PUBLICIDAD

Marruecos

Sept roquettes frappent des positions américaines en Irak

Des milices pro-iraniennes auraient lancé l'offensive contre la base aérienne militaire de Balad, qui abrite des troupes et du personnel américains
Atalayar_Irak EEUU

PHOTO//AMEER AL MOHAMMED  -   Photo d'archive, un soldat américain monte la garde sur la base aérienne K1 près de Kirkuk, dans le nord de l'Irak

Au moins sept roquettes ont frappé lundi la base aérienne irakienne de Balad, située à environ 80 km au nord de Bagdad. La base abrite l'entreprise de défense américaine Sallyport Global et ses 46 employés, chargés de fournir des services de soutien au programme F-16 de l'Irak. Toutefois, des sources au sein de l'opération irakienne indiquent que l'attaque n'a fait aucun mort.

Jusqu'à cinq roquettes auraient atterri à l'extérieur de la base et causé des dommages à des biens civils dans un village proche du camp. Les deux autres roquettes auraient touché l'intérieur du complexe, selon l'armée irakienne. "Deux roquettes sont tombées à l'extérieur de la base aérienne de Balad sans pertes significatives, et il s'est avéré qu'elles avaient été lancées depuis la zone de Saadiyat al-Shat dans le gouvernorat de Diyala", ont déclaré les forces de sécurité irakiennes.

Aucun groupe n'a revendiqué la responsabilité de l'attaque, cependant, des sources militaires suggèrent que l'attaque serait l'œuvre de milices armées soutenues par l'Iran. Le 20 février, la même base a été la cible d'une offensive similaire. À l'époque, une milice chiite peu reconnue, appelée Saraya Awliya al-Dam, qui signifie en arabe Brigade des gardiens du sang, en a revendiqué la responsabilité.

Atalayar_Ataque base EEUU Irak
AFP/ ALI AL-SAADI - Un soldat américain se tient dans l'enceinte de la base de Taji, qui abrite des troupes irakiennes et américaines et est située à trente kilomètres au nord de la capitale Bagdad, le 29 décembre 2014

La base de Balad est généralement occupée par des soldats irakiens, mais elle abrite également des entrepreneurs et des employés de sociétés américaines telles que Sallyport Global et Lockheed Martin Corp. Elle accueille aussi fréquemment des soldats de la coalition ou des troupes américaines. Pendant les attaques, cependant, ils n'étaient pas présents dans le camp.

Les contractants des entreprises américaines avaient commencé à se préparer à quitter la base aérienne de Balad en 2019 en raison de "menaces potentielles pour la sécurité", selon des déclarations rapportées par Reuters. Les deux entreprises ont finalement décidé de rester sur la base après avoir reçu des garanties de sécurité de la part du personnel militaire américain.

Les troupes américaines ont déclaré qu'elles allaient intensifier la sécurité sur la base de Balad et dans les environs du complexe. Ils ont également inclus une surveillance aérienne pour assurer la sécurité de leurs entrepreneurs. Les commandants irakiens avaient également assuré les responsables militaires américains qu'ils assureraient la sécurité du personnel étranger en cas de nouvelles attaques.

Atalayar_Ataque base EEUU Irak
AP/KHALID MOHAMMED - Des soldats de l'armée américaine se tiennent devant leur véhicule blindé dans une base commune avec l'armée irakienne, au sud de Mossoul, en Irak

L'armée irakienne a déclaré le 3 mars que 10 roquettes étaient tombées sur la base aérienne d'al-Assad, dans la province occidentale d'Anbar. La moitié a été interceptée par un système de défense aérienne américain, selon des responsables américains et irakiens. Cependant, un entrepreneur civil américain "a subi un arrêt cardiaque pendant qu'il se réfugiait et est malheureusement décédé peu après", a déclaré le porte-parole du Pentagone, John F. Kirby.

Le 15 février, un autre tir de roquette a touché la base américaine d'Erbil, capitale de la région kurde semi-autonome d'Irak. L'attaque a tué un entrepreneur civil et en a blessé au moins huit autres, dont un membre du service américain. Une semaine à peine après l'attaque, une nouvelle offensive à la roquette a touché la zone verte de Bagdad, qui abrite l'ambassade des États-Unis et d'autres missions diplomatiques. Personne n'a été blessé.

Face aux "récentes attaques contre le personnel américain et de la coalition en Irak et aux menaces en cours", selon le communiqué de John F. Kirby, l'armée américaine a bombardé des installations utilisées par les milices pro-iraniennes de Kataib Hezbollah et Kataib Sayyid al-Shuhada dans la ville frontalière irakienne d'al-Qaim. La première frappe de l'administration Biden au Moyen-Orient visait à endommager les milices soutenues par Téhéran et à saper leur capacité à mener de futures attaques, selon des sources du Pentagone. 

Atalayar_Ataque base EEUU Irak
PHOTO/AFP - Le président américain Joe Biden

Les milices armées alliées au régime de Téhéran exigent que toutes les troupes étrangères quittent le pays, qualifiant leur présence d'"occupation". Les troupes américaines en Irak comptent jusqu'à 2 500 soldats et dirigent la coalition de l'OTAN sur le terrain pour combattre Daech. Bien qu'au cours de l'année dernière leur présence ait été progressivement réduite.

De son côté, le Secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, a annoncé début mars qu'il allait porter sa mission en Irak de 500 à 4 000 hommes pour combattre les restes de Daech. La mission de formation de l'OTAN a été lancée en 2018 pour aider le pays déchiré par le conflit à développer de nouvelles académies et écoles militaires pour ses forces armées.