Qui sont les Frères musulmans?

Avec une longue histoire, cette organisation, considérée comme terroriste par les Etats-Unis, a été persécutée et tolérée, dirigeant même l'Egypte, mais laissant aussi un grand nombre de victimes et étant l'inspiration de nombreux groupes terroristes
Les drapeaux des Frères musulmans

PHOTO/AFP  -   Les drapeaux des Frères musulmans, de la Jordanie et d'autres partis politiques sont agités avec d'autres signes de protestation dénonçant la conférence économique sur le Moyen-Orient organisée par les États-Unis à Bahreïn

Le fait d'être la plus ancienne organisation islamiste de tout le monde arabe et musulman signifie que les performances et les tournures ont été variées. Mais si sa base idéologique est aussi un islam radicalisé, cela signifie qu'elle pourrait être la graine semée de nombreux groupes et organisations djihadistes qui existent ou ont existé tout au long des 20e et 21e siècles.

L'organisation appelée Société des Frères musulmans (Jami'at al-Ikhwan al-Muslimin), également connue sous le nom de Frères musulmans, est née en 1928 dans une Égypte qui connaissait les derniers vestiges du califat ottoman Abd al-Madjeed al-Thani. Avec un réseau de partisans et de membres d'un demi-million à un million de personnes dans un pays de 80 millions d'habitants et avec une grande influence internationale, c'est l'une des organisations islamistes les plus présentes à l'étranger.

Mujeres marchan con banderas de la Hermandad Musulmana
PHOTO/AFP - Des femmes défilent avec les drapeaux des Frères musulmans lors d'un rassemblement de prière post-vendredi dans la capitale jordanienne, Amman, le 21 juin 2019
Origine et consolidation

La présence coloniale britannique en Égypte et les attaques continues contre la population locale ont poussé un enseignant, Hassan al-Banna, à décider de former une petite association islamique, qui a d'abord essayé de promouvoir la bonne conduite parmi ses membres et de développer des activités caritatives avec les plus nécessiteux. Fondée dans la ville d'Ismailyyah, dans le nord-ouest du pays, elle s'est rapidement déplacée vers la capitale, Le Caire, où, en deux décennies, elle a réussi à faire adhérer près de deux millions de personnes à cette organisation.

Avec un discours panislamiste et basé principalement sur la nécessité de prendre l'Islam comme seule forme de libération du pouvoir britannique, Al-Banna a accru sa notoriété. « L'Islam est le système parfait d'organisation sociale, qui accompagne tous les aspects de la vie », dirait le chef des Frères musulmans dans l'un de ses discours. L'idée de cette fraternité est née soutenue par le retour à l'Islam primitif, basé sur le Coran et la Sunna, et la mise en œuvre de la Charia comme seule forme de gouvernement. 

Los estudiantes de la Universidad de El Cairo
PHOTO/REUTERS - Des étudiants de l'université du Caire, partisans des Frères musulmans, agitent un drapeau lors d'une manifestation contre l'armée 

Al-Banna s'est rendu compte de la négligence des autorités égyptiennes envers la population et a vu dans la construction de centres de santé, d'écoles et de mosquées le moyen d'atteindre l'ensemble de la population - ce que l'on appelle « aide sociale » ou « clientélisme » - et a également réussi à pénétrer fortement dans des pays tels que la Jordanie et la Syrie. 

Mais l'activité par des moyens pacifiques ne durera pas longtemps et bientôt ils vont procéder à la création d'un bras violent, chargé de mener les attaques contre les Britanniques, auxquels Al-Banna avait exprimé son animosité.

Estudiantes palestinos que apoyan a Hamas
REUTERS/MUSSA QAWASMA - Des étudiants palestiniens soutenant le Hamas tiennent une affiche représentant Hassan Al-Banna, le fondateur des Frères musulmans

Sous le règne de Farouk, ainsi que sous le gouvernement du président laïc et panarabe Gamal Abdel Nasser, ils ont été sévèrement réprimés. Ils n'ont pas non plus été légalisés sous le régime de Moubarak.

Sayyid Qutb, grand leader 

Grand défenseur de la cause palestinienne, Al-Banna s'engage dans la révolte arabe en Palestine en 1936, par une campagne de dons et de rassemblements importants. Le bras violent de la confrérie égyptienne se joindra à cette lutte et participera à la guerre israélo-arabe de 1948, finalement vaincue. Ce conflit a contribué à radicaliser davantage le groupe, outre la mort de son leader en 1949 aux mains des agents de sécurité de l'ancien roi Farouk. 

Miembros de la prohibida Hermandad Musulmana de Egipto
AFP/KHALED DESOUKI - Des membres des Frères musulmans, une organisation interdite en Egypte, sont vus à l'intérieur d'un dock en verre lors de leur procès dans la capitale, Le Caire, le 28 juillet 2018

Cette mort a fait prendre les rênes de la société à l'intellectuel et théoricien islamiste Sayyid Qutb (1906-1966) et l'organisation s'est définitivement tournée vers l'extrémisme, où le djihad est le moteur de ses activités contre tous les infidèles. Qutb a passé de longues périodes en prison, où il a écrit plusieurs ouvrages qui ont défini sa démarche et ont été pris comme guides à suivre par les membres et les adeptes des Frères musulmans. Accusé d'avoir participé à une tentative d'assassinat contre l'actuel président Nasser, il a été pendu en 1966.

Ce fut un coup dur, qui a déclenché un renouveau de la Société dans les années 1970, avec l'arrivée de nombreux jeunes étudiants. De plus, la défaite de l'armée égyptienne dans la guerre des Six Jours aux mains des Israéliens en 1967 a fait voir à beaucoup de ces jeunes l'échec du projet laïciste de Nasser, et ils ont commencé à soutenir un Islam rigoriste, comme celui défendu par les Frères musulmans.

Militantes enmascarados de Hamas ondean sus banderas nacionales
AP/ADEL HANA - Des militants masqués du Hamas agitent leurs drapeaux nationaux lors d'une manifestation contre le plan annoncé par le président américain pour le Moyen-Orient
La Confrérie dans la sphère internationale

Au cours de ces années, le groupe a emprunté différentes voies : d'une part, il y avait ceux qui prônaient un mouvement pacifique, dont l'activité reposerait sur différentes initiatives et services de nature sociale ; d'autre part, l'autre branche était plus encline à suivre la piste de Qutb, qui avait intensifié l'activité du bras violent, devenant le germe de certains groupes djihadistes actuels. Un exemple est le Hamas palestinien, qui se déclare être le « bras des Frères musulmans en Palestine », bien qu'il ait annoncé en 2017 son indépendance du groupe égyptien. 

Cependant, il convient de noter que la Palestine n'est pas la seule à avoir été sous l'influence de la confrérie. La vocation à étendre son action à l'ensemble de la communauté musulmane a fait que ses tentacules ont atteint la Jordanie, la Syrie et d'autres pays du Golfe, trouvant dans les premières années le Qatar comme grand allié et l'Iran comme source de financement. 

Ce soutien iranien l'oppose aux intérêts de l'Arabie Saoudite et de ses coreligionnaires, où Riyad voyait une menace possible dans la région pour son leadership dans le monde musulman. En fait, le royaume saoudien a déclaré que l'organisation était un groupe terroriste, une décision prise plus tard par d'autres pays de la région tels que les Émirats arabes unis (EAU).

Combatientes de la unidad Nureddine al-Zinki
AFP/NAZEER AL-KHATIB - Les combattants de l'unité Nureddine al-Zinki, une faction d'opposition syrienne modérée affiliée aux Frères musulmans et composée d'anciens combattants de l'Armée libre syrienne
Entrée dans la politique égyptienne

Dans une tentative de légitimation politique, au cours des années 1980, les dirigeants de la Confrérie ont formé des alliances avec différents partis politiques, devenant ainsi la principale force d'opposition.

Le nouveau millénaire commençait et, lors des élections de 2000, les Frères musulmans ont remporté 17 sièges à l'Assemblée du peuple, et cinq ans plus tard, 20 % des sièges au Parlement. Cette montée de la fraternité inquiète le président égyptien de l'époque, Hosni Moubarak, qui lance une vague d'arrestations répressives parmi les membres et les sympathisants. Le mouvement a fini par être mis hors la loi. Une mise à jour de la constitution égyptienne stipule : « Toute activité politique et tout parti politique basé sur des principes religieux est interdit ». En outre, des lois antiterroristes ont été adoptées, donnant aux autorités le pouvoir d'arrêter les suspects et de limiter les réunions publiques.

Un joven palestino utiliza su teléfono para hacerse una foto frente a un cartel que representa al difunto ex presidente egipcio Mohamed Morsi
AFP/ SAID KHATIB - Un jeune Palestinien utilise son téléphone pour prendre une photo devant une affiche représentant le défunt ex-président égyptien Mohamed Morsi

Puis, il y a eu 2011 et la déstabilisation de régimes en Afrique du Nord, comme ceux de la Tunisie et de la Libye, dans le cadre du « Printemps arabe », qui a également servi de tremplin aux Frères musulmans. Le 11 février de cette année-là, après d'intenses et violentes manifestations et soulèvements contre le gouvernement de Moubarak, le « vendredi de la colère », le leader égyptien a présenté sa démission et des élections ont été organisées, au cours desquelles tous les partis qui avaient été interdits auparavant ont été légalisés, y compris les Frères musulmans.

De la réussite à l'exil : les dernières années 
Vista general de una sesión del Parlamento egipcio
PHOTO/LOBNA TAREK - Aperçu d'une session du Parlement égyptien

Après Ennahdha en Tunisie, un parti islamiste qui a remporté 40 % des sièges au Parlement, ou les islamistes de Parti de la justice et du développement au Maroc avec 107 sièges sur 395, les Frères musulmans ont remporté 45 % des voix aux élections législatives de 2011. 

Quelques mois plus tard, lors des élections présidentielles et sous le nom de Parti de la liberté et de la justice (PLJ), Mohamed Morsi est devenu le premier président égyptien des Frères musulmans. En outre, la formation ultra-conservatrice, le « Parti salafiste », est arrivée en deuxième position, avec laquelle les islamistes ont réussi à contrôler 70 % de la chambre basse, et à obtenir un résultat similaire à la chambre haute. À l'époque, il semblait que rien ne pouvait arrêter la dérive fondamentaliste d'un des pays les plus développés de la région.

El presidente egipcio Abdel Fattah al-Sisi
PHOTO/REUTERS - Le président égyptien Abdel Fattah al-Sisi

Le soutien spectaculaire des sondages s'est traduit par une grande légitimation par l'opinion publique des bases idéologiques que la société des Frères musulmans a défendues depuis le début du siècle dernier. Mais le fantôme de l'autoritarisme et de la soif de pouvoir est vite apparu chez Morsi, et peu de temps après être devenu président, il a publié un décret constitutionnel donnant au président des pouvoirs quasi absolus. L'opposition a réussi à la faire révoquer, mais le geste et les intentions sont restés gravés dans la mémoire des citoyens égyptiens.

L'endettement et la situation économique et sociale précaire que connaissait alors le pays du Nil, qui ont permis de recueillir 20 millions de signatures contre lui, ainsi que la dérive autoritaire que Morsi avait prise et la tension croissante avec les forces armées, ont été les ingrédients nécessaires au triomphe d'un coup d'État le 3 juillet 2013, mené par le ministre de la défense de l'époque, Abdel Fattah al-Sisi, qui a conduit à la destitution du gouvernement et à la suspension de la Constitution. Morsi a été emprisonné et est mort en 2019. Après l'une des séances du procès intenté contre lui - pour divers délits : espionnage, intimidation et torture d'opposants ou incitation au meurtre de manifestants - selon le bureau du procureur général égyptien, l'ancien dirigeant s'est effondré devant le tribunal où il est mort d'une crise cardiaque. 

El presidente turco Recep Tayyip Erdogan
PHOTO/AFP - Le président turc Recep Tayyip Erdogan s'adresse aux personnes en deuil lors d'une cérémonie symbolique de funérailles de l'ancien président égyptien à la mosquée Fatih à Istanbul

Le nouveau gouvernement intérimaire, soutenu par l'armée, a rapidement déclaré que les Frères musulmans étaient un groupe terroriste, suite à l'une des attaques les plus sanglantes de la région contre un poste de police à Mansura, qui a fait 16 morts et plus d'une centaine de blessés.

Les intentions démocratiques des Frères musulmans n'étaient que cela, des intentions, car des dizaines d'attaques contre les forces de sécurité, en particulier dans la péninsule du Sinaï, ont été commises par la confrérie, semant une haine profonde parmi une grande partie de la population égyptienne. Pour l'instant, la confrérie continue d'opérer dans la clandestinité.