PUBLICIDAD

Marruecos

Selon des experts réunis par le Club des exportateurs et AON, il faudra des mois pour résoudre le risque de rupture de la chaîne d'approvisionnement

Ils conseillent aux entreprises de redéfinir leurs processus internes pour l'atténuer
antonio-bonet-presidente

 -   Antonio Bonet, président du club des exportateurs

Les experts réunis par le Club des exportateurs et des investisseurs et AON ont déclaré que les risques associés aux chaînes d'approvisionnement mondiales mettront des mois à se dissiper et ont conseillé aux entreprises de mettre à jour en profondeur l'évaluation de leurs fournisseurs et de redéfinir leurs processus internes pour les atténuer.  

Selon une enquête mondiale menée par AON, les aléas de la chaîne d'approvisionnement sont désormais considérés comme la huitième plus grande préoccupation des entreprises, les perturbations de la chaîne d'approvisionnement se hissant au deuxième rang des risques émergents.   

Les participants à la réunion intitulée "Gestion intégrée des risques de la chaîne d'approvisionnement", qui s'est tenue à Madrid, étaient Reyes Fuentes, directrice du risque global et de l'audit chez INDRA ; Nannette Wong, directrice du transport et de la logistique chez AON ; et Miguel Ángel Macías, directeur du risque et de l'assurance chez GESTAMP.  

Tous trois s'accordent à dire que nous sommes confrontés à un risque qui va perdurer pendant une période encore difficile à déterminer, car de nouveaux facteurs d'incertitude se profilent à l'horizon. Selon eux, on n'a jamais pensé que le transport dans le domaine du commerce international pouvait être impacté comme il l'est maintenant. 

"Avant, les pays donnaient la priorité au placement de leur production et de leurs achats dans des pays moins chers, et aujourd'hui la priorité est de maintenir la continuité de la production", a déclaré Nannette Wong, directrice du transport et de la logistique chez AON.  

À cet égard, Reyes Fuentes d'Indra a souligné que la cause sous-jacente des tensions dans les chaînes d'approvisionnement est la dépendance des industriels mondiaux à l'égard de la Chine, et que cela obligera à réorganiser la mondialisation, même si des changements ne sont pas attendus à court terme.  

Reyes Fuentes a également souligné que "bien que les risques liés à la gestion des fournisseurs aient toujours existé, la situation actuelle est exceptionnelle", et a indiqué que la tendance actuelle est de "rechercher une chaîne d'approvisionnement efficace, sans prêter autant d'attention aux coûts que cela a été le cas jusqu'à présent". 

Trois blocs de mesures pour atténuer le risque 

eyes Fuentes a indiqué trois blocs de mesures que les entreprises pourraient mettre en œuvre pour atténuer les risques liés à la chaîne d'approvisionnement. Premièrement, "effectuer une analyse exhaustive de la carte des fournisseurs" ; deuxièmement, concevoir des plans visant à modifier les processus internes. "Par exemple, il s'agirait de passer du juste-à-temps au juste-à-cas, ce qui reviendrait à mettre le coût de l'approvisionnement en veilleuse et à mettre au premier plan la nécessité d'augmenter les niveaux de stock", a-t-elle déclaré. Et, enfin, il s'agirait de "mettre en œuvre des plans ad hoc en fonction du type d'industrie ou du type de fournisseur".  

Pour sa part, Miguel Ángel Macías, de GESTAMP, a indiqué que la chose la plus appropriée à faire est "d'analyser le risque et de décider s'il doit être géré par l'entreprise elle-même ou transféré". Macías a également évoqué la numérisation comme une solution possible pour les entreprises : "La numérisation de la production pourrait contribuer à améliorer ces processus", a-t-il souligné. 

 Resserrement du marché de l'assurance 

Nannette Wong, d'AON, a également souligné les problèmes que les entreprises peuvent rencontrer sur le marché de l'assurance pour transférer le risque, du fait que, dans le contexte actuel, "nous ne parlerions pas de la détérioration des marchandises, mais du retard dans leur réception".  

Face à ce défi, Miguel Ángel Macías, de Gestamp, a recommandé comme alternative de gérer le risque en interne, et si nécessaire, de faire appel à un cabinet de conseil spécialisé. À cette situation s'ajoute le fait défavorable que le marché des assurances se durcit et que la couverture devient de plus en plus chère.  

Les trois experts ont recommandé aux entreprises de prendre conscience du risque actuel dans les chaînes d'approvisionnement et leur ont conseillé, dans la mesure du possible, de redéfinir les processus internes pour l'atténuer. "Face à un scénario aussi complexe, les transferts sont une réponse au risque, mais il est également nécessaire d'avoir un contrôle interne en renforçant les systèmes de surveillance", a déclaré Reyes Fuentes. 

Ont également participé à la conférence Antonio Bonet, président du Club des exportateurs et investisseurs espagnols, qui a introduit et clôturé l'événement, et Carlos Bereciartua, directeur d'AON Global Risk Consulting, qui a animé le débat.