Sanctions de Bruxelles, critiques de Washington : les fronts ouverts de Vladimir Poutine

L'arrivée de Joe Biden à la Maison Blanche annonce une période de tension entre la Russie et les États-Unis, alors que l'Union européenne sanctionne Moscou dans le cadre de l'affaire Navalny
Le président russe Vladimir Poutine

PHOTO/AP  -   Le président russe Vladimir Poutine

Ces dernières semaines, le président russe Vladimir Poutine a dû faire face à de nombreuses critiques qui modifient sa politique étrangère. Tout d'abord, l'emprisonnement du leader de l'opposition Alexei Navalny et la répression subséquente des manifestants anti-gouvernementaux ont provoqué un refroidissement et une tension des relations entre Bruxelles et le Kremlin. En février, Josep Borrell, le haut représentant de l'UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, s'est rendu à Moscou pour rencontrer son homologue russe Sergei Lavrov. M. Borrell a exprimé son inquiétude au sujet de Navaly et des personnes arrêtées lors des manifestations. "Ma visite coïncide avec l'arrestation et la condamnation d'Alexei Navalny et l'arrestation d'un millier de manifestants. J'ai fait part au ministre Lavrov de notre profonde préoccupation. Si nous respectons pleinement la souveraineté russe, les droits de l'homme et les libertés politiques sont fondamentaux pour notre avenir commun, tant pour l'Union européenne que pour la Russie", a assuré le chef de la diplomatie européenne. En réponse, M. Lavrov lui a rappelé la situation des dirigeants indépendantistes catalans, condamnés pour avoir organisé un référendum. Ce n'est pas la seule fois que le gouvernement russe utilise la Catalogne pour tenter d'attaquer l'Union européenne et, dans le même temps, se défendre des critiques. Quelques jours après la rencontre entre M. Borrell et M. Lavrov, le ministère russe des affaires étrangères a ironisé sur les critiques espagnoles concernant l'affaire Navalny et les manifestations. "Les leçons que Josep Borrell offre à la Russie seraient particulièrement appropriées s'il les donnait depuis les rues de Barcelone", a tweeté le ministère, en référence aux émeutes qui ont éclaté à Barcelone suite à l'emprisonnement du rappeur Pablo Hasel.

El ministro de Asuntos Exteriores de Rusia, Sergei Lavrov, y el jefe de política exterior de la Unión Europea, Josep Borrell, asisten a una rueda de prensa tras sus conversaciones en Moscú, Rusia, el 5 de febrero de 2021
Ministère russe des Affaires étrangères/Handout via REUTERS - Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, et le chef de la politique étrangère de l'Union européenne, Josep Borrell, assistent à une conférence de presse à l'issue de leurs entretiens à Moscou, en Russie, le 5 février 2021.

Enfin, le 1er mars, l'Union européenne a approuvé la mise en œuvre des sanctions convenues contre la Russie. Ces sanctions consistent en une interdiction d'entrée sur le territoire de l'UE et le gel des avoirs et des biens détenus dans la région à quatre personnes directement liées à l'arrestation d'Alexei Navalny. Après Bruxelles, Washington a également décrété des sanctions contre la Russie pour la persécution de l'opposition, la répression de ses partisans et la violation des droits de l'homme. Elle a également ajouté l'empoisonnement dont il a été victime en août 2020, un détail que l'Union européenne n'a pas expressément mentionné. 

El líder de la oposición Alexei Navalny se encuentra en una jaula en el Tribunal de Distrito Babuskinsky en Moscú, Rusia, el sábado 20 de febrero de 202
AP/ALEXANDER ZEMLIANICHENKO - Le leader de l'opposition Alexei Navalny se tient dans une cage au tribunal de district Babuskinsky à Moscou, en Russie, samedi 20 février 2021.

Outre les sanctions imposées par les États-Unis - les premières de l'administration Biden - le nouveau président a qualifié Poutine de "meurtrier" dans une interview sur ABC News et l'a averti qu'il paiera pour son ingérence présumée dans les élections américaines. Ce n'est pas la première fois que Joe Biden et Vladimir Poutine s'affrontent. Pendant le mandat de Barack Obama, alors que Biden était vice-président, les deux pays ont eu des relations très tendues à cause de l'annexion de la Crimée par la Russie. En raison de cette confrontation, le gouvernement russe a convoqué son ambassadeur à Washington, Anatoli Antonov, à Moscou pour "analyser ce qu'il faut faire et quelle direction prendre dans le contexte des relations avec les États-Unis", a déclaré la porte-parole du ministère des affaires étrangères, Maria Zakharova. En revanche, Poutine n'a pas semblé accorder trop d'importance aux déclarations de son homologue américain. "Comme il (Biden) l'a dit, nous nous connaissons personnellement. Que lui dirais-je ? Je lui disais : "Je vous souhaite la santé". Je vous souhaite la santé. Je le dis sans aucune ironie ni plaisanterie", a déclaré M. Poutine lors d'une vidéoconférence. Cependant, d'autres membres du gouvernement ont sévèrement critiqué les propos de Biden. "Biden a insulté les citoyens de notre pays avec sa déclaration", a déclaré Vyacheslav Volodin, président de la Douma (chambre basse du parlement). "Poutine est notre président et une attaque contre lui est une attaque contre notre pays", a-t-il ajouté. 

En esta foto de archivo del domingo 31 de enero de 2021, manifestantes detenidos caminan escoltados por la Policía durante una protesta contra el encarcelamiento del líder de la oposición Alexei Navalny en San Petersburgo, Rusia
PHOTO/AP - Sur cette photo d'archive du dimanche 31 janvier 2021, des manifestants détenus marchent escortés par la police lors d'une manifestation contre l'emprisonnement du leader de l'opposition Alexei Navalny à Saint-Pétersbourg, en Russie.

Les relations entre la Russie et le Royaume-Uni ne sont pas non plus au beau fixe. Boris Johnson a assuré que "la Russie est la menace directe la plus aiguë pour le Royaume-Uni", a déclaré Boris Johnson mardi lors d'une session sur la politique militaire et étrangère. "Travaillons avec les alliés de l'OTAN pour assurer une réponse occidentale unie, en combinant les efforts militaires, de renseignement et diplomatiques", a ajouté le premier ministre. Le gouvernement britannique a également décidé d'augmenter son arsenal d'ogives nucléaires, ce qui, avec les déclarations de M. Johnson, a suscité la suspicion du Kremlin. "Nous regrettons vivement que la Grande-Bretagne ait choisi la voie de l'augmentation du nombre d'ogives nucléaires. Cette décision nuit sans aucun doute à la stabilité internationale et à la sécurité stratégique", a annoncé le porte-parole du Kremlin, Dmitry Peskov, lors d'un point de presse quotidien. "La Russie n'est pas une menace, mais l'augmentation du nombre d'ogives nucléaires est une menace pour la paix sur la Terre entière", a déclaré M. Peskov. 

El presidente de Estados Unidos, Joe Biden, habla durante una breve aparición en la Casa Blanca en Washington, Estados Unidos, el 25 de enero de 2021
REUTERS/KEVIN LAMARQUE - Le président américain Joe Biden s'exprime lors d'une brève apparition à la Maison-Blanche à Washington, aux États-Unis, le 25 janvier 2021.

En raison des problèmes avec l'Ouest, la Russie semble se tourner vers l'Est dans ses nouveaux plans de politique internationale. Avec la Turquie, elle construit la centrale nucléaire d'Akkuyu à Mardin, dans le sud du pays. "Akkuyu est l'un des symboles de la coopération turco-russe", a déclaré Erdogan. De son côté, Moscou a réitéré cette collaboration : "La Russie est prête à élargir la coopération économique, commerciale et d'investissement", a déclaré Maria Zakharova, porte-parole du ministère des affaires étrangères. Par ailleurs, la Russie, par l'intermédiaire de Sergueï Lavrov, a joué le rôle de médiateur lors d'une réunion qui s'est tenue ce matin entre le gouvernement afghan et les talibans pour tenter d'instaurer la paix dans le pays. Cette négociation a été déclenchée par Moscou en raison de l'impasse dans laquelle se trouvent les pourparlers de Doha, au Qatar. La Russie tentera de devenir un acteur important dans le processus de paix compliqué en Afghanistan. Malgré le rapprochement entre le gouvernement et les talibans, la violence a augmenté ces derniers temps. En effet, aujourd'hui, le jour même de la réunion, 4 personnes sont mortes et 14 ont été blessées dans un attentat à Kaboul, pour l'instant aucun groupe n'a revendiqué la responsabilité.