Ramadan en Espagne : l'équilibre entre liberté religieuse et restrictions 

Le Ramadan est célébré du 13 avril au 12 mai
Diana Rodríguez Pretel

 -  

Le mois de jeûne ou sawm commence pour 1 800 millions de musulmans dans le monde et plus de 2 millions de fidèles en Espagne. Dans un moment exceptionnel d'urgence sanitaire, la communauté islamique de notre pays mise sur l'équilibre entre la liberté religieuse et les restrictions du COVID-19. 

Ce ne sera pas un mois facile pour les musulmans. Après avoir surmonté le Ramadan l'année dernière en toute discrétion, les restrictions de 2021 continueront à altérer une fête dont l'essence principale est le partage.  Au-delà de l'interdiction de manger, de boire, de fumer ou d'avoir des relations sexuelles pendant la journée de jeûne, le ramadan est l'un des cinq piliers de l'islam dont le but est de purifier l'esprit. 

Pour ce qui sera son deuxième Ramadan en période de pandémie, la communauté musulmane appelle à la responsabilité et aux bonnes actions. Le principal problème est que la première et la dernière prière de la journée coïncident dans certaines communautés avec le couvre-feu nocturne. Une incompatibilité qui ouvre une série de doutes au sein de la communauté musulmane.
Diana Rodríguez Pretel

Incompatibilité avec le couvre-feu nocturne 

L'année dernière, nous étions en plein confinement et les lieux de culte étaient complètement fermés. En 2020, la communauté musulmane de notre pays a demandé avec ferveur aux fidèles de respecter - sans exception - le confinement décrété par le gouvernement. Il s'agissait de raisons de force majeure. Mais aujourd'hui, les membres de la Fédération espagnole des entités religieuses islamiques (Feeri) comprennent que la situation a changé.  

La Fédération espagnole des entités religieuses islamiques, en contact ces jours-ci avec les gouvernements des communautés autonomes, est venue demander sans succès l'assouplissement du couvre-feu pendant leur mois sacré. Dans une déclaration, ils demandent "compréhension, collaboration et sensibilité - surtout - en ces temps difficiles". 

Feeri allègue que les horaires du couvre-feu nocturne dans certaines communautés ne sont pas compatibles avec la première prière (Fajr) qui a lieu à l'aube et même pas avec les dernières prières de la journée. Les restrictions de mobilité constituent un autre obstacle au ramadan. Il est vrai que la charia n'exige pas que les prières soient collectives, mais elle suggère que les vendredis - et surtout pendant le ramadan - ils doivent prier dans une mosquée et écouter le sermon de l'imam en groupe. C'est pourquoi Feeri a demandé que, pour des raisons religieuses, les voyages puissent coïncider avec la prière.  
Diana Rodríguez Pretel  

Respecter la liberté de religion et les restrictions en matière de santé

La Fédération espagnole des entités islamiques soutient leurs arguments dans l'exercice de la liberté religieuse et de culte, un droit garanti par la Constitution espagnole, les Nations unies et le reste des institutions européennes. Et ils demandent également dans un communiqué que "les administrations mettent tous les moyens nécessaires pour que la communauté musulmane puisse observer le Ramadan 2021 dans les meilleures conditions". En bref, ils veulent "les mêmes exemptions que celles dont bénéficient les personnes qui travaillent la nuit, dont le déplacement ne doit pas affecter la sécurité publique ou mettre en danger le reste".

Certains proposent un sauf-conduit pour la prière

L'association Watani, qui regroupe la communauté musulmane de Lleida, a officiellement demandé au conseil municipal de leur permettre de sauter le couvre-feu pendant les 30 jours de jeûne : "Tarawih est la prière la plus importante de la journée et peut être prolongée jusqu'après minuit", rappelle Mourat El Boudouhi, porte-parole de l'association. À Lleida, il existe quatre mosquées qui offrent un abri à quelque 5 000 habitants qui professent la religion musulmane. Ils proposent une sorte de sauf-conduit pour prier.
Interrogé à ce sujet, le président de la Fondation Ibn Battuta mise sur la cohérence et la modération. Mohamed Chaib demande responsabilité et prudence aux musulmans d'Espagne car nous sommes dans un moment exceptionnel qui nécessite des solutions exceptionnelles. Il reconnaît que nous aimerions tous "faire les choses comme elles étaient avant la pandémie, mais nous devons faire face au moment où nous sommes avec responsabilité". Il ne pense pas que le couvre-feu doive être assoupli uniquement pour les musulmans, mais que les communautés et le gouvernement espagnol doivent protéger la liberté religieuse en général et offrir cette possibilité à toutes les religions sans prendre de risques inutiles. Il s'agit de se montrer à la hauteur de la situation. 
Diana Rodríguez Pretel

Rompre le jeûne avec ceux qui vivent avec vous

L'heure de la rupture du jeûne est appelée iftar. Les tables sont remplies de dattes et d'eau, comme le prophète Mahomet est censé l'avoir fait. Puis ils prient et dînent. C'est pourquoi le président de la Fondation Ibn Battuta encourage les fidèles à effectuer les dernières prières de la journée dans l'intimité de leur foyer, avec leurs proches, pour éviter la contagion. "Nous savons tous que la rupture du jeûne se fait en famille, c'est pourquoi nous recommandons qu'elle soit partagée cette année uniquement avec ceux qui vivent ensemble et non avec d'autres membres de la famille ou des amis", ajoute Chaib. 

Les temples en Espagne seront ouverts pendant la journée avec des restrictions de capacité. De nombreux musulmans s'approchent ces jours-ci pour se renseigner sur le ramadan à la célèbre mosquée de la M30 (Madrid). L'une d'entre elles est Samira, une mère marocaine de 7 enfants et 10 petits-enfants, qui arrive avec beaucoup de doutes et repart avec peu de réponses. Sans lâcher le Coran, Samira explique qu'elle et sa famille sont très conscientes qu'elles ne doivent pas baisser la garde. Par "prudence et responsabilité", elle respectera les règles et demande au reste des musulmans de faire de même. "Nous le ferons avec prudence, mais sans renoncer à notre foi", car "la santé est au-dessus de tout, et nous n'allons pas risquer nos vies alors que le vaccin est à portée de main", affirme Samira. 

La Commission islamique d'Espagne, qui est l'interlocuteur du gouvernement, se joint à cet appel à la responsabilité. Face à l'augmentation de l'incidence cumulée, ils rappellent sur leur site web que "le jeûne est un devoir religieux personnel, individuel et intime", et que si un fidèle n'était pas en mesure de le respecter pour des raisons de santé au-delà des exceptions stipulées (comme les femmes enceintes), il est conseillé de consulter un médecin et de mettre fin au jeûne si nécessaire. En outre, la Commission islamique d'Espagne rappelle aux fidèles qu'il est très important d'éviter les foules, les rassemblements de masse et, dans ce cas, de réduire autant que possible le temps passé dans les mosquées. 
 

Diana Rodríguez Pretel
Ceuta et Melilla : des points chauds pendant le Ramadan et des risques extrêmes

A Ceuta, la situation épidémiologique s'aggrave chaque jour. Face à l'augmentation des contagions avec une incidence cumulée de près de 500 cas pour 100 000 habitants, les 33 mosquées de Ceuta ont accepté de fermer à la fin de la dernière prière. L'Union des communautés islamiques d'Espagne à Ceuta (UCIDE) et la Commission islamique d'Espagne avaient demandé la prolongation du couvre-feu nocturne entre 23h30 et 00h00 afin de laisser du temps pour les dernières prières de la journée (Tarawih et Isha). Ils pourront enfin accueillir la prière du Maghrib avant le coucher du soleil et la rupture du jeûne à 21 heures, mais pas le reste. Ainsi, comme ils n'ouvriront leurs portes qu'à 6 heures du matin le lendemain, la communauté islamique conseille aux fidèles d'effectuer les dernières prières sur une base volontaire avec leurs familles à la maison. Ils comprennent la gravité de la situation sanitaire et, dans ce cas, disent-ils, la santé prévaut sur la liberté de religion qu'ils continueront à exercer dans leurs foyers.

Malgré cela, le Ramadan a commencé par des manifestations à Ceuta. Une caravane de véhicules et une centaine de personnes ont parcouru les rues de la ville autonome pour demander l'abrogation du décret qui a avancé le couvre-feu de 60 minutes jusqu'au 25 avril, soit jusqu'à 22h00. 

A Melilla, les données sur les contagions ne sont pas bonnes non plus. Cette semaine, alors qu'il a dépassé 500 cas pour 100 000 habitants, le gouvernement de la ville autonome a annoncé la fermeture de l'intérieur des bars et des salles de sport.  Malgré cela, la Commission islamique de Melilla a également essayé de retarder le couvre-feu en faisant valoir que le retard dans le début du couvre-feu serait plus que compensé par l'absence de vie sociale pendant la journée en raison du jeûne. Une demande qui, une fois de plus, a été refusée par le gouvernement de la ville autonome pour des raisons strictement sanitaires. 
 

 Diana Rodríguez Pretel

La vaccination est parfaitement compatible avec le jeûne 

La vaccination suscite encore de nombreux doutes. De retour sur l'esplanade en face de la mosquée sur la M30, M. Said nous apprend qu'il a été convoqué la semaine prochaine pour un entretien avec AstraZeneca. Malgré les craintes et les réticences que suscite l'antidote d'Oxford, M. Said se sent privilégié et n'a pas hésité à confirmer immédiatement sa nomination. "C'est un cadeau d'Allah", confesse l'homme de 67 ans. 

L'imam de Ceuta insiste sur le fait qu'"il n'y a aucune excuse pour ne pas se faire vacciner, pas même pendant le mois de Ramadan". Ahmed Laziz précise qu'il n'y a pas d'incompatibilité entre le fait d'être vacciné contre le COVID-19 et le respect du jeûne pendant le mois sacré. "Il ne s'agit pas de nourrir, mais de guérir. C'est une obligation de sauvegarder la vie avant de sauver la religion", explique M. Laziz. Conclusion : le vaccin contre le SRAS-CoV2 ne comprend pas les religions et ne rompt pas le jeûne, même si le doute est dans l'air et le débat dans la rue.