PUBLICIDAD

Iberdrola

Renforcement de l'alliance israélo-arabe

Les principaux dirigeants de l'Égypte, des Émirats et d'Israël se sont réunis au Caire pour aborder les défis auxquels la région est confrontée
AFP/MINISTERIO DE ASUNTOS PRESIDENCIALES DE LOS EAU

AFP/UAE MINISTÈRE DES AFFAIRES PRÉSIDENTIELLES  -   Le prince héritier d'Abu Dhabi et commandant suprême adjoint des forces armées des Émirats arabes unis, Mohamed bin Zayed Al Nahyan, le président égyptien Abdel Fattah al-Sisi et le premier ministre israélien Naftali Bennett à Sharm el-Sheikh, en Égypte.

L'Égypte, les Émirats arabes unis et Israël ont mis en scène mardi la consolidation de l'alliance israélo-arabe qui ne cesse de se renforcer, dans le sillage des fameux accords d'Abraham scellés en septembre 2020 sous les auspices des États-Unis sous la présidence de Donald Trump.

Le Caire a accueilli un sommet tripartite entre Abdel Fattah al-Sisi, président de l'Égypte, Mohamed bin Zayed al-Nahyan, prince héritier d'Abou Dhabi, et Naftali Bennett, Premier ministre d'Israël, pour discuter de questions importantes pour les intérêts de ces pays et pour la sécurité et l'équilibre au Moyen-Orient.

AFP/ PRESIDENCIA EGIPCIA
AFP/PRESIDENCE ÉGYPTIENNE - Une photo publiée par la présidence égyptienne le 22 mars 2022 montre le président Abdel Fattah al-Sisi rencontrant le prince héritier d'Abou Dhabi et commandant suprême adjoint des forces armées des EAU, Mohamed bin Zayed al-Nahyan, et le Premier ministre israélien Naftali Bennett.

Selon le média Al-Arab, des sources diplomatiques ont indiqué que cette alliance envoie un signal clair à l'Arabie Saoudite pour qu'elle se joigne à ce mouvement de renforcement des liens entre les différents pays arabes et Israël afin d'apporter la stabilité à la région et face à une situation délicate due à l'abandon de la politique étrangère des Etats-Unis dans la région. L'administration américaine a déjà déplacé ses intérêts vers l'Asie pour affronter son grand rival économique et géopolitique : la Chine. Ce manque d'intérêt pour le Moyen-Orient de la part du géant américain a déjà entraîné un refroidissement des relations avec le Royaume d'Arabie saoudite et les Émirats, qui n'ont pas soutenu les États-Unis dans leurs récentes velléités de demander un soutien accru aux sanctions contre la Russie pour l'invasion de l'Ukraine et de demander une augmentation de la production de pétrole pour faire baisser les prix du pétrole, ce à quoi les Émirats et le Royaume ont répondu en indiquant qu'ils respecteraient les niveaux de production convenus au sein de l'OPEP+, dont la Russie est membre. 

El presidente Abdel Fattah al-Sisi (izq.) dando la bienvenida al príncipe heredero de Abu Dhabi y vicecomandante supremo de las Fuerzas Armadas de los EAU, Mohamed bin Zayed Al Nahyan, a su llegada a la localidad egipcia de Sharm el-Sheikh, en el Mar Rojo AFP PHOTO/PRESIDENCIA EGIPCIA
AFP PHOTO/EGYPTIAN PRESIDENCY - Le président Abdel Fattah al-Sisi (à gauche) accueille le prince héritier d'Abou Dhabi et commandant suprême adjoint des forces armées des Émirats arabes unis, Mohamed bin Zayed Al Nahyan, à son arrivée dans la station balnéaire égyptienne de Charm el-Cheikh, sur la mer Rouge.

On peut en déduire que l'Égypte, les Émirats et Israël envoient un message à l'Arabie saoudite pour qu'elle rejoigne cette alliance en raison des changements qui se produisent dans la région. Sachant que les États-Unis, en plus de s'être détournés du Moyen-Orient, se sont également rapprochés de la République islamique d'Iran, offrant la possibilité de reprendre le pacte nucléaire avec le pays perse, ce qui pourrait conduire au développement d'armes nucléaires (ce que Téhéran nie) et offrant la possibilité de lever les sanctions et de permettre à l'Iran d'augmenter ses revenus pétroliers, qui pourraient être utilisés pour poursuivre le développement d'armes.

À la suite des accords d'Abraham, par lesquels, en septembre 2020, des pays arabes comme les Émirats et Bahreïn ont établi des liens diplomatiques avec l'État israélien, d'autres nations comme le Maroc et le Soudan ont également développé des liens profonds avec Israël, qui ont favorisé des accords économiques, commerciaux, technologiques et d'armement rendant possible une position de coopération avec le pays hébreu, qui était par le passé la cible de l'hostilité des pays arabes voisins, et l'établissement d'une stabilité dans la région qui permet d'acculer les ennemis communs, comme l'Iran. 

Combatientes Houthi armados asisten a la procesión fúnebre de los combatientes rebeldes Houthi que murieron en combates con las fuerzas del gobierno internacionalmente reconocido de Yemen AP/HANI MOHAMMED
AP/HANI MOHAMMED - Des combattants houthis armés assistent à la procession funéraire des combattants rebelles houthis tués lors des combats avec les forces du gouvernement internationalement reconnu du Yémen.

On pourrait en déduire que l'absence des États-Unis au Moyen-Orient, comme en témoignent le retrait des troupes d'Irak et d'Afghanistan et la réduction annoncée du soutien en armement à la coalition arabe dirigée par l'Arabie saoudite, dont les Émirats arabes unis sont membres, combat sur le terrain la guerre au Yémen contre les rebelles Houthis, une milice rebelle qui cherche à saper le gouvernement légitime du Yémen et qui est soutenue par l'Iran, bannière de la branche chiite de l'islam par opposition à la branche sunnite parrainée par l'Arabie saoudite, peut être compensée par cette alliance israélo-arabe qui, avec son développement, peut apporter la sécurité à la région et aussi le progrès économique et commercial, comme le montrent les accords et les mémorandums signés par Israël et plusieurs des pays arabes mentionnés. En outre, l'Arabie saoudite et les Émirats ont subi des attaques de drones et de missiles sur leur propre territoire de la part des Houthis soutenus par l'Iran, ce qui a amené ces pays arabes à refroidir leurs relations avec les États-Unis, soulignant leur négligence politique de la région et leur manque de soutien plus important, comme l'ont rapporté divers médias tels qu'Al-Arab. 

El director general de la Organización Internacional de la Energía Atómica (OIEA), Rafael Mariano Grossi, a la izquierda, habla con el jefe de la Organización de la Energía Atómica de Irán, Mohammad Eslami, durante su reunión en Teherán, el 5 de marzo de 2022 AP/VAHID SALEMI
AP/VAHID SALEMI - Le directeur général de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Rafael Mariano Grossi, à gauche, s'entretient avec le chef de l'Organisation iranienne de l'énergie atomique, Mohammad Eslami, lors de leur rencontre à Téhéran le 5 mars 2022.

Il convient donc de noter que la sécurité a été un thème majeur de la réunion entre le président Al-Sisi, Bin Zayed al-Nahyan et Naftali Bennett, face aux menaces posées par l'Iran, avec son ingérence dans les affaires d'autres États par l'intervention de groupes chiites qui soutiennent le régime des Ayatollahs (comme les Houthis au Yémen ou le Hezbollah au Liban) ou encore la Turquie, avec l'attitude expansionniste du gouvernement de Recep Tayyip Erdogan qui a conduit le pays ottoman à intervenir dans des conflits comme ceux de la Libye et de la Syrie.

Selon Al-Arab, l'administration égyptienne dirigée par le président Al-Sisi a également indiqué que les trois dirigeants ont discuté de la stabilité des marchés de l'énergie et de la sécurité alimentaire, des défis auxquels sont confrontés des pays comme l'Égypte elle-même à la suite du conflit en Ukraine qui a entraîné une flambée des prix du blé et du pétrole. L'Égypte est confrontée à de fortes pressions économiques en raison des répercussions de l'invasion russe du territoire ukrainien. Lundi, le gouvernement a dévalué la monnaie locale (la livre) d'environ 14 % par rapport aux devises étrangères pour faire face à l'impact économique. 

CASA BLANCA/SHEALAH CRAIGHEAD
WHITE HOUSE/SHEALAH CRAIGHEAD - Le ministre bahreïni des Affaires étrangères Abdullatif bin Rashid Al Zayani, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu, le président américain Donald Trump et le ministre des Affaires étrangères des EAU Abdullah bin Zayed Al Nahyan lors de la cérémonie de signature des accords de normalisation (accords d'Abraham) entre Israël, Bahreïn et les Émirats arabes unis.

"Nous assistons clairement au renforcement d'un axe qui présente un autre récit au Moyen-Orient, à savoir que nous pouvons travailler et coopérer ensemble sur les questions économiques et de défense", a déclaré le vice-ministre israélien des Affaires étrangères, Aidan Roll, comme le rapporte Al-Arab. "Israël est déterminé à établir un bon partenariat avec quiconque pour faire face à l'axe extrémiste de l'Iran", a-t-il noté.

Depuis son entrée en fonction, le Premier ministre israélien a clairement indiqué que son gouvernement devait renforcer les partenariats politiques, économiques et sécuritaires avec l'Égypte, les Émirats arabes unis et d'autres pays arabes afin de relever les défis régionaux.

Bennett s'est rendu en Égypte en septembre, la première visite d'un premier ministre israélien en dix ans, et s'est également rendu à Abu Dhabi en décembre, la première visite officielle d'un premier ministre israélien aux Émirats arabes unis.