Rejoindre les loups gris : le pacte d'Erdogan avec les ultranationalistes

Le président poursuit la polarisation radicale de la politique et de la société turques, une stratégie qui lui a donné la victoire lors des dernières élections
Atalayar_Lobos grises

PHOTO/AFP  -   Sur cette photo d'archives du dimanche 18 octobre 2015, des partisans de Devlet Bahceli, le chef du Parti du mouvement nationaliste (MHP), font le signe d'un "loup gris", le symbole du nationalisme turc

Fondés en 1968 par le colonel Alparslan Türkes, les "Loups gris" sont à l'origine de la branche paramilitaire du Parti du mouvement national (MHP), parti ultra-nationaliste turc et allié du président Tayyip Erdogan. La situation actuelle de ce groupe d'extrême droite en Turquie est personnifiée par Alaattin Cakici, un mafieux turc notoire. Dans le passé, Cakici a concentré son ire sur les gauchistes, les Kurdes et les alaouites. Il est considéré comme responsable d'au moins 41 assassinats politiques. Il a également passé des décennies à terroriser ses rivaux et ceux qui ont des opinions politiques divergentes dans le pays. En 2004, un tribunal l'a condamné à 19 ans de prison, en partie pour avoir ordonné le meurtre de son ex-femme devant leur fils. 

Nombreux sont ceux qui ont poussé un soupir de soulagement lorsqu'il a été enfermé, garantissant ainsi que l'un des plus dangereux ennemis de la démocratie turque a été écarté de la vie publique pour une longue période. Aujourd'hui, cependant, Cakici est de retour. En avril dernier, il a été libéré de la prison de haute sécurité de Sincan dans le cadre d'une amnistie liée à la pandémie de COVID-19. Depuis lors, il est devenu une voix de plus en plus importante dans la politique turque.

Atalayar_Lobos Grises Turquía
AFP/OZAN KOSE - Des personnes crient des slogans et font des bannières nationalistes "loups gris" lors des funérailles du soldat turc Fehmi Barcin, tué la veille dans une attaque à Kayseri à Istanbul, en Turquie

Peu après sa libération, M. Cakici a rendu visite à son allié Devlet Bahceli, chef du parti d'extrême droite MHP et partenaire de coalition d'Erdogan. Peu après, en novembre, il a proféré des menaces de mort à l'encontre du chef de l'opposition Kemal Kilicdaroglu. "Attention à la marche", a-t-il écrit sur Twitter. Et lorsque des milliers d'étudiants sont descendus dans les rues d'Istanbul au début de cette année pour protester contre la nomination d'un confident d'Erdogan au poste de recteur de la célèbre université du Bosphore, il a qualifié les manifestants de terroristes.

Le nouveau profil public de Cakici est l'expression d'un changement de pouvoir fondamental en Turquie. Pendant de nombreuses années, Erdogan a poursuivi un programme centré sur la religion. Mais après la tentative de coup d'État de 2016 impliquant des adeptes du clerc islamiste Fethullah Gülen, il s'est tourné vers les ultra-nationalistes. Depuis les élections présidentielles et législatives de 2018, il gouverne en coalition avec le Parti du mouvement nationaliste (MHP) laïque et d'extrême droite de Bahceli.

Atalayar_Lobos Grises Turquía
PHOTO/AP - Sur cette photo d'archive du 11 avril 2008, des bureaux de la police paramilitaire escortent Alaattin Cakici avant un procès à Istanbul

La MHP est le bras politique des Loups Gris. Il ne recueille peut-être qu'environ 7 % de soutien dans les sondages politiques, mais son importance a massivement augmenté ces derniers mois, tout comme l'influence des vétérans des Loups gris comme Cakici. Qu'il s'agisse d'un différend sur le gaz naturel avec la Grèce, de la lutte contre le terrorisme ou de l'approche d'Ankara vis-à-vis des minorités, la politique gouvernementale est de plus en plus influencée par le MHP.

L'étendue de l'influence des extrémistes de droite a pu être constatée à la mi-mars, lorsque le procureur général, à la demande de M. Bahceli, a soumis à la Haute Cour du pays une demande d'interdiction du deuxième plus grand parti d'opposition de Turquie, le Parti démocratique des peuples (HDP), parti de gauche pro-kurde. Erdogan s'est montré cohérent dans ses efforts pour éviter les interdictions de partis. Son propre parti, le parti musulman conservateur Justice et développement (AKP), a failli être interdit en 2008. Cependant, il a finalement succombé à la pression de BahCeli, disent les observateurs à Ankara. "Bahceli a pris en otage l'homme le plus puissant de Turquie", déclare le journaliste turc Can Dündar. "Erdogan a le tambour, mais Bahceli garde le rythme", a-t-il ajouté.

Atalayar_Lobos Grises Turquía
PHOTO/REUTERS - Devlet Bahceli, leader du Parti du mouvement nationaliste (MHP)

Erdogan ne peut apparemment pas se permettre d'offenser le MHP. L'économie turque est embourbée dans la crise, et la pandémie de COVID-19 a encore aggravé la situation. Pendant ce temps, l'AKP d'Erdogan est tombé dans les sondages à seulement 30%. Sa réélection à la présidence dépend entièrement du soutien des extrémistes de droite. Erdogan tolère les extrémistes de droite. Alors que des dizaines de milliers de militants de l'opposition ont été arrêtés en Turquie ces dernières années, les attaques contre les parlementaires et les journalistes sont restées impunies. Le chef de la mafia Alaattin Cakici a également été autorisé à diffuser son message de haine sans conséquences.

Les prochaines élections présidentielles et parlementaires sont prévues pour 2023. Toutefois, les experts s'accordent à dire qu'Erdogan et Bahceli pourraient convoquer des élections anticipées cet automne afin d'éviter que la situation économique ne se détériore davantage. Trois jours à peine après que les procureurs ont déposé leur demande d'interdiction du HDP, M. Erdogan a licencié le directeur de la banque centrale turque et décrété le retrait de son pays de la Convention d'Istanbul, qui vise à prévenir la violence à l'égard des femmes. En fait, il semble qu'Erdogan suive une fois de plus la même stratégie qui lui a valu la victoire lors des dernières élections : la polarisation radicale de la société turque.