PUBLICIDAD

Iberdrola

Taiwan : la ligne rouge pour la Chine et les Etats-Unis

Une fois de plus, les intérêts des deux superpuissances se disputent maintenant sur un nouvel échiquier qui a toujours été latent
Taiwan-china

PHOTO/ FILE  -  

L'année 2022 s'avère être l'une des années les plus pertinentes en termes de changements géopolitiques. Premièrement, l'invasion de l'Ukraine par la Russie a eu pour conséquence qu'au niveau international, l'Union européenne et les États membres de l'OTAN ont procédé en un temps record à des changements sans précédent dans les politiques d'armement et de défense commune. À l'unification de l'Occident en un bloc commun s'ajoute aujourd'hui une situation menaçante qui se prépare depuis des années. Les projecteurs internationaux sont désormais braqués sur Taïwan. La récente visite de la présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, Nancy Pelosi, a incité la Chine à mettre en branle sa machine à fabriquer des armes afin de démontrer que le géant asiatique ne reculera pas sur son idée d'une "Chine unique".

En novembre dernier, par le biais d'une réunion en ligne, le président américain Joe Biden a tenu une réunion en face à face avec son homologue chinois, Xi Jinping, dont les conclusions n'ont guère été rendues publiques. Ce que l'on sait, c'est que Taïwan reste l'un des points les plus tendus entre Pékin et Washington. L'île, qui pour la Chine reste une "province rebelle" mais fait partie de son territoire, dispose de sa propre autonomie politique, qui est à son tour défendue par les États-Unis, même si Washington ne soutient pas son indépendance totale. En ce sens, le gouvernement américain est le principal fournisseur d'armes de Taipei, une situation que la Chine a sévèrement critiquée et qui a suscité des menaces constantes de la part de Pékin, qui a averti à plus d'une occasion que "quiconque joue avec le feu sera brûlé"

pelosi-taiwan
PHOTO/ARCHIVO - La présidente de la Chambre des représentants américaine Nancy Pelosi à Taiwan

De même, les nouvelles incursions dans l'espace aérien et maritime de Taïwan, qui se sont multipliées depuis la visite de Pelosi et ont réussi à faire monter la tension à des niveaux presque belliqueux, ne sont en aucun cas les premières à se produire. Au cours de l'année écoulée, l'armée chinoise a également mené une série de manœuvres militaires autour de l'île afin de démontrer l'influence et la puissance de la Chine, ce qui a été critiqué à plusieurs reprises par les États-Unis. Cependant, les nouvelles manœuvres effectuées sous le prétexte de la visite de Mme Pelosi se sont caractérisées par une puissance, une rapidité et une force accrues, ainsi que par l'utilisation de tirs réels pour la première fois lors de leurs exercices militaires, ce qui a fait craindre à la communauté internationale une escalade "sans précédent".  

Taïwan : l'ancien refuge du Kuomintang  

Mais quelle est l'histoire de Taïwan et pourquoi est-il si important pour la Chine qu'elle fasse partie de son territoire ? Pour le comprendre, il faut remonter à octobre 1949, lorsque la République populaire de Chine a été fondée avec la victoire des communistes dans la guerre civile chinoise. Le 1er octobre, le dirigeant communiste Mao Zedong a proclamé, sous les applaudissements et les acclamations, que "le gouvernement central populaire de la République populaire de Chine a été fondé aujourd'hui ! À partir de ce moment, la partie vaincue, c'est-à-dire les membres du parti nationaliste chinois Kuomintang, dirigé par Chiang Kai-Shek, se réfugie sur l'île de Taïwan où un régime séparatiste est établi par les forces armées, avec le soutien des États-Unis

ejercicios-militares
PHOTO/XINHUA  - Soldats de l'armée de l'air chinoise pendant des exercices militaires

Ce régime a finalement évolué vers un système démocratique dans lequel s'est distingué le président Lee Teng-hui, connu comme le "père de la démocratie" à Taïwan. On dit de lui qu'il a dirigé les changements institutionnels qui ont entraîné une ouverture politique et conduit à l'élection du premier président non élu par les membres du Kuomintang, le président Chen Shui-bian en 2000, une personnalité politique qui soutenait ouvertement une indépendance totale vis-à-vis de la Chine.  

  Tous ces développements sont intervenus après que Taïwan et la Chine ont opéré un rapprochement pour "jeter des ponts" dans les années 1980. Initialement, le gouvernement de Pékin proposait d'accorder une autonomie importante à Taïwan, mais dans le cadre de son projet "un pays, deux systèmes", si le gouvernement taïwanais acceptait la "réunification" avec la Chine. Cette proposition a toutefois été rejetée par Taïwan, ce qui a entraîné un refroidissement des relations entre Taipei et Pékin. 

presidenta-chin-xi
PHOTO/AP  -   Xi Jinping, président de la Chine

En 2005, lorsqu'il a été réélu à la présidence, un an plus tard, la Chine a adopté la loi antisécession qui donne à la Chine "le droit de recourir à des mesures non pacifiques" contre Taïwan si celle-ci décide de faire officiellement sécession de Pékin. 

Trois ans plus tard, en 2008, c'est au tour de la présidence de Ma Ying-jeou, qui tente de jeter des ponts avec la Chine par le biais de relations économiques et commerciales, même si les tensions entre les deux pays restent élevées. Enfin, c'est en 2016 que l'actuelle présidente, Tsai Ing-wen, du Parti démocratique progressiste (DPP), a officiellement proclamé son soutien à l'indépendance vis-à-vis de la Chine. 

presidenta-taiwan
PHOTO/ARCHIVO - Le président de Taiwan
Les États-Unis à Taïwan  

Après la victoire électorale de Tsai Ing-wen, le président américain de l'époque, Donald Trump, a appelé l'homologue taïwanaise de cette dernière à revenir sur la politique américaine en vigueur depuis 1979 et a ouvertement plaidé pour que la souveraineté de l'île revienne à la Chine, ce qui a conduit à l'époque à la rupture officielle des relations diplomatiques entre Taipei et Washington.  

  Après que cette conversation a été connue, le ministère chinois des Affaires étrangères a déposé une plainte officielle à Washington, ce qui a accru les tensions entre les deux superpuissances mondiales. La Chine a toujours été réticente à l'idée de permettre au gouvernement américain d'entretenir des relations avec Taïwan, car pour la Chine, cette île fait partie de son pays et l'influence de Washington sur place limiterait l'autorité de Pékin. 

jiping-biden
PHOTO/AP  - Xi Jinping, président de la Chine

L'ingérence des États-Unis était - et est toujours - désapprouvée par la Chine, et loin d'être réduite, elle continue de s'accroître par le biais des livraisons d'armes. En février dernier, les États-Unis ont approuvé une vente d'armes de 100 millions de dollars à Taïwan, soit l'équivalent de 87 millions d'euros. Il s'agit notamment de l'envoi d'un ensemble d'ingénierie pour le système de défense antimissile Patriot, que les États-Unis auraient également vendu récemment aux Émirats arabes unis et à l'Arabie saoudite. Selon l'Agence de coopération pour la défense et la sécurité (DSCA), ce paquet d'armes soutiendrait la "modernisation des forces armées taïwanaises" afin de garantir le maintien d'une "capacité de défense crédible". 

 La Chine, prête pour la guerre ? 

Dans ce contexte, la dernière démonstration de force de la Chine vise à montrer que le pays ne reculera pas. Cependant, il y a des raisons de croire qu'en réalité cette démonstration de force est loin d'être une offensive de guerre directe, car la Chine ne serait pas "préparée". Tout d'abord, la situation économique de la Chine traverse une période difficile dans des secteurs très importants comme la construction. En fait, cette situation économique du pays aurait été l'une des raisons pour lesquelles Pelosi se serait rendue à Taipei.  En plus de la crise économique actuelle, la pandémie de COVID-19 et les fermetures progressives approuvées par le gouvernement chinois ont influencé l'affaiblissement du pays au niveau national, c'est pourquoi le pays asiatique ne pouvait pas se permettre une guerre.   

china-misil
PHOTO/China MoD - D'une portée de plus de 10 000 kilomètres, le missile balistique intercontinental DongFeng-41 (Vent d'Est) a été présenté en 2019 lors du défilé militaire du 1er octobre commémorant la fondation de la République populaire de Chine

Deuxièmement, la Chine est à la veille du 20e Congrès communiste, à partir duquel le président chinois devrait être réélu pour la troisième fois de son mandat après que Jinping a réformé la Constitution en 2018 afin de bénéficier de ce privilège, ce qui n'était qu'au niveau de Mao Zedong, donc entrer dans une guerre maintenant ne serait pas bénéfique pour le dirigeant chinois.  

L'analyste asiatique Toni K. déclare à Atalayar qu'il "ne croit pas" que ces manœuvres militaires aboutiront à "une escalade vers une guerre ouverte à grande échelle pour quelque chose comme une visite précédente". Pour lui, il est plus probable qu'il s'agisse d'une "escalade des sanctions économiques que la Chine impose déjà à l'île de Taïwan (l'importation de 100 produits agricoles a été bloquée, ainsi que l'exportation de sable naturel), ainsi que des mesures de dissuasion militaire telles que le blocus physique de l'île par des exercices militaires à balles réelles dans le détroit de Taïwan".  

mercado-wuhan
REUTERS/ALY SONG   - Marché de rue à Wuhan, la ville chinoise la plus touchée par l'épidémie de COVID-19 dans la province de Hubei

Il souligne que les actions de la Chine "ne s'arrêteront pas aux paroles, mais n'iront pas non plus aussi loin. Tout dépendra de ce qui se passera à Taïwan dans les mois et même les années à venir (il y a des élections en 2024)".  

Quant au sentiment des citoyens chinois face à une éventuelle escalade, il dit que, selon les endroits, "il est vécu avec une ferveur nationaliste, avec prudence ou même avec crainte. C'est un très grand pays. Là où je suis en ce moment, la vérité est que l'on n'en parle pas beaucoup, et sur les réseaux sociaux, les commentaires des personnes les plus exaltées ressortent, mais ils ne représentent pas du tout les gens de la rue". 

misiles-china
REUTERS/ALY SONG - Système d'arme de missile sol-air LY-80 exposé lors de l'Exposition internationale de l'aviation et de l'aérospatiale de Chine, ou Airshow China, à Zhuhai, dans la province de Guangdong, en Chine, le 29 septembre 2021

Pour les habitants de Xiamen et de la province de Fujian, qui ont vu les chars et les convois militaires se diriger vers la côte sur des routes et des voies ferrées civiles, ce n'est pas une bonne chose", dit-il. 

Pour sa part, l'analyste et expert de l'Asie Adrián Díaz Marró a déclaré à Atalayar que "les discours de chacun des dirigeants s'adressent à leur public particulier et, lorsque cela se produit, il faut savoir interpréter ce qui est dit car ils ne sont pas dans une négociation. Les négociations se font en privé et elles se font certainement déjà en parallèle des gestes publics".  

comercio-mundial
PHOTO/AFP  - Terminal à conteneurs pour le commerce extérieur du port de Qingdao, dans la province orientale de Shandong, en Chine

Il explique qu'"en Chine, ils ont appris que le nationalisme est très rentable parce que vous touchez la partie la plus émotionnelle des gens. Elle a été fortement stimulée ; Xi Jinping l'a pratiquement prise à cœur dans sa carrière politique, notamment dans le cas de Taïwan".  

Pour Xi Jinping, ne pas gagner Taïwan "c'est perdre ce que l'on appelle dans la culture chinoise un visage, ainsi que le fait que cette supposée nouvelle suprématie chinoise soit remise en question". Díaz pense que les nouvelles manœuvres militaires et l'escalade de la tension "n'aboutiront à rien, mais je pensais aussi que la Russie et l'Ukraine n'aboutiraient à rien, et j'avais tort".   

coronavirus-china
AFP/NOEL CELIS  - Les résidents qui vivent ou ont visité le marché de Xinfadi, un marché alimentaire de gros où un nouveau groupe de coronavirus COVID-19 est apparu, font la queue pour être testés pour la maladie, à Pékin, le 16 juin 2020

Toutefois, il souligne que "les Chinois ne sont pas des bellicistes. Ils n'ont pas eu de conflit depuis 45 ans, le dernier était avec le Vietnam et c'était une escarmouche. La seule chose est que la Chine considère que Taïwan est un conflit interne et qu'elle n'enfreindrait donc pas la norme de participation aux conflits étrangers. Il est vrai que Taïwan n'a plus beaucoup d'années à vivre, mais il n'a pas si peu d'années à vivre que le problème ne puisse être résolu à court terme".  

"En Chine, ils ont un dicton à propos de Taïwan. On dit de laisser le fruit tomber quand il est mûr, pas par la force ou la pression. Pour les Chinois, dans 15 ans, ils pensent que Taïwan peut faire partie de la Chine de manière organique", conclut-il.  

xi-jinping-vladimir-putin
PHOTO/AP  -  Le président russe Vladimir Poutine (à droite) et le président chinois Xi Jinping (à gauche) au Kremlin à Moscou, dans cette photo d'archive

Pour d'autres analystes, la confrontation entre la Chine et les États-Unis est une "compétition de puissance de plus en plus rude". Bien que le géant asiatique n'ait pas la capacité de s'engager dans une guerre aujourd'hui, cela ne signifie pas qu'un tel scénario ne puisse pas se produire à l'avenir. En outre, les États-Unis ont beaucoup à perdre si la Chine décide d'annexer le territoire taïwanais, car ils perdraient leur influence dans une région qui est actuellement la clé de la politique étrangère américaine.

En outre, après que la Chine a effectué ces manœuvres militaires, la Russie, comme prévu, s'est rangée du côté de l'armée chinoise. En cas de conflit majeur, la Chine et la Russie seraient toutes deux opposées aux États-Unis dans une nouvelle bataille pour le triomphe des démocraties libérales ou des régimes autocratiques

Coordinateur pour les Amériques : José Antonio Sierra.