PUBLICIDAD

Iberdrola

Recomptage électoral, l'entrée en campagne du procureur général colombien brouille le second tour des élections en Équateur  

C'est dans l'air qui sera le rival d'Andrés Arauz  
El candidato presidencial ecuatoriano Andrés Arauz 

AFP/ RODRIGO BUENDIA   -   Andres Arauz, candidat équatorien à la présidence

Alors que l'on ne sait toujours pas avec certitude quel candidat sera en concurrence avec le candidat pro-Correa Andres Arauz au second tour, si l'indigène Yaku Perez ou le droitier Guillermo Lasso, la visite du procureur général de Colombie, Francisco Barbosa, a lieu pour livrer des informations sur le financement présumé de l'Armée de libération nationale (ELN) à la campagne du candidat de la gauche équatorienne.   

Le bureau du procureur colombien l'a confirmé le 12 dernier par le biais de son compte Twitter, où il a assuré que l'information provenait des dossiers d'Andrés Felipe Venegas Londoño, l'un des dirigeants de l'ELN, tué en octobre dernier par les forces de sécurité colombiennes.   

Cette visite fait suite à une demande des autorités judiciaires équatoriennes après que le magazine colombien Semana ait publié fin janvier des fichiers qui auraient été trouvés sur l'ordinateur d'"Uriel", comme on appelle Andres Felipe Venegas.   

L'information publiée parlait d'un prêt de 80 milliards de pesos colombiens (environ 18,8 millions d'euros) à la campagne d'Arauz, candidat de l'Union pour l'espoir (UNES).   

Selon le magazine, l'ordinateur d'"Uriel" contenait également des conversations avec l'ancien président Rafael Correa, qui vit en Belgique avec sa femme, de nationalité belge, depuis qu'il a quitté la présidence. Correa a nié ce qui a été publié, accusant Semana d'être "une branche de l'uribisme", en référence à l'ancien président colombien Alvaro Uribe.  

L'ancien président équatorien a déclaré qu'il n'était en contact avec les membres de l'ELN que lorsque, pendant sa présidence, il a proposé l'Equateur comme scénario pour des accords de paix entre la guérilla et le gouvernement colombien, comme l'a fait Cuba dans les accords signés avec les FARC.  

Des voix du monde politique et social en Équateur et en Colombie protestent depuis plusieurs jours contre la visite de M. Barbosa en plein processus électoral. Parmi eux figurent l'ancien président colombien Ernesto Samper, qui a qualifié cette visite de "crime", et l'ancien président bolivien Evo Morales, qui l'a qualifiée d'"interventionniste et intimidante".  

Pour sa part, Arauz a catégoriquement rejeté l'accusation et considère qu'il s'agit d'une tentative de "disqualification par des moyens non démocratiques" basée sur un "mensonge grossier".  

Francisco Barbosa pronuncia un discurso durante la ceremonia en la que tomó posesión como nuevo Fiscal General de Colombia  PHOTO/SERGIO ACERO 
PHOTO/SERGIO ACERO -Francisco Barbosa prononce un discours lors de la cérémonie de prestation de serment du nouveau procureur général de Colombie.
La CNE accepte un recomptage partiel des votes   

Lors des élections présidentielles équatoriennes, pour qu'un candidat gagne au premier tour, il doit obtenir au moins 40 % des voix et une distance minimale de 10 % par rapport au deuxième candidat. Arauz a obtenu 32,7 %, ce qui est insuffisant pour éviter de devoir se rendre à un second tour en avril.   

Cependant, on ne sait pas encore exactement qui sera son rival. Bien que le banquier Guillermo Lasso ait finalement remporté la deuxième place (19,74 %) lors d'un décompte serré des voix, la grande surprise de la soirée a été le candidat du parti indigène Pachakutik, Yaku Perez, qui a obtenu 19,38 %.   

Perez, qui pendant une grande partie du recomptage est resté en avance sur Lasso, s'est empressé de porter des accusations de fraude et d'exiger un recomptage des votes, ce que le Conseil national électoral (CNE) a finalement accepté après être parvenu à un accord avec les deux candidats.   

Le recomptage aura lieu dans 17 provinces, dont Guayas, la plus grande du pays, où 100 % des bulletins de vote seront examinés. Dans les 16 autres provinces, sur les 24 que compte l'Équateur, le recomptage sera de 50 % des actes. La procédure sera diffusée en direct sur les chaînes des autorités électorales.  

Pour sa part, la Mission d'observation électorale (MOE) de l'Organisation des États américains (OEA) n'est pas entrée pour évaluer les accusations de fraude portées par M. Perez.  

"La marge entre les candidats de la deuxième et de la troisième place est très étroite. Il est fondamental que les deux candidats en lice aient la certitude que leur vote est surveillé par les autorités électorales. Il est important que toutes les parties se conduisent de manière responsable et règlent leurs différends de manière institutionnelle", ont-ils déclaré dans une déclaration publiée par l'organisation.   

Miembros del Consejo Nacional Electoral realizan el recuento de votos que presentan inconsistencias tras las elecciones generales de Ecuador en la Delegación Provincial Electoral de Pichcincha  AFP/ RODRIGO BUENDIA
AFP/ RODRIGO BUENDIA-Les membres du Conseil électoral national recomptent les votes avec des incohérences après les élections générales de l'Équateur à la délégation électorale provinciale de Pichcincha. 
La victoire d'Arauz au deuxième tour n'est pas assurée  

Ce que le décompte des votes déterminera sera déterminant pour les chances d'Arauz d'atteindre le Palais Carondelet et avec lui le retour de la "Révolution citoyenne", comme le Correísmo appelle ses années de gouvernement, qui ont été tronquées après le divorce précoce de Lenín Moreno avec son prédécesseur.  

Selon les sondages, si Lasso devait passer au second tour, Arauz aurait de meilleures chances de gagner. Au contraire, il verrait ses chances d'être le challenger de Perez entravées.   

Selon toute vraisemblance, Lasso et Pérez se soutiendront mutuellement contre le candidat Correa, quel que soit celui qui se présentera finalement contre lui. Cependant, même si M. Pérez demande le soutien de son électorat pour Lasso, il n'est pas du tout certain qu'ils soutiendront le banquier en masse, ce que l'électorat de Lasso aurait moins de mal à faire avec M. Pérez tant que le réalisme ne revient pas à la présidence de l'Équateur.   

Une élection avec des implications régionales  

Les jours dorés de la gauche latino-américaine, où elle gouvernait pratiquement tous les pays de la région, sont révolus depuis longtemps. La création de l'UNASUR, une organisation de coopération régionale, aujourd'hui dans le coma, a représenté la splendeur des forces progressistes et de l'intégration régionale.   

Cependant, bien que la gauche latino-américaine ne soit pas prédominante, la situation n'est pas la même qu'il y a quelques années ou trois ans. La victoire d'Alberto Fernández en Argentine en 2019, et celle de Luis Arce en Bolivie l'année dernière, a été un répit pour tous les mouvements progressistes de la région, qui étaient en net déclin depuis des années.   

Les présidents argentin et bolivien ont tous deux exprimé leur soutien à la relance de l'UNASUR, ce à quoi Arauz serait également favorable s'il était élu président, comme il l'a promis en novembre lorsqu'il était en Bolivie pour l'inauguration d'Arce.   

Ce qui se passera à la fin de l'année lors des élections présidentielles au Chili, où Daniel Jadue, candidat du Parti communiste du Chili (PCCh), est favorisé pour remporter le premier tour, et au Brésil lors des élections de 2022, aura également un impact sur les progrès de l'intégration régionale de l'Amérique latine.