PUBLICIDAD

Marruecos

Sabrine Hassen : "Il est plus que possible de reconstruire une Libye pacifique"

Le directeur général des services de conseil en matière de risques de K2 présente les scénarios possibles qui pourraient se dessiner dans la région après les élections en Libye
Sabrine Hassen

PHOTO/GUILLERMO LÓPEZ-ATALAYAR  -   Sabrine Hassen

La Libye est confrontée à une situation historique. Les prochaines élections démocratiques prévues pour le 24 décembre annoncent un nouveau scénario dans lequel on espère que la paix régnera et que le pays commencera à mener un processus de reconstruction. À cet égard, plusieurs entreprises suivent déjà de près l'évolution de la Libye afin de pouvoir investir dans les vastes opportunités qu'elle offre.

Sabrine Hassen, directrice générale du service de conseil et de recherche sur les risques de K2 Integrity à Londres, nous donne un aperçu du nouveau paysage qui pourrait émerger en Libye après les élections. Hassen a travaillé pendant de nombreuses années dans la région MENA, où elle a dirigé plusieurs enquêtes transfrontalières visant à débusquer et identifier la fraude et la corruption au Moyen-Orient.

Des élections générales devraient avoir lieu en Libye en décembre prochain. Sommes-nous à un moment "sûr" en Libye pour la tenue d'élections ? 

En ce moment, la situation est calme à Tripoli, un peu tendue, mais calme. Au cours de la semaine prochaine, nous saurons qui sont les candidats. Certains d'entre eux ne remplissent pas toutes les conditions requises et cela signifie qu'ils passent par une procédure judiciaire, ce qui est une bonne chose car cela garantit la sécurité. 

Saif al-Islam a été éliminé en raison de son casier judiciaire et a tenté de faire appel. Cependant, après le dépôt de l'appel, certaines milices ont tenté de saboter le tribunal et sa candidature a été réadmise. . Cette stratégie a été condamnée par tous les autres partis politiques et nous pouvons donc dire que la situation est actuellement calme. Je pense que les élections auront lieu. Cependant, la grande question pour moi est de savoir si les résultats des élections seront acceptés le jour suivant les élections.

C'est ma plus grande crainte, et si nous allons au-delà, alors nous aurons le deuxième tour. Je suis convaincu que les élections auront lieu car nous avons maintenant un gouvernement unifié dans lequel les deux parties sont parvenues à une sorte de consensus.

La situation géopolitique a changé. Par exemple, le Qatar opère actuellement un rapprochement entre l'Arabie saoudite et les Émirats. Un autre exemple est celui de la Turquie, qui essaie de parler à l'Égypte, donc les choses évoluent dans la bonne direction. 

Je suis optimiste, réaliste, mais optimiste. Nous verrons les résultats le jour de Noël... pour le moment, les élections vont dans la bonne direction.

Sabrine Hassen

Que pouvons-nous attendre pour l'avenir de la région après les élections générales ? 

L'Égypte s'est rangée d'un côté. Cependant, ils comprennent qu'il n'y aura pas de gagnants, et tenteront donc de profiter d'une Libye pacifique dans laquelle l'accès à l'énergie est autorisé. Ils parlent de construire un pipeline vers l'Égypte, notamment pour le gaz et le pétrole.

En Tunisie, par exemple, de nombreux Tunisiens travaillent en Libye et envoient de l'argent chez eux. Cela aide socialement. Quant à l'Algérie, le fait qu'il y ait une situation chaotique en Libye ne l'aide pas, surtout aux frontières. Si vous vous souvenez de l'attaque du champ pétrolifère de Nsala, les terroristes venaient de Libye. 

Si la Libye a un gouvernement stable, avec une police et une armée adéquates, alors ces électeurs seront protégés, donc au niveau régional la sécurité du pays est cruciale. Ensuite, il y a la région du Sahel, où nous devons contrôler les frontières pour empêcher les réfugiés d'utiliser la Libye pour passer en Europe.

Dans le cas des pays du Sud, les démocraties sont assez fragiles pour le moment. En Europe, en mai prochain, nous aurons des élections en France. Si des réfugiés de Libye arrivent dans le pays à la suite de la crise politique, cela pourrait aider les gouvernements populistes d'Italie, d'Espagne ou de France à obtenir du soutien. Il est donc dans notre intérêt, au niveau régional, notamment en Méditerranée, de contrôler ou de nous assurer que la Libye dispose des structures adéquates pour contrôler les gangs qui profitent de la traite des êtres humains. 

Une fois que la Libye sera dans une sorte de phase de reconstruction, des personnes d'Afrique subsaharienne pourraient venir travailler en Libye. Ils pourraient venir et aider. Ainsi, s'ils ont du travail en Libye, ils seront moins incités à traverser la Méditerranée. Quant à la Turquie, elle peut bénéficier économiquement de la reconstruction par la Libye de ses infrastructures, routes, bâtiments, hôpitaux, hôtels. Ils ont compris qu'il n'y aura pas de gagnants. Vous devez parier sur l'unification du pays et commencer à penser aux affaires plutôt qu'à la politique.

Sabrine Hassen

Pensez-vous que les élections pourraient apporter la paix en Libye ? 

Je suis peut-être naïf, mais je suis très optimiste. Avant le COVID, des personnes ont essayé d'organiser une conférence K2 en mars, une conférence pour discuter de la possibilité d'unifier et de rassembler les deux parties. Beaucoup de gens étaient sceptiques, riaient et disaient que c'était une perte de temps. Un an plus tard, personne ne savait qu'ils allaient s'unir et se mettre d'accord sur un premier ministre, et encore moins parler de la tenue d'élections.

Je suis assez optimiste car la géopolitique a changé. Les États-Unis ne sont pas "America First", ils regardent maintenant ce qui se passe à l'étranger et pensent que l'Afrique a été négligée pendant de nombreuses années. Des pays comme la Chine, ainsi que la Russie, ont essayé d'en tirer parti.

D'autre part, l'Europe seule ne pouvait pas faire face à cette situation car elle n'utilisait pas les mêmes armes. Elle ne dispose pas d'une armée privée comme celle de la Russie. L'Europe n'utilisait donc pas les mêmes outils. Toutefois, si nous avons un allié comme les États-Unis qui s'intéresse soudainement à ce qui se passe en Afrique subsaharienne, je pense que cela ferait plier l'influence des Chinois et des Russes.

Et maintenant, la Libye dispose d'un important réseau de sécurité et de renseignements ? 

Ils ont l'aide de nombreux pays. Elle dispose déjà de certains outils par elle-même, mais je sais qu'elle discute avec certains alliés en Europe. C'est une bonne chose pour la Libye et son conflit. La Libye essaie de parler à tous les pays. Il y aura une aide internationale parce qu'il est dans l'intérêt et surtout dans l'intérêt des voisins régionaux de s'assurer qu'ils aident à traquer les personnes qui pourraient commettre des crimes terroristes en Libye ou dans les pays voisins.  

Sabrine Hassen

De votre point de vue, êtes-vous optimiste quant à l'avenir de la Libye ? 

Je suis optimiste de nature, j'ai été dans le domaine de la crise et j'ai toujours essayé de voir le meilleur dans tout. Je crois que tout n'est pas catastrophique. Nous ne pouvons pas nous attendre à ce qu'un pays comme la Libye, qui a subi 42 ans de dictature, sorte soudainement d'une révolution et que tout fonctionne et que nous nous aimions les uns les autres. Ça ne marche pas comme ça.

Cela s'est également produit en Europe. Nous avons l'exemple de la Révolution française, après la révolution nous avons eu le gouvernement de terreur de Roberspierre puis la figure de Napoléon. Les choses ont besoin d'une adaptation et maintenant je sais qu'elle est plus accélérée. Le fait qu'ils se parlent au moins est un grand pas, un très grand pas, donc je pense que ce sera un choc après les élections. Ils veilleront à ce que chacun bénéficie de la richesse qui sera redistribuée de manière équitable et à ce que chaque communauté, chaque région, soit représentée.

Il ne s'agira pas d'une tribu ayant le pouvoir et décidant pour les autres. Tout le monde aura quelque chose. Le pays est très riche. Elle possède la deuxième ou la première plus grande réserve de pétrole d'Afrique. C'est un grand pays, une petite population, des jeunes... beaucoup d'entre eux sont très curieux et regardent l'Europe, ils regardent tous l'Europe pour s'inspirer.

Nous avons des raisons d'être optimistes. C'est un pays qui a les moyens de se reconstruire et après tout, nous sommes humains. Tout ce que nous voulons, c'est la paix, pouvoir éduquer nos enfants, la sécurité, et cela peut être facilement atteint maintenant.

En Libye, nous n'avons pas la division religieuse entre chiites et sunnites. Ils n'ont pas de religions limitatives et ne peuvent donc pas utiliser la religion comme excuse pour se battre. Ils n'ont pas non plus de langues différentes, comme c'est le cas en Irak avec le kurde ou l'arabe. Tout est unifié, ils ont plus de choses qui les unissent que de choses qui les séparent. 

Nous devons penser que nous pouvons nous faire confiance et que nous pouvons partager la richesse. Aujourd'hui, les personnes qui gouvernent ou gouverneront sont des personnes qui ont grandi avec la dictature de Kadhafi et qui se méfient encore les unes des autres.
Pourtant, la paix arrive et arrivera, et en raison de l'intérêt et de la proximité de l'Europe, l'Union nous aidera.

Sabrine Hassen

Pensez-vous que l'Europe a un rôle important à jouer dans ce domaine ?

Oui, nous venons d'avoir une réunion avec un représentant du ministère des Affaires étrangères. Il a commencé à énumérer les pays qui importent et exportent le plus, et les États-Unis ne figuraient pas sur sa liste. Je n'ai pas été surpris car la Libye était à l'époque sous le coup de sanctions, et les Libyens ont donc décidé de ne pas investir aux États-Unis.

Il leur était très difficile de se rendre aux États-Unis, aussi les seuls pays dans lesquels ils se sont rendus et avec lesquels ils se sentaient à l'aise étaient les pays européens. À cette époque, Dubaï n'était pas aussi développé qu'aujourd'hui et beaucoup d'entre eux ont des actifs au Royaume-Uni, à Malte, en Italie, en raison de l'histoire, donc ils connaissent l'Europe et se sentent à l'aise pour coopérer avec elle.

En ce qui concerne le pétrole, Repsol est là. La Libye n'a pas de compagnie pétrolière américaine. C'était le cas au début, nous avions Chevron, Conoco Phillips... ils sont partis, mais les Européens sont restés. Les fonds souverains sont en Europe, donc je pense que l'Europe en bénéficiera totalement. Si les entreprises américaines viennent, elles doivent repartir de zéro, ce que l'Europe n'a pas à faire. 

L'Europe a trois ou quatre longueurs d'avance et doit s'en inspirer. C'est une position très unique. 

Sabrine Hassen

Le fait est que la Libye veut être entendue et veut être entendue par l'Union européenne...

Exactement. L'Europe aide beaucoup et continuera à le faire parce que nous sommes voisins. Nous avons une histoire commune, les objets romains les mieux conservés se trouvent en Libye, nous avons la Méditerranée, qui nous appartient culturellement, et une histoire commune. On ne peut l'ignorer, l'Europe a donc un grand avantage à cet égard.

De plus, la Libye dispose de vastes ressources, elle a du pétrole, du gaz, et la bonne nouvelle est qu'elle part de zéro. 

Vous pouvez commencer à construire avec des matériaux durables, avec des énergies renouvelables vertes. Lors d'une réunion à laquelle a participé l'entreprise Repsol, ils ont déclaré qu'ils visaient à ce que 60 % des carburants n'aient aucune émission de carbone d'ici 2050. La Libye est un endroit idéal où ils pourraient investir dans les énergies renouvelables, c'est une grande opportunité. Nous devons imaginer qu'il est plus que possible de reconstruire une Libye pacifique.