PUBLICIDAD

Iberdrola

Scholz conclut une alliance énergétique avec les Emirats, mais trébuche à Djeddah

Le chancelier allemand, en visite dans le Golfe, a réussi à conclure un accord entre des entreprises allemandes et émiraties portant sur 25 % du marché mondial de l'hydrogène
alemania y emiratos alcanza un importante acuerdo energético

TWITTER/@mohamedbinzayed  -  

Lors de sa visite dans différents pays du Moyen-Orient, le chancelier allemand Olaf Scholz a cherché à diversifier les sources d'approvisionnement en énergie de l'Allemagne et de l'Union européenne, mises en danger depuis l'invasion russe de l'Ukraine. 

On peut dire que la mission du chancelier social-démocrate a été accomplie au moins à 50 % après sa visite en Arabie saoudite et aux Émirats arabes unis. La ville de Djeddah était la première destination de Scholz, où il a été reçu par le prince héritier Mohammed bin Salman avant des réunions intensives avec la délégation d'affaires allemande et son homologue saoudien. 

atalayar-principe-arabia-saudi-mohamed-bin-salman
PHOTO/ BANDAR ALGALOUD/CORTESÍA DE LA CORTE REAL SAUDÍ/HANDOUT VÍA REUTERS  -   Le prince héritier de l'Arabie Saoudite, Mohamed bin Salman

Les relations entre l'Allemagne et l'Arabie saoudite ne sont pas mauvaises, mais elles ne sont pas non plus excellentes, surtout après le veto sur les exportations d'armes que l'ancienne chancelière Merkel a opposé au royaume saoudien à la suite de l'affaire Khashoggi. Selon des sources citées par le quotidien Al-Arab, l'ombre même de l'affaire Khashoggi, et une intention de Scholz de "faire la leçon" à la monarchie saoudienne sur le dossier des droits de l'homme, auraient empêché les négociations en vue d'un pacte d'alliance énergétique visant à libérer l'Allemagne des approvisionnements russes d'aboutir samedi à Djeddah.

Peu de détails ont été rendus publics après la réunion, mais il est clair que les résultats ne sont pas ceux que Scholz avait espérés. L'Arabie saoudite maintient une position ambiguë sur la scène mondiale alors que l'Occident affronte la Russie sur la question de l'indépendance énergétique totale. Les informations officielles fournies par l'agence de presse saoudienne indiquent que plusieurs domaines de partenariat entre l'Allemagne et l'Arabie saoudite ont été renforcés lors de la réunion afin de promouvoir les opportunités du plan de développement 2030.

Si Scholz a trébuché sur l'affaire Khashoggi, c'est en partie à cause de la pression médiatique et politique qu'il subit en Allemagne par rapport à ce dossier. Le plus grand quotidien d'Allemagne, Der Spiegel, a publié une tribune signée par plusieurs hommes politiques et personnalités des médias dans laquelle ils mettent le chancelier allemand sur la sellette à propos de l'engagement du gouvernement allemand en faveur des droits de l'homme. Toutefois, des sources diplomatiques allemandes citées par Al-Arab assurent au quotidien local que Scholz accorde une grande importance aux négociations avec l'Arabie saoudite et que des efforts sont déployés pour améliorer le cours des relations entre les deux pays.  Dans cette lignée, le ministre saoudien de l'Investissement, Khalid al-Falih, a assuré que " l'Allemagne est un partenaire commercial et d'investissement important pour le Royaume, étant la quatrième source d'importations pour l'Arabie saoudite en 2021 et un lieu de travail pour les entreprises allemandes ". 

Partenariat pour l'hydrogène vert avec Emirates

Scholz a obtenu de meilleurs résultats lors de son séjour aux Émirats arabes unis. Selon l'agence de presse émiratie WAM, Scholz a signé un accord avec le président des EAU, Mohamed bin Zayed al Nahyan, sur la sécurité énergétique. 

alemania llega a un acuerod energético con emiratos
TWITTER/@mohamedbinzayed 

L'accord implique la compagnie pétrolière nationale des EAU, ADNOC, et l'entreprise allemande RWE, et porte sur la fourniture de gaz non liquéfié. Selon les informations rendues publiques, les livraisons commenceront avant la fin de 2022, ce qui est compris comme une coopération et une volonté très fortes entre les parties. 

Les accords avec l'Allemagne comprennent également des échanges d'ammoniac pour le transport d'hydrogène vert, l'un des secteurs énergétiques dans lesquels les EAU investissent le plus.  En unissant leurs forces, l'Allemagne et les Émirats arabes unis pourraient prendre plus de 25 % du marché mondial de l'hydrogène. Les accords de coopération comprennent également un protocole d'accord entre la société de recherche scientifique allemande Fraunhofer-Gesselschaft et les autorités émiraties. 

"Nous restons concentrés sur notre objectif de capturer 25 % du plus important marché de l'hydrogène", a déclaré le ministre de l'Énergie des EAU, Suhail al-Mazrouei, à la WAM. 

Avant de partir pour le Qatar, dernière destination de la tournée, Scholz a visité le parc de mangroves de Jubail, l'un des joyaux environnementaux des Émirats, en compagnie de Mariam bint Mohamed Almheiri, ministre du Changement climatique des Émirats arabes unis. La visite d'un site patrimonial aussi important sur le plan écologique est un message clair de l'engagement des Émirats en faveur des énergies propres, en coopération avec l'Allemagne, où le parti écologiste dispose de deux sièges importants au sein du gouvernement Scholz. 

Au Qatar, Scholz a été accueilli à l'aéroport de Doha à 12h30 UTC par le ministre qatari du commerce et de l'industrie Mohamed bin Hamad bin Qassim al Thani et d'autres membres du gouvernement qatari. Il y tiendra des discussions en vue de conclure de nouveaux accords sur l'énergie et de réévaluer la situation de la sécurité régionale, qui est principalement menacée par l'Iran.