Ramos-Kroos-Benzema a battu Ansu Fati-Messi et Jordi Alba

Les joueurs blancs ont radicalement changé de jeu et n'ont rien à voir avec ceux qui se sont ridiculisés contre Cadix et le Shakhtar Donetsk
Leo Messi

PHOTO/AFP  -   Leo Messi

L'équipe blanche bat un Barcelone inférieur 1-3 dans un Camp Nou vide par Covid 19.

Ansu Fati Messi et Jordi Alba n'ont pas suffi à battre un bon Real Madrid. La plupart des joueurs blancs ont subi un changement radical de leur attitude et de leur jeu.

Nacho s'est beaucoup amélioré, Lucas Vazquez ressemblait à Cafu, Valverde un poumon au milieu de terrain qui a rejoint l'attaque et s'est retiré pour aider Casemiro et Kroos. Le résultat a été le premier but de Madrid. Vinícius, sans être l'explosif de l'année dernière, a affronté et rendu difficile la défense de la Barça.

Le Real Madrid s'est amélioré en défense avec Mendy, très sobre, bien que vraiment en attaque n'apporte pas grand chose. Mais il donne plus de sécurité.

Varane avec quelques lacunes. Mais avec Sergio Ramos à ses côtés, il est plus solide. Un superbe Sergio Ramos qui a ordonné la défense et a également provoqué le deuxième but par un penalty de Lenglet.

Jeu controversé dans lequel VAR a pris le penalty. Le défenseur français du F C Barcelona à chaque coin de rue l'a joué. Vous ne pouvez pas défendre les attaquants dans un coin en tirant sur la chemise. C'est trop scandaleux. Les joueurs les plus âgés et les plus expérimentés entourent les attaquants de leurs bras pour les empêcher de bouger sans qu'une faute flagrante ne soit constatée. Au moment où vous prenez la chemise, vous jouez avec le feu car il n'y aura aucun doute dans les photos. Lorsque le maillot dépasse de 20 ou 30 cm lorsque l'attaquant veut en sortir, il est très facile d'appeler une faute.

Il est également vrai que cela dépend de l'équipe, qu'elle vous demande de le faire ou non. Betis a demandé cette semaine un coup similaire qui ne méritait pas une faute maximale selon l'arbitre. C'était le même que celui de Lenglet.

Il faut l'unanimité des arbitres, de ceux qui sont sur le terrain et de ceux qui sont dans le VAR. Ce sont toujours les protagonistes, à mon avis inutilement car la règle est très claire et doit être évitée. Lorsque vous sifflez, toutes les saisies s'arrêtent.

Kroos a repris le milieu de terrain d'un Busquets qui est bien loin du joueur dont nous nous souvenons tous. Casemiro, fort, bien qu'excessivement lent dans certaines actions avec des pertes qui auraient pu coûter cher au Real Madrid.

Asensio s'est tellement perdu dans l'azulgrana, n'a pas suivi Jordi Alba et le joueur d'azulgrana a mis une balle mesurée à Ansu Fati à laquelle Ramos n'est pas arrivé. Celui de Camas avait lancé un hors-jeu qui a brisé Varane, un peu distrait le Français. Asensio à partir de ce moment seulement a été consacré à contrôler les montées d'Alba et on ne le voyait guère dans la fête puisqu'il n'avait pas de poumons pour soutenir ce rythme, chose qui si Valverde jusqu'à ce qu'il finisse épuisé et soit remplacé par Rodrigo.

Le meilleur Benzema est apparu. Un maître pour s'offrir, tenir le ballon, ouvrir des espaces et donner de l'oxygène à ses coéquipiers. Il a manqué le but, mais si Karim était plus précis devant le but, nous pourrions penser à un candidat solide pour le ballon d'or.

Au contraire, Barcelone, à part la fraîcheur et l'anticipation de l'Ansu Fati, le déséquilibre de Messi et les incorporations de Jordi Alba n'ont rien apporté de plus au parti. Le but madridista sauf un main à main avec le crack argentin et rien d'autre ne dérangeait le set blaugrana.

D'autre part, Neto a eu plusieurs interventions très réussies aux enchères de Kroos, Benzema et Ramos qui auraient pu se terminer dans un large marqueur.

Le nouveau Dest latéral semble pouvoir apporter des étincelles au jeu de l'azulgrana. Il n'en est qu'à ses débuts, mais il pourrait être un bon atout pour Barcelone.

Lenglet ne comble pas le vide laissé par Puyol, ni même celui d'Umtiti, lorsque le Français était en forme et champion du monde. Il charge les cartes tout de suite et prend beaucoup de pénalités.

Comme nous l'avons dit plus tôt, Busquets ne va pas bien, De Jong essaie, mais il n'a pas encore trouvé le bon équilibre et Coutinho n'était pas celui du début de la saison.

Griezmann est sorti à la 82e minute pour Fati et il n'a pas eu de chance non plus, tout comme Dembelé, cela a coïncidé avec la meilleure phase de Madrid.

Pour l'instant, la main de Koeman n'est vue qu'avec les équipes théoriquement inférieures. Séville l'a battu et Madrid l'a battu aujourd'hui. 

Mercredi, la Juventus l'attend. Cristiano et l'entreprise ..... peuvent désormais faire pression. 

Madrid le mardi avec le Borussia de M" Gladbach et Séville le mercredi avec le Stade Rennais.