PUBLICIDAD

Iberdrola

Reuven Hanan : "L'occupation est en cours et nous, les Juifs, ne voulons pas causer ce dommage"

Reuven Hanan, membre de l'Initiative des religions unies, critique ouvertement l'oppression exercée sur la communauté palestinienne et pense que la réconciliation entre Palestiniens et Juifs est possible
dajla-uri-reuven

PHOTO  -   Reuven Hanan avec d'autres membres de l'Initiative des Religions Unies (URI) à Dakhla

Membre de l'organisation juive Roots et participant au forum Initiative des religions unies (URI), Reuven Hanan Stone, réside actuellement dans le quartier juif, au sud-ouest de la vieille ville de Jérusalem. Hanan, comme beaucoup d'autres membres de l'Initiative, critique ouvertement la différenciation, la séparation et la violence qui affligent et opposent Juifs et Palestiniens dans le contexte du conflit israélo-palestinien. Bien que juif, il critique ouvertement l'oppression de la communauté palestinienne et ajoute que cette situation est aggravée parce que "les Juifs et les Palestiniens ne s'écoutent pas et n'essaient pas de se comprendre". Il pense que ce qui sépare les deux communautés est la peur qu'elles ont l'une de l'autre, une situation qui doit changer.  
Cependant, à Dakhla, la ville hôte du Forum, Reuven partage une table de discussion et de dialogue avec des Palestiniens, motivé par l'idée de trouver un terrain d'entente et de parvenir enfin à la paix.

Comment pouvons-nous avoir plus d'initiatives comme celles proposées par l'URI ?

Ce genre d'initiatives se produit déjà à Jérusalem en permanence grâce à de nombreuses personnes. Il y a des choses qui se passent et dont personne n'est au courant à l'extérieur parce que les médias ne s'y intéressent pas. Il est vrai que ce n'est pas la majorité de la société en Israël, mais il y a de nombreuses initiatives. Après tout, les médias sont des entreprises et ce qui fait vendre, c'est la guerre, la destruction, parfois une histoire personnelle, mais personne ne va écrire sur le travail que les gens font tous les jours pour apporter la paix entre les Palestiniens et les Israéliens.

Personne n'écrit sur le travail accompli par les personnes qui participent à ces initiatives tous les jours et tout le temps, pour réunir, par exemple, les Palestiniens et les Israéliens à la même table. Ces initiatives sont des espaces dynamiques qui permettent de rassembler tout cela.
Chez les Juifs, nous avons un dicton : deux Juifs, trois opinions. Imaginez que parmi des millions de personnes, il y a des millions d'opinions, c'est la même chose en Palestine. Il n'y a pas une seule opinion unifiée, même si c'est l'image que l'on veut donner. Même s'il existe une opinion unifiée, par exemple sur le passé ou l'histoire, les gens ont des idées complètement différentes sur l'impact que cela peut avoir sur le présent et l'avenir. Certains disent que nous avons juste besoin de justice, d'autres prônent la miséricorde. D'autres disent qu'il faut laisser le passé derrière soi tant qu'ils reconnaissent un État de Palestine... des initiatives comme celles-ci donnent un espace de dialogue entre deux parties distinctes. Le thème de cette conférence est tellement important et incroyable. Non seulement pour le dialogue interreligieux mais aussi pour prévenir l'extrémisme violent par ce biais. 

Que se passe-t-il en ce moment à Jérusalem ?

Je ne peux pas être faux, je suis juif et je peux dire qu'il y a une occupation en cours dans des territoires que les Palestiniens considèrent comme les leurs et en même temps je peux penser que ces territoires sont aussi sacrés pour nous. Pour moi, toutes les histoires de la Torah sont peut-être vraies, mais cela ne signifie pas que je doive prétendre qu'il n'y a pas d'occupation. L'occupation a lieu et nous ne sommes pas prédestinés à faire ces dégâts. Les Juifs ne sont pas revenus dans leur patrie après des milliers d'années pour opprimer d'autres peuples.
Depuis mon enfance, on m'a appris qu'Israël, tout le territoire, est notre territoire sacré, ce que nous appelons la "Terre promise". On nous a appris que, si cela est vrai, il n'y a pas de la occupation. Nous apprenons que ce ne sont que des circonstances de l'histoire de personnes qui se sont retrouvées là et qui veulent nous tuer. Ils nous disent que nous allons paisiblement et que ce sont eux qui veulent nous faire du mal. Personne ne nous le dit directement, mais c'est comme si, lorsque vous faites partie de ce genre de société, il y a une compréhension collective de ce que nous sommes et de ce que sont les Palestiniens. 

Autant je crois que cette terre est sacrée pour nous, autant cela ne justifie pas ce que les Juifs y font. Ce n'est pas notre destin. Ce n'est pas ce que nous voulons faire, mais nous le faisons et nous devons être honnêtes avec nous-mêmes et comprendre que cela se passe maintenant. Nous devons changer la situation, ce n'est pas automatique, c'est très compliqué et c'est douloureux, mais ce n'est pas une science, ce sont les droits de l'homme. En tant qu'êtres humains, nous avons le pouvoir et la responsabilité de faire quelque chose de différent, d'agir différemment et de changer la situation.
 

reuven-hanan-stone-dajla
PHOTO - Reuven Hanan Stone

Comment certains milieux israéliens justifient-ils une telle violence ? 

Eh bien, beaucoup affirment que notre douleur est plus grande parce que nous avons été persécutés pendant des milliers d'années. Ce traumatisme collectif a façonné la manière dont nous nous percevons et dont nous entrons en relation les uns avec les autres. Nous ne devons ni nous battre ni nous comparer. Nous avons tous deux raison et nous devons tous deux créer de l'espace pour l'autre et comprendre la douleur de l'autre. Lorsque vous comprenez cela, vous pouvez comprendre leur peur et vous vous demandez ce qu'ils veulent, quels sont leurs rêves, ce que nous pouvons faire.

Il y a urgence pour les Palestiniens, ils sont continuellement menacés, ils ne sont pas autorisés à construire des maisons non plus. Nous ne pourrons jamais avoir un pays sain si nous maintenons l'occupation. Avec le privilège que nous avons, nous devrions faire de bonnes choses. Nous devrions utiliser la position de pouvoir dans ce contexte. Nous avons un investissement militaire massif de la part des États-Unis qui nous aide à maintenir cette occupation. Nous devons utiliser notre position privilégiée pour faire le bien et aider les plus vulnérables.

Nous devons montrer que la paix et la coopération à tous les niveaux profiteront à tous. La raison pour laquelle nous sommes de plus en plus éloignés de la paix est que les accords que nous concluons ne sont pas suivis ou respectés. Pour les Palestiniens, leur vie, même avec ces accords, a empiré. Il y a maintenant encore plus de points de contrôle et encore plus d'interventions militaires.

La Journée de Jérusalem donne encore lieu à des affrontements violents...

Le seul cadre qui est donné est celui des quelques personnes qui sont violentes. Lors de la Journée de Jérusalem, par exemple, les citoyens israéliens ne soutiennent pas la violence contre la communauté palestinienne. Les personnes qui provoquent ces épisodes de violence ne vivent même pas à Jérusalem, elles viennent spécifiquement ce jour-là. Les gens viennent pour provoquer.

La majorité de la population n'est pas violente. Les médias israéliens ne montrent que le côté violent des Palestiniens et vice versa. La grande majorité des Israéliens ne soutient pas les extrémistes. Il n'y a pas de violence dans les rues en permanence. Il arrive parfois, lors des journées nationalistes, que des gens viennent faire du grabuge, mais ce n'est pas toute la réalité.  Cette année, en fait, cela n'a pas été si mauvais. L'année dernière, c'était bien pire. 

reuven-hanan-dajla
PHOTO -  Forum de l'URI à Dakhla

Quelles sont les premières mesures à prendre pour favoriser la compréhension entre Palestiniens et Israéliens ?

Vous ne pouvez pas le changer du jour au lendemain. C'est très douloureux et cela va prendre beaucoup de temps, mais ce n'est pas la seule réalité de la vie. Ce n'est pas de la science, tout est créé par des êtres humains et nous avons la capacité de faire quelque chose de différent et de le changer.

C'est trop demander aux Palestiniens et aux Israéliens que d'oublier leur passé. Ce que nous devons faire, c'est connaître le passé de l'autre, connaître la douleur et la souffrance de l'autre et ne pas se comparer. Oublier le discours selon lequel ma douleur est pire que la vôtre ou que j'ai plus souffert. Je connais des gens qui ont perdu leur maison et où vivent maintenant des Juifs, leur douleur est bien réelle.

Je pense que l'un des grands problèmes de ces efforts est le langage utilisé pour parler de compromis et de sacrifice. Nous devons faire comprendre aux gens qu'une paix et une coopération réelles dans tous les domaines sont bénéfiques pour tous et profiteraient à chacun d'entre nous. Les accords que nous avons conclus ne sont suivis par personne d'autre. Que cela soit vrai ou non, les Palestiniens et les Israéliens doivent parvenir à un meilleur accord.

Ces accords ne fonctionneront que s'ils bénéficient à toutes les parties, avec une amélioration de leur vie. Mais pour les Palestiniens, leur vie a été pire, la peur d'eux a augmenté et davantage de mesures de sécurité ont été prises par crainte d'une intifada ou d'une attaque terroriste sur les bus et les marchés.

Beaucoup de mes amis, après avoir grandi, appris et lu, disent : je suis à côté de la plaque. Je n'ai rien à voir avec la politique d'Israël, ils soutiennent le peuple palestinien et désignent l'État israélien comme le mal.

Je pense que nous devons changer la situation. Ce n'est pas automatique, ça n'a pas à être comme ça. C'est ainsi parce que nous avons construit des colonies, cela se produit encore tous les jours et il est très difficile de changer.

Pensez-vous que l'existence actuelle du mur peut continuer à favoriser la division ?

La création du mur, l'attitude répressive de l'armée... Toutes ces réponses immédiates d'Israël sont valables. Nous pensons que les actions de l'armée sont les seules à pouvoir nous protéger, mais nous sommes allés trop loin avec les expropriations de maisons, la violence... etc. Ils pensent que c'est se défendre et vice versa. 
Les guerres sont terribles pour tout le monde, mais ils ont le sentiment immédiat que nous devons nous protéger.

Donc il y a des attentats-suicides, on crée un mur. Vingt ans se sont écoulés et le mur est toujours là. Le mur perpétue le conflit et rend la réconciliation difficile. Jérusalem est un des grands centres économiques, des milliers d'entreprises sont fermées, les gens ont des conditions de vie plus mauvaises, une économie plus mauvaise, plus de désespoir, ils ont moins à perdre et si dans ce contexte une organisation terroriste apparaît avec sa propagande, les jeunes sont plus vulnérables pour y croire parce qu'ils se disent qu'ils n'ont pas d'autre choix.
Si je disais cela dans de nombreux milieux israéliens, on me dirait que je justifie le terrorisme, ce que je ne fais évidemment pas. Nous devons trouver un moyen de créer ce dialogue, c'est pourquoi je suis ici. Je crois que le dialogue est important et je crois aussi qu'il ne suffit pas.

Je ne justifie pas la violence, loin de là, mais je veux savoir d'où elle vient. Quelle est la raison pour laquelle les Palestiniens se battent. J'ai de l'empathie pour les Palestiniens et pour la douleur en général. Je n'ai pas d'empathie pour la violence, mais même si je n'en ai pas, j'ai besoin de comprendre pourquoi elle se produit, ce qui pousse les gens à la violence, en même temps que je veux que les Palestiniens comprennent la peur que nous, les Juifs, avons. 

dajla-reuven
PHOTO - Mostrando bebida israelí en el foro de la URI

L'esplanade des mosquées est également devenue un point de conflit entre Palestiniens et Juifs...

Al-Aqsa souffre d'un mélange de propagande palestinienne qui affirme que les Juifs tentent d'y gagner du terrain. C'est compliqué parce que si vous lisez nos livres saints, ils disent que c'est là que le temple sera construit. Même en tenant compte du fait que le retour du messie doit être pacifique. Je comprends que les Palestiniens disent que c'est ce que nous croyons, mais ce n'est pas vrai.

Il n'y a qu'un petit groupe de radicaux, la police israélienne les connaît. Ils essaient toujours de les arrêter et ne les laissent pas entrer parce qu'ils savent qu'ils vont provoquer un conflit majeur. Cependant, il y a toujours des conflits à cause de la présence de la police sur l'esplanade. Ça n'a pas l'air bon du tout.

Nous sommes si loin d'une solution possible à l'heure actuelle. Je pourrais vous dire "si on peut partager entre nous tous" ou "si on peut créer deux zones". J'aimerais que nous en soyons là maintenant, mais nous avons trop de retard pour pouvoir en parler. 

Nous sommes si loin l'un de l'autre. On ne se connaît même pas. Il y a une grande majorité de personnes qui ne se sont même pas rencontrées. Nous ne parlons même pas la même langue. Il y a des malentendus sur la culture, la religion... Il y a un travail de fond à faire et des événements comme ceux-ci nous en donnent l'occasion.

Comment promouvoir la coexistence entre Palestiniens et Israéliens ?

Toute personne bénéficiant d'un privilège a la responsabilité non seulement d'en être consciente, mais aussi d'en tirer des enseignements et de les comprendre. Vous devez aller plus loin, faire plus de pas et utiliser les privilèges pour aider plus de gens.

Je sens que j'ai la responsabilité de changer les choses que je peux changer. Tous les Juifs et tous les Israéliens doivent utiliser leur position de pouvoir pour tenter d'instaurer l'égalité.
Dans ce contexte, où nous bénéficions d'investissements militaires massifs de la part des États-Unis, nous avons pu maintenir l'occupation pendant 40 ans. Si nous sommes honnêtes, des gens qui reconnaissent que ce n'est pas bien, nous ne pourrons pas avoir un pays sain, même pour les Juifs. Toute personne qui reconnaît ce fait doit utiliser sa position de pouvoir et de privilège pour faire le bien et aider les personnes vulnérables.

La création de différents quartiers à Jérusalem vous fait-elle vous sentir en sécurité ?

Si vous me dites d'aller dans le quartier musulman, je n'irai pas. Et si vous demandez à un Palestinien, il vous dira la même chose. Pour moi, qu'il soit attaqué serait étrange, parce que je ne pense pas que cela arriverait, mais j'aurais aussi la même peur.

Il y a une peur latente, est-ce que je croirais vraiment qu'ils vont m'attaquer ? Non, mais je ne le risquerais pas non plus.

Si j'allais dans le quartier chrétien, par exemple, je me sentirais un peu plus en sécurité. Mais je vais vous dire la vérité... là où je me sens en sécurité, c'est évidemment avec ma communauté juive, mais je me sentirais aussi en sécurité si j'allais dans le quartier chrétien, accompagné de Palestiniens, car je sais qu'ils ne m'attaqueraient pas.

Si, par exemple, des collègues palestiniens ressentent également cette peur en entrant dans un quartier juif, je leur proposerais de les accompagner et peut-être se sentiraient-ils plus en sécurité.

Existe-t-il un parti politique en Israël qui prône l'unité et la réconciliation entre Juifs et Palestiniens ?

Non. Je pense qu'il y a un mouvement qui se développe parmi les jeunes qui font appel et se battent pour les droits de l'homme. Un de mes collègues de travail dit que le parti politique pour lequel il voterait n'existe pas et que ce parti serait celui qui intègre les Juifs et les Palestiniens dans sa formation.

Il y a maintenant des membres palestiniens et arabes dans les partis de gauche, au parlement nous avions une telle formation. L'un des partis de gauche qui se bat également pour cela est le parti communiste, mais il est très petit, il n'a pratiquement aucune représentation. 

Techniquement, il existe quelques partis dans lesquels il y a un mélange entre Palestiniens et Juifs, mais ce que mon collègue croit et ce que je crois, c'est qu'il n'y a aucun parti dont l'identité ou le slogan est l'union entre Palestiniens et Juifs.

Je pense qu'il doit y avoir une solution qui, pour l'instant, ne figure sur aucun agenda politique. Le point de départ est d'unir les Arabes qui ont le statut de citoyens israéliens aux Israéliens eux-mêmes. Ce serait le pont qui pourrait alors unir le reste des Palestiniens.

De nombreuses personnes souhaitent apporter des changements, mais elles n'ont aucun pouvoir ni aucune voix dans l'arène politique. Il y a des gens qui ont de grandes idées, ils parlent de fédéralisme, de partage de domaines communs comme la sécurité, mais ils peuvent avoir des nationalités et des religions différentes, mais ils n'ont aucun pouvoir politique, donc nous devons encourager leurs voix et les aider. Nous devons trouver les bonnes personnes qui font du bon travail pour y parvenir et qui sont capables de créer un impact important pour l'ensemble de la société. Nous n'avons pas à attendre plus longtemps.