PUBLICIDAD

Iberdrola

Safaa Ikaz : "Les gens sont l'espoir"

Safaa Ikaz, membre de l'Initiative des Religions Unies, pense qu'il est possible pour la région MENA de connaître la paix grâce aux "bonnes actions" des individus
dalla-safaa-ikaz

ATALAYAR/GUILLERMO LÓPEZ  -   Safaa Ikaz

Lors de la conférence organisée par l'United Religions Initiative (URI) à Dakhla, nous avons eu l'occasion de nous entretenir avec l'un de ses participants. Il s'agit de Safaa Ikaz, de nationalité marocaine. Comme le reste de ses collègues, Ikaz est optimiste quant à l'évolution de la situation dans la région et croit fermement que le dialogue est le premier pas vers la paix.

Quels sont vos objectifs ici ?

C'est la première fois que je participe à une conférence de ce type. L'URI est un réseau mondial de personnes issues de différents milieux qui se réunissent pour apporter des changements, en particulier dans la région MENA où de nombreux conflits sont principalement motivés par la religion.

L'objectif de cet événement est essentiellement de réunir des personnes de cette région et d'autres. Nous avons des gens de Bosnie, des gens d'Afrique du Sud, des gens des États-Unis... afin d'apporter des solutions.

Il y a aussi des gens de différentes religions, chrétiens, musulmans et juifs, et même des athées. Ils viennent ici pour parler des problèmes actuels et proposer des solutions. La solution réside essentiellement dans le titre de cette conférence : le dialogue interconfessionnel. Réunir des personnes complètement différentes et les mettre à la même table est la première étape pour trouver des solutions, car elles n'ont probablement jamais pu se parler.

Si vous refusez cette communication, il sera pratiquement impossible de trouver une solution. Je suis très heureux de cette initiative car j'apprends beaucoup, surtout des gens.

Tout le monde a une histoire personnelle et cela vous rend plus empathique. Chaque atelier que nous organisons, chaque conférence est très spéciale pour cette raison. Je suis très reconnaissant de pouvoir être ici. Cela m'inspire à être meilleur et m'encourage même à donner naissance à mes projets comme la création de ma propre ONG qui veillera sur ces valeurs.

Pensez-vous que le dialogue soit la clé du changement dans la région ?

Je pense que le dialogue est un outil fondamental. Ce n'est pas facile, mais c'est ce que nous devons utiliser dans cette tentative constante de recherche de la paix. Ce qui est bien, c'est qu'il y a beaucoup de bonnes personnes qui n'abandonnent pas. Nous avons des personnes qui ont consacré leur vie entière à cette cause.

Les personnes qui participent à cette initiative sont comme un symbole d'espoir. Je ne sais pas si trouver une solution est facile, mais ce qui est clair, c'est que toutes ces personnes font partie du changement.

Cet événement implique des Israéliens et des Palestiniens ensemble...

C'est vrai. C'est quelque chose d'inhabituel et vous ne le trouverez pas dans beaucoup d'autres endroits. Ce type de conférence permet de réunir des personnes qui ne pourraient jamais se rencontrer dans leur pays d'origine. C'est l'une des raisons pour lesquelles on organise ce genre d'événements dans des pays étrangers.

Lorsque vous parlez par exemple avec des personnes originaires d'Israël, vous pouvez généralement avoir un certain nombre de stéréotypes ou vous faire une idée de ce qu'elles pensent. Vous pensez qu'ils peuvent être très patriotiques ou nationalistes, mais j'ai moi-même été surpris, j'ai parlé ici avec un Juif d'Israël qui est plus partisan de la cause palestinienne que certains Palestiniens.

Il est très engagé politiquement, il fait un travail incroyable. Nous avons besoin de plus de gens comme ça. Les politiciens veulent donner cette image que tout le monde est violent et doit se protéger d'un ennemi, mais ce n'est pas la seule réalité qui existe.

Pensez-vous que petit à petit et grâce à ce genre d'initiatives, il sera possible de construire la paix ?

J'espère que la région pourra connaître une paix réelle, même à Jérusalem. Au moins pour être capable de voir que tout le monde vit ensemble de manière pacifique. L'URI est une initiative incroyable qui s'engage pour la paix, même dans cette région où les conflits sont permanents. Les gens qui sont ici l'espèrent et y croient, donc je suis optimiste.