PUBLICIDAD

Iberdrola

Sergio Piernas, entraîneur du Maroc U-17 : « Le joueur marocain a un esprit très particulier d'appartenance à l'équipe nationale »

Chema Rubio s’entretien avec Sergio Piernas, qui fonde son style sportif sur « la méthode, le travail et le cœur ».
Sergio Piernas, entraîneur de l'équipe marocaine U-17

 -   Sergio Piernas, entraîneur de l'équipe marocaine U-17

Sergio Piernas (Barcelone, 1976) est un entraîneur du groupe des « plus rares ». Un de ceux qui n'ont pas joué au football d'élite avant de venir sur le banc. Mais il est arrivé et le fait par la voie la plus difficile. Quitter l'Espagne pour revenir un jour. De l'alevin de Getafe en 1999, à l'Atlético de Madrid de Simeone ou pour être second de López Caro en Arabie Saoudite. En janvier, il a été nommé entraîneur des U-17 par le Maroc et celui chargé de capturer les lionceaux de l'Atlas qui seront un jour des lions.

Il envisage de défaire le voyage et la formation en Espagne, « un merveilleux défi », dit-il. « Méthode, travail et cœur » sont ses maîtres mots pour ne pas se perdre dans la nuit du bench football. Par WhatsApp audios, entre le Maroc et l'Espagne, il répond aux questions d'Atalayar. Le coronavirus l'a obligé à devenir télétravailleur. Il ne peut pas manquer le début du projet et passe ses heures à améliorer son profil pour recruter des joueurs, à regarder les matchs qui lui sont envoyés et à planifier des tournois et des entraînements pour quand nous nous réveillerons de ce cauchemar.

L'équipe U-17 marocaine est votre dernier défi en dehors de l'Espagne. Quel a été le processus pour être choisi parmi un staff composé en majorité de professionnels natifs ? 

J'ai reçu un appel de la Fédération marocaine en décembre 2019. Je n'avais pas de contacts antérieurs. Ils m'ont proposé de participer au projet, de visiter leurs installations - qui sont spectaculaires - et de me dire en personne ce qu'ils ont en tête. J'ai fait le voyage, nous avons échangé nos impressions et nous nous sommes mis d'accord sur de nombreux points entre ce qu'ils proposaient et ce que je trouvais motivant. Nous avons eu trois autres entretiens à des dates différentes et nous sommes parvenus à un accord. Je suis ici depuis deux mois et bien qu'il y ait maintenant une situation particulière avec le coronavirus, je suis assez heureux.
 

Sergio Piernas, entrenador selección sub-17 de Marruecos
Sergio Piernas, entraîneur de l'équipe marocaine U-17

Votre curriculum était-il assez complet ou avez-vous suivi d'autres procédures ?  

Oui, c'était suffisant. L'offre m'a été faite par la Fédération marocaine. Je leur présente mon style et ma façon de travailler. La plus grande question était la langue. Je ne maîtrise pas l'arabe, mais je peux faire des séances pratiques avec cette langue grâce aux cinq années où j'ai travaillé en Arabie Saoudite. Maintenant, je suis en train d’apprendre le français pour faire des progrès immédiats.

Qu'attend la Fédération marocaine de votre travail avec le football de base ? 

Avec l'expérience que j'ai acquise dans le football de base à l'Atlético de Madrid, à Getafe et dans l'équipe U-19 d'Arabie Saoudite, ils espèrent que cela atteindra le joueur de l'équipe nationale. Il faut aussi que le footballeur soit capable d'entrer en contact avec le club et qu'il donne le maximum de résultats pendant le temps qu'il passe en équipe nationale. De plus, ils recherchent un travail intégré avec les autres entraîneurs, afin que le footballeur puisse progresser et se développer de manière continue et qu'il ne soit pas ponctuel. Ils veulent qu'il franchisse toutes les étapes et qu'il arrive dans l'équipe nationale avec de bonnes bases et un bon esprit d'appartenance, ce qui est assez spécial au Maroc.
 

Sergio Piernas, entrenador selección sub-17 de Marruecos
Sergio Piernas, entraîneur de l'équipe marocaine U-17

Quelles sont les différences entre les footballeurs saoudiens et les footballeurs marocains ? Sont-ils très différents des footballeurs espagnols ? 

Le joueur de l'équipe nationale saoudienne s'entraîne dans des clubs saoudiens, il n'y a pas de footballeurs à l'extérieur du pays. Le travail dans les clubs est très contrôlé et il est plus facile de faire un suivi au quotidien.
Dans le cas du Marocain, d'une part, nous avons celui qui a été formé au Maroc et qui n'est pas allé dans d'autres pays. C'est un joueur à fort potentiel. Je connais des clubs qui fonctionnent très bien, nous sommes là pour vous aider et c'est une excellente occasion d'améliorer les domaines qui, selon nous, peuvent être promus.

D'un autre côté, il y a le footballeur marocain qui joue dans des équipes d'élite en Europe. Il a également un fort potentiel, est bien développé et participe à des compétitions de haut niveau dans différentes ligues.

Une autre différence, bien qu'il soit peut-être trop tôt pour le dire, est que le joueur marocain a un esprit de sacrifice très développé.

En ce qui concerne la comparaison avec l'espagnol, il y a des différences avec le joueur marocain, en particulier dans le travail de base à un âge précoce, car en Espagne, vous commencez à concourir dès le plus jeune âge et il y a plus d'écoles. En revanche, au Maroc, il y a un grand nombre de joueurs talentueux, formés au "street soccer" et cela lui donne une multitude de moyens techniques très utiles pour l'avenir.

Sergio Piernas, entrenador selección sub-17 de Marruecos
Sergio Piernas, entraîneur de l'équipe marocaine U-17

L'équipe nationale senior du Maroc est composée de joueurs issus des grandes ligues européennes. Votre travail avec les jeunes Marocains consiste-t-il à les faire progresser dans leur pays ou à les préparer à partir à l'étranger ? 

Dans un premier temps, j'apprends à connaître les joueurs autant que possible. Les joueurs avec et sans potentiel. Je regarde beaucoup de matchs et je vais souvent dans les clubs. Je l'ai ciblée de manière à ce qu'il y ait un groupe de joueurs qui ont le potentiel pour atteindre l'élite. Nous avons un projet visant à combiner le travail des clubs avec celui des équipes nationales dans les installations de Rabat. Il s'agira d'un effort mixte qui n'a pas encore été mis en œuvre. Il s'agit de promouvoir le développement du joueur dans l'élite. Nous sommes plus détendus en ce qui concerne le joueur qui travaille déjà avec l'élite. Nous contactons leurs clubs et les suivons de près pour voir comment ils se développent.

Votre méthodologie de travail a-t-elle évolué ou a-t-elle changé avec le joueur espagnol, arabe, asiatique et marocain ? 

Ma méthodologie est en constante évolution. Au cours de ces 21 années, j'ai travaillé en Espagne, en Chine, en Arabie Saoudite et maintenant au Maroc. La partie adaptative change en fonction de l'endroit où vous atterrissez. Il faut tenir compte des situations culturelles, de la personnalité, des situations dans lesquelles le joueur a des motivations particulières et il faut bien choisir certains points de la méthodologie à mettre en œuvre. Selon le profil, ils ont des défauts et des vertus.  

« Méthode, travail et cœur » dans votre philosophie du travail. Lequel de ces trois mots est le plus difficile à assumer pour les joueurs à l'entraînement ? 

Quant à la méthode, le joueur en formation est plus spontané que le professionnel. Il lui est facile de s'adapter à la méthode car il a soif d'apprendre. Le travail dépend du profil. Dans la sélection, il est facile d'avoir ce regain d'esprit de travail et de sacrifice. Dans un club, il faut trouver les points de motivation qui permettront au joueur d'avoir de la constance. Dans le cas du cœur, il y a toujours un objectif, une passion, un but... La constance et le sacrifice que cette profession en formation exige de vous et le fait de devoir supprimer certaines situations que d'autres œuvres ne vous demandent pas peuvent être la chose la plus difficile pour eux.

Votre relation avec les jeunes est-elle uniquement centrée sur le football ou essayez-vous de les amener à adapter leur vie personnelle, scolaire, sentimentale et familiale également ? 

Je me suis toujours considéré comme un entraîneur qui est assez proche des joueurs. J'aime qu'ils ressentent cette proximité et cette inquiétude en dehors des heures de formation. Il y a toujours des limites, mais j'aime bien les connaître dans leur vie personnelle, dans la mesure du possible, parce que cela affecte le reste et qu'ils apprécient cette préoccupation. Les questions universitaires et familiales sont importantes. Cette partie de la personne est inséparable de la performance au football. 

Le travail avec le football de base était-il un plus lorsqu'il s'agissait de scouting des adversaires pour l'Atlético de Madrid ou le football d'élite exige-t-il d'autres aspects ? 

Ce fut une année très intéressante dans ma carrière. Je faisais l'analyse des rivaux pour l'Atlético de Madrid et je travaillais aussi pour le département de la méthodologie et de la base en tant qu'entraîneur. Ce fut une année intense. J'ai également fait des analyses avec la filiale. Nous avons analysé la performance des équipes et les différents modèles pour trouver la performance. En étudiant chaque équipe d'élite, on avait pu voir l'approche de chaque entraîneur et comment il essaie d'en tirer le meilleur parti, et en même temps nous avons cherché des moyens de les contrecarrer.

Y a-t-il autant de méthodes d'enseignement du football qu'il y a de canteras (centres de formation) en Espagne ? 

J'ai connu un certain nombre de méthodes en Espagne et dans d'autres pays. Bien qu'il y ait des similitudes et qu'il y ait des échanges par le biais d'Internet pour favoriser les visites dans les différentes académies, au final on se rend compte que le profil du joueur, le pari de chaque club pour ce jeune joueur, ce modèle d'entraîneurs plus formateur, plus compétitif... Les particularités de chaque méthodologie sont très variées et cela donne de la richesse au football. 
 

Sergio Piernas, entrenador selección sub-17 de Marruecos
Sergio Piernas, entraîneur de l'équipe marocaine U-17

Est-il essentiel que les clubs enseignent à leurs équipes de jeunes le même football que celui développé par la première équipe ou est-il important de former le jeune pour qu'il devienne un footballeur complet dans n'importe quelle équipe ? 

Il y a un petit pourcentage de clubs qui suivent la même philosophie au fil des ans. Un autre grand pourcentage dépend de l'entraîneur, de ses convictions, de son modèle et ils changent un peu l'équipe première pour en tirer le meilleur parti. Le joueur doit disposer des outils nécessaires pour répondre à tout modèle, tant pour le réaliser que pour le contrecarrer.

Que pensez-vous du fait que les canteras (centres de formation) des équipes espagnoles recrutent des joueurs étrangers ? 

C'est quelque chose qui devrait être fait sans surcharge et toujours pour une approche de développement des joueurs dès le plus jeune âge. Sans chercher un mouvement qui s'inquiète plus aux résultats qu'aux autres facteurs. Il y a des recrutements de joueurs enfants africains qui ne sont pas très cohérents. Il y a même des questions sur l'âge. Je suis contre, car cela enlève la possibilité à un enfant national d'avoir une place. Il est bon de le faire de manière cohérente pour que ce joeur ait un but, qui donne beaucoup de richesse à celui qui vient et à celui qui est déjà là. Des pourcentages logiques doivent être respectés pour le travail du footballeur natif. 

Comment gérez-vous les « enfants de » footballeurs, de managers, de politiciens... ? 

On trouve toujours des cas. Il est nécessaire de la traiter avec la plus grande normalité possible. Il faut leur donner les mêmes chances qu'aux autres. Je ne me suis jamais trouvé dans une situation d'imposition, de devoir mettre un joueur en jeu parce qu'il est le « fils de ». Si vous avez un traitement différentiel, l'équipe ne pardonne pas, même si c'est au niveau de formation et qu'elle va percevoir l'injustice. Cela peut avoir des conséquences et ne sera positif pour personne.

Tous les entraîneurs (à quelque niveau que ce soit) ont-ils une méthodologie ou existe-t-il vraiment un entraîneur-moteur qui ne se soucie pas tant de la tactique ? 

Il y a autant de profils que d'entraîneurs. Chacun d'entre eux a des piliers et des croyances basés sur ce qu'ils considèrent comme ayant le plus de potentiel. Certaines méthodologies sont plus axées sur la tactique, la planification du match, la lecture du jeu, le développement des mouvements, la création d'automatismes... D'autres sont plus axées sur la partie émotionnelle, motivante, passionnée... ce qui est également important et a des effets très importants car le joueur dans les canteras d'élite ou dans l'élite a déjà des connaissances qui lui font répondre par lui-même à certaines situations tactiques avec des comportements efficaces. 

Le pays le plus compliqué à former ? (Raisons culturelles, sociales, politiques, personnelles...) 

Celui que j'ai trouvé un peu plus coûteux et qui a été tout un défi, c'est la Chine. En raison de la langue et du niveau culturel. Le joueur est très mécanique et obéissant, il est froid et distant au début et il faut plus de temps pour connecter.

Le joueur d'élite que vous avez le plus fièrement formé ?

Je ne les ai pas formés en tant que tels. J'ai participé à cette formation. J'aurais pu les avoir pendant deux ou trois saisons. J'ai eu la chance de participer à la formation de joueurs comme Saul, Koke, Morata, Manquillo, Oliver, Borja, Joel, De Gea... J'ai eu la chance de travailler avec eux, d'apprendre comment ils absorbent ce travail et ces idées pour atteindre l'élite. Mais il y en a aussi d'autres qui n'ont pas pu y arriver.