PUBLICIDAD

Iberdrola

Tchad : un accord de pré-paix incomplet

La junte militaire de Mahamat Déby négocie avec le principal groupe rebelle après que 18 organisations d'opposition ont rejeté le projet d'accord de transition
Mahamat Déby

PHOTO/@TamimBinHamad  -   Le chef de la junte militaire tchadienne, Mahamat Déby, reçoit avec l'émir du Qatar, Tamim Bin Hamad Al-Thani, des membres des groupes d'opposition tchadiens

La junte militaire tchadienne a signé un accord de principe de transition avec plus de 40 groupes rebelles à Doha en début de semaine. Le Conseil national de transition (CNT), dirigé par le général de corps d'armée Mahamat "Kaka" Déby, descendant du président de longue date Idriss Déby, a ainsi remporté une timide victoire politique cinq mois après avoir entamé un dialogue avec l'opposition, opposée à la consolidation du pouvoir par la nouvelle autorité militaire. Grâce à la médiation qatarie, N'Djamena a obtenu le soutien d'une myriade de groupes insurgés aux revendications disparates, mais le préaccord de transition est incomplet. 

Pas moins de 18 milices participant aux pourparlers de paix ont rejeté catégoriquement les conditions convenues à Doha. Le plus important d'entre eux est le Front pour le changement et la concorde (FACT), le plus grand groupe politico-militaire du pays, qui a été impliqué il y a un an dans la mort du maréchal Idriss Déby, qui a dirigé le Tchad d'une main de fer pendant plus de trois décennies jusqu'à ce qu'il soit tué sur la ligne de front. Une version contestée, mais solide aux yeux de l'analyste d'Oxford Analytica Nathaniel Powell, auteur de France's Wars in Chad (Cambridge University Press, 2020). 

"Je pense que les preuves [soutenant la version officielle de la mort de Déby] sont assez claires. Les théories alternatives suggérant qu'il est mort pendant les délicates négociations ou à la suite d'un quelconque règlement de comptes sont sans fondement", dit-il à Atalayar. Les seules questions entourant la mort de l'ancien président tchadien à l'âge de 68 ans concernent le jour même de son décès et la manière dont il est mort sur le champ de bataille, "mais aucune ne contredit l'histoire officielle". Le FACT lui-même reconnaît également les faits.

Idriss Déby
AP/JOEL KOUAM  -   Des partisans du président tchadien Idriss Deby Itno se rassemblent pour un rassemblement à N'djamena, au Tchad, vendredi 9 avril 2021

Depuis fin avril 2021, une junte militaire tire les ficelles à N'Djamena, à l'instar d'autres acteurs régionaux comme le Soudan et le Mali. Dans le cas du Tchad, c'est le fils le plus reconnu de Déby, Mahamat, qui a pris les rênes par un semi-coup d'État "qui a annulé les dispositions constitutionnelles exigeant que le président de l'Assemblée nationale assume le pouvoir pendant l'organisation de nouvelles élections", explique l'analyste d'Oxford Analytica. Au lieu de cela, les uniformes ont installé "Kaka" au pouvoir et l'ont entouré d'une quinzaine de généraux, la garde prétorienne de son père. Le statu quo a été prolongé. 

Mahamat Déby a alors annoncé le début d'une transition de 18 mois visant à rétablir la normalité constitutionnelle et à organiser des élections, et à cette fin, le dialogue national inclusif a été créé. Le contact entre l'autorité militaire et les groupes insurgés, qui devait permettre de jeter les bases du processus de transition, a été reporté à de nombreuses reprises et n'a guère progressé de manière significative. "De nombreux groupes de l'opposition et de la société civile accusent les autorités militaires de dominer le processus et refusent de participer à moins que les sièges ne soient attribués de manière plus équitable et que l'orientation du dialogue ne soit modifiée pour refléter la diversité politique du pays", indique Powell. 

Les parties se sont d'abord rendues à Doha en mars pour sortir de l'impasse. Là, ils ont été reçus par les autorités qataries, qui sont intéressées par la médiation des conflits sur les questions de soft power. Mardi, après cinq mois de négociations, les participants ont anticipé un accord, même si l'analyste gallois note que "le "pré-dialogue" de Doha était largement considéré comme une étape préliminaire nécessaire avant que tout dialogue national plus large puisse avoir lieu". "La raison pour laquelle ils sont à Doha est qu'ils ne peuvent pas négocier sur le territoire tchadien - aucun chef rebelle ne s'y risquerait - et, en outre, tant les responsables du gouvernement tchadien qu'un certain nombre de chefs rebelles ont des liens avec le Qatar", explique-t-il. 

Pour Powell, cependant, il ne s'agit pas d'un accord de paix, "quel que soit le nom qu'on lui donne", car les principales revendications politiques n'ont pas été prises en compte : "Au mieux, c'est un cessez-le-feu et au pire, c'est simplement une cooptation et un achat d'un certain nombre de figures de l'opposition et des rebelles". "La plupart des groupes "rebelles" représentés à Doha n'ont pratiquement aucun poids militaire sur le terrain", conclut l'expert. Le dialogue national inclusif doit commencer le 20 août, cette fois à N'Djamena, dans le but de faire de nouveaux progrès. 

Refus du FACT

"Le gouvernement n'a pas répondu à nos principales demandes, telles que l'octroi d'une représentation égale aux groupes d'opposition dans le comité de dialogue national, la libération immédiate des prisonniers une fois l'accord signé, ou l'empêchement du chef de la junte militaire [Mahamat 'Kaka' Déby] de se présenter aux élections après la transition", expliquent à Atalayar des sources du Front pour le changement et la concorde (FACT), pour justifier leur refus du projet de Doha. Toutefois, les négociations entre le FACT et la junte militaire "se poursuivent", bien que ses représentants n'aient pas reçu les garanties de sécurité minimales pour pouvoir assister à la réunion sur le sol qatari. Le chef et fondateur de la milice, Mahamat Mahdi Ali, n'était même pas présent à Doha malgré une invitation expresse des autorités locales.

FACT
AFP/EJERCITO DE CHAD  -   Des soldats rebelles présumés appartenant au Front de l'alternance et de la concorde au Tchad (FACT) sont assis dans le sable après avoir été capturés à la suite d'affrontements avec l'armée tchadienne à Nyze, à 50 km au nord-est de Zigueye, le 17 avril 2021

"Les dirigeants du FACT ont davantage de raisons de s'inquiéter de leur sécurité personnelle, quelles que soient les garanties, en raison de la mort de Déby et de la menace que représente le mouvement. En outre, leurs demandes semblent être plus explicitement politiques en termes de réduction du rôle de la junte dans le processus de dialogue national. Ils veulent aussi que les prisonniers soient libérés", souligne Powell. Le groupe rebelle, actif depuis 2016 à la suite d'une scission au sein de l'Union des forces pour la démocratie et le développement (UFDD) et composé de fonctionnaires du régime frondeur, a été le principal atout de déstabilisation de N'Djamena. 

Basée dans les montagnes du Tibesti en Libye, la milice qui ambitionne de renverser la dynastie Déby a franchi la frontière aride le 11 avril 2021 pour lancer une offensive sur la capitale, alors que l'ancien président briguait sa sixième réélection présidentielle, qu'il a remportée sans résistance avec 80 % des voix. C'est alors qu'il a été abattu. Quelques mois plus tard, le FACT est guidé par les mêmes intérêts, mais affirme que son intention est d'apporter "la liberté, la justice et l'égalité" au Tchad, "d'établir une véritable démocratie, et non l'actuelle, par le biais d'élections libres et transparentes pendant une période de transition". 

Les sources de FACT disent à Atalayar que la milice n'a pas d'alliés dans la communauté internationale en tant que mouvement armé, mais l'ombre de la Russie plane sur l'organisation, qui a été liée au Kremlin par les mouvements du groupe Wagner. La société militaire privée, dirigée par l'oligarque Evgeny Prigozhin, connu sous le nom de "chef de Poutine", poursuit ses activités en Libye voisine et aurait enrôlé des combattants du groupe rebelle pour sa cause. Le FACT s'oppose également à l'influence de la France au Tchad, qu'il accuse de soutenir le régime de Déby. Les distances sont grandes.