PUBLICIDAD

Iberdrola

SIBF : douze éditeurs du Maroc au plus grand salon de l'édition du monde arabe

Le royaume alaouite ne voulait pas manquer la Foire internationale du livre de Sharjah, avec douze éditeurs venus de Rabat, Casablanca, Tanger, Marrakech et Tétouan
feria-internacional-libro-sharjah-emiratos-marruecos-Autoresespañoles en Dar Attaouhidi

PHOTO/ATALAYAR/ANTONIA CORTÉS  -   Dar Attaouhidi

Parmi les plus de 2 000 exposants qui participent à la Foire internationale du livre de Sharjah (SIBF), on compte douze Marocains. Le pays voisin, cette année encore, n'a pas voulu manquer ce rendez-vous quasi obligatoire, car le plus important du monde arabe.  

Chaque année, le Maroc publie entre 4 000 et 5 000 nouveaux titres, généralement en arabe, à plus de 80 %, suivis de livres en français et, dans des pourcentages très faibles, en amazigh, qui est la langue berbère, et en espagnol. Bien que les éditeurs soulignent l'intérêt croissant pour la langue et la culture espagnoles, la réalité est que les traductions sont très peu nombreuses. Malgré tout, l'Espagne est présente sur certains stands, soit avec des auteurs comme Benito Pérez Galdós, soit avec un écrivain marocain traduit dans notre langue. Certains éditeurs publient également en anglais.  

Le fait que la Foire internationale du livre de Sharjah, comme l'a annoncé Ahmed bin Rakkad al-Ameri, président de la SBA, soit devenue la plus importante au monde en termes d'achat et de vente de droits d'auteurs en 2022 ; la possibilité d'échanger des expériences et d'établir des relations ; et faire connaître le patrimoine, la culture et les auteurs marocains sont les principales raisons pour lesquelles ces éditeurs participent à cette grande vitrine littéraire. 

feria-internacional-libro-sharjah-emiratos-marruecos-DarAttaouohidi2
PHOTO/ATALAYAR/ANTONIA CORTÉS - Ahmed Marradi
Galdós, Varela et Bécquer

Atalayar a visité les différents pavillons pour savoir qui ils sont, pourquoi ils participent au SIBF et ce qu'ils exposent. De Rabat, capitale africaine de la culture en 2022, naît Dar Attaouhidi, une maison d'édition qui porte le nom du philosophe Abu Hayyan Attaouhidi, en hommage à sa figure et à son œuvre. Atalayar est assisté par son rédacteur en chef, Ahmed Marradi. Il participe à ce salon depuis dix éditions, un événement clé car "c'est un excellent salon, actuellement le premier au monde dans le développement des droits d'auteur", assure-t-il. Marradi a expliqué le grand intérêt qui existe dans cet émirat pour la culture en général, pour les traductions et le haut niveau d'éducation de ses habitants, "ils lisent beaucoup plus qu'en Afrique du Nord". Une autre raison qui, année après année, l'amène à l'émirat est les relations qui sont établies avec d'autres éditeurs d'autres pays. 

Sur les étagères de son stand, on peut trouver des œuvres de Benito Pérez Galdós traduites en arabe par Omar Bouachi. Marradi explique qu'ils sont de la maison Isadora Ediciones, dirigée par Rosa Amor del Olmo, l'une des grandes spécialistes espagnoles de l'auteur des "Episodios nacionales". "Doña Perfecta, Tormento o Marianela" partagent une place aux côtés de "Genio y figura" de Juan Varela et "Las rimas y declaraciones poéticas" de Gustavo Adolfo Bécquer. Des œuvres qu'il nous montre fièrement, comme la première partie du journal de l'artiste Dean Abdul Wahab al Dakali, "qui est le Julio Iglesias espagnol" : Quelque chose de ma vie, la trilogie de l'amour et de l'art. 

Toujours à Rabat, la maison d'édition Dar El Aman, l'une des plus importantes de la ville, est spécialisée dans les textes et les études arabes, tant dans le domaine des sciences que dans celui des humanités. Elle a été fondée en 1983. De nombreux livres d'auteurs marocains sont exposés, mais son éditeur nous montre les œuvres du primé Taha Abderrahmane, l'un des philosophes les plus réputés du monde arabo-islamique. Et comme curiosité, le livre intitulé "El amor en la época de las patatas", du journaliste marocain Ahmed Hammouche. 

feria-internacional-libro-sharjah-emiratos-marruecos-Rabat
PHOTO/ATALAYAR/ANTONIA CORTÉS - Dar El Aman

Tétouan est représentée par la maison d'édition Bab al Hikma. Mohammed al Mahboub-Bab nous accueille à son stand. C'est la sixième année qu'il y participe, et pour lui, il est important d'aller à Sharjah, qui coïncide avec Marradi, parce que c'est un leader dans l'achat et la vente de droits d'auteurs, même s'il a l'habitude de participer à d'autres foires comme celles d'Égypte et d'Arabie Saoudite. Ses étagères comportent des livres sur l'histoire et le patrimoine arabe et islamique, sans oublier l'andalou, souligne-t-il. L'espagnol est également arrivé ici après la traduction de l'arabe de "Volver a Tetuán", d'Abderrahman El Fathi, et de "Diario Inconcluso", de Mohamed Bouissef Rekab. 

feria-internacional-libro-sharjah-emiratos-marruecos-TTetuanespaña
PHOTO/ATALAYAR/ANTONIA CORTÉS - Mohammed al Mahboub-Bab, rédacteur en chef de Bab al Hikma

Plusieurs livres écrits en arabe mais traitant de thèmes espagnols font également partie de sa collection. Nous pouvons lire "El papel de Marruecos en la Guerra Civil española", un ouvrage important et bien documenté, avec des graphiques, des photographies et des rapports intéressants, ou "La imagen de Marruecos en la novela española", de Mohammed Anakar.  Du même auteur est le roman intitulé "Barrio de Málaga", qui traite des relations entre l'Espagne et Tétouan, des différentes religions, des trois cultures, "c'est un roman très demandé par les lecteurs espagnols", nous dit-il.  

Et de Tétouan à Marrakech, l'ETS AFAQ est basée pour les études, la publication et la communication. Nous sommes accueillis par son directeur, Abdelkader Arabi. Pour lui, c'est la première fois qu'il participe à la Foire du livre de Sharjah, une expérience qui s'est avérée positive, même s'il n'a pas encore décidé s'il reviendra pour la prochaine édition. Le prestige de cet événement dans le monde arabe est l'une des raisons pour lesquelles il a pensé qu'il devait y être, et faire mieux connaître le Maroc, son histoire, sa culture et ses auteurs. Toutefois, il souligne qu'il s'agit principalement d'un lieu pour établir des relations, échanger des expériences et rencontrer d'autres éditeurs plutôt que de vendre des livres.  

feria-internacional-libro-sharjah-emiratos-marruecos-TSAFAOBuena
PHOTO/ATALAYAR/ANTONIA CORTÉS - Abdelkader Arabi, directeur des études, de l'édition et de la communication de l'ETS AFAQ 

Dans sa librairie, vous pouvez trouver des ouvrages sur une grande variété de sujets, bien que l'histoire, la politique et la philosophie prédominent, ainsi que des recherches ou des études plus académiques. Parmi les auteurs marocains, citons Mohamed Latif et son livre sur la famille, Ebrahim Yassin et Mustafa Arabi, dont le dictionnaire musical andalou et marocain est d'un grand intérêt. 

De Casablanca vient Afrique Orient, qui, comme presque tous les éditeurs, publie principalement en arabe et en français. Son catalogue comprend quelque 500 titres couvrant différents domaines de connaissance, du droit à l'économie, en passant par la politique et la santé.  En poursuivant notre visite, nous sommes tombés sur le stand du Centre culturel du livre, une maison d'édition fondée en 2016, dont le directeur général est Bassam Kurdi. Selon les informations figurant sur le site web du SIBF, cette maison d'édition compte plus de 300 titres à son catalogue. L'émirat abrite également le Centre culturel arabe, qui fonctionne à Casablanca depuis plus d'un demi-siècle. Elle abrite plus de 500 titres et se distingue, selon le site web du SIBF, pour avoir publié les auteurs les plus importants du monde arabe. Dar Errachad el Hadita est un autre des éditeurs et distributeurs de livres de cette ville, bien qu'il ait été fondé à Fès en 1948. C'est l'un des plus anciens éditeurs du Maroc, avec plus de 72 ans d'existence et une vocation claire. Dans leur exposition, ils présentent des livres destinés à différents publics et de toutes sortes, avec un intérêt particulier pour le patrimoine arabo-musulman.  

feria-internacional-libro-sharjah-emiratos-marruecos-Afrique Orient. Casablanca
PHOTO/ATALAYAR/ANTONIA CORTÉS - Afrique Orient

Et nous clôturons le groupe des éditeurs de Casablanca avec Croisée des Chemins. Avec près de quarante ans d'expérience dans le monde de l'édition, leur stand, à côté de leurs publications en arabe, expose quelques ouvrages en français et en anglais. La variété est l'une de ses caractéristiques, c'est pourquoi, à côté des romans, des essais ou de l'une des œuvres les plus universelles de la littérature, "Le Petit Prince", en arabe, on trouve des livres très bien édités sur la nature, le patrimoine ou le cinéma marocain. Et au premier plan, "Mujeres en la política real, 22 años de reforma", qui a été publié à l'initiative du ministère de la Solidarité, du Développement social, de l'Égalité et de la Famille et qui retrace toutes les réalisations des femmes au Maroc pendant les années du règne de Mohammed VI. 

feria-internacional-libro-sharjah-emiratos-marruecos-BookCulturalcenter
PHOTO/ATALAYAR/ANTONIA CORTÉS - Book Cultural Center

Tanger est une autre des villes représentées. Au stand des Ediciones Virgule, nous sommes gentiment accueillis par deux jeunes femmes qui, comme les autres, soulignent l'importance d'être à Sharjah en raison des répercussions qu'elle a sur les pays arabes. Ils ont aussi quelques livres traduits en espagnol. Ils nous montrent "Tetuán, herencias y ambiciones mediterráneas", publié par Axions. Leurs livres les plus remarquables portent sur le riche patrimoine artistique et culturel du Maroc et de ses belles villes. Il s'agit d'ouvrages de grande taille, à couverture rigide et très bien édités, avec de belles photographies. Les livres sur le pays se mêlent aux romans, aux essais, aux ouvrages scientifiques... 

feria-internacional-libro-sharjah-emiratos-marruecos-VirguleEditions
PHOTO/ATALAYAR/ANTONIA CORTÉS - Virgule

Pour les frères Slaiki, propriétaires de la maison d'édition Slaiki Akhawayne, également basée à Tanger, c'est la huitième édition à laquelle ils participent en tant qu'exposants. Défenseurs du secteur de l'édition et de l'industrie du livre, ils ont un poids important dans la scène éditoriale marocaine. En fait, Tarik Slaiki est actuellement en voyage à Guadalajara, au Mexique, qui ouvrira les portes de sa célèbre Foire du livre avec Sharjah comme invité d'honneur.  

Depuis 1994, en plus de publier en arabe, ils traduisent en français et en espagnol des livres classiques et des auteurs plus contemporains. Tarik Slaiki souligne que cette foire est fondamentale pour les publications en arabe et qu'elle offre des avantages tels que l'établissement de contacts avec des éditeurs de pays du monde entier, l'échange d'idées et d'expériences, et la possibilité de connaître ou de suivre d'autres auteurs. La conférence des éditeurs arabes est également importante pour lui.  

En termes d'écrivains, il met en avant Mohammed Jebroune, Mustafa Nechat, Rachid al-Affaki et A. Hattam.  

feria-internacional-libro-sharjah-emiratos-marruecos-SLAIKIbuena
PHOTO/ATALAYAR/ANTONIA CORTÉS - Slaiki Akhawayne
La lecture pour promouvoir les valeurs humaines

Nous laissons pour la fin la maison d'édition casablancaise Yanbow Al Kitab, non pas parce qu'elle est la moins importante, mais parce qu'elle est la seule spécialisée uniquement dans la littérature pour enfants, et parce que ses objectifs sont notamment de donner le goût de la lecture aux jeunes enfants tout en créant une histoire à travers le patrimoine marocain. L'éditrice Yasmine El Kaouakibi nous en parle en nous montrant les livres sur son stand, des éditions très soignées où les illustrations sont aussi importantes, sinon plus, que les textes eux-mêmes. L'un de ses préférés : "La búsqueda", de Baraa Alawoor, qui raconte l'histoire d'une personne à la recherche du bonheur.  

feria-internacional-libro-sharjah-emiratos-marruecos-Editorialinfantil1
PHOTO/ATALAYAR/ANTONIA CORTÉS - Yasmine El Kaouakibi, éditrice de Yanbow Al Kitab

Cette maison d'édition va au-delà de la simple publication de livres, car à travers eux et d'autres initiatives, elle tente de transmettre aux enfants des valeurs importantes, telles que la coexistence, le respect de la nature, le développement personnel... L'éditrice, qui parle également de la Foire internationale du livre de Sharjah comme d'un événement essentiel dans le monde arabe, souligne la nécessité pour les enfants de lire afin d'être plus imaginatifs et créatifs, mais aussi parce que "les livres ouvrent des fenêtres sur le monde". Yanbow al-Kitad est engagé dans la solidarité avec la conception de campagnes telles que "Un livre, un enfant", "La caravane de la lecture solidaire" et "Une bibliothèque, une famille".

feria-internacional-libro-sharjah-emiratos-marruecos-LaCroisse
PHOTO/ATALAYAR/ANTONIA CORTÉS - Croisee des Chemins
Conférence des éditeurs arabes

La Foire internationale du livre de Sharjah a également été le cadre de la 6e conférence des éditeurs arabes, organisée par l'association des éditeurs des Émirats et l'autorité du livre de Sharjah. Cette rencontre n'est pas passée inaperçue auprès de certains éditeurs marocains, qui étaient conscients de l'importance de cette conférence. 

L'échange d'expériences, l'analyse de la situation actuelle après la pandémie et l'établissement de stratégies pour faire face aux nouveaux défis afin de renforcer l'industrie régionale de l'édition ont été les principaux sujets abordés. Lors de la réunion, la présidente de l'Association internationale des éditeurs (AIE), Bodour al-Qasimi, a exprimé son espoir de voir les éditeurs arabes renforcer la coopération régionale "afin d'utiliser les ressources partagées pour atteindre davantage de lecteurs dans le monde et stimuler la croissance". 

L'association regroupe 86 organisations de 71 pays sur cinq continents. La présidente, originaire des Émirats arabes unis, est rejointe comme vice-présidente par une autre femme, Karine Pansa, du Brésil.