Révolution, dévaluation et commerce du dollar au Liban

Fermeture des magasins pour protester contre la dévaluation de la livre sterling
Manifestación frente a la entrada de la Universidad Americana de Beirut, en la calle Bliss de la capital libanesa, el 29 de diciembre de 2020, contra la decisión de varias universidades de adoptar un nuevo tipo de cambio del dólar para fijar el precio de las matrículas AFP/ ANWAR AMRO

AFP/ ANWAR AMRO  -   Manifestation devant l'entrée de l'Université américaine de Beyrouth, rue Bliss, dans la capitale libanaise, le 29 décembre 2020, contre la décision de plusieurs universités d'adopter un nouveau taux de change du dollar pour fixer les frais de scolarité.

Une nouvelle vague de manifestations virulentes secoue le Liban du nord au sud, des journées de protestations massives sont une fois de plus descendues dans les rues par une foule en colère à cause de la situation d'appauvrissement sans fin vécue dans le pays et de l'effondrement retentissant commencé la semaine dernière de la monnaie locale marquant le 11. L'effondrement de la monnaie locale a commencé la semaine dernière à 11.000 LBP par rapport au taux de référence du dollar américain et s'est poursuivi tout au long de la semaine pour atteindre ces derniers jours un nouveau record historique sur le marché informel de 13.250 LBP en échange de USD, rappelons que le taux officiel a été fixé au printemps dernier à 3.900 LBP. Cela entraîne une hyperinflation, des prix incontrôlés et, plus dramatique encore, l'inaccessibilité des produits de base pour une grande partie de la population. C'est le quotidien d'une société comateuse plongée dans une profonde crise économique sans précédent dans l'histoire d'une nation autrefois connue pour son industrie financière florissante.

El país está sumido en una crisis económica que ha provocado un aumento del desempleo y una espiral de precios, mientras que la moneda se ha desplomado hasta un nuevo mínimo con respecto al dólar en el mercado negro AFP/ JOSEPH EID
AFP/ JOSEPH EID-Le pays est embourbé dans une crise économique qui a entraîné une hausse du chômage et une flambée des prix, tandis que la monnaie est tombée à son plus bas niveau par rapport au dollar sur le marché noir.
Comment tout cela a-t-il commencé ?

Plusieurs variables sont impliquées dans l'effondrement économique et l'aggravation de la crise financière libanaise. Parmi les causes externes, la principale est le ressentiment de l'économie régionale affectée par la dévaluation du prix du pétrole brut ces dernières années, qui a ralenti l'aide financière et les investissements des pays de la région, ajouté à la méfiance des marchés financiers internationaux envers le système politique libanais instable, accusé à plusieurs reprises par les organisations internationales d'être népotiste, clientéliste et incapable de former un exécutif stable pour assurer l'avenir des investissements internationaux, réduisant ainsi le flux des devises nécessaires au maintien du système bancaire national.

Parmi les causes internes, encore plus complexes que les causes externes qui interfèrent dans la dévaluation incessante de la monnaie locale, le déclencheur qui a fait exploser tout le système financier au début de l'année 2019 a été l'éclatement de la bulle immobilière résultant des crédits Al-Iskan aussi appelés Prêts immobiliers promus par la Banque de l'habitat.

Una mujer libanesa junto a su nevera vacía en su apartamento en la ciudad portuaria de Trípoli, al norte de Beirut, el 17 de junio de 2020. -  AFP/ IBRAHIM CHALHOUB
AFP/ IBRAHIM CHALHOUB-Une femme libanaise se tient à côté de son réfrigérateur vide dans son appartement de la ville portuaire de Tripoli, au nord de Beyrouth, le 17 juin 2020.

La spéculation brique dévastatrice provoquée par un type de " crédit poubelle " qui consistait à offrir un produit hypothécaire ou un avantage financier à des taux d'intérêt très bas destiné principalement aux employés de l'administration publique pour l'acquisition d'un bien immobilier sous la garantie de l'État, garantie promue au détriment de l'endettement de l'exécutif auprès de grandes banques privées libanaises a fini par s'effondrer fin 2018 en raison de l'incapacité de l'administration à faire face à la dette contractée.

Une autre cause importante de l'effondrement financier libanais répond aux stratégies inadéquates d'expansion des actifs financiers dans les pays de la région aux mains de certaines des principales banques libanaises, l'échec de l'expansion internationale a entraîné l'intervention de la banque centrale libanaise (BDL) afin d'éviter la faillite de celles-ci impliquant encore plus de charge et d'endettement sur les finances publiques.

Banco Central del Líbano en Beirut PHOTO/REUTERS
PHOTO/REUTERS-Banque centrale du Liban à Beyrouth

D'autre part, il convient de mentionner les produits toxiques offerts depuis des années par les banques aux épargnants expatriés, ceux-ci constituant l'une des sources de ressources financières les plus importantes pour l'entrée de devises internationales dans l'économie nationale.

Les banques libanaises ont traditionnellement offert des taux d'intérêt élevés à la diaspora expatriée attirée pour déposer ses économies sur des comptes bancaires nationaux et également séduite par le secret bancaire accordé aux clients, ce qui a maintenu pendant des décennies un système circulaire basé sur des prêts hypothécaires "faciles" alimentés par le dépôt d'épargne et rémunérés par des taux d'intérêt élevés aux petits investisseurs, réalisant ainsi un flux constant d'USD vers le Liban et une certaine stabilité de la lire libanaise depuis la fin des années 90 à un taux de change de 1. 500 LBP pour un dollar jusqu'à la dévaluation officielle de la banque centrale au printemps de l'année dernière, où il s'est finalement établi à 3 900 LBP pour un dollar.

Le ressentiment des banques ainsi que les symptômes de fatigue de ces deux dernières années dus à un système empoisonné et hyper endetté ont fini par faire fuir les épargnants de la diaspora, coupant l'envoi de devises étrangères indispensables aux dépôts des banques libanaises. En réaction aux événements et à la planification de la peur de l'insolvabilité financière et de la faillite, les banques ont, au cours de l'année dernière 2020, éliminé l'accès de la population aux dollars américains et imposé un contrôle strict du capital mensuel par personne, un phénomène qui alimente la spéculation sur les dollars américains sur le marché informel ainsi que l'augmentation constante des prix.

El gobernador del Banco Central del Líbano, Riad Salameh PHOTO/REUTERS
PHOTO/REUTERS-Gouverneur de la Banque centrale du Liban Riad Salameh

La quasi-faillite de l'Etat et l'insolvabilité du système bancaire privé ont rendu la Banque du Liban (BDL), la banque centrale libanaise, incapable d'importer officiellement des dollars américains, la matière première de toute opération financière dans le pays, du commerce extérieur à l'économie domestique de base. L'inexistence pratique de l'USD sur le marché officiel ajoutée à la faible productivité d'une nation dépourvue d'industrie et de tissu productif compétitif, qui importe pratiquement tous les biens consommés depuis les machines, les carburants, les médicaments jusqu'aux aliments de base et avec une monnaie aussi dévaluée, a un impact négatif sur l'augmentation exponentielle des prix, la perte de valeur des transactions en monnaie locale et donc, comme effet social, l'impact de l'augmentation imparable de la pauvreté.

Si la dévaluation de 85% de la monnaie nationale en moins d'un an ne suffisait pas, il faut ajouter au taux de chômage stratosphérique, qui a atteint ces derniers mois plus de 40% de la population totale, l'accaparement par les banques des avoirs des épargnants, bloquant l'accès à leur épargne. L'insidiosité de ce piège affecte particulièrement les comptes détenus en dollars américains par les petits épargnants. En l'absence de la circulation de cette monnaie sur le marché officiel, les épargnants sont pris au piège dans une spirale de pertes constantes de leurs valeurs en étant obligés d'acheter avec leurs économies en lires libanaises dollars au taux de change de 3.900 LBP établi par la banque centrale (BDL) mais font face à des prix des produits sur le marché allant de 8.000 comme c'était le cas ces derniers mois pour atteindre l'effondrement de 13.250 LBP ces derniers jours par dollar. En d'autres termes, on achète des lires à un taux de change donné et on est confronté à des prix de produits plus de trois fois supérieurs à la valeur officiellement stipulée, perdant ainsi une grande partie de la valeur de la monnaie dans la transaction et diminuant sérieusement le pouvoir d'achat des citoyens.

Un voluntario de la ONG libanesa Beit al-Braka (casa de las bendiciones) organiza las existencias de alimentos que se distribuirán a los necesitados, en la sede de la organización en la capital, Beirut, el 23 de febrero de 2021 AFP/ JOSEPH EID
AFP/ JOSEPH EID-Un volontaire de l'ONG libanaise Beit al-Braka (maison des bénédictions) organise des stocks de nourriture à distribuer aux nécessiteux, au siège de l'organisation dans la capitale Beyrouth, le 23 février 2021.
L'activité en USD

Qui profite de la situation ?

Il ne fait aucun doute que, comme le dit le proverbe "Une rivière en ébullition est le gain des pêcheurs", dans chacune des situations calamiteuses, il y a toujours des bénéficiaires du malheur des autres, dans ce cas, ceux qui sont favorisés par la crise du dollar sont les maisons de change qui influencent la fluctuation sur le marché noir du dollar par rapport à la monnaie nationale.

Les entreprises, les particuliers et chacun des consommateurs demandent instamment la disponibilité de l'USD pour leur subsistance, le manque de production nationale pousse ce petit pays à importer la plupart des matières premières et des aliments pour la subsistance de la nation.

Toutes les entreprises, des plus grandes aux plus petites, qu'il s'agisse de chaînes de supermarchés, de sociétés pharmaceutiques ou d'importateurs de toutes sortes, ont besoin de la devise USD pour acheter leurs produits sur le marché international. Comme la banque centrale n'a pas de dollars américains à injecter sur le marché, les consommateurs sont obligés de se tourner vers d'autres changeurs de monnaie pour acheter des dollars américains.

L'entrée régulière de cette devise se fait par le biais de comptes appelés "Fresh Money", un type particulier de compte dont l'origine est à l'étranger et la destination au Liban et qui permet de transférer des USD de l'étranger. Dans certains cas, ce type de compte est le seul soutien pour de nombreuses familles qui, grâce à un parent à l'étranger qui envoie des fonds, aident l'économie familiale mais, malheureusement, étant donné le besoin désespéré de consommation, la situation est exploitée par d'autres pour faire des affaires dans les maisons de change, ce qui déclenche la spéculation sur le marché noir et des augmentations de prix incontrôlées.

Un hombre cuenta libras libanesas en una tienda de cambio, en Beirut, Líbano AP/HUSSEIN MALLA
AP/HUSSEIN MALLA-Un homme compte des livres libanaises dans une boutique de change à Beyrouth, au Liban.

Les citoyens épuisés et désespérés se rendent dans les bureaux de change pour acheter des dollars américains comme valeur refuge pour faire face aux dépenses familiales qui ne peuvent être couvertes par les salaires dévalués. Lors de la transaction, le changeur, sans contrôle ni règles fixes établies par les autorités, impose le taux de change de manière arbitraire en fonction du flux quotidien d'USD vers le Liban, atteignant des commissions de 70% pour obtenir de l'argent liquide.

L'origine de ces bureaux de change répond à une nature différente, généralement, il s'agit de sociétés enregistrées et autorisées par le ministère libanais des finances et la banque centrale (BDL) à exercer l'activité de changeur mais il en existe beaucoup d'autres non officielles aux mains d'investisseurs privés.

A tel point que la société a assumé le fardeau économique qu'il existe une application mobile gratuite qui détermine le taux de change actuel à l'heure et programme ainsi à l'avance les achats nécessaires en fonction de la prévision de la hausse du prix des produits.

El presidente del Líbano, Michel Aoun PHOTO/DALATI&NOHRA
PHOTO/DALATI&NOHRA-Le président du Liban, Michel Aoun

Cette double économie, celle établie par le formel nominalement à 3 900 LL mais inexistante dans la pratique et l'informel qui a dévoré le marché libanais, consume lentement le Liban, ne faisant qu'accélérer le désastre financier dans lequel le pays est plongé.

Comme il fallait s'y attendre, le besoin de dollars américains a aiguisé l'appétit des acteurs financiers irréguliers. Les autorités, conscientes de l'urgence de la situation, fournissent parfois peu d'informations sur l'origine de nombreux comptes, ce qui favorise collatéralement l'entrée d'investisseurs d'origine douteuse, d'opportunistes pour le blanchiment d'argent, de mafias et, comme toujours dans cette nation rongée par le sectarisme, d'acteurs irréguliers et de groupes armés ayant des connexions politiques.

La dérive

Loin de pouvoir voir le bout du tunnel, la morosité de l'incertitude grandit sur le Liban en raison de l'impasse politique qui empêche la formation d'un exécutif durable et stable. L'inaction des autorités à entreprendre les différentes réformes structurelles exigées par le FMI pour le sauvetage financier qui oblige à des changements dans la structure bancaire imposant entre autres conditions le transfert de tous les dépôts sur les comptes en USD en Lires libanaises, une mesure non seulement impopulaire mais non publiée de vote obligatoire au parlement dont aucun groupe politique ne veut prendre la responsabilité. Les réformes exigées par le FMI et les investisseurs internationaux non seulement restructureraient les fondements de l'économie libanaise mais dynamiteraient également le système clientéliste pyramidal endémique à la politique nationale en plus de mettre en péril la collaboration entre les partenaires du gouvernement actuel entre le parti de l'ancien général Michael Aoun et le parti pro-iranien de Dieu.