PUBLICIDAD

Iberdrola

Sánchez défend son changement de position sur le Sahara au Congrès

Le président du gouvernement a réaffirmé son soutien à la proposition marocaine face aux critiques de l'arc parlementaire
Pedro Sánchez

PHOTO/Congreso de los Diputados  -   La session plénière se félicite de la venue du président du gouvernement pour rendre compte du Conseil européen extraordinaire des 30 et 31 mai 2022 et pour qu'il explique "le nouveau partenariat pour le XXIe siècle qu'il a établi lors de sa visite à Rabat et les conséquences que cela a eu sur les relations avec l'Algérie"

Le président du gouvernement, Pedro Sánchez, a expliqué mercredi, depuis la tribune du Congrès des députés, le changement de position de l'Espagne sur la question du Sahara occidental, près de trois mois après que la Maison royale du Maroc ait révélé le contenu de la lettre envoyée par le président au roi Mohamed VI, dans laquelle il définit la proposition d'autonomie sous souveraineté marocaine comme la base "la plus sérieuse, réaliste et crédible" pour la résolution du différend.

M. Sánchez a défendu sa position au sein de la chambre basse et a reconnu la volte-face du gouvernement sur la question pendante de la politique étrangère espagnole, une volte-face qui n'a pas été soutenue par le reste des groupes parlementaires et qui n'a pas non plus reçu l'approbation d'une partie du pouvoir exécutif lui-même. L'objectif, selon M. Sánchez, est de défendre les intérêts de l'Espagne et de trouver des solutions à un conflit qui s'éternise depuis 1975, soit depuis 47 ans.

"Nous souhaitons ardemment cette solution et nous ferons tout notre possible pour qu'elle soit trouvée", a déclaré le président lors de son intervention parlementaire, avant d'ajouter que les efforts diplomatiques de l'Espagne "vont de pair" avec les engagements pris par l'Union européenne et les Nations unies. Les conditions de résolution du conflit doivent être acceptables pour toutes les parties concernées et dans le cadre de l'ONU, a souligné M. Sánchez.

Pedro Sánchez
PHOTO/Congreso de los Diputados  -   La session plénière se félicite de la venue du président du gouvernement pour rendre compte du Conseil européen extraordinaire des 30 et 31 mai 2022 et pour qu'il explique "le nouveau partenariat pour le XXIe siècle qu'il a établi lors de sa visite à Rabat et les conséquences que cela a eu sur les relations avec l'Algérie"

Le président a comparé la nouvelle position de l'Espagne sur la question du Sahara occidental avec celle adoptée précédemment par ses partenaires internationaux : "La France soutient la proposition du Maroc, de la même manière que le président allemand a reconnu que la proposition marocaine est sérieuse et crédible, tout comme les États-Unis, et les Pays-Bas se sont joints à cette position en mai".

Lors de son intervention, M. Sánchez a présenté les arguments qui sous-tendent la décision du gouvernement espagnol de soutenir la proposition du Royaume alaouite au Sahara occidental. Tout d'abord, le scénario géopolitique agité à la suite de l'invasion russe en Ukraine, qui oblige la communauté internationale à "retrousser ses manches et à résoudre les conflits chroniques". Deuxièmement, la garantie de l'intégrité territoriale de Ceuta et Melilla.

La manœuvre du gouvernement espagnol laisse "hors de tout doute", selon le président Sánchez, la souveraineté espagnole des villes autonomes. "Nous avons pris un engagement de respect mutuel par lequel, dans notre discours et notre pratique politiques, nous éviterons tout ce qui peut offenser l'autre partie". "Nous n'acceptons pas que l'on parle de Ceuta et Melilla comme de villes occupées, car ce sont des territoires espagnols et européens, reconnus internationalement", a déclaré le chef du gouvernement espagnol.

Le président du gouvernement a répondu au Parlement à la demande du Parti populaire (PP), principal parti d'opposition, deux mois après avoir tenu une audience à Rabat avec le monarque alaouite, Mohammed VI. Cette réunion de 30 minutes a permis de mettre fin à la crise diplomatique qui a interrompu les relations bilatérales entre le Maroc et l'Espagne pendant 10 mois suite à l'admission "in pectore" dans un hôpital de Logroño du leader du Front Polisario, Brahim Ghali, atteint de la maladie COVID-19.

Pedro Sánchez
PHOTO/Congreso de los Diputados  -   La session plénière se félicite de la venue du président du gouvernement pour rendre compte du Conseil européen extraordinaire des 30 et 31 mai 2022 et pour qu'il explique "le nouveau partenariat pour le XXIe siècle qu'il a établi lors de sa visite à Rabat et les conséquences que cela a eu sur les relations avec l'Algérie"

M. Sánchez a vanté les mérites d'un revirement qui a permis de reconstruire les relations avec le Maroc. Pour l'heure, Madrid et Rabat travaillent sur une feuille de route commune décrite dans la déclaration conjointe publiée à l'issue de la réunion entre M. Sánchez et Mohammed VI, à laquelle il a assisté en compagnie du ministre des Affaires étrangères, José Manuel Albares. "Un nouveau cadre d'entente" qui a jusqu'à présent facilité la réouverture des frontières et la reprise de l'opération "Traversée du détroit", entre autres points.

L'arc parlementaire, de la gauche à la droite, a porté des accusations contre Sánchez et a sévèrement remis en question son changement de position. La porte-parole du PP, Cuca Gamarra, a demandé un retour à la "neutralité active" sur le conflit. Les groupes pro-indépendance ont accusé le président d'abandonner le Sahara et de trahir le peuple sahraoui. Mais la critique la plus sévère est venue de l'intérieur du gouvernement, de Unidas Podemos (UP).

"Le Maroc mérite la même considération lorsque nous parlons des questions qui le concernent", a déclaré M. Sánchez, qui a brièvement détaillé la position du gouvernement lors d'une session au cours de laquelle d'autres questions de politique étrangère ont été abordées, telles que les ramifications de la guerre en Ukraine et le récent sixième cycle de sanctions contre la Russie approuvé par le Conseil européen.

Pedro Sánchez
PHOTO/La Moncloa  -   Le président du gouvernement, Pedro Sánchez, répond aux questions de l'opposition lors de la séance de contrôle au Congrès des députés

Le dirigeant socialiste a justifié le rôle de l'Espagne dans un conflit "qui nous appartient tant, dans lequel nous sommes si directement impliqués" et qui porte atteinte aux relations "entre deux partenaires comme le Maroc et l'Algérie". La responsabilité de l'Espagne, selon M. Sánchez, est de "faire tout ce qui est en notre pouvoir pour contribuer à une solution qui, au final, devra être acceptée par les parties".

L'apparition de Sánchez coïncide avec l'enquête judiciaire sur l'affaire de l'espionnage du Pegasus sur le président et plusieurs membres du Conseil des ministres, dont au moins le ministre de l'Intérieur, Fernando Grande-Marlaska, la ministre de la Défense, Margarita Robles, et, probablement, l'ancienne ministre des Affaires étrangères, Arancha González Laya, prédécesseur d'Albares, qui a été remplacée dans le but d'apaiser les relations avec le Royaume alaouite.

Mais Sánchez a clairement indiqué, depuis la tribune du Congrès, que le changement de direction sur la question du Sahara n'est pas lié à l'"affaire Pegasus" ou à l'infection de son terminal par ce "logiciel espion", face aux doutes exprimés par les porte-parole des principaux groupes parlementaires.