PUBLICIDAD

Iberdrola

Qui sont les grands gagnants du programme d'allègement de la dette du G20 ?

Le DSSI, le Cadre commun et les DTS ont été conçus pour atténuer les problèmes de dette et de financement
alivio-deuda-g20

PHOTO/MESHARI ALHARDI/DGDA via AP  -   Une photo de famille des membres du G20 est projetée sur les murs du palais de Salwa à Turaif

Les conséquences économiques de la pandémie de COVID-19 ont conduit à la mise en place d'une série d'options d'allègement de la dette et de financement pour les pays ayant des problèmes de liquidités. Mais combien de marchés émergents ont bénéficié de ces initiatives ?

L'endettement était déjà un problème majeur avant la crise sanitaire. Selon le FMI, 36 des 70 marchés classés par le fonds comme à faible revenu présentaient un risque élevé de surendettement ou l'étaient déjà en février 2020, avant la déclaration d'une pandémie mondiale.

La pandémie a exacerbé ces préoccupations, car les gouvernements se sont endettés pour financer leurs réponses nationales à la double crise économique et sanitaire.

alivio-deuda-g20
REUTERS/LUDOVIC MARIN - Emmanuel Macron, tient une conférence de presse conjointe avec la directrice générale du Fonds monétaire international (FMI), Kristalina Georgieva
Soutien institutionnel et transfert de responsabilités

Alors que de plus en plus de pays en développement cherchaient à restructurer leur dette, les gouvernements du G20, en collaboration avec les institutions financières internationales, ont mis au point un certain nombre d'initiatives pour alléger la charge.

La principale est l'initiative de suspension du service de la dette (DSSI), un dispositif administré par le G20 qui prévoit un moratoire sur les remboursements de prêts bilatéraux dus aux membres du G20 et à leurs banques politiques.

Initialement lancé en juin 2020, le DSSI, qui est disponible pour 73 pays à faible revenu, a été prolongé jusqu'à la fin de cette année.

Cette initiative est complétée par le cadre commun du G20 pour le traitement de la dette au-delà de la DSSI. Établi en novembre de l'année dernière par le G20 et le Club de Paris, un groupe informel de 22 créanciers principalement occidentaux, le cadre commun s'applique aux mêmes 73 pays pouvant bénéficier d'un soutien au titre du DSSI.

alivio-deuda-g20
REUTERS/JOHANNES P.CHRISTO - Logo du FMI lors de l'assemblée annuelle 2018 du Fonds monétaire international et de la Banque mondiale à Nusa Dua, Bali, Indonésie

Elle diffère de la première en ce qu'elle offre un allégement au cas par cas, l'aide pouvant aller de la restructuration complète de la dette, y compris des décotes dans certains cas, à un report à plus long terme des paiements de la dette.

L'augmentation de l'allocation des droits de tirage spéciaux (DTS) est une autre mesure destinée à atténuer les préoccupations budgétaires. Administrés par le FMI, les DTS sont des actifs de réserve internationaux définis par un panier de cinq devises - dollar américain, yen japonais, euro, livre sterling et yuan chinois - que les pays membres utilisent pour compléter leurs propres réserves.

Le 2 août, le Conseil des gouverneurs du FMI a approuvé l'allocation de DTS pour un montant de 650 milliards de dollars afin de stimuler la reprise économique mondiale. Il s'agit de la première nouvelle allocation depuis 2009 et de loin la plus importante de ce type, doublant les 318 milliards de dollars de DTS précédemment libérés par le FMI.

Bien qu'elle ne soit pas considérée comme une solution générale aux problèmes économiques liés à la COVID-19, l'allocation de DTS devrait aider les marchés émergents à faire face à un manque de liquidités, qui dans de nombreux cas est devenu plus critique en raison de la réduction de l'aide bilatérale l'année dernière.

alivio-deuda-g20
AFP/ ANDREAS SOLARO - La secrétaire au Trésor américain Janet Yellen
Combien les marchés émergents épargnent-ils ?

Depuis le début de la DSSI le 1er mai 2020 jusqu'à la fin de l'année 2020, 43 pays ont obtenu 5,7 milliards de dollars d'allègement de la dette grâce à cette initiative. Sur ce montant, 2,5 milliards de dollars proviennent du Club de Paris, qui ne comprend pas les principaux créanciers tels que la Chine.

Quant au premier semestre de cette année, bien qu'un chiffre global de la DSSI ne soit pas disponible, le montant de l'allègement de la dette accordé par les pays du Club de Paris a plus que diminué de moitié pour atteindre un peu plus d'un milliard de dollars. Les analystes suggèrent que le chiffre total pourrait bien avoir suivi une tendance similaire.

En termes absolus, c'est le Pakistan qui a le plus bénéficié de la participation du Club de Paris au DSSI, obtenant 1,4 milliard de dollars de reports de dette entre mai 2020 et juin de cette année, suivi du Yémen (352 millions de dollars), de la Papouasie-Nouvelle-Guinée (320 millions de dollars), du Cameroun (263 millions de dollars) et de l'Angola (201 millions de dollars).

Sao Tomé-et-Principe a été le plus grand bénéficiaire en termes relatifs, avec 63,1 % de sa dette publique extérieure servie par le système. Les autres pays recevant une aide importante sur ce front sont le Yémen (62,4%), la Papouasie-Nouvelle-Guinée (47,4%), le Cameroun (25,7%) et la Guinée (23%).

Quant au Cadre commun du G20, qui a été conçu pour compléter le DSSI en fournissant un allégement structurel de la dette à plus long terme, seuls trois pays - le Tchad, l'Éthiopie et la Zambie - avaient demandé une restructuration de leur dette au titre de cette initiative à la mi-août. Des discussions sont en cours entre les pays candidats et les parties concernées sur la portée et la nature de l'allégement.

alivio-deuda-g20
AFP/ARSENE MPIANA - Marché des changes Kintambo Magasin à Kinshasa, Cameroun

Malgré les options considérables offertes, certains analystes affirment que l'aide apportée aux marchés émergents par ces mécanismes a été assez limitée en termes réels.

Par exemple, les 5,7 milliards de dollars d'allégement de la dette au titre de la DSSI obtenus entre mai et fin décembre ne représentent que 12 % du service de la dette publique et garantie par l'État des pays participants au cours de cette période.

Parallèlement, le Réseau européen sur la dette et le développement (Eurodad), une organisation de la société civile, a critiqué le fait que les banques multilatérales de développement et les prêteurs privés ne soient pas obligés de participer.

Dans un rapport publié en octobre 2020, Eurodad a estimé que 24 % des paiements de la dette dus par les pays participant à la DSSI entre mai et décembre de l'année dernière étaient en fait soumis à une éventuelle suspension de la dette. Lorsqu'elle a été étendue à tous les pays en développement, y compris ceux qui ne sont pas éligibles au DSSI, mais à l'exclusion de la Chine, du Mexique et de la Russie, l'initiative a couvert 1,6 % de tous les paiements de la dette dus en 2020.

Appels à la réforme

Les inquiétudes concernant l'efficacité de ces initiatives ont conduit à des appels à la réforme des mécanismes eux-mêmes et de la restructuration de la dette en général.

Tout en préconisant que les créanciers du secteur privé soient intégrés dans des programmes tels que le DSSI, Eurodad estime que les pays dont les niveaux d'endettement sont insoutenables devraient voir une partie de la charge de leur dette annulée, plutôt que simplement reportée.

Ailleurs, la mise en œuvre des DTS, qui seront disponibles à partir du 23 août, a suscité de nombreux débats.

Étant donné que les DTS sont normalement alloués sur la base des quotes-parts des pays membres au FMI, qui sont souvent fondées sur le PIB, Eurodad s'est dit préoccupé par le fait que les pays à revenu élevé représenteraient les deux tiers des nouvelles liquidités et que les marchés à faible revenu devraient se partager 7 milliards de dollars sur un total de 650 milliards de dollars.

alivio-deuda-g20
AFP/DANIEL BELOUMOU OLOMO - Des ouvriers du bâtiment travaillent au stade d'Olembe à Yaoundé, au Cameroun

Cette situation a suscité des commentaires de Janet Yellen, la secrétaire américaine au Trésor, selon lesquels les pays du G20 devraient transférer leurs allocations de DTS aux pays moins développés. Plusieurs dirigeants africains et européens, dont les présidents de la France, du Rwanda, du Sénégal et de l'Afrique du Sud, ont écrit une lettre ouverte en mai 2021 pour demander aux nations les plus riches de redistribuer leurs allocations de DTS afin de contribuer au redressement post-pandémie de l'Afrique.

Une analyse de la Citibank réalisée au début de l'année a suggéré que, si l'allocation suivait les quotas du FMI, elle ferait plus que doubler les réserves internationales brutes de la Zambie et multiplierait par six celles du Zimbabwe. D'autres marchés émergents comme l'Argentine, l'Équateur, le Ghana, le Kenya et le Sri Lanka devraient également voir leurs réserves de change augmenter de plus de 10 %.

Bien que la répartition exacte des allocations de DTS ne soit pas connue, le FMI a annoncé le 2 août qu'environ 275 milliards de dollars iraient aux pays émergents et en développement.