Séville et l'INTA aspirent à remporter à Dubaï l'organisation du Congrès mondial d'astronautique de 2024

Il sera en concurrence avec les villes européennes de Budapest et Milan et la ville australienne d'Adélaïde. L'élue sera connue le 29 octobre.
Le Congrès international d'astronautique (IAC) se tient chaque année depuis 71 ans. Le congrès de 2019 s'est tenu à Washington, la pandémie a rendu souhaitable la tenue du congrès de 2020 sous un format virtuel, le congrès de 2021 se tiendra en octobre prochain à Dubaï, le congrès de 2022 se tiendra à Paris en septembre, le congrès de 2023 se tiendra également en septembre, mais à Bakou, capitale de l'Azerbaïdjan, et le congrès de 2024 reste à déterminer.

PHOTO/IAF-70 IAC  -   Le Congrès international d'astronautique (IAC) se tient chaque année depuis 71 ans. Le congrès de 2019 s'est tenu à Washington, la pandémie a rendu souhaitable la tenue du congrès de 2020 sous un format virtuel, le congrès de 2021 se tiendra en octobre prochain à Dubaï, le congrès de 2022 se tiendra à Paris en septembre, le congrès de 2023 se tiendra également en septembre, mais à Bakou, capitale de l'Azerbaïdjan, et le congrès de 2024 reste à déterminer

L'Espagne vient d'officialiser la candidature de Séville, capitale de l'Andalousie, pour accueillir en septembre ou octobre 2024 la 75e édition du Congrès international d'astronautique ou 75 IAC. Il s'agit d'un événement multidisciplinaire qui réunit chaque année quelque 6 000 scientifiques, chercheurs et hauts responsables du secteur, parmi lesquels les dirigeants des agences spatiales du monde entier.

La proposition a été faite par l'Institut national de technologie aérospatiale (INTA), un organisme public de recherche du ministère de la défense, la seule institution de l'administration espagnole qui est membre de la Fédération internationale d'astronautique (IAF), l'entité qui organise chaque année l'événement pour aborder les nombreux aspects de la technologie et des sciences spatiales.

Dans une lettre datée du 29 avril et adressée à la présidente de l'IAF, la scientifique autrichienne Pascale Ehrenfreund, le directeur général de l'INTA, le lieutenant général de l'air José María Salom, explique les raisons et les capacités qui l'incitent à proposer Séville pour accueillir ce qui sera le plus grand forum spatial en 2024. L'IAF étudiera les candidatures soumises et annoncera sa décision le 29 octobre, le jour de la clôture du Congrès de cette année (72 IAC), qui se tiendra à Dubaï à partir du 25 octobre sur le thème "Inspirer, innover et découvrir pour le bénéfice de l'humanité" et sous les auspices de l'Agence spatiale des Émirats. 

El director general del INTA, el teniente general del Aire José María Salom, ha enviado el 29 de abril un completo dosier a la presidenta de la IAF. Detalla las capacidades de Sevilla para albergar el Congreso de 2024. En la imagen, junto a Juan Carlos Cortés, responsable de los temas espaciales en el CDTI, durante el primer Congreso Español del Espacio
PHOTO/Beon - Le directeur général de l'INTA, le lieutenant général de l'air José María Salom, a envoyé un dossier complet au président de l'IAF le 29 avril. Il détaille les capacités de Séville à accueillir le Congrès de 2024. Sur la photo, à côté de Juan Carlos Cortés, responsable des questions spatiales au CDTI, lors du premier congrès spatial espagnol.

L'initiative de l'Institut conduit une vingtaine d'entreprises et d'entités officielles et privées du secteur aérospatial espagnol, qui feraient partie du consortium chargé de faire du congrès une réalité. Parmi eux figurent le Centre pour le développement technologique industriel (CDTI), l'Association espagnole des entreprises de défense, de sécurité, de technologies aéronautiques et spatiales (TEDAE), la Plate-forme technologique aérospatiale espagnole, la Société aéronautique espagnole, l'Institut espagnol d'ingénierie, les pôles aérospatiaux d'Andalousie et de Madrid et l'Association espagnole de droit aéronautique et spatial.

La lettre du lieutenant général Salom est accompagnée d'une documentation complète et détaillée dans laquelle il expose le slogan sur lequel se concentrera le 75e Congrès, "La vie dans l'espace, l'espace pour la vie". Elle cherche à montrer comment les réalisations de la recherche spatiale contribuent "au progrès de la société dans son ensemble, en nous permettant de préserver notre planète et de la rendre plus habitable et durable".

Space Flight Insider - Los altos directivos del sector espacial mundial expondrán los progresos de la exploración marciana y lunar, la evolución de los programas para estudiar los astros del Sistema Solar y repasarán todas las vertientes de las ciencias del espacio
PHOTO/James Vaughan - Space Flight Insider - Les principaux responsables mondiaux de l'espace discuteront des progrès de l'exploration martienne et lunaire, de l'évolution des programmes d'étude des étoiles du système solaire et passeront en revue tous les aspects de la science spatiale.
Séville est un pôle important de l'industrie aérospatiale européenne

La proposition du directeur général de l'INTA souligne que l'évolution de l'humanité "est étroitement liée à la recherche spatiale en termes de bien-être social et économique", dans le but de mettre en évidence la contribution de l'espace à 15 des 17 objectifs de développement durable établis par les Nations unies pour son Agenda 2030.

L'approche élaborée par l'Institut comprend des sessions ouvertes au public pour présenter les progrès réalisés dans l'exploration de Mars et de la Lune, la contribution de la technologie spatiale à la croissance économique et la surveillance du changement climatique. Il est complété par des forums sur les programmes spatiaux visant à étudier les étoiles du système solaire, à découvrir des exoplanètes habitables, les origines de la vie et l'astrobiologie, en plus du programme technique qui sera défini par le Comité international de programmation de l'IAF.

Avec l'approbation du maire de Séville et de sa corporation municipale, le vaste dossier comprend l'offre touristique et socioculturelle de la capitale de Séville et de ses environs, les réalisations les plus importantes de l'industrie spatiale espagnole, ainsi que l'importance du tissu industriel aérospatial existant dans la ville et dans la communauté autonome d'Andalousie, qui compte 152 entreprises, institutions, universités et centres technologiques.

La propuesta española se centra en lo que la investigación espacial aporta al bienestar social y económico mundial y quiere realzar la contribución del sector en 15 de los 17 Objetivos de Desarrollo Sostenible establecidos por Naciones Unidas en su Agenda 2030
PHOTO/IAF-70 IAC - La proposition espagnole met l'accent sur la contribution de la recherche spatiale au bien-être social et économique mondial et vise à souligner la contribution du secteur à 15 des 17 objectifs de développement durable établis par les Nations unies dans son Agenda 2030.

Il contient également des lettres de soutien du ministre des sciences et de l'innovation, l'astronaute Pedro Duque ; du directeur général du CDTI, Javier Ponce ; du ministre de la transformation économique, de l'industrie, de la connaissance et des universités de la Junta de Andalucía, Rogelio Velasco ; du président de la Diputación de Sevilla, Fernando Rodríguez ; et du président d'Airbus Espagne, Alberto Gutiérrez.

Le lieutenant général Salom souligne dans sa proposition que Séville a été choisie ces trois dernières années pour accueillir des événements aérospatiaux majeurs. Parmi eux, il cite le sommet des ministres de l'Agence spatiale européenne (ESA) qui a eu lieu en novembre 2019 au Palais des congrès et des expositions de Séville (FIBES), où il est proposé de tenir le congrès de 2024. Même dans l'année en cours, malgré la pandémie, un sommet virtuel sur l'économie spatiale industrielle 5.0 a été organisé. En outre, la ville a assuré la présidence du réseau des villes Ariane en 2019 et a été la capitale européenne du secteur spatial. 

El Congreso es una oportunidad para escuchar a los directores ejecutivos de las grandes agencias espaciales del mundo. La IAF exige a las ciudades candidatas contar con auditorios para varios miles de asistentes y varias decenas de salas de reuniones de menores dimensiones para entre 250 y 600 personas
PHOTO/IAF- 70 IAC - Le congrès est l'occasion d'entendre les dirigeants des principales agences spatiales du monde. L'IAF exige des villes candidates qu'elles disposent d'auditoriums pouvant accueillir plusieurs milliers de participants et de plusieurs dizaines de salles de réunion plus petites pouvant accueillir de 250 à 600 personnes.
Le congrès a déjà eu lieu quatre fois en Espagne

La candidature de Séville pour accueillir le Congrès international d'astronautique de 2024 n'est pas la seule. Elle est en concurrence avec Milan (Italie), Budapest (Hongrie) et Adélaïde (Australie) et peut-être aussi avec le Brésil, dans le cas où l'Agence spatiale du pays sud-américain formaliserait sa proposition initiale de présenter Rio de Janeiro. 

Il est un fait que Milan et Rio de Janeiro avaient déjà concouru pour accueillir l'édition 2023, ce qui place les deux villes comme les principales concurrentes de la capitale andalouse. La ville australienne d'Adélaïde l'a déjà accueilli en 2017, ses chances d'être à nouveau choisi semblent donc minces. Le cluster portugais des industries aéronautiques, spatiales et de défense a présenté la candidature de Lisbonne, mais l'a retirée. 

La presidenta de la International Astronautical Federation (IAF) es la científica austriaca Pascale Ehrenfreund, que al frente de un equipo asesor debe evaluar las candidaturas y dar a conocer la ciudad elegida el próximo 29 de octubre, en la jornada de clausura del 72 IAC que se celebrará en Dubái
PHOTO/IAF-71 IAC - La présidente de la Fédération internationale d'astronautique (IAF) est la scientifique autrichienne Pascale Ehrenfreund, qui dirigera une équipe consultative chargée d'évaluer les candidatures et d'annoncer la ville choisie le 29 octobre, lors de la journée de clôture de la 72e IAC qui se tiendra à Dubaï.

La pandémie a rendu nécessaire la tenue du 71e Congrès en format virtuel du 12 au 14 octobre et la reconfiguration du programme. Le 72e congrès se tiendra en octobre de cette année à Dubaï et le congrès 2022 (73e IAC) aura lieu à Paris du 18 au 22 septembre avec le soutien total du Centre national d'études spatiales (CNES), l'agence spatiale française, sous le thème "L'espace pour tous". L'édition 2023 (74e IAC) se tiendra du 25 au 29 septembre à Bakou, la capitale de l'Azerbaïdjan, à la demande d'Azercosmos, l'agence spatiale de la république asiatique. 

El Congreso es un evento multidisciplinar que congrega durante una semana en torno a 6.000 científicos, investigadores y altos cargos del sector. Una exhibición estará abierta al público una jornada para dar a conocer los beneficios que la tecnología espacial aporta a la sociedad.
PHOTO/IAF- 70 IAC - Le congrès est un événement multidisciplinaire qui réunit pendant une semaine environ 6 000 scientifiques, chercheurs et hauts fonctionnaires du secteur. Une exposition sera ouverte au public pendant une journée afin de sensibiliser le public aux avantages que la technologie spatiale apporte à la société.

Sur les 70 éditions du Congrès international d'astronautique, quatre ont eu lieu en Espagne : à Barcelone (1957), Madrid (1966), Malaga (1989) et Valence (2006). Fondée en 1951, l'IAF est composée de 407 organisations de 71 pays, dont 49 agences spatiales, 87 associations, 72 universités, 45 centres de R&D, 148 entreprises et 6 musées. La plupart de ses membres sont originaires d'Europe (198), d'Asie (85), d'Amérique du Nord (72) et du Sud (23), d'Océanie (16) et d'Afrique (13).