Quels sont les enjeux du conflit du Haut-Karabakh ?

Ces derniers mois, nous avons assisté aux affrontements dans le Haut-Karabakh, une confrontation de longue date impliquant plusieurs acteurs régionaux.
Armenios voluntariosEn Nagorno-Karabaj se sigue recrudeciendo la lucha entre armenios y azeríes. La Unión Soviética era un entramado que albergaba un sinfín de nacionalidades, pueblos, idiomas y tradiciones culturales. Los siglos que el imperio ruso primero, y soviético después, controló los bastos dominios del Cáucaso, no sirvieron para eliminar los conflictos que llevaban siglos azotando esta montañosa región que alberga una enorme diversidad confesional, lingüística y cultural, en un territorio confinado

AP/KAREN MIRZOYAN  -   Volunteer Armenian recruits gather at a centre where they receive their uniforms and weapons before being sent to the front near Hadrut, self-proclaimed Nagorno-Karabakh Republic, Azerbaijan, on Tuesday, September 29, 2020

Les combats entre Arméniens et Azéris continuent de s'intensifier dans le Haut-Karabakh. 

L'Union soviétique était un réseau d'innombrables nationalités, peuples, langues et traditions culturelles. Les siècles où les empires russe et soviétique ont contrôlé les vastes territoires du Caucase n'ont pas contribué à éliminer les conflits qui faisaient rage depuis des siècles dans cette région montagneuse d'une grande diversité religieuse, linguistique et culturelle, dans un territoire bordé par la Russie, la Turquie, l'Iran et la mer Caspienne et la mer Noire. Il y a actuellement trois pays internationalement reconnus dans la région, à savoir la Géorgie, l'Arménie et l'Azerbaïdjan, mais les luttes régionales entre et au sein de ces États sont encore d'une importance énorme aujourd'hui.  

Seule la Géorgie, le voisin du nord, a deux conflits régionaux majeurs en Abkhazie et en Ossétie du Sud, et dans son expérience limitée en tant que pays indépendant, elle a déjà affronté militairement la Russie une fois. Les relations entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan sont tout aussi complexes en raison d'un problème fondamental, à savoir l'établissement des frontières. Ces deux pays n'étaient pas indépendants avant l'effondrement de l'URSS et n'avaient auparavant réussi qu'à devenir des républiques sous le contrôle de Moscou. Les deux peuples se sont mélangés au fil des siècles, avec d'abondantes populations arméniennes dans des régions essentiellement azerbaïdjanaises et vice versa. Cette situation compliquée a fini par éclater dans une région : le Haut-Karabakh.  
 

PHOTO/AFP-Mapa de la zona conflictiva entre Armenia y Azerbaiyán
PHOTO/AFP- Carte de la zone de conflit entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan

Cette zone à majorité arménienne était entourée de colons azéris. Les Azéris sont les habitants majoritaires de l'Azerbaïdjan, à majorité musulmane et d'origine turque, qui s'étendent également dans le nord-ouest de l'Iran. Les Arméniens du Haut-Karabakh ont tenté sans succès d'obtenir de Moscou l'unification de cette région avec l'Arménie pendant la période de l'Union soviétique, avec des demandes constantes à Moscou qui ont été ignorées. Au cours des dernières années de l'URSS, les conflits entre ces deux communautés ont commencé à s'enflammer, avec une demande croissante des Arméniens pour l'autonomie dans le Haut-Karabakh et le début d'affrontements ethniques entre Arméniens et Azéris.  

En 1991, l'Azerbaïdjan, devenu un pays indépendant, retire son autonomie à la région du Haut-Karabakh, ce qui conduit le parlement régional à convoquer un référendum sur l'indépendance qu'il remporte à une écrasante majorité dans la région, la minorité azérie boycottant. En janvier 1992, le Haut-Karabakh s'est déclaré indépendant, donnant le coup d'envoi d'une confrontation armée qui a duré jusqu'en 1994. La récente république parvient non seulement à maintenir son indépendance, mais aussi à conquérir une bande de terre qui la relie à l'Arménie, expulsant les populations azéries qui y vivaient. Ainsi, la République du Haut-Karabakh, actuellement appelée République d'Artsakh, qui n'est reconnue par aucun pays et qui dépend de l'Arménie, est consolidée. La guerre a fait 30 000 morts et un million de réfugiés à la suite de l'expulsion des Arméniens vivant en Azerbaïdjan et des Azéris vivant en Arménie.  

Cette confrontation régionale a été ressuscitée ces derniers mois en raison des affrontements frontaliers entre l'Azerbaïdjan et la République d'Artsakh, soutenue par l'Arménie. Les tentatives répétées de trouver une solution au conflit international depuis le cessez-le-feu de 1994 ont échoué. Le Groupe de Minsk a été créé en 1992 pour chercher à résoudre le conflit sous la direction de la France, de la Russie et des États-Unis, sans parvenir à un accord de paix. De plus, Washington s'est progressivement désengagé de la confrontation, plus préoccupé par d'autres scénarios régionaux. Les principes de Madrid de 2007, visant à rechercher une solution pacifique au conflit, ont également échoué, en raison du manque de compréhension entre les parties et de la rareté de l'intervention internationale. Les incidents frontaliers dans la région sont constants, laissant une traînée de morts dues aux affrontements armés depuis des décennies.  
 

Militar armenio
AFP / Ministerio de Defensa de Armenia  -  Un soldat de l'armée de défense du Karabakh tire une pièce d'artillerie en direction des positions azéries lors des combats sur la région séparatiste du Haut-Karabakh le 28 septembre 2020

L'Ararat, la montagne sacrée de l'Arménie qui figure dans son blason national, se trouve en territoire turc. Les Arméniens occupent aujourd'hui un territoire qui représente une petite partie des vastes domaines qu'ils occupaient il y a 2 000 ans, lorsqu'ils avaient accès à trois mers, la Méditerranée, la Noire et la Caspienne. Aujourd'hui, ils n'ont accès à aucun d'entre eux. Ils ont été le premier État à adopter le christianisme, en 301 après J.-C., en établissant à Echmiadzín leur Vatican particulier, qui représente la ville sainte des Arméniens. Historiquement, ils ont été des partisans de la Russie en opposition à la domination turque sur la région, qui a perpétré un génocide sur les Arméniens en 1915, ce qui est encore nié par les autorités turques aujourd'hui.  

Alberto Priego, dans son article pour la Fondation CIDOB « La fragilité persistante du Caucase : La « crise d'avril » du Haut-Karabakh », résume déjà bien en 2016 quels sont les intérêts de l'Arménie et de l'Azerbaïdjan dans les conflits frontaliers. L'Arménie est le pays le moins développé économiquement depuis la chute de l'Union soviétique dans la région, avec une dépendance énergétique et économique importante vis-à-vis de Moscou, qui possède une importante base militaire sur le territoire arménien. L'élite politique avait été dominée par les hommes politiques de la République d'Artsakh, jusqu'à la révolution qui a mis Nikol Pashinian au pouvoir. Le Premier ministre a de nouveau recherché la confrontation et le nationalisme plutôt qu'une solution négociée au conflit. Pour dissimuler les importantes frictions sociales dans le pays et l'impact économique de la pandémie, le nationalisme arménien a été attisé, facilitant la confrontation armée.  
 

Cohete
REUTERS  -   Fusée après un récent bombardement lors d'un conflit militaire sur la région séparatiste du Haut-Karabakh à Stepanakert

L'Azerbaïdjan est contrôlé depuis l'indépendance par la famille Aliyev, d'abord le père Heydar et maintenant le fils, Ilham. Le manque de libertés politiques a été compensé par la richesse en hydrocarbures, qui a permis le développement économique du pays et des investissements importants dans les forces armées, qui sont clairement supérieurs à ceux des Arméniens. La chute des prix du pétrole et les effets néfastes de la pandémie ont conduit le régime azerbaïdjanais à tenter de chercher sa légitimité par la confrontation militaire, ce qui permet de détourner l'intérêt populaire des problèmes sociaux. L'Azerbaïdjan, pour qui le cessez-le-feu de 1994 était une humiliation nationale, cherche maintenant à améliorer sa position stratégique compte tenu de sa supériorité militaire, achetée avec l'argent des hydrocarbures.  

La Russie est l'un des principaux acteurs régionaux dans le Caucase, car le pays est présent dans la région depuis plusieurs siècles. Les Arméniens ont historiquement compté sur l'aide russe vis-à-vis de la Turquie, une relation qui reste cruciale aujourd'hui. La Russie possède une base militaire sur le territoire arménien, un pays qui appartient à l'Organisation du traité de sécurité collective (OTSC), promue depuis Moscou. Ainsi, toute attaque sur le territoire arménien obligerait la Russie à intervenir au nom de son allié. La République d'Artsakh ne fait pas directement partie de l'Arménie, la Russie n'a donc pas été obligée d'intervenir directement. De plus, ses intérêts sont divisés, puisque l'Arménie et l'Azerbaïdjan sont deux clients importants pour les exportations d'armes russes. Dans ce conflit, Poutine tente de limiter l'escalade d'une confrontation qui ne fait pas partie de ses priorités, en appelant les deux parties à s'asseoir à la table des négociations.  

tropas azerís
AFP / MINISTERIO DE DEFENSA AZERBAIYANO - Les troupes azéries menant une opération de combat lors des combats du 28 septembre 2020 entre les séparatistes arméniens et l'Azerbaïdjan dans la région frontalière du Haut-Karabakh

Pour sa part, la Turquie a changé de ton et d'implication dans le conflit au cours des dernières années. Ce front rejoint les autres scénarios dans lesquels il a déjà affronté la Russie, comme en Syrie ou en Libye. La nouvelle politique expansionniste de la Turquie vise à donner au pays un nouveau rôle dominant dans la région. Ses liens historiques avec l'Azerbaïdjan ont déterminé son soutien à ce pays depuis le début des combats. Depuis des années, Ankara se consacre à la vente d'armes et à la formation de cadres militaires azerbaïdjanais. Dans ce nouveau front qui s'ouvre avec la Russie, Erdogan a haussé le ton lors de ses récentes apparitions concernant le conflit, même s'il est peu probable qu'il intervienne directement, ce qui signifierait franchir une ligne rouge dans sa relation avec la Russie. Un autre élément fondamental est la sphère énergétique, puisque la mer Caspienne qui baigne l'Azerbaïdjan possède d'importantes réserves d'hydrocarbures qui doivent trouver leur chemin vers l'Europe, le principal marché d'exportation, à travers cette région complexe.  

Wojlciech Jaglielski, un journaliste polonais qui a couvert ce conflit et d'autres dans le Caucase après la chute de l'Union soviétique, décrit très bien dans son livre « Un bon endroit pour mourir, des histoires du Caucase », la mentalité des populations locales au début de la confrontation dans les années 1990. Hamo, un Arménien de Stepanakert, capitale de la République d'Artsakh, a déclaré : « Le fait est qu'ils voulaient tous nous achever. Ce n'était pas seulement pour la terre, ce qu'ils voulaient vraiment, c'était que chacun d'entre nous disparaisse (...). A vrai dire, la guerre n'a jamais éclaté, elle a toujours été là ». Pour sa part, l'Aga Sani, d'origine azérie, a déclaré : « Le fait est que les Arméniens ne voulaient pas vivre en paix avec nous, et qu'ils ne l'ont jamais voulu. Ils pensent qu'ils sont meilleurs et plus sages (...). C'est notre pays, l'Azerbaïdjan, et ils veulent nous enlever une partie de notre territoire ». Près de 30 ans après le début de la lutte armée, les positions restent les mêmes dans un conflit cyclique qui ne semble pas vouloir prendre fin dans la région. Ce cessez-le-feu n'est que le prélude à la prochaine confrontation.