PUBLICIDAD

Iberdrola

Soit des mesures plus ambitieuses sont prises, soit les conséquences du changement climatique "seront dévastatrices"

L'agence météorologique des Nations unies prévient que nous allons dans la mauvaise direction : les concentrations de gaz à effet de serre continuent d'augmenter et atteignent de nouveaux sommets
Incendio Saskatchewan

PHOTO/Unsplash/Landon Parenteau  -   Feu de forêt dans la province canadienne de la Saskatchewan

Un nouveau rapport multi-agences* de l'Organisation météorologique mondiale souligne le large fossé qui sépare les aspirations climatiques de la réalité et avertit que, sans une action "beaucoup plus ambitieuse", les conséquences "physiques et socio-économiques" du changement climatique "seront de plus en plus dévastatrices"

L'étude, intitulée " Unis dans la science ", note que les concentrations de gaz à effet de serre continuent d'augmenter et atteignent de nouveaux pics. La baisse temporaire des taux d'émission de combustibles fossiles qui s'est produite pendant les confinements de COVID-19 n'était qu'un mirage, car ils dépassent maintenant les niveaux pré-pandémiques. 

Elle souligne également que l'ambition nécessaire pour respecter les engagements de réduction des émissions d'ici à 2030 doit être sept fois plus élevée pour atteindre l'objectif de limitation du réchauffement climatique à 1,5°C fixé dans l'accord de Paris. 

Elle ajoute que les sept dernières années ont été les plus chaudes jamais enregistrées et que la probabilité que la température annuelle moyenne soit temporairement supérieure de 1,5 °C à la moyenne de 1850-1900 au cours d'au moins une des cinq prochaines années est de 48 %. 

Dans le même temps, les villes, qui abritent des milliards de personnes et représentent jusqu'à 70 % des émissions d'origine humaine, seront confrontées à des répercussions socio-économiques croissantes. Ce sont les populations les plus vulnérables qui souffriront le plus, indique le rapport, qui donne des exemples de phénomènes météorologiques extrêmes survenus cette année dans différentes régions du monde.

ONU Cambio climático
ONU/Shirin Yaseen  -   Inondations dans la province du Baloutchistan au Pakistan
Les phénomènes météorologiques extrêmes ne sont pas naturels

Les inondations, les sécheresses, les vagues de chaleur, les tempêtes extrêmes et les incendies de forêt vont de mal en pis, battant des records avec une fréquence de plus en plus alarmante", a déclaré António Guterres dans un message vidéo pour le lancement du rapport.  

António Guterres a souligné que l'ampleur des phénomènes récents tels que les vagues de chaleur en Europe, les inondations au Pakistan ou les sécheresses prolongées en Chine, dans la Corne de l'Afrique et aux États-Unis, "n'ont rien de naturel" et qu'ils représentent "le prix à payer pour la dépendance de l'humanité aux combustibles fossiles". 

Il a averti que les impacts du changement climatique "entrent dans un territoire de destruction inexploré" et que, malgré cette situation, "chaque année, nous insistons pour doubler cette dépendance aux combustibles fossiles, alors que les symptômes s'aggravent rapidement".

Il est essentiel que tous les pays disposent d'un réseau d'alerte précoce

"Les recherches sur le climat montrent de plus en plus que bon nombre des phénomènes météorologiques extrêmes que nous connaissons sont devenus plus probables et plus intenses en raison du changement climatique causé par les activités humaines", a déclaré le secrétaire général de l'Organisation météorologique mondiale. 

Le professeur Petteri Taalas a noté que cette année, nous avons vu ce phénomène "à plusieurs reprises" avec des conséquences tragiques et a souligné l'importance d'intensifier "l'utilisation des systèmes d'alerte précoce pour renforcer la résilience des communautés vulnérables aux risques climatiques actuels et futurs". 

Taalas a rappelé que l'Organisation mène une campagne visant à "garantir une Alerte précoce pour tous dans les cinq prochaines années".

ONU Cambio climático
PHOTO/UNESCO  -   Panneaux d'alerte aux tsunamis
Messages clés du rapport

Les niveaux de dioxyde de carbone (CO2), de méthane (CH4) et d'oxyde nitreux (N2O) dans l'atmosphère continuent d'augmenter. La réduction temporaire des émissions de CO2 observée en 2020, pendant la pandémie, a eu peu d'impact sur l'augmentation des concentrations atmosphériques (ce qui reste dans l'atmosphère après l'absorption du CO2 par l'océan et la biosphère). 

En 2021, les émissions mondiales de CO2 d'origine fossile ont retrouvé leur niveau d'avant la pandémie de 2019, après avoir chuté de 5,4 % en 2020 en raison du confinement généralisé. Les données préliminaires montrent que les émissions mondiales de CO2 en 2022 (de janvier à mai) sont supérieures de 1,2 % aux niveaux enregistrés au cours de la même période en 2019, en raison d'augmentations aux États-Unis, en Inde et dans la plupart des pays européens. 

Un quart des émissions de gaz à effet de serre dues au changement d'affectation des sols sont liées au commerce des denrées alimentaires entre les pays, dont plus des trois quarts sont dues au défrichement des terres pour l'agriculture, en particulier le pâturage. 

Environ 90 % de la chaleur stockée dans le système terrestre est stockée dans l'océan. Le contenu thermique de l'océan pour la période 2018-2022 était plus élevé que pour toute autre période de cinq ans, car les taux de réchauffement de l'océan ont augmenté de façon particulièrement marquée au cours des deux dernières décennies. 

Pour chacune des années comprises entre 2022 et 2026, la température mondiale annuelle moyenne à proximité de la surface devrait dépasser les niveaux préindustriels (1850-1900) et l'augmentation devrait être comprise entre 1,1°C et 1,7°C.

ONU Cambio climático
PHOTO/PMA/Evelyn Fey  -   Les communautés agricoles du Sénégal restaurent les terres dégradées pour contrer les effets du changement climatique

Les villes, qui abritent 55% de la population mondiale, soit 4,2 milliards de personnes, génèrent jusqu'à 70% des émissions d'origine humaine, tout en étant très vulnérables aux impacts du changement climatique tels que l'augmentation des fortes précipitations, l'accélération de l'élévation du niveau de la mer, les inondations côtières aiguës et chroniques et les chaleurs extrêmes, entre autres risques majeurs. 

D'ici 2050, plus de 1,6 milliard de personnes dans plus de 970 villes du monde seront régulièrement exposées à des températures moyennes sur trois mois atteignant au moins 35°C. 

Les villes et établissements côtiers de faible altitude tels que Bangkok (Thaïlande), Houston (États-Unis) et Venise (Italie) risquent de subir des inondations côtières plus fréquentes et plus importantes en raison de l'élévation du niveau de la mer, des ondes de tempête et de la subsidence. Le nombre de catastrophes liées au temps, au climat et à l'eau a été multiplié par cinq au cours des 50 dernières années, entraînant des pertes quotidiennes de 202 millions de dollars US. 

Avec entre 3,3 et 3,6 milliards de personnes vivant dans des contextes hautement vulnérables au changement climatique, il est plus important que jamais que la communauté internationale prenne des mesures ambitieuses non seulement pour atténuer les émissions, mais aussi pour promouvoir l'adaptation au changement climatique, en particulier aux événements météorologiques extrêmes et aggravants, qui peuvent avoir des impacts socio-économiques durables. 

Les systèmes d'alerte précoce sont un moyen d'adaptation rentable et efficace qui peut sauver des vies et réduire les pertes et les dommages. Moins de la moitié des pays du monde ont signalé l'existence de systèmes d'alerte précoce multi-aléa, la couverture étant particulièrement faible en Afrique, dans les pays les moins avancés et dans les petits États insulaires en développement.