Telefónica, de grands enjeux au Brésil

L'entreprise espagnole a réussi à conclure un accord portant sur l'exploitation de réseaux de fibres optiques dans les foyers brésiliens
Telefónica

 -   Telefónica

Telefónica a conclu un accord avec la Caisse de dépôt et placement du Québec (CDPQ) pour la construction, le déploiement et la commercialisation d'un réseau de fibre optique au Brésil. Ce contrat, signé par ses filiales Telefónica Brasil et Telefónica Infra, permettra de développer ce projet dans des villes moyennes en dehors de l'État de São Paulo.

À cette fin, une société commune sera créée à parts égales, appelée "FiBrasil Infraestrutura e Fibra Ótica", qui fonctionnera comme un opérateur d'accès en gros, indépendant et non discriminatoire. Elle aura un modèle de gouvernance de co-contrôle.

La participation de 50 % du groupe Telefónica sera détenue par l'intermédiaire de ses filiales qui détiennent chacune 25 % du capital. Telefónica Brasil apportera environ 1,6 million d'unités immobilières passées par la fibre FTTH et sera le locataire principal de FiBrasil.

Pour sa part, la société canadienne CDPQ s'est engagée à réaliser un investissement total de 1 800 millions de reais, soit environ 267 millions d'euros aux taux de change actuels, y compris les paiements à Telefónica Brasil et FiBrasil, pour 50 % du capital de FiBrasil. En outre, Telefónica Infra effectuera certains paiements, en termes économiques équivalents, pour 25 % de la nouvelle entreprise commune.

Cela implique une évaluation des actifs brownfield apportés par Telefónica Brasil de 16,5 fois la valeur pro forma Oibda 2020. Les apports en capital de la CDPQ, ainsi que le financement externe que la coentreprise obtiendra, fourniront les fonds nécessaires pour réaliser le plan d'affaires du FiBrasil et atteindre ses objectifs de déploiement, soit 5,5 millions d'unités immobilières passées par la fibre FTTH en quatre ans.

L'opération, dans l'attente des autorisations nécessaires, a été très bien accueillie par les analystes qui considèrent qu'elle vise à monétiser les actifs et à partager les investissements dans des actifs non stratégiques bien évalués par le marché. Il pourrait également servir de passerelle vers des accords similaires sur les fibres dans d'autres pays d'Amérique latine.

Le Brésil est également confirmé comme l'un des quatre grands marchés stratégiques de Telefónica, malgré les maux de tête permanents dus à son litige constant avec le Trésor brésilien, qui réclame aujourd'hui environ 5 400 millions d'euros pour des impôts impayés. Ce que l'opérateur espagnol nie fermement.

Son cours semble quant à lui être entré dans une phase latérale entre 3,5 et 3,8 euros par action après avoir augmenté de près de 15 % jusqu'à présent cette année. Les experts techniques estiment que son profil s'améliorera considérablement une fois qu'il aura réussi à dépasser et à consolider la référence de 4 euros par action, mais en attendant, il restera une valeur fatiguée et apathique pour les investisseurs à court terme.