Tadjikistan : le refuge de la résistance du Panjshir

Avec la prise de la vallée du Panjshir, le Tadjikistan est à nouveau l'un des principaux soutiens des chefs de la résistance afghane
resistencia-panjshir

AFP/AHMAD SAHEL ARMAN  -   Les forces du mouvement de résistance afghan et du soulèvement anti-taliban participent à un entraînement militaire dans la zone de Malimah, dans le district de Dara, dans la province du Panjshir, le 2 septembre 2021. La vallée reste le dernier grand bastion des forces anti-taliban

"La résistance du Panjshir a échoué", a conclu le chef du parti du Congrès national afghan en septembre dernier, lorsque les talibans ont pris le contrôle de la région. Avec la prise de la vallée du Panjshir, dernier bastion de résistance contre les talibans, les insurgés ont levé leur bannière dans la dernière capitale provinciale afghane non contrôlée par les radicaux.

Avec la prise de la vallée du Panjshir, les talibans ont inauguré une nouvelle phase sans précédent dans une poche de résistance qui n'était jamais passée sous contrôle afghan. Ce bastion a réussi à se maintenir dans les années 1990, entre 1996 et 2001. Même les Soviétiques n'ont pas réussi à prendre le contrôle de la région des décennies plus tôt. Toutefois, des développements récents révèlent que les talibans ont réussi à occuper la zone, obligeant les chefs de la résistance à fuir au Tadjikistan. Le Tadjikistan sert actuellement de refuge aux dirigeants du Front de résistance nationale, dont le chef Ahmad Massoud, l'ancien vice-président et président intérimaire autoproclamé de l'Afghanistan, Amrullah Saleh, ainsi que le chef du Parti du congrès national afghan, Abdul Latif Pedram. 

talibanes-panjshir
REUTERS/ Comunicado en las redes sociales/vía REUTERS  - Une vue d'une porte du bureau du gouverneur provincial au Panjshir, dans cette image téléchargée sur les médias sociaux le 6 septembre 2021.

Selon un rapport du Financial Times, ces dirigeants se trouveraient dans la capitale Douchanbé où le gouvernement tadjik leur offrirait un refuge sûr. À cet égard, alors que d'autres pays voisins comme la Russie, la Chine et l'Ouzbékistan se sont rapprochés du régime taliban afin d'établir des relations diplomatiques, le Tadjikistan est resté farouchement opposé au nouveau gouvernement taliban.

Dans un geste symbolique, le président du Tadjikistan, Emomali Rahmon, a attribué le mois dernier la proclamation du slogan distinctif "lion du panjshir" au père du leader Massoud, Ahmad Shah Massoud, vénéré pour avoir résisté aux offensives des talibans en 2001 et tué par les insurgés le 9 septembre de la même année. 

resistencia-talibanes-panjshir
REUTERS/MOHAMMAS ISMAIL  - Ahmad Massoud, fils du héros afghan de la résistance antisoviétique Ahmad Shah Massoud, s'adresse à des partisans à Bazarak, dans la province du Panjshir, en Afghanistan.

Avec la chute de Kaboul le 15 août et le retrait des troupes internationales, le président Rahmon a averti que le nouveau scénario en Afghanistan pourrait devenir un nouveau "terreau" pour le terrorisme, comme il y a 20 ans.

Rahmon est au pouvoir depuis 1992, ce qui fait de lui le seul dirigeant régional dont le mandat remonte au précédent gouvernement taliban, en 1996. Dès 1996, le Tadjikistan a soutenu la résistance de l'Alliance du Nord, officiellement connue sous le nom de Front islamique uni pour le salut de l'Afghanistan, une coalition de factions de guérilla moudjahidines. Par ailleurs, comme cela s'est produit à nouveau, le Tadjikistan a servi de refuge à des milliers de réfugiés afghans fuyant le radicalisme des talibans.
 

ahmad-shah-taliban-resistencia
PHOTO/REUTERS - Ahmad Shah Massoud, salue alors qu'il arrive pour assister à une réunion à Bazarak, dans la province du Panjshir, en Afghanistan.

À cet égard, Mehran a déclaré à France24 que le Tadjikistan avait une grande expérience dans ce domaine. Selon lui, "le gouvernement du Tadjikistan connaît ces personnages afghans et ce précédent historique est là".

La position ferme du président tadjik à l'égard des talibans a commencé à influencer des dirigeants politiques tels que le président français Emmanuel Macron, qui a invité le président tadjik à se rendre à Paris pour des entretiens le 13 octobre.
 

fuerzas-estados-unidos-afganistan
PHOTO/ Sargento Samuel Ruiz/Cuerpo de Marines de EE.UU. vía AP - Des marines de la Special Purpose Marine Air Ground Task Force-Crisis Response-Central Command (SPMAGTF-CR-CC) guident des personnes évacuées vers un Boeing C-17 Globemaster III de l'US Air Force.

D'autre part, avec la chute de la résistance du Panjshir, le chef du Parti du Congrès national afghan a déclaré au Financial Times qu'ils prévoyaient de "maintenir de bonnes relations avec les pays de la région", y compris la Russie, car c'est le pays de la région qui "aurait le plus de pouvoir".

Toutefois, les analystes affirment que le rôle conciliant de la Russie avec le nouveau régime taliban limitera le rôle du Tadjikistan, car le géant eurasien peut exercer une "pression coercitive" en raison de sa relation avec la Russie. À cet égard, le Tadjikistan continue d'offrir des refuges à la résistance afghane, mais de nombreux analystes restent sceptiques quant au rôle que pourrait jouer le Tadjikistan, car ils estiment qu'il y a peu de chances que "l'opposition armée aux talibans de l'autre côté de la frontière réussisse".

resistencia-talibanes
AFP/ AHMAD SAHEL ARMAN - Des hommes armés afghans soutenant les forces de sécurité afghanes contre les talibans se tiennent debout avec leurs armes et des véhicules Humvee dans la zone de Parakh à Bazarak dans la province de Panjshir.

D'autre part, avec la chute de la résistance du Panjshir, le chef du Parti du Congrès national afghan a déclaré au Financial Times qu'ils prévoyaient de "maintenir de bonnes relations avec les pays de la région", y compris la Russie, car c'est le pays de la région qui "aurait le plus de pouvoir".

Toutefois, les analystes affirment que le rôle conciliant de la Russie avec le nouveau régime taliban limitera le rôle du Tadjikistan, car le géant eurasien peut exercer une "pression coercitive" en raison de sa relation avec la Russie. À cet égard, le Tadjikistan continue d'offrir des refuges à la résistance afghane, mais de nombreux analystes restent sceptiques quant au rôle que pourrait jouer le Tadjikistan, car ils estiment qu'il y a peu de chances que "l'opposition armée aux talibans de l'autre côté de la frontière réussisse".

"Leur approche est très claire. L'Émirat islamique est un système totalitaire dans lequel aucune des valeurs que nous considérons comme essentielles en Occident n'a sa place", a souligné le journaliste et professeur de journalisme international à l'Université Carlos III de Madrid, Fernando Prieto Arellano, "les talibans continueront à utiliser les mêmes critères maximalistes, radicaux et oppressifs qu'entre 1996 et 2001, lorsqu'ils étaient au pouvoir pour la première fois".

video-brigada-313-badri
AFP PHOTO / RTA TV - Membres des forces spéciales Badri 313

En outre, le nouveau régime taliban est de mieux en mieux armé. En outre, avec le départ des troupes américaines, les talibans disposent de plus d'un million de pièces américaines, avec plus de 2 000 véhicules blindés, des drones militaires, 40 véhicules et des hélicoptères d'attaque. À cet égard, les talibans seraient bien mieux armés et disposeraient de meilleurs liens internationaux, ce qui affecterait considérablement le soutien de la résistance du Panjshir. 

"Ce serait faire preuve d'une naïveté dommageable que de penser que les talibans feront des gestes concrets qui les rendront présentables à la communauté internationale", conclut Arellano. Tout comme l'hypothèse de leurs anciens et nouveaux alliés, tels que la Chine et peut-être même le Qatar. 

Il est notoire que face à la grande offensive des talibans et à leur tentative de créer des relations avec d'autres pays, le gouvernement des talibans s'enracine davantage et l'Afghanistan se noie dans une spirale d'insécurité qui affecte avant tout sa population et surtout les droits des femmes.