PUBLICIDAD

Iberdrola

Tentative présumée d'attentat contre Recep Tayyip Erdogan déjouée

Les médias turcs ont rapporté que les forces de sécurité ont désamorcé un engin explosif placé sous une voiture de police lors d'un rassemblement du président turc
Le président turc Recep Tayyip Erdogan

Murat Cetinmuhurdar/PPO/Handout vía REUTERS  -   Le président turc Recep Tayyip Erdogan

Les nouvelles de l'instabilité politique et sociale en Turquie continuent de se succéder. À cette occasion, les médias turcs ont fait état du désamorçage d'une bombe présumée placée sous une voiture de police qui faisait partie d'un convoi organisé pour un rassemblement politique de Recep Tayyip Erdogan dans le sud-est de la Turquie, dans la ville de Siirt.

L'engin explosif a été neutralisé par la police ottomane et des empreintes digitales ont été relevées en vue de lancer une opération de recherche des auteurs éventuels de cet attentat prétendument déjoué. Selon les rapports de divers médias turcs, repris par d'autres médias tels que Al Ain News et The Jerusalem Post, la voiture de police faisait partie de la caravane politique à laquelle participait le dirigeant turc. 

Malgré ce qui s'est passé, Recep Tayyip Erdogan a prononcé son discours et a promis de continuer à lutter contre le terrorisme dans le pays. Depuis des années, le gouvernement turc accuse le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) d'avoir mené des actes terroristes dans le sud de la Turquie, ce qui lui vaut d'être qualifié d'organisation terroriste.

Miembros del Partido de los Trabajadores del Kurdistán (PKK) en una carretera de las montañas de Qandil
AFP/SAFIN HAMED - Des membres du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) sur une route dans les montagnes de Qandil.

"Nous ne permettrons plus jamais à leur fléau de dominer nos frères vivant dans la région", a déclaré publiquement Recep Tayyip Erdogan, comme le rapporte Al Ain News. 

"Nous ne jetterons aucun de nos jeunes dans les crocs brutaux du terrorisme, et nous ne permettrons pas que cela continue jusqu'à ce que nous éliminions complètement cette organisation terroriste de l'agenda du pays". Notre gouvernement insiste sur sa décision à ce sujet", a-t-il déclaré, en faisant référence au PKK, qui est classé comme une organisation terroriste par l'administration turque. 

D'autre part, l'opposition turque a été très active ces dernières années contre les politiques conservatrices et agressives du gouvernement de Recep Tayyip Erdogan, marquées par un islamisme fort et un harcèlement des secteurs d'opposition au sein des partis politiques existants et même de l'armée. 

Le tournant s'est produit en 2016 avec le coup d'État présumé contre le gouvernement dirigé par Recep Tayyip Erdogan, dont le gouvernement a accusé le clerc d'opposition Fethullah Gulen, ennemi politique d'Erdogan, et ses partisans. Depuis cet événement, des purges ont eu lieu dans différents secteurs, y compris l'armée. 

Arrestos de la Policía turca
PHOTO/AP - Arrestations par la police turque

En outre, des éléments de l'opposition liés au mouvement kurde, comme les membres du Parti démocratique des peuples (HDP), ont été arrêtés et poursuivis en justice. Ils sont persécutés par le gouvernement, qui accuse ce groupe de soutenir les Kurdes dans des actes de violence. 

L'opposition politique turque, principalement le HDP et le Parti républicain du peuple (CHP), dénonce depuis des années les persécutions menées par le gouvernement et le Parti de la justice et du développement (AKP) au pouvoir, qui consistent en des purges, des arrestations, des procédures judiciaires et des ingérences dans différents secteurs tels que l'armée, les groupes politiques d'opposition et d'autres sphères comme le système judiciaire et même les médias. A tout cela, il faut ajouter la crise économique et financière que traverse le pays eurasiatique.