Raúl Medina, DG IH Cantabrie : "nous sommes compétitifs au niveau international en matière de transfert de technologie et de recherche"

Atalayar s'entretient avec Raúl Medina Santamaría, directeur général de l'Institut d'hydraulique environnementale
Fundación Instituto de Hidráulica Medioambiental

 -  

L'Institut d'hydraulique environnementale, IH Cantabria, se consacre depuis plus de 10 ans à la R+D+i pour le développement durable dans le domaine de l'ingénierie des eaux intérieures et côtières.

Comment est née la Fundación Instituto de Hidráulica Medioambiental ? 

L'Institut est né de l'Université, où il y avait deux groupes de recherche qui avaient un potentiel énorme mais la structure de l'Université elle-même ne suffisait pas à permettre leur développement. Ensuite, une Fondation a été créée entre l'Université de Cantabrie et le gouvernement de Cantabrie, la Fondation de l'Institut d'hydraulique environnementale, qui est celle qui permet de développer tout ce potentiel, et de deux groupes universitaires qui étaient composés d'une quarantaine de personnes, nous sommes maintenant cent cinquante.  

Qui est ou qui sont les administrateurs de la Fondation ? 

Nous avons deux mécènes, l'Université de Cantabrie et le gouvernement de Cantabrie, ils se réunissent et nous disent que l'Université est à la recherche de recherche, de formation et de thèses de doctorat et que le gouvernement est à la recherche d'un projet attractif pour générer à la fois de l'emploi et de la richesse. De cette union est né l'Institut et nous avons les tâches suivantes : faire de la science, former des gens et générer des richesses. Nous exportons la science et la technologie fabriquées en Cantabrie.  

Dans quelle mesure le monde arabe est-il important pour le portefeuille de l'Institut ? 

Nous avons demandé à notre administrateur de nous dire combien de travail nous avons accompli ces cinq dernières années pour le monde arabe et nous avons découvert que nous avons dépensé près de trois millions d'euros. Sur un budget d'environ sept millions d'euros, on parle de trois millions d'euros sur cinq ans dans le monde arabe, ce qui ferait une moyenne de six cent mille euros par an, la moyenne pourrait être proche de 10 %.  

Nous avons réalisé deux projets très solides et importants, l'un pour Oman qui portait sur le système d'alerte aux tsunamis et aux cyclones, l'alerte précoce. Ils ont des ouragans comme ceux des Caraïbes et des tempêtes tropicales venant d'Inde et balayant Oman. Ils étaient très préoccupés par ces "ouragans" et ces tsunamis. Le problème des tsunamis à Oman est terrible car ils sont confrontés à l'Iran, où il y a des tremblements de terre. Les tremblements de terre qui se produisent en Iran se propagent et atteignent également Oman. S'ils ne disposent pas d'un système d'alerte précoce au moment où ils veulent en prendre connaissance, il est trop tard, c'est pourquoi nous travaillons avec eux depuis environ trois ans pour développer ce système.  

Quels sont les principaux projets qui y ont été développés ? 

Les trois projets emblématiques que nous avons développés dans le monde arabe seraient celui-ci à Oman, un autre que nous avons développé au Qatar, dans lequel nous avons fait tout le plan de gestion pour la côte du Qatar. C'est un beau pays, mais il est comme un petit enfant qui grandit de façon disproportionnée en peu de temps, alors au Qatar ils ont fait "méga" tout, ils ont fait "méga" aéroports, "méga" ports, etc.  

Il s'agissait au départ d'une croissance désordonnée, jusqu'à ce que le gouvernement comprenne que la croissance des installations sur la côte devait être ordonnée. Ils ont ouvert un appel d'offres international dans lequel nous avons présenté trente-trois soumissionnaires et nous l'avons remporté. Pendant trois ans, nous avons planifié comment et où le développement de la côte du Qatar devrait se développer.  

Le troisième que je voudrais souligner est celui de l'Égypte, où nous avons été engagés par le PENUT, dans lequel nous avons mis en œuvre l'ensemble du plan de gestion pour la côte nord de l'Égypte, il y a beaucoup de kilomètres qui vont de la côte à la frontière avec la Libye jusqu'au Sinaï.  

C'est donc à cela que l'institut se consacre, et d'un point de vue plus émotionnel, quel est le projet que vous mettriez en avant ? 

Et c'est ce à quoi nous nous consacrons pour transférer d'ici les connaissances utiles à d'autres endroits. Les trois projets les plus importants sont sans aucun doute les trois que j'ai mentionnés, celui d'Oman, celui du Qatar et celui d'Égypte. Mais les plus attachants pour moi sont ceux de Tunisie, nous avons commencé à travailler en Tunisie il y a une vingtaine d'années, c'était une demande faite directement par le gouvernement tunisien au gouvernement espagnol, dans laquelle ils disaient : "J'ai des problèmes sur la côte, qui est plus avancé que moi ? Il a regardé la Méditerranée et a pensé à l'Espagne, puis s'est tourné vers le gouvernement espagnol, le gouvernement d'Espagne, les affaires étrangères, a à son tour contacté la Direction générale des côtes (DGC), qui nous a appelés et nous sommes allés en Tunisie. Et les relations avec la Tunisie se poursuivent, parce que l'une des choses que nous faisons aussi, c'est d'amener des gens du monde arabe pour les former ici. Nous avons des étudiants de Tunisie, d'Égypte et du Maroc qui ont été formés ici et sont ensuite retournés dans leur pays.  

Ils viennent avec une formation d'ingénieur et ici, quel est l'accomplissement académique qu'ils recherchent ? 

Dans leur pays, ils ont obtenu leur diplôme et ils viennent ici pour faire leur thèse de doctorat. Nos relations avec le monde arabe ne se limitent pas à des projets, mais portent également sur la formation. Nous collaborons également avec la Fondation Women for Africa, pour faire venir une jeune étudiante du continent africain et la former ici, des personnes sont venues du Maroc, d'Algérie, notre relation avec le monde arabe est continue.  

Et avec le reste du monde, l'institut a un double financement, une base publique mais la base du financement sont les projets, les travaux et les ventes qui sont réalisés dans le monde entier, quel est le projet phare de l'institut ? 

Il n'y en aurait pas, c'est l'ensemble de l'institut lui-même. En ce qui concerne le financement, depuis l'année dernière, le gouvernement nous accorde une contribution pour nous soutenir. La recherche doit être financée, jusqu'à l'année dernière nous avons retenu un pourcentage de ces projets que j'ai mentionnés pour faire de la recherche. Comme les articles ou les thèses de doctorat sont payés, ils proviennent des projets de consultance, ce qui a une limite logique car le pourcentage que vous pouvez déduire si vous avez un projet, vous avez les dépenses, vous devez l'exécuter, combien de profit vous reste-t-il que vous pouvez consacrer à la recherche ? De cette façon, notre recherche était limitée par ce plafond ou ce seuil de financement que nous pouvions obtenir des projets, nous sommes donc allés voir le gouvernement de Cantabrie et nous lui avons dit que si nous voulions faire un saut qualitatif, si nous voulions augmenter le nombre de personnes travaillant ici et générer de la richesse, nous devions planter un capital d'amorçage qui nous permette de le faire. De même, ils ont pensé que c'était une bonne idée et depuis l'année dernière, nous avons un financement de base d'un million d'euros et, à part cela, nous avons notre budget de sept, en d'autres termes, le financement de base représente environ 15 % du budget de l'Institut. 

Que fait l'Institut ? 

L'Institut, comme je l'ai dit, est consacré à l'eau. Dès qu'il pleut, elle descend le fleuve, puis dans un estuaire et jusqu'à la mer et tout ce que l'eau transporte, les sédiments, les nutriments, la pollution, les marées noires, ainsi que tout ce qui se trouve autour de l'eau, la gestion d'un bassin fluvial, d'un pont, d'un barrage, d'une plage, d'un port. Nous existons depuis douze ans et nous avons réalisé plus de mille deux cents projets et travaillé dans soixante-six pays différents. C'est pourquoi il faut essayer de dire lequel de ces plus de 1 200 projets est le plus... au final, ils sont comme des enfants, tous, et chacun a sa qualité particulière. Au bout du compte, il y a douze cents problèmes que quelqu'un a eu, il n'y a pas de petit problème, il y a douze cents cas où une entreprise, un individu ou une administration a eu un problème à résoudre et est venu nous voir pour le résoudre, donc nous les traitons toujours avec le même engagement et le même dévouement. 

J'ai participé à certains conflits il y a des années dans le Golfe, les Balkans, etc., et les experts nous ont toujours dit qu'au-delà des troisièmes guerres mondiales que nous vivons avec les cyber-attaques, les guerres de financement ou avec la question des virus, ce sera l'eau, un bien élémentaire pour la subsistance des êtres humains, qui pourrait produire une troisième guerre mondiale conventionnelle. 

L'eau est nécessaire à la vie, et nous avons un problème, qu'elle manque, qu'elle soit excédentaire ou sale, nous utilisons tellement d'eau, elle est tellement nécessaire qu'il est très difficile de ne pas avoir de problèmes avec l'eau, dans certains endroits parce qu'elle manque, nous devons donc voir comment nous réglementons et comment nous économisons et comment nous faisons une économie de l'eau, et dans d'autres endroits parce qu'elle est excédentaire et que nous avons des inondations et des problèmes à la fois dans les industries et avec la population qui vit dans ces endroits, des dommages humains avec des gens qui meurent et partout il y a un problème d'assainissement, d'eau sale.  

Les dirigeants politiques sont-ils suffisamment conscients de la nécessité d'une bonne gestion de l'eau, pour tous, et pas seulement pour un intérêt particulier à un moment donné pour certains ou pour d'autres ? 

Je dirais que oui. 

Le sommet de Paris pourrait alors être un point de référence.  

Notez que l'eau, dans le cadre des objectifs de développement durable (ODD), des dix-sept qui existent, d'une manière ou d'une autre, se trouve dans la moitié d'entre eux. Que ce soit pour les écosystèmes marins, pour l'eau potable, d'une manière ou d'une autre, l'eau est impliquée dans près de la moitié des SDG. L'eau est toujours un élément différentiel et les dirigeants sont bien conscients de ce problème. Il faut tenir compte de la quantité d'éléments et du territoire que l'eau implique. Comme je l'ai déjà expliqué, l'institut est dédié à partir du moment où il pleut, il descend le flanc de la montagne, il continue à travers la plaine, il atteint la mer, il va vers la côte, il va au large. Et nous avons des choses d'énergies marines renouvelables en mer, nous avons des problèmes sur la côte, nous avons des ports, nous avons des marées noires, l'eau est dans tout. 

Pour les personnes qui ne le savent pas, qu'est-ce que "offshore" ? 

Eh bien "offshore" est un anglicisme qui signifie littéralement "offshore". Ainsi, notre travail ne s'arrête pas lorsque l'eau du fleuve atteint la côte, notre travail au sein de l'institut ne s'arrête pas à la ligne d'interface entre la terre et l'eau, mais continue avec l'eau vers la haute mer, traduisons "offshore" par haute mer.  

Ce qui se passe en haute mer, tout d'abord, est une grande inconnue et nous commençons maintenant à parler de l'économie bleue, une économie qui implique tout un ensemble de potentialités que nous avons dans la mer. Au lieu de regarder uniquement la terre, nous devons regarder la mer et voir l'ensemble des possibilités qui s'ouvrent à nous. L'une d'entre elles est toute la question des énergies renouvelables marines, la plus immédiate étant les éoliennes. Lorsque nous allons en mer, au large, le vent est très uniforme et constant, la production d'énergie est beaucoup plus élevée. Il existe une série de défis technologiques auxquels l'institut se consacre, ici nous avons douze brevets et la plupart d'entre eux sont liés à des questions de haute mer, avec des éléments de structures et d'infrastructures dédiés aux énergies renouvelables. 

Il serait nécessaire de parvenir, tant dans le domaine de la santé que dans celui de la recherche, en l'occurrence la recherche, à nous faire prendre conscience que l'argent utilisé dans ces domaines est un investissement. La société se demande souvent combien cela coûte, c'est un investissement, si nous ne faisons pas de recherche, si nous n'avons pas d'innovation et de nouvelles solutions, nous aurons beaucoup plus de problèmes et des problèmes plus coûteux. 

Il n'y a aucun doute à ce sujet. J'essaie également de me mettre à la place du politicien qui doit gérer des ressources qui sont également limitées et ce politicien, ce gestionnaire doit prendre des décisions difficiles. Il y a beaucoup de choses qui sont nécessaires, la recherche est nécessaire mais les questions de dépendance sont nécessaires, il y a beaucoup de questions qui nécessitent une attention, la recherche est sans aucun doute l'une d'entre elles. La recherche est un investissement, que nous l'envisagions d'un point de vue économique ou social. L'institut en est un exemple. 

En outre, vous faites de la marque Espagne, c'est peut-être un intangible, mais elle a une valeur énorme. Sans être Rafa Nadal, Fernando Alonso ou Pau Gasol, vous donnez de la valeur à la marque Espagne. 

Nous faisons simplement notre part.  

C'est ce dont je parle, le besoin que nous avons en Espagne de valoriser la recherche et les centres comme celui-ci. 

Oui, bien sûr. En termes de recherche, nous avons été dans le classement de Shanghai, nous avons été en sixième et septième place dans le monde. De plus, en termes de recherche, cent cinquante est minuscule par rapport aux grands centres de recherche. Et en termes de conseil et de transfert vers la société, il est réconfortant de se rendre dans un endroit éloigné de la Cantabrie et d'entendre dire qu'on nous connaît.  

Quelle responsabilité avons-nous, dans les médias, de laisser la sauce rose derrière nous et de parler de sujets qui sont vraiment intéressants et qui créent de la richesse ? 

La réponse facile serait que, bien sûr, la recherche doit être sous les feux de la rampe, et je dois le dire, mais elle doit aussi être mise en balance. Les gens des médias doivent vendre un journal, ils doivent vendre une histoire, et il y a certaines histoires qui se vendent mieux que d'autres.  

Je pense que les médias devraient faire un effort et essayer de toujours avoir un certain pourcentage de nouvelles en bourse consacré aux bonnes nouvelles et en particulier aux nouvelles telles qu'un institut qui est venu de rien, qui est une référence internationale, qui vend la marque espagnole et qui exporte à partir d'ici. Je comprends le dilemme auquel sont confrontés les médias, ils doivent survivre et la seule chose que je leur demande est de faire savoir aux gens que nous existons et que nous sommes ici. 

De toutes les mauvaises choses qui nous sont arrivées et qui continuent de nous arriver, qu'est-ce que la pandémie vous a appris ? Quelles leçons avez-vous apprises au lycée ? 

La première leçon est que vous pouvez fournir un service sans avoir à vous déplacer autant. Les systèmes de télécommunication permettent d'organiser des conférences. Je ne dirai pas qu'ils remplacent complètement une conférence en face à face. Mais nous avons appris que l'on peut avoir une réunion à des milliers de kilomètres et que cela fonctionne parfaitement. Une autre chose que nous avons apprise avec la pandémie serait la question du télétravail, c'est un élément qui n'a pas encore été assez bien appris, les gens ont été jetés dans la situation où ils doivent rentrer chez eux pour travailler et peut-être qu'ils n'ont pas les installations nécessaires. Nous avons été jetés dans un monde nouveau, mais il y a des choses dans ce monde qui vont durer. Je suis d'accord avec Bill Gates pour dire que les deux tiers des voyages ne seront pas répétés. Même si je pense qu'il faut toujours un face à face, surtout pour une première rencontre, le premier contact, pour voir le visage, les gestes, pour avoir un contexte, la chimie, c'est nécessaire.  

Fundación Instituto de Hidráulica Medioambiental

Quelles sont les perspectives de l'institut pour surmonter la crise, s'il a été directement touché par celle-ci ? 

Avant que la pandémie n'arrive en Europe, l'institut, voyant ce qui se passait en Chine et en Iran, où elle a également été remarquée assez rapidement, a élaboré un plan d'urgence. Le plan d'urgence était d'essayer de voir ce qui pourrait nous arriver et l'une des choses qui se passe et continuera de se passer et que nous avons déjà prévu est un manque de propositions. Nous nous rendons aux appels à propositions publics lancés par la Banque mondiale ou la Banque de développement technique ou la Banque de développement des Caraïbes, normalement avec des entités multilatérales. Lorsqu'un appel de la Banque mondiale est lancé, ils signalent un problème tel qu'une catastrophe créée par un ouragan dans une région et ils annoncent qu'ils vont lancer un appel à propositions pour aider cette région, mais maintenant vous ne pouvez plus vous déplacer pour voir l'ampleur du problème, à cause de la pandémie. Cet appel, qui devrait normalement être lancé dans deux mois, n'est donc plus lancé parce que vous ne pouvez pas vous déplacer et en mesurer l'impact. Il y a donc une diminution notable du nombre d'appels à propositions et nous avons fait un grand effort pour être attentifs aux appels à propositions afin d'avoir un portefeuille pour 2021. À l'heure actuelle, nous avons déjà couvert 85 % du portefeuille 2021. Cela nous donne la garantie que l'année prochaine, nous n'aurons pas de problèmes. 

Vous pensez à la plage de "Las Catedrales" ? Nous avons récemment assisté à l'effondrement d'une de ses arches.  

Je pense à toute la côte parce que sur toute la côte, sur la mer Cantabrique ou la Méditerranée à Murcie, il y a de très graves problèmes. Peut-être que dans le nord de l'Espagne, où les conditions climatiques sont moins favorables parce qu'il y a eu beaucoup de tourisme, nous le percevons moins, mais les problèmes d'érosion qui existent dans certaines parties de la côte méditerranéenne sont très importants pour l'Espagne. L'Espagne a plus de 10 % du PIB qui vit du tourisme qui vient sur la côte. À l'heure actuelle, en raison de la pandémie, il est latent que des secteurs tels que l'hôtellerie et le tourisme sont ceux qui ont le plus souffert de la crise de Covid-19. 

Quand un technicien de votre catégorie parle des problèmes d'eau et d'érosion, je vois un problème d'un certain dysfonctionnement entre la réalité et ce que la société détecte, soit parce qu'il y a des types comme Trump qui nient l'existence du changement climatique et cela fait que les gens sont confus et le croient naïvement et que la réalité que des gens bien informés techniquement vous prennent pour acquis. Si cela ne se répercute pas sur la société et si la société fait pression pour que cela n'arrive pas, la société ne repoussera que plus tard lorsque les bâtiments qui sont attachés à la côte tomberont parce qu'ils sont si attachés et que la zone s'est érodée.  

C'est un équilibre difficile à trouver. D'une part, en tant que technicien, vous voyez ce qui se passe et vous savez ce que cela implique, et l'étape suivante serait l'obligation que nous, scientifiques et médias, avons de communiquer cela à la société. L'élément le plus compliqué ici est de savoir comment le transmettre dans le bon terme, car si vous allez trop loin dans la catastrophe, la société reste immunisée et pense que pourquoi s'inquiéter de quelque chose qui n'a pas de solution, il faut trouver le bon équilibre entre informer et "inquiéter", dans le bon sens du terme, et ne pas aller trop loin et ne pas envoyer ce genre de messages catastrophiques. Nous, les scientifiques et les médias, avons cette obligation de communiquer et de transmettre sans être trop catastrophiques afin que l'effet inverse ne soit pas obtenu. Et nous reviendrons sur la question des gestionnaires, combien d'argent l'Espagne consacre-t-elle à la réparation et à la restauration de ses côtes et de ses rivières ? Une quantité infime par rapport au rendement que nous en tirons. Le budget dont dispose la Direction générale de la côte et de la mer est minuscule par rapport à cela, l'argent qui est consacré à cette question est extrêmement faible.  

Fundación Instituto de Hidráulica Medioambiental

L'institut a-t-il pu ou a-t-il pu ou a-t-il été autorisé à présenter un projet pour le fonds de relance de l'Union européenne ?  

Nous avons une collaboration très étroite avec le gouvernement national et avec le gouvernement de Cantabrie et nous avons été sollicités, et nous avons collaboré. Il est évident que les projets sont des projets du gouvernement espagnol ou du gouvernement de Cantabrie, mais lors de l'élaboration de ces projets, on nous a demandé notre avis, on nous a demandé des contributions et beaucoup d'entre elles ont été intégrées dans les projets présentés par la Cantabrie.  

C'est un moyen de financement important... 

Ce n'est pas prévu de cette manière. Ces projets ne sont pas prévus pour l'Institut comme moyen de financement, nous essayons de rendre à la société, nous essayons de rendre au gouvernement de Cantabrie et au gouvernement d'Espagne la confiance qu'ils nous ont accordée. Les projets qui sont présentés depuis la Cantabrie, nous y avons apporté notre contribution mais cela n'est pas investi dans notre institut. Nous avons essayé d'intégrer nos connaissances dans les projets présentés par la Cantabrie pour la conservation des lits de rivières, la conservation du littoral, etc.

Que diriez-vous à quelqu'un qui se trouve à Malaga ou aux Canaries au sujet de l'institut ? 

Quand les gens viennent ici, je finis toujours par dire la même chose, chaque fois que le mot "eau" apparaît, pensez à l'institut. Chaque fois que vous avez un problème lié à l'eau, pensez à l'institut. C'est notre objectif, de couvrir l'ensemble du cycle de l'eau et de l'utilisation de l'eau, c'est terriblement puissant parce que nous pouvons travailler partout dans le monde.  

Par expérience, jusqu'à ce que vous arriviez dans un endroit comme Sarajevo, et que vous soyez trois ou quatre jours sans eau, vous n'appréciez pas qu'à la maison, vous alliez au robinet, vous l'allumiez et l'eau sort, et si vous l'allumez, elle sort chaude. Peut-être devrions-nous introduire la connaissance de tout cela dans les écoles. 

C'est terrible. Pour l'Agence espagnole de coopération pour le développement international (AECID), nous avons organisé une série de cours dans le cadre du programme de la fleur d'oranger pour tous les pays d'Afrique, et nous avons fait venir des techniciens de différents pays, donc bien sûr, les gens venaient même de la bande de Gaza, et vous les écoutiez raconter leurs problèmes et cela vous a vraiment mis l'âme à la pâte. C'est là que l'on se rend compte des problèmes qui existent derrière l'eau. La station d'épuration, nous déversons directement dans la mer depuis des années et la pollution... mais il faut que je vive, que je mange, c'est énorme. 

Fundación Instituto de Hidráulica Medioambiental

Y a-t-il quelque chose à propos de l'institut que vous aimeriez mettre en avant et que nous n'avons peut-être pas approfondi ? 

Au-delà de ce que nous avons dit, je voudrais souligner les caractéristiques de l'institut. Il y a cent cinquante personnes ici, dont quarante pour cent sont des ingénieurs (civils, des télécommunications, industriels), quarante pour cent sont des écologistes et les vingt pour cent restants se répartissent entre juristes, économistes, géographes, etc. Ce caractère multidisciplinaire nous permet d'aborder les problèmes de l'eau sous différentes facettes, c'est-à-dire que lorsque nous nous rendons à un appel à négociations avec la Banque mondiale, ils nous appellent parce que nous leur donnons non seulement la solution technique, mais aussi la solution urbaine, la solution sociale, la solution environnementale.  

Le fait de pouvoir réunir les différentes facettes qui concernent l'eau nous a permis de croître et d'être compétitifs au niveau international, en apportant des solutions globales.  

J'ai dit tout à l'heure que nous nous consacrons à trois choses : la recherche, la formation et le transfert de technologie, mais je voudrais souligner le prochain saut derrière cela, qui est de la science à la géopolitique. Cela signifie que notre mission consiste fondamentalement non seulement à résoudre le problème quotidien de la côte ou du fleuve, mais aussi à transférer ces connaissances aux gestionnaires afin qu'ils puissent les transformer en lois, règles, règlements, c'est-à-dire permettre au gestionnaire d'élaborer les règlements appropriés en se basant sur la science.  

En Espagne, par exemple, nous travaillons avec la direction générale pour la durabilité de la côte et de la mer, sur la question des stratégies de gestion côtière, nous travaillons avec eux sur différentes stratégies de gestion, ce que nous avons déjà fait au Qatar et dans d'autres pays, il s'agit d'être avec les gestionnaires pour leur donner les bonnes informations et ensuite prendre la décision qui doit être prise, mais avec les bonnes données.  

Enfin, le niveau de l'institut en termes de formation, de recherche et de qualité de ses chercheurs est-il comparable à celui de tout autre institut dans le monde ? Pour faire une comparaison avec le football, nous sommes en Ligue des champions. 

Nous sommes dans la Ligue des champions, nous avons commencé à travailler au niveau régional, on ne peut mieux dire ici en Cantabrie, puis nous sommes passés au niveau national et depuis quelque temps nous jouons dans la Ligue des champions. Par exemple, avant, je commentais le cas du projet du Qatar et il n'y a pas de petites choses. Ils ont sorti le cole international et pour juger les projets, ils ont engagé une équipe de douze personnes pour évaluer les propositions. Au final, il y a eu 9 propositions et nous avons été invités à aller à Doha pour défendre la proposition. Le jour où je suis allé défendre la nôtre devant moi, il y avait une équipe d'Anglais, avec des Australiens, etc. Et nous sommes en concurrence sur un pied d'égalité tant en termes de transfert de technologie que de recherche, il n'y a rien qu'ils puissent faire que nous ne puissions pas faire.  

Félicitations, vraiment, ce genre d'instituts est une source de fierté et aussi on en sait peu sur eux, je voudrais m'occuper de mes affaires et il ne peut pas ne pas être communiqué.  

Mais nous revenons à ce qui précède, il devrait y avoir un pourcentage de nouvelles positives ou de reconnaissance, que les gens sachent que des sites comme celui-ci existent ; je pense que c'est nécessaire.