PUBLICIDAD

Iberdrola

A quoi sert Facebook ?

Le réseau social est devenu un mur de mèmes, de photos périmées et de publicités vulgaires. Son objectif est maintenant de faire payer pour tout
El logo de Facebook se muestra en un teléfono móvil REUTERS/JOHANNA GERON

REUTERS/JOHANNA GERON  -   Logo Facebook affiché sur un téléphone portable

Dix-sept ans se sont écoulés depuis que, le 4 février 2004, Mark Zuckerberg, avec d'autres étudiants de l'université de Harvard, a lancé le réseau social Facebook. Plus de trois lustrums pour changer les relations humaines grâce à l'internet.

Cherchez et trouvez des amis et de la famille. Écrire des messages, chatter, féliciter les anniversaires, raconter les joies et les drames personnels... Le mur de Facebook comme ce grand forum où les êtres humains se rencontrent.

Cousins éloignés

Mais Facebook n'est plus ce qu'il était. Il s'agit désormais de Facebook Inc, un conglomérat de services informatiques qui comprend d'autres réseaux sociaux tels que WhatsApp. Une multinationale capable de renverser des gouvernements, de modifier des élections, de ruiner des vies et de promouvoir les "fake news". Vous ne retrouvez plus un cousin éloigné perdu à l'autre bout du monde. En chemin, le parent se perd dans un enchevêtrement de publicités, de jeux, de politiques de confidentialité et de profils abandonnés qui le font renoncer au deuxième clic.

La red social se ha convertido en un muro de memes, fotos añejas y publicidad vulgar. Su objetivo ahora es cobrar por todo AFP/ OLIVIER DOULIERY
AFP/ OLIVIER DOULIERY-Le réseau social est devenu un mur de mèmes, de photos périmées et de publicités vulgaires. Son objectif est maintenant de faire payer pour tout
Cambridge Analytica

La vie chez Facebook est devenue compliquée. Derrière le grand F que tout le monde reconnaît se cache une toile de big data qui s'est terminée par le grand scandale de Cambridge Analytica. La société a été accusée d'avoir obtenu les informations personnelles de millions d'utilisateurs de Facebook à l'encontre des politiques d'utilisation du réseau social et d'avoir utilisé ces données pour créer des publicités politiques. Zuckerberg a dû se présenter devant le Sénat américain et subir un interrogatoire musclé qui restera dans l'histoire pour son dialogue avec le sénateur Durbin :

"Zuckerberg, seriez-vous prêt à partager le nom de l'hôtel où vous avez séjourné la nuit dernière ?" a demandé Dick Durbin.
"Mm, non !" a répondu Zuckerberg, après une longue pause et un sourire.

"Je pense que c'est peut-être de cela qu'il s'agit : le droit à la vie privée", lui a répondu Durbin.

Les Américains ont reconnu que l'Europe avait fait un bien meilleur travail de protection des données de ses citoyens avec la mise en œuvre du Règlement général sur la protection des données (RGPD). Les règles qui font suer les applis pour essayer d'obtenir des informations de leurs utilisateurs, car il faut maintenant reconnaître explicitement que leur âge, leur région, leurs goûts, leurs recherches... peuvent être utilisés à des fins commerciales au profit de l'entreprise qui vous laisse utiliser leur appli.

Han pasado 17 años desde que, el 4 de febrero de 2004, Mark Zuckerberg, junto con otros estudiantes de la Universidad de Harvard, puso en marcha la red social Facebook AFP/ MANDEL NGAN
AFP/ MANDEL NGAN-17 ans se sont écoulés depuis que, le 4 février 2004, Mark Zuckerberg, avec d'autres étudiants de l'université de Harvard, a lancé le réseau social Facebook.
Facebook insupportable

En supposant qu'il reste quelqu'un sur Facebook qui fasse la même chose qu'il y a 17 ans, il doit maintenant se soumettre à un environnement consumériste, à des posts qui cachent de la publicité au goût du consommateur, à des liens vers des sites web rustiques qui vivent de clics basés sur la diffusion de mèmes ou doit voir des photos de mauvaise qualité qui sont encore téléchargées par les plus de 50 ans qui y vivent encore. C'est insupportable d'être sur Facebook. Les applications de jeu qui étaient si populaires il y a 10 ans sont toujours ennuyeuses dans un coin, parce que quelqu'un a oublié d'acheter des animaux pour la ferme. Il y a un écho dans les groupes d'intérêt parce qu'ils sont évincés.

Le Marketplace essaie de vous vendre une selle de vélo usagée ou une cabane rustique dans un village de Valence. Quelqu'un achète-t-il quelque chose sur Facebook ? Événements, Messenger, listes d'amis, météo, santé émotionnelle, Facebook Pay, vidéo en direct, intervention d'urgence, Oculus, souvenirs, et même conseils COVID... Tout cela, Facebook veut l'être. Une machine de divertissement qui stresse et ennuie.

La vida en Facebook se ha vuelto complicada. Detrás de la gran F que todo el mundo reconoce hay un entramado de big data que acabó en el gran escándalo de Cambridge Analytica.  AFP/DANIEL LEAL-OLIVAS
AFP/DANIEL LEAL-OLIVAS-La vie chez Facebook est devenue compliquée. Derrière le big F que tout le monde reconnaît, il y a une toile de big data qui s'est terminée par le grand scandale de Cambridge Analytica.
Diplômes à 90 euros

Il y a encore la partie professionnelle. Les entreprises continuent d'ouvrir des profils sur Facebook, car il vaut mieux y être que ne pas y être. Au cas où quelqu'un passerait devant leur vitrine virtuelle et achèterait quelque chose. C'est la meilleure chose qui ait été lancée ces dernières années. Une entreprise peut avoir une présence sur Facebook, même si elle n'a pas d'espace physique. Boutique, photos, annonces, offres, achats en ligne... L'idée est bonne, mais elle ne pourra jamais être exploitée. Le réseau de connaissances dont le propriétaire de l'entreprise doit disposer l'amène à prendre une décision : étudier pendant des mois le fonctionnement des entreprises et du gestionnaire publicitaire pour ne pas gaspiller l'argent qu'il pense investir dans la publicité ; engager une entreprise pour faire ce travail et supposer qu'elle le fait bien ou télécharger des photos de ses produits et supplier le client que, s'il veut quelque chose, il ferait mieux d'appeler par téléphone ou d'envoyer un WhatsApp pour gérer la vente.

Facebook n'abandonne pas. Elle lance des cours et des programmes d'apprentissage pour apprendre aux utilisateurs à se servir de ses outils. Vidéos, conférences, documents (en anglais), diplômes accrédités après avoir payé 90 euros... des heures de cours qui valideraient un diplôme pour vous convaincre qu'il vaut mieux payer si vous voulez qu'ils diffusent vos publicités. Si vous payez, ils vous voient plus. Si vous ne payez pas, vous allez dans le... mur... des regrets.

Pero Facebook ya no es lo que un día fue. Ahora es Facebook Inc., un conglomerado de servicios informáticos que incluye otras redes sociales como, por ejemplo, WhatsApp.
Foto de archivo-Mais Facebook n'est plus ce qu'il était. Il s'agit désormais de Facebook Inc., un conglomérat de services informatiques qui comprend d'autres réseaux sociaux tels que WhatsApp.
Le politiquement correct

Les médias ont renoncé à être sur Facebook. Peut-être qu'ils téléchargent quelques nouvelles par jour pour être présents. Zuckerberg ne voulait pas que son invention soit politiquement biaisée, mais il est capable de sélectionner des informations politiquement incorrectes et de réduire la portée de leur publication à un niveau proche de zéro afin qu'elles n'apparaissent pas. Facebook a sa propre idéologie. Aujourd'hui, ils conservent un droit de veto sur le profil de Donald Trump.

Les médias doivent également apprendre à télécharger des informations sur Facebook. Permissions, documents, statuts, codes d'intégration sur leurs sites web... Un protocole sans fin dans lequel ils doivent déclarer si les médias publient sur la politique et sur quel ton. La dictature numérique du XXIe siècle. S'ils ne l'aiment pas, ils justifient leur réponse par des règles sans fin auxquelles le média ne se conforme pas.

Facebook survit grâce à Instagram. Une autre des grandes acquisitions de Zuckerberg quand il a compris que les nouvelles générations vivaient d'images. En 2012, il a payé 1 000 millions pour donner de l'oxygène à son ancien réseau social. Les gens acceptent que ce qu'ils publient sur Instagram soit reproduit sur Facebook. Cela rend le mur encore plus ridicule, car il le remplit de photos et de vidéos de mauvais goût avec un tas de hashtags en bas qui n'apportent rien dans cet environnement.

Négligence des clients

Le service à la clientèle mérite d'être étudié. Il n'y a pas de numéro de téléphone direct. Un standard téléphonique où vous pouvez vous adresser à une personne qui s'occupera de vous personnellement. Et les entreprises ont compris que le service client devait être prioritaire et direct. Facebook s'en fiche. Il permet à son Messenger de faire en sorte que l'utilisateur puisse parler à un opérateur qui dispose de nombreuses ressources standard pour répondre sans rien dire. Mais ne négligez pas des choses simples comme "prenez soin de vous", "protégez vos proches" ou "restez chez vous" en période de coronavirus. Ils ne lèvent aucun doute et attribuent tout à une série de départements fantômes qui sont ceux qui prennent les décisions. Si le site web de votre entreprise subit une attaque et réplique la publicité, Facebook ne laissera pas l'url apparaître dans vos publications. Si vous appelez pour régler le problème, ils vous envoient une police et vous disent que vous êtes en infraction avec l'un de ces points, mais ils ne vous disent pas lequel. Il vous est donc impossible de résoudre le problème à leur goût et de rendre votre site à Facebook. Des réponses génériques à des problèmes particuliers qui font désespérer n'importe qui.

Peut-être que Facebook devrait utiliser Facebook pour se trouver.