A quel point le pouvoir des ultra-orthodoxes en Israël est-il réel

L'un des plus grands problèmes auxquels l'État israélien est confronté aujourd'hui est lié au pouvoir religieux et politique de l'ultra-orthodoxie
Un judío ultraortodoxo observa desde un lugar del Monte de los Olivos hacia la Ciudad Vieja de Jerusalén, con vistas a la Cúpula de la Roca en el recinto de la mezquita de al-Aqsa

AFP/ AHMAD GHARABLI  -   Un juif ultra-orthodoxe regarde depuis un point du Mont des Oliviers vers la Vieille Ville de Jérusalem, surplombant le Dôme du Rocher dans l'enceinte de la Mosquée al-Aqsa.

Les ultra-orthodoxes jouissent d'un grand pouvoir en Israël

Israël est le seul État juif au monde, mais c'est là que commence le principal dilemme du pays en matière de religion. La société israélienne, aussi surprenant que cela puisse paraître, ne considère pas le conflit palestinien comme sa principale menace, mais elle identifie plutôt sa principale menace sur son propre territoire, plus précisément dans la façon dont sa société est façonnée, c'est-à-dire dans la religiosité qui est attribuée aux sphères du pouvoir, de la politique et du gouvernement.

L'un des problèmes majeurs auxquels Israël est confronté aujourd'hui est lié au pouvoir religieux et politique de l'ultra-orthodoxie et aux difficultés que cela crée pour le monde progressiste et laïque. Dans la sphère religieuse, on peut distinguer quatre grands mouvements : le judaïsme ultra-orthodoxe ou haredim, le judaïsme orthodoxe moderne, le monde conservateur ou Masorti - caractérisé par une forte tendance sioniste - et, enfin, le mouvement progressiste ou réformiste.

Hombres y niños judíos ultraortodoxos, algunos de ellos con máscara debido a la pandemia de la COVID-19, en el barrio ultraortodoxo de Mea Shearim, en Jerusalén AFP/ MENAHEM KAHANA
AFP/ MENAHEM KAHANA-Des hommes et des garçons juifs ultra-orthodoxes, dont certains portent des masques en raison de la pandémie de COVID-19, dans le quartier ultra-orthodoxe de Mea Shearim à Jérusalem.

Il existe de nombreux points de friction entre ces groupes, ainsi qu'avec la population laïque, notamment les privilèges économiques exclusifs du secteur ultra-orthodoxe de la population, ainsi que le débat sur le mariage civil. Cette confrontation entre le monde laïque et le monde religieux est un casse-tête pour de nombreux dirigeants israéliens qui y voient une menace très réelle. Efraim Halevy, l'ancien directeur du Mossad - le service de renseignement israélien - entre 1998 et 2002, a averti que "le radicalisme des ultra-orthodoxes représente une menace existentielle plus grande que le danger d'un Iran nucléaire".

Le secteur ultra-orthodoxe est constitué d'une série de groupements qui peuvent englober diverses idéologies, comme un rejet total de l'État d'Israël ou un rejet théorique, mais avec une acceptation et, par conséquent, une participation à la vie politique. Les ultra-orthodoxes ou haredim sont ouvertement antisionistes, et bien qu'il puisse sembler paradoxal que le secteur le plus radicalisé du judaïsme rejette la création de l'État juif, c'est en fait un fait.

Efraim Halevy, abogado y experto en inteligencia israelí. PHOTO/ARCHIVO
PHOTO/ARCHIVO-Efraim Halevy, avocat israélien et expert en renseignement.

Les haredim soutiennent que les Juifs n'ont pas le droit de régner ou de s'installer en Terre promise avant la venue du Messie. Par conséquent, ils ne reconnaissent pas la légitimité de l'État d'Israël, sont isolés du reste de la communauté juive et ne reconnaissent pas l'autorité du rabbinat d'Israël ; en outre, géographiquement et culturellement, ils sont également séparés du reste de la société puisqu'ils vivent dans des quartiers spécifiques et parlent le yiddish au détriment de l'hébreu. Les ultra-orthodoxes, par conséquent, rejettent finalement les arguments de légitimation de l'État juif dans son essence, provoquant une confrontation directe avec le reste de la population juive, principalement les sionistes.

Il est également intéressant de noter la croissance de la population ultra-orthodoxe. Le Bureau central israélien des statistiques estime qu'en 1952, cette communauté atteignait à peine 30 000 personnes, à la mi-2019, elles sont déjà plus de 1 120 000. Mais la donnée la plus frappante est que d'ici 2030, la communauté haredim devrait constituer 16 % de la population totale, et les estimations les plus prudentes calculent que d'ici 2065, elle représentera un tiers de la population israélienne (40 % de la population juive de l'État). Le nombre moyen d'enfants pour cette communauté est estimé à 6,9 par femme, contre 2 ou 3 pour le reste de la population.

Alumnos judíos ultraortodoxos estudian textos religiosos en una yeshiva, o seminario judío, utilizando escudos de plástico protectores instalados en Bnei Brak, Israel, el jueves 27 de agosto de 2020 AP/ODED BALILTY
AP/ODED BALILTY-Des étudiants juifs ultra-orthodoxes étudient des textes religieux dans une yeshiva, ou séminaire juif, en utilisant des boucliers de protection en plastique mis en place à Bnei Brak, en Israël, le jeudi 27 août 2020
Le pouvoir des ultra-orthodoxes en Israël

L'augmentation de cette population a un impact direct sur les stratégies politiques de l'État juif, qui voit dans cette minorité une bonne occasion d'obtenir davantage de soutien. Les ultra-orthodoxes ne s'identifient pas à un courant politique spécifique, mais soutiennent les initiatives qui leur apportent un certain bénéfice dans leur communauté, c'est pourquoi cette population joue un rôle de plus en plus décisif dans le monde de la politique israélienne.

Benjamin Netanyahu a pu identifier le potentiel de cette minorité et a réussi à former un gouvernement avec leur aide. La politique en Israël est divisée en deux blocs, l'un peut être identifié à la droite, qui comprend le nationalisme laïque et religieux, qui a rejoint les ultra-orthodoxes (Shas et Torah unie du judaïsme) ; et, d'autre part, nous trouverions le bloc de gauche, avec de nouvelles formations laïques telles que Blue and White et l'Union démocratique, entre autres.

El ministro del Interior de Israel, Aryeh Deri (I), líder del partido ultraortodoxo Shas, habla con Moshe Gafni, parlamentario del partido Judaísmo Unido de la Torá, durante una reunión en la Knesset,  PHOTO/REUTERS
PHOTO/REUTERS-Le ministre de l'intérieur israélien, Aryeh Deri (à gauche), chef du parti ultra-orthodoxe Shas, s'entretient avec Moshe Gafni, parlementaire du parti juif Torah unie, lors d'une réunion à la Knesset

Depuis que Netanyahu est devenu Premier ministre d'Israël en 2009, il a toujours accordé une importance particulière aux partis ultra-orthodoxes. Dans ses discours, Nétanyahou fait l'éloge des deux partis haredim comme "alliés naturels du Likoud". De plus, après les deuxièmes élections de 2019, lorsque le parti Bleu et Blanc, dirigé par Benny Gantz, est apparu comme le plus grand parti, et a décidé de former un gouvernement avec "le bloc de droite", le groupe de partis religieux a refusé de négocier avec Gantz et a insisté pour que seul Netanyahu puisse être premier ministre.

La communauté ultra-orthodoxe a bénéficié de multiples avantages de l'administration Netanyahu au cours des dernières années. La population haredim, qui se déclare ouvertement antisioniste et rejette l'État d'Israël, participe à la vie politique du pays et prend de plus en plus d'importance dans ce domaine, devenant des formations charnières au sein du Parlement israélien. Cette minorité paie à peine des impôts, et c'est la population qui bénéficie le plus de l'aide publique, puisque 60% des haredim vivent sur le seuil de pauvreté.

Vista general de un  pleno en la Knesset en Jerusalén AFP/ MENAHEM KAHANA
AFP/ MENAHEM KAHANA-Vue générale d'une session plénière à la Knesset à Jérusalem.

Par ailleurs, en raison de la pression politique accrue des partis ultra-orthodoxes de la coalition au pouvoir, le financement public des yeshivas (écoles rabbiniques) a considérablement augmenté, passant de 124 millions d'euros en 2014 à 250 millions d'euros en deux ans seulement. Mais la concession la plus controversée est leur exemption du service militaire obligatoire.

En fait, ce privilège de la minorité ultra-orthodoxe de ne pas effectuer le service militaire obligatoire a soulevé des cloques au sein de la population et entraîné une forte crise gouvernementale. En 2017, la Cour suprême d'Israël a annulé certaines parties d'une loi sur la conscription de 2015 qui exemptait les étudiants juifs des séminaires du service militaire, qualifiant cette mesure de discriminatoire et d'anticonstitutionnelle. Le tribunal a ordonné au gouvernement de trouver un nouveau cadre qui assurerait l'égalité de traitement de tous les citoyens juifs. Peu de temps après, la Cour suprême a accordé une prolongation du délai pour l'adoption de nouvelles lois.

l primer ministro israelí, Benjamin Netanyahu, en el centro, con el ministro del Interior, Aryeh Deri, a la izquierda, y el secretario del gabinete, Tzachi Braverman AP/SEBASTIAN SCHEINER
AP/SEBASTIAN SCHEINER-Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, au centre, avec le ministre de l'Intérieur Aryeh Deri, à gauche, et le secrétaire de cabinet Tzachi Braverman.

Dans ce contexte, les ultra-orthodoxes, et les partis qui les représentent et qui composent le gouvernement de coalition israélien, ont exigé une réforme de la loi sur la conscription qui garantirait qu'une bonne partie de leurs électeurs masculins puissent être exemptés du service militaire. La règle a déjà été réformée en 2017 pour inclure une réduction des quotas pour la participation des ultra-orthodoxes dans l'armée, s'ils prouvent qu'ils sont des étudiants de yeshiva.

En fait, la réforme de la loi sur le service militaire a provoqué une telle crise au sein du gouvernement de coalition israélien qu'elle a précipité l'appel à des élections anticipées. Le Premier ministre Netanyahu a appelé à un vote sur la loi controversée, pour augmenter le recrutement de la minorité ultra-orthodoxe. Cette loi a été rejetée par les secteurs religieux, qui faisaient également partie de la coalition gouvernementale.

El líder de la oposición de Israel, Yair Lapid, en su oficina en Tel Aviv, Israel AP/ODED BALILTY
AP/ODED BALILTY-Le chef de l'opposition israélienne, Yair Lapid, dans son bureau à Tel-Aviv, Israël.

Mais le plus surprenant a été l'annonce par le parti Yesh Atid - un parti laïque et centriste - dirigé par Yair Lapid, et connu pour son combat en faveur des haredim servant dans l'armée, qu'il ne soutiendrait pas la loi. Selon Lapid, parce que le leader conservateur a scellé un pacte avec les ultra-orthodoxes pour ne pas appliquer ou assouplir la loi et pour leur donner plus de budgets afin d'assurer sa continuité au pouvoir. Le chef du parti Yesh Atid a reproché au Premier ministre de se rendre à "la population ultra-orthodoxe parce qu'il a peur d'elle".

De nouvelles élections ont eu lieu en 2019, plus précisément deux, car après celles qui ont été convoquées en avril, les deux grands groupes, le Likoud de Netanyahu et le parti Bleu et Blanc de Benny Gantz, n'ont pas réussi à former un gouvernement, de sorte que la population israélienne a dû faire face à un nouvel appel aux urnes en septembre de la même année. Dans cette nouvelle formation gouvernementale, après les élections de septembre 2019, les ultra-orthodoxes ont réintégré la coalition gouvernementale en tant que grands partisans de Netanyahou.

Las fuerzas de seguridad israelíes detienen a un judío ultraortodoxo mientras cierran una sinagoga en el barrio ultraortodoxo de Mea Shearim, en Jerusalén, el 30 de marzo de 2020, AFP/AHMAD GHARABLI
AFP/AHMAD GHARABLI-Les forces de sécurité israéliennes détiennent un juif ultra-orthodoxe alors qu'elles ferment une synagogue dans le quartier ultra-orthodoxe de Mea Shearim, à Jérusalem, le 30 mars 2020
Le coronavirus et la population ultra-orthodoxe

Alors que la société israélienne était confrontée à de sévères restrictions en raison de la COVID-19,la population ultra-orthodoxe menait une vie plutôt normale. Les ultra-orthodoxes ont ignoré les directives des autorités israéliennes, et ont continué à faire leur travail normal, avec pour résultat que cette minorité, qui représente 10 % de la population d'Israël, a accumulé 40 % des positifs quotidiens.

Les ultra-orthodoxes ont été les protagonistes de multiples affrontements violents avec la police, pour ne pas avoir respecté l'enfermement et pour avoir protesté contre les mesures sanitaires imposées par l'exécutif de Netanyahou. Les protestations d'un groupe qui, malgré les restrictions, a continué à fréquenter les synagogues, leurs écoles sont restées ouvertes, des mariages et même des funérailles en masse ont eu lieu, alors que le reste de la société israélienne était sous stricte surveillance.

La policía israelí dispara un cañón de agua hacia hombres judíos ultraortodoxos que bloquean la carretera durante una manifestación en Jerusalén AP/MAHMOUD ILLEAN
AP/MAHMOUD ILLEAN-La police israélienne tire au canon à eau sur des Juifs ultra-orthodoxes qui bloquent la route lors d'une manifestation à Jérusalem

Israël a déjà subi trois confinements, et il est actuellement en pleine désescalade, grâce à la campagne de vaccination rapide, qui a réussi à inoculer au moins une dose à 40 % de sa population.

Bien qu'elle soit une minorité qui ne représente actuellement qu'environ 10 % de la population israélienne, elle possède des quotas de pouvoir d'une importance vitale. En de nombreuses occasions, le caractère religieux donné à une cause sert à mobiliser certains groupes qui, autrement, ne participeraient pas à la vie politique. Dans ce cas, les ultra-orthodoxes, qui rejettent explicitement l'État d'Israël, ont réussi à s'imposer comme des forces politiques majeures qui ont souvent été décisives dans la formation d'un gouvernement et, en échange, ont réussi à obtenir des avantages pour leur communauté.

Miles de judíos ultraortodoxos participan en el funeral del destacado rabino Meshulam Soloveitchik, en Jerusalén, el domingo 31 de enero de 2021. AP/ARIEL SCHALIT
AP/ARIEL SCHALIT-Des milliers de juifs ultra-orthodoxes participent aux funérailles de l'éminent rabbin Meshulam Soloveitchik, à Jérusalem, le dimanche 31 janvier 2021.

Pour sa part, Benjamin Netanyahou a également su jouer avec cette minorité, cédant sur les aspects qu'il considère moins "controversés" afin de toujours s'assurer le soutien de partis tels que Shas et United Torah Judaism, qui sont pratiquement ceux qui ont tenté de le faire reconduire dans ses fonctions de Premier ministre après les dernières élections. Bien qu'il s'agisse d'un jeu d'échange de faveurs ou de concessions, comme dans toute démocratie, où il est nécessaire de parvenir à des accords pour former un gouvernement, ce cas est un peu plus particulier car il offre un statut différent à la minorité ultra-orthodoxe, qui bénéficie d'avantages spécifiques dont le reste de la société israélienne ne bénéficie pas, justifiés par sa religiosité.

Miles de judíos ultraortodoxos participan en el funeral del destacado rabino Meshulam Soloveitchik, en Jerusalén AP/ARIEL SCHALIT
AP/ARIEL SCHALIT-Des milliers de juifs ultra-orthodoxes assistent aux funérailles de l'éminent rabbin Meshulam Soloveitchik à Jérusalem

Il existe un équilibre complexe entre l'État et la religion, qui semble avoir été maintenu jusqu'à présent. Mais de plus en plus de voix en Israël critiquent les avantages accordés à cette minorité, et il a déjà été démontré que ces partis politiques ont même provoqué une crise gouvernementale dont l'issue s'est terminée par les urnes. En bref, nous ne devons pas sous-estimer cette minorité qui acquiert un rôle de plus en plus important dans l'arène politique, et qui pourrait finir par provoquer une confrontation avec le reste de la population juive, pour ses nombreux privilèges tant sociaux qu'économiques.