Saudi Aramco commence le développement du plus grand champ de gaz naturel d'Arabie saoudite

La compagnie pétrolière publique du royaume wahhabite prévoit de commencer les opérations d'extraction en 2024
Saudi Aramco

PHOTO/ AHMAD EL ITANI / ARAMCO / AFP  -   Aramco a lancé lundi le développement du champ d'Al-Jafoura, dont les autorités sont convaincues qu'il entraînera un revirement dans l'industrie, après avoir rempli toutes les conditions réglementaires, juridiques et financières pour démarrer cet énorme champ

Le géant pétrolier Saudi Aramco a commencé lundi à exploiter le champ d'Al Jafurah, le plus grand champ de gaz naturel non conventionnel découvert par l'Arabie saoudite. Le Royaume estime ses réserves à environ 200 milliards de pieds cubes de pétrole brut et envisage d'en extraire 2 milliards de pieds cubes par jour, ce qui répondrait à ses ambitions environnementales et stimulerait son industrie pétrochimique. Une nouvelle phase énergétique pour la Maison des Saoud. 

Situé dans la province orientale du pays, à 400 kilomètres de la capitale Riyad, le champ a été découvert au début de l'année lors d'opérations de fracturation dans la région. Le Royaume est ainsi tombé sur l'un des plus grands gisements de gaz de schiste au monde, qui fonctionnerait comme le troisième site de production de gaz naturel au monde d'ici 2030. Le bassin d'Al Jafurah est long de 170 kilomètres et large de 100 kilomètres.

Saudi Aramco
REUTERS/AHMED JADALLAH  -  L'Arabie saoudite, premier exportateur de pétrole au monde, s'efforce d'exploiter ses réserves de gaz non conventionnel, qui nécessite des méthodes d'extraction avancées

"Nous avons réussi à réduire les coûts de forage de 70% et les coûts de stimulation de 90% depuis la référence de coûts de 2014, tout en multipliant par six la productivité des puits par rapport au début du programme", a expliqué Nasser. La société a investi environ 24 milliards de dollars pour développer les opérations sur le gisement, qui contient les plus grandes réserves de gaz de schiste du Moyen-Orient. 

Saudi Aramco a attribué des contrats d'une valeur de 10 milliards de dollars pour le sous-sol, l'ingénierie et l'approvisionnement, et prévoit de dépenser près de 70 milliards de dollars au cours des dix premières années de construction. L'État saoudien fournira au moins 1,6 milliard de dollars de financement, selon le ministre de l'Énergie, le prince Abdulaziz bin Salman.

Saudi Aramco
PHOTO/AFP  -  Amin Nasser, président et directeur général de Saudi Aramco, lors d'une conférence de presse

Les opérations d'extraction ne commenceront pas avant début 2024. Une fois l'exploitation du champ commencée, il devrait produire environ 425 millions de pieds cubes d'éthane par jour, et environ 550 000 barils par jour de liquides de gaz et de condensats, soit 40 % de la production actuelle. Certaines estimations portent également les réserves saoudiennes à 600 milliards de pieds cubes de gaz de schiste, ce qui doublerait les réserves de gaz conventionnel. 

L'Arabie saoudite possède les plus grandes réserves de gaz naturel de la péninsule arabique après le Qatar, dont la taille est un millième de celle du pays, bien qu'elle soit le premier exportateur mondial de pétrole. Le Royaume serait en concurrence avec des pays comme la Russie et l'Australie, ainsi qu'avec son voisin qatari, qui mènent la course à la production mondiale de gaz.

Ministro de Energía de Arabia Saudí
PHOTO/ Ministerio de Energía saudí vía AP  -  Le ministère saoudien de l'énergie, le prince Abdulaziz bin Salman, ministre de l'énergie d'Arabie saoudite

Les plans à long terme de la Maison des Saoud visent à atteindre l'objectif de zéro émission de gaz à effet de serre d'ici 2060. C'est dans cette optique que le prince héritier et dirigeant "de fait" de l'Arabie saoudite, Mohammed bin Salman, a conçu le plan Vision 2030 et affecté des fonds d'une valeur de 187 milliards de dollars au développement des énergies vertes, entre autres. 

Ce premier paquet d'investissements était destiné aux domaines de l'exploration des champs, la première découverte majeure étant le champ d'Al Jafurah. Toutefois, la compagnie pétrolière va non seulement maintenir, mais même étendre sa stratégie d'exploration vers le nord du pays et, surtout, dans le désert de Rub al-Khali, connu sous le nom de quartier vide en raison de la vaste étendue de sable qui empêche l'habitabilité de la zone et qui occupe une grande partie du territoire sud du pays.

Mohamed bin Salman
PHOTO/ Bandar Aljaloud/Saudi Royal Palace vía AP  -  Prince héritier Mohammed bin Salman

À cette fin, Aramco a conclu avec des sociétés étrangères telles que Shell et Total une série de contrats d'exploration et de forage de gaz naturel dans le royaume wahhabite, sans grand succès. Un succès qui semble s'être concrétisé cette semaine, malgré la perception des experts, qui estiment que Saudi Aramco devra faire face à des dépassements de coûts élevés lorsqu'il s'agira de produire du gaz de schiste, en raison de la rareté de l'eau en Arabie saoudite. Les plus optimistes soulignent que la percée technologique permettra de réduire les coûts et d'améliorer l'efficacité, même si seul l'avenir nous dira dans quelle mesure le champ d'Al Jafurah sera rentable.