PUBLICIDAD

Marruecos

Somalie, la lumière au bout du tunnel ?

Pour conclure cette section, nous voudrions souligner la montée du terrorisme djihadiste dont ce pays a souffert pendant des décennies
Donald Trump remporte une importante victoire préélectorale avec la nomination de la juge Amy Coney Barrett à la Cour suprême

PHOTO  -   Somalia, ¿luz al final del túnel?

L'histoire du chaos

En 1969, la République démocratique de Somalie a été créée à la suite d'un coup d'État du général Siad Barre, qui était soutenu par la puissante Union soviétique de l'époque. Cependant, à la suite de la guerre de l'Ogaden qui a eu lieu entre 1977 et 1978 entre la Somalie et l'Éthiopie, Barre a perdu la faveur de l'URSS, bien qu'il ait gagné la sympathie des États-Unis dans le monde bipolaire de la guerre froide.

Le dictateur Barre aspire à une nation pan-somalienne, qu'il appelle "Grande Somalie", et qui engloberait le territoire de la Somalie, ainsi que l'Ogaden (à l'est de l'Ethiopie) et d'autres zones géographiques telles que le nord-est du Kenya et l'est de Djibouti. Pendant les premiers mois de la guerre, la Somalie a pris le contrôle d'une grande partie du territoire de l'Ogaden jusqu'à ce que l'Union soviétique décide d'intervenir pour aider l'Ethiopie, qui fonctionnait sous le régime communiste de Derg, avec plus de 20 000 soldats de Cuba. 

Memorias de corresponsal: las campañas a la Casa Blanca
Gráfico 1. Représentation graphique du territoire pan-somalien connu sous le nom de "Grande Somalie". Source : esacademic.com

La société somalienne était déjà divisée en six clans : darod, dir, hawiye, isaq, digiel et rahanweyn1. Après l'échec de la guerre contre l'Éthiopie, Barre a provoqué un affrontement entre les clans mêmes qui constituaient la société somalienne, renforçant les siens tout en contrôlant étroitement les autres. Cette lutte fratricide entre les clans s'est progressivement intensifiée jusqu'à ce que le dictateur Barre perde le contrôle de presque tout son territoire à la fin des années 1980, pour être ensuite renversé en 1991. 

La grande complexité de la société somalienne, composée de différents clans influencés par différents pays tels que l'Ethiopie, la France ou le Royaume-Uni, ainsi que la déstabilisation sociale que Barre2 a provoquée, ont déclenché le chaos le plus profond du pays, devenant un territoire défragmenté et violent sous la lutte pour le pouvoir des différents seigneurs de la guerre, chefs de leurs clans respectifs. En outre, face à cette situation, divers groupes islamistes radicaux ont combattu les seigneurs de la guerre pour tenter d'imposer la charia et de gouverner le pays sous un régime islamiste.1

Il convient de souligner deux autres événements qui ont eu lieu des années plus tard et que nous considérons comme importants. D'une part, la tentative ratée du président des États-Unis, George Bush père, d'intervenir militairement dans le pays pour mettre fin à la violence et à la famine dont souffre la société somalienne. D'autre part, la tentative de gouvernement d'union en 2003 , qui a dû faire face à divers conflits politiques, comme la déclaration d'indépendance de la région nord du pays, le Puntland, en 1998.

Pour conclure cette section, nous voudrions souligner la montée du terrorisme djihadiste dont ce pays a souffert pendant des décennies. L'occupation de différents points stratégiques du pays, comme le contrôle de Mogadiscio en juin 2006 par l'Union des tribunaux islamiques, a conduit les troupes éthiopiennes et somaliennes, qui avaient le soutien militaire des États-Unis, à affronter ces groupes islamistes radicaux, parvenant à récupérer la capitale du pays et, en partie, le contrôle d'une partie du territoire. Cependant, l'organisation djihadiste Al Shabaab, qui a été reconnue plus tard comme un membre officiel d'Al-Qaida, a gagné en popularité et n'a pas cessé depuis lors de tenter de rétablir le contrôle du pays et d'instaurer un régime wahhabite.1

Memorias de corresponsal: las campañas a la Casa Blanca

2. La fin sans fin de la guerre

Après ce bref rappel du contexte, nous devons marquer 2012 comme un tournant pour la Somalie avec l'adoption d'une constitution intérimaire et la formation du gouvernement fédéral de Somalie le 20 août 2012. N'oublions pas qu'il s'agit de la première tentative de contrôle centralisé de l'État depuis l'effondrement de la dictature de Siad Barre. Cependant, le terrorisme djihadiste d'Al Shabaab n'a pas cessé ses activités et, entre autres, en octobre 2017, il a perpétré un attentat à Mogadiscio qui a fait au moins 276 morts, dans ce que la presse internationale a appelé "la pire attaque de l'histoire de la Somalie".4

Les tensions politiques n'ont pas diminué depuis lors, comme celle qui a résulté de l'exclusion du Somaliland de l'alliance nationale formée par les cinq États en octobre 2016 : Jubaland, Sud-Ouest, Hirshabelle, Galmudug et Puntland.1 Le crime organisé de l'organisation djihadiste Al Shabaab et les problèmes découlant du changement climatique ont été - et continuent d'être - deux des principaux problèmes auxquels cette alliance nationale est confrontée. Sans aucun doute, l'un des points les plus critiques de l'histoire récente du pays a été l'affrontement entre les présidents fédéraux et le gouvernement de Mogadiscio en septembre 2018, sous l'argument de leur incapacité à avancer vers la sécurité et de leur prétendue extension des pouvoirs.

3. et maintenant ?

En décembre de cette année, des élections législatives auront finalement lieu, et en février 2021, les élections présidentielles auront lieu. Mais les tensions ne s'arrêtent pas là. Il y a quelques jours à peine, douze candidats à la présidence ont rejeté les comités chargés d'organiser les élections législatives, soulignant que l'élection du Premier ministre Mohamed Hussein Roble "remet en question la crédibilité des élections".5 Ce processus pourrait-il conduire à l'annulation des élections et à un retour aux hostilités ? Espérons que non.

En outre, il y a quelques semaines, Donald Trump a demandé le retrait de près de 800 militaires américains déployés en Somalie, conformément à sa promesse de renvoyer les soldats en mission à l'étranger.6 Si la faible capacité du gouvernement somalien à maintenir la sécurité nationale est aggravée par un éventuel départ des soldats américains, en plus des tensions politiques qui s'intensifient ces jours-ci, cela pourrait-il représenter une occasion en or pour le terrorisme djihadiste d'Al Shabaab d'attaquer différents territoires du pays ? Encore une fois, espérons que non. Nous observerons les mois turbulents à venir pour le développement de ces élections en Somalie et la politique étrangère que Biden décidera d'adopter au cours de son nouveau mandat.

 

 

BIBLIOGRAPHIE

1. Díez, J. (2019). Somalia: hay futuro. Recuperado de https://dialnet.unirioja.es/servlet/articulo?codigo=7257611

2. El conflicto de Somalia. Recuperado de http://www.solidaritat.ub.edu/observatori/esp/dossiers/somalia/somalia.htm#inici

3. Por qué Somalia es el "Estado más fallido de África" y qué le impide dejar de serlo. (25 de octubre de 2017). BBC News. Recuperado de https://www.bbc.com/mundo/noticias-internacional-41652407

4. Somalia: al menos 276 muertos deja "el peor ataque en la historia" de Mogadiscio. (15 de octubre de 2017). BBC News. Recuperado de https://www.bbc.com/mundo/noticias-internacional-41628059

5. Doce candidatos a la Presidencia rechazan los comités encargados de organizar las parlamentarias en Somalia. (9 de noviembre de 2020). Europa Press. Recuperado de https://www.europapress.es/internacional/noticia-doce-candidatos-presidencia-rechazan-comites-encargados-organizar-parlamentarias-somalia-20201109164444.html

6. Trump pide un plan para la retirada de las tropas estadounidenses de Somalia. (14 de octubre de 2020). Europa Press. Recuperado de https://www.europapress.es/internacional/noticia-trump-pide-plan-retirada-tropas-estadounidenses-somalia-20201014110336.html