PUBLICIDAD

Iberdrola

Report des élections en Somalie

Les tensions territoriales et l'absence d'accord politique ont fait échouer les négociations et ont entraîné le report du processus électoral prévu pour lundi
Atalayar_ PresidenteSomalia_0

REUTERS/FEISAL OMARAR  -   Le président somalien Mohamed Abdullahi Farmajo

La Somalie devait tenir des élections ce lundi. Cependant, la situation politique du pays, avec des désaccords majeurs avec l'opposition et des tensions entre les gouvernements régionaux - la Somalie est un État fédéral - qui ont même conduit à des affrontements armés, a entraîné le report du jour des élections. Après quelques jours de négociations, le président somalien Mohamed Abdullahi Farmajo a annoncé samedi que les élections étaient annulées.

L'actuel président somalien continuera à diriger le pays jusqu'à ce qu'une nouvelle date soit fixée, et accuse les dirigeants de plusieurs régions, comme le Jubaland et le Puntland, d'être responsables de ce report. Farmajo a également accusé d'autres pays, en faisant référence au Kenya, d'influencer et de saboter les pourparlers qui se tenaient pour parvenir à un accord sur le déroulement des élections.

Atalayar_Farmajo y Erdogan portada_0
PHOTO/ADEM ALTAN - Le président somalien Abdullahi Mohamed "Farmajo" (à gauche) est accueilli par son homologue turc Recep Tayyip Erdogan (à droite) dans le complexe présidentiel d'Ankara le 26 avril 2017

Outre les problèmes politiques avec les dirigeants régionaux, l'opposition politique accuse également Farmajo d'avoir créé à sa convenance une Commission électorale, l'organe qui devrait assurer le bon déroulement du processus. Selon eux, le président somalien aurait inclus dans sa composition plusieurs personnes proches du président, ce qui pourrait affecter le bon contrôle que cet organe devrait exercer. Le groupe d'opposition, qui comprend des personnalités de premier plan de la politique somalienne, a également accusé le chef des services de renseignements somaliens, la NISA, d'être à l'origine de campagnes en faveur du président actuel.

Le ministre de l'information, Osman Dubbe, a été l'un des plus virulents, avec le président Farmajo, à accuser les dirigeants des régions du Puntland et du Jubaland de boycotter le processus électoral. Il les accuse également d'être sous l'influence du Kenya, un pays contre lequel Mogadiscio porte de graves accusations depuis des mois. En fait, à la fin de l'année dernière, la Somalie a rompu ses relations diplomatiques avec le pays voisin.

Mais entre le Puntland et le Jubaland, c'est cette dernière région qui est à l'épicentre des conflits. Ahmed Madobe, le responsable de la région frontalière du Kenya, a des liens étroits avec le Kenya, ce qui, selon Mogadiscio, a ouvert la porte à l'ingérence kenyane dans ces élections. Farmajo a également accusé Madobe et le leader du Puntland Said Abdulahi Deni de revenir sur les accords électoraux avant les élections de lundi.

Atalayar_Solados del Ejército de Somalia_0
PHOTO/REUTERS - Soldats des forces armées somaliennes

Les affrontements politiques et militaires entre le gouvernement central et les autorités régionales se sont intensifiés ces dernières semaines. Plus d'une douzaine de civils ont été tués dans plusieurs villes de la région du Jubaland suite aux affrontements entre les forces armées somaliennes et les groupes armés liés aux forces de sécurité du Jubaland et, selon les accusations de Mogadiscio, armés par le Kenya.

Ce processus électoral a suscité de grandes attentes de la part de la communauté internationale. Cependant, les efforts déployés pour stabiliser le pays et la lutte contre le terrorisme menée par Al-Shabaab portent leurs fruits. En outre, l'Union européenne a étendu ses opérations dans le pays, cherchant à renforcer le secteur de la sécurité. Cependant, les événements de la fin de 2020 et du début politique de 2021 n'augurent rien de bon pour un tel processus. La Somalie doit maintenant annoncer le processus à suivre pour l'élection d'une nouvelle date et voir si, d'ici là, les relations extérieures et intérieures peuvent être aplanies.