pays. Cela marque un changement par rapport à la politique étrangère de Trump avec le Venezuela, puisqu'il avait mis son veto à ces opérations. Bien que cela ne signifie pas la fin des sanctions, cette étape représente une percée dans les relations entre les deux pays. M. Biden pourrait chercher à négocier avec M. Maduro et faire pression sur lui pour qu'il organise des élections équitables, dans sa quête de promotion de la démocratie sur le continent. Cuba, un pays avec lequel Trump a adopté une ligne similaire à celle du Venezuela, pourrait se rapprocher de son voisin du nord sous l'administration Biden. Dans cette situation, le président démocrate aurait deux options : imiter les politiques de rapprochement d'Obama ou continuer avec la politique laissée par Trump, car le rapprochement avec Cuba est un sujet controversé parmi les Cubains de Floride.

La politique étrangère de Joe Biden visera également à contrer l'influence croissante de la Chine et de la Russie dans la région.