Singapour, un grand maître du jeu géopolitique

La cité-État a su naviguer entre les intérêts des États-Unis et ceux de la Russie et de la Chine
atalayar_singapur

AFP/ ROSLAN RAHMAN  -   Vue générale du centre d'affaires et financier Marina à Singapour

La ville-État de Singapour est située à un point géostratégique clé, reliant les océans Indien et Pacifique. Ce fait permet au pays de jouer un rôle clé dans la géopolitique mondiale en ayant l'un des ports les plus importants du monde, en étant un centre important pour le commerce mondial, la finance, la logistique, l'innovation et en étant un élément fondamental des chaînes d'approvisionnement mondiales.

Malgré sa taille, Singapour dispose d'un important soft power, qui réside dans son économie dynamique et son modèle commercial attrayant. Et depuis son indépendance, elle a joué avec succès de la diplomatie comme outil stratégique.

Singapour est situé dans la région indo-pacifique, qui est en train de devenir la région économique la plus importante du monde sur le plan stratégique, tant pour les États-Unis que pour la Chine. Cela a déclenché une bataille féroce entre les deux puissances pour attirer les pays qui composent la région dans leurs sphères d'influence respectives.

atalayar_singapur
AP/ROSLAN RAHMAN - Terminal à conteneurs du port de Tanjong Pagar à Singapour

L'économie de Singapour étant fortement tributaire du commerce international, elle a tout intérêt à maintenir un système économique international ouvert et libre. Et la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine affecte déjà le commerce mondial et nuit à l'économie de Singapour. La cité-État est donc très claire sur sa politique de "neutralité" dans la rivalité entre les deux puissances, et vise à équilibrer ses relations avec les deux. Il ne veut pas choisir son camp. Le ministre des affaires étrangères de Singapour, Vivian Balakrishnan, a déclaré que la cité-État "sera pertinente et utile, mais ne sera pas utilisée" dans la rivalité entre les États-Unis et la Chine.

États-Unis

Singapour et les États-Unis, bien que n'étant pas des alliés officiels, entretiennent un partenariat large et profond depuis des décennies. Ces relations reposent principalement sur la conviction partagée qu'une forte présence américaine dans la région est essentielle pour la paix, la stabilité et la prospérité, et se traduit par des liens économiques et militaires solides.

La politique de non-alignement de Singapour a débuté après son indépendance en 1965, lorsqu'en pleine guerre froide, elle a décidé de maintenir ses relations avec les États-Unis et l'Union soviétique. Les États-Unis considéraient Singapour comme un partenaire qui contribuait aux intérêts américains dans leur stratégie visant à contenir le communisme en Asie du Sud. Singapour, en revanche, considère les États-Unis comme un partenaire qui l'aide à atteindre ses objectifs immédiats de sécurité, de construction nationale et de développement socio-économique

atalayar_balakrishnan
REUTERS/EDGAR SU - Vivian Balakrishnan, ministre des affaires étrangères de Singapour

La coopération économique a créé un lien fort entre Singapour et les États-Unis et a conféré au neutralisme du gouvernement de Singapour un fort penchant pour les États-Unis. Aujourd'hui, la cité-État est le 17e plus grand partenaire commercial des États-Unis.

Pour en revenir à la guerre froide du XXIe siècle, du 22 au 26 août dernier, la vice-présidente américaine Kamala Harris a visité Singapour et le Vietnam. Dans la cité-État, elle a rencontré le Premier ministre Lee Hsien Loong et a prononcé un discours sur la stratégie américaine dans la région indo-pacifique. Ce voyage s'inscrit dans la stratégie d'endiguement de la Chine dans la région et pourrait être considéré comme un geste symbolique de l'administration Biden pour affirmer son engagement dans la région indo-pacifique.

Avant la visite du vice-président Harris, de hauts responsables américains, dont le secrétaire d'État Anthony Blinken et le secrétaire à la défense Lloyd Austin, avaient déjà rendu visite aux dirigeants de Singapour au cours des derniers mois. 

atalayar_eeuu-singapur
AFP/ EVELYN HOCKSTEIN - La vice-présidente américaine Kamala Harris (R) prend un selfie avec le ministre singapourien des Affaires étrangères Vivian Balakrishnan avant de quitter Singapour le 24 août 2021, lors de son voyage avec le Vietnam.

Dans son discours, Harris a réaffirmé l'engagement du gouvernement américain en faveur de la sécurité régionale et du maintien d'une présence importante en matière de défense et d'économie. Il a réaffirmé que les États-Unis rejettent les revendications de la Chine sur la mer de Chine méridionale et défendent la liberté de navigation. Il a toutefois affirmé que la politique américaine n'est dirigée contre aucun pays et qu'elle ne contraindra pas les pays de la région indo-pacifique à choisir leur camp. Plusieurs accords ont été conclus au cours de cette visite, notamment sur les questions de chaîne d'approvisionnement, la cybersécurité, la coopération pour l'adoption de normes internationales sur les technologies émergentes et la coopération en matière de santé. Singapour a réaffirmé son engagement à continuer d'accueillir les forces armées américaines et à soutenir la présence militaire et diplomatique des États-Unis dans la région afin d'équilibrer l'influence croissante de la Chine dans la région.

D'autre part, il est impératif de mentionner la stratégie Chine+1 pour une compréhension plus approfondie de la question. La pandémie mondiale de COVID-19 et l'intensification de la rivalité stratégique entre les États-Unis et la Chine ont amplifié la nécessité de restructurer les chaînes d'approvisionnement mondiales des États-Unis. L'administration Biden a donc mis en place la stratégie Chine + 1, qui exige que les entreprises américaines ayant une présence manufacturière en Chine établissent également une base de production en Asie du Sud-Est.  Cela permet l'établissement d'une alternative adéquate et fiable dans une économie de l'ANASE, et donc la délocalisation progressive de la communauté d'affaires américaine de la Chine vers l'ANASE.

atalayar_joe biden
AFP/AL DRAGO - Le président américain Joe Biden participe à une conférence téléphonique sur le changement climatique avec le Forum des économies majeures sur l'énergie et le climat dans l'auditorium South Court de l'Eisenhower Executive Office Building, le 17 septembre 2021.

Pour accélérer le processus de délocalisation de la fabrication et de l'assemblage vers les pays de l'ANASE, la stratégie prévoit d'accroître les investissements en Asie du Sud-Est dans les infrastructures, l'éducation et la formation afin d'augmenter l'efficacité des processus de production et les compétences des travailleurs de la région.  Il est probable que l'un des objectifs de la stratégie Chine + 1 est de jeter les bases de négociations avec les États membres de l'ANASE afin de réduire les barrières politiques et économiques et ainsi les attirer dans sa sphère d'influence.

C'est pourquoi le vice-président Harris a longuement discuté des questions de chaîne d'approvisionnement avec le premier ministre de Singapour.  Toutefois, la conversation a porté sur la nécessité de faciliter la résilience et la sécurité de la chaîne d'approvisionnement dans le contexte de la gestion des pandémies, plutôt que sur la bataille géopolitique entre les États-Unis et la Chine.  

Chine

Singapour et la République populaire de Chine entretiennent une relation spéciale fondée sur une affinité culturelle et une étroite interdépendance économique. La cité-État était un modèle de développement pour la Chine après qu'elle ait abandonné l'autarcie maoïste. Singapour a formé plus de 55 000 fonctionnaires chinois.

atalayar_xi jinping
PHOTO/HUANG JINGWEN/XINHUA via AP - Sur cette photo publiée par l'agence de presse Xinhua, le président chinois Xi Jinping participe au 13e sommet des BRICS par vidéoconférence à Beijing, en Chine, le 9 septembre 2021.

La Chine est le premier partenaire commercial de Singapour et, en 2019, Singapour est devenu le pays où le montant des investissements directs étrangers en provenance de Chine est le plus élevé.  Le pays est en train de devenir un pôle d'attraction pour les géants chinois de la technologie tels que Tencent, Alibaba et ByteDance - propriétaire de Tik tok.  Toutefois, les IDE chinois à Singapour restent relativement faibles par rapport aux investissements américains cumulés. D'autre part, Singapour est le premier investisseur étranger en Chine depuis 2013.  En outre, les deux pays ont établi un programme de travail pour négocier un accord de libre-échange entre les deux pays.

Singapour est un fervent partisan des projets de Pékin, tels que la Banque asiatique d'investissement dans les infrastructures (AIIB) et l'initiative "la Ceinture et la Route" (BRI), malgré le mécontentement des États-Unis. Et un tiers de l'investissement total de la Chine lié à l'initiative "Belt and Road" dans tous les pays se trouve à Singapour. Dans le même temps, la cité-État est l'une des principales destinations pour les entreprises chinoises qui investissent à l'étranger.

La Chine et Singapour entretiennent également une étroite coopération militaire. L'Armée populaire de libération de la Chine (APL) et les forces armées de Singapour mènent des exercices militaires conjoints depuis novembre 2010. Et en octobre 2019, Singapour et Pékin ont élargi un pacte de défense qui institue de fréquents dialogues de haut niveau et des exercices et interactions militaires à plus grande échelle impliquant leurs trois armes militaires : l'armée de terre, la marine et l'armée de l'air.

Il est intéressant de noter que Singapour a été le coordinateur du dialogue ASEAN-Chine entre 2015 et 2018. Cela indique que Singapour joue un rôle de passerelle entre la Chine et le reste des pays de l'ANASE. 

atalayar_asean
AFP/AFP - Carte avec données sociales et économiques des membres de l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (ANASE)

Pour en revenir à la bataille entre la Chine et les États-Unis, le haut diplomate de Pékin, Yang Jiechi, s'est rendu à Singapour en août et s'est entretenu avec le Premier ministre. Aujourd'hui, le ministre chinois des affaires étrangères, Wang Yi, prévoit de se rendre au Viêt Nam et à Singapour afin de réaffirmer l'influence de Pékin, à la suite des voyages effectués par la vice-présidente américaine Kamala Harris et le ministre américain de la défense au cours des derniers mois. La tournée asiatique de Wang comprend également le Cambodge et la Corée du Sud.

La diplomatie chinoise en Asie du Sud-Est est entrée dans une phase d'hyperactivité au cours de l'année écoulée, dont le principal pilier est la diplomatie des vaccins et de la santé.

Conclusion

Que pouvons-nous apprendre de Singapour ? Pour être diplomatique. Ne pas fermer les portes, et savoir équilibrer les relations. Singapour est un bon exemple à suivre pour l'UE et ses États membres, qui doivent apprendre à équilibrer leurs relations avec les puissances et éviter d'entrer dans une guerre qui serait préjudiciable à l'économie du bloc.