Teresa Ribera préside l'assemblée de l'Agence internationale pour les énergies renouvelables

L'Assemblée, qui se tient au début de la semaine de la durabilité d'Abu Dhabi, sera diffusée en direct sur le site web de l'IRENA
Atalayar_Teresa Ribera

EUROPA PRESS/EDUARDO PARRA  -   Quatrième vice-président du gouvernement espagnol et ministre de la transition écologique et du défi démographique, Teresa Ribera

La quatrième vice-présidente du gouvernement espagnol et ministre de la Transition écologique et du Défi démographique participe à la 11e assemblée de l'Agence internationale pour les énergies renouvelables (IRENA), qui a débuté ce lundi virtuellement et se terminera le jeudi 21, et qui fixera le cap d'un développement à faible émission de carbone.

"Nous sommes tous très conscients de la nécessité urgente de changer de cap vers un avenir énergétique durable : avec plus de 70 % des émissions de gaz à effet de serre (GES) provenant de ce secteur, la transition énergétique joue un rôle clé dans la gestion de l'urgence climatique mondiale", a déclaré Mme. Ribera, qui préside l'Assemblée, selon l'agence de presse officielle des Émirats arabes unis, WAM.

L'ouverture de l'Assemblée, organisée aux Émirats arabes unis (EAU), sera marquée par la Journée mondiale de la transition énergétique. L'événement s'étendra sur quatre jours de discussions de haut niveau. Les sessions des 18, 19 et 20 comprendront un panel de haut niveau sur la transformation de l'énergie pour une reprise durable post-COVID, suivi de quatre discussions ministérielles couvrant les thèmes de la planification et de la mise en œuvre de l'énergie nationale, de l'augmentation du financement des énergies renouvelables, de l'évolution vers la neutralité carbone et du rôle de la transition énergétique dans la dynamisation des soins de santé.

En outre, les conclusions des réunions préliminaires des parties prenantes qui ont eu lieu les 13 et 14 janvier, notamment le Forum des législateurs de l'IRENA, le dialogue public-privé et le Forum des jeunes de l'IRENA, seront également prises en compte par l'Assemblée.

Près de 2 000 participants de haut niveau, dont des chefs d'État, des ministres, des hauts fonctionnaires de l'énergie, des organisations multilatérales et des acteurs du secteur privé, participeront aux réunions sur le thème général de "COVID-19 - Transition énergétique”.

Le secrétaire général des Nations unies, António Guterres, du Portugal, a déclaré que "les milliards de dollars nécessaires à la reprise de la pandémie doivent être utilisés simultanément pour faire progresser nos économies vers un niveau d'émissions nettes zéro". Il a exprimé la nécessité de "construire une coalition mondiale pour atteindre la neutralité carbone d'ici 2050" et a souligné le rôle prépondérant des technologies renouvelables pour atteindre cet objectif.

Mme Ribera, pour sa part, a loué les possibilités qu'ont "les pays en développement, les économies en transition et les pays hautement industrialisés" de décarboniser l'économie. "L'accès à l'énergie et à la sécurité, une croissance économique solide, la modernisation de l'industrie et la création d'emplois" sont quelques-uns des avantages qu'elle a soulignés.

La vice-présidente et ministre espagnole de la transition écologique était également fière que l'Espagne s'aligne sur les efforts de l'IRENA, qui, selon elle, est "devenue un phare dans la révolution énergétique dont nous avons besoin".

Cette année est considérée comme un moment clé pour que les pays s'engagent à redoubler d'efforts pour atténuer la crise climatique en investissant davantage dans les énergies renouvelables et en alignant leurs stratégies de croissance économique sur les objectifs de l'accord de Paris. La COP26, qui a été reportée en raison de la pandémie, aura lieu à la fin de 2021.

"La pandémie COVID-19 a défini l'année 2020", a déclaré Francesco La Camera, directeur général de l'IRENA. "Toutefois, alors que les pays cherchent à se remettre des effets dévastateurs de la pandémie et à reconstruire de manière plus résistante, plus juste et plus durable, nous pouvons définir cette année comme le moment où nous plaçons la transition énergétique au centre de la politique mondiale et de la prise de décision en matière d'investissement.

"Le mandat mondial de l'IRENA nous offre une occasion unique de réunir les leaders mondiaux, de promouvoir le partage des connaissances et de construire les partenariats nécessaires pour promouvoir un développement à faible intensité de carbone et récolter les bénéfices immédiats et à long terme de la transition", a poursuivi M. La Cámara. "L'Assemblée est au cœur de ces efforts."

L'IRENA se déroule dans le cadre de la semaine de la durabilité d'Abu Dhabi

La Semaine de la durabilité d'Abu Dhabi (ADSW) 2021 propose une série d'événements virtuels en plus de l'Assemblée de l'IRENA, notamment le sommet de l'ASDW lui-même, le Forum de financement durable d'Abu Dhabi, le Forum mondial de l'énergie du Conseil atlantique, les forums virtuels de durabilité Youth 4 et les webinaires du Sommet mondial sur l'énergie future.

"Alors que nos économies et nos industries commencent à se remettre des conséquences de la pandémie mondiale, nous avons l'occasion de nous fixer des objectifs ambitieux, d'investir dans les nouvelles technologies et de mettre en œuvre les politiques nécessaires pour parvenir à une reprise durable. La semaine de la durabilité d'Abu Dhabi incarne l'approche proactive et tournée vers l'avenir des EAU en matière de changement climatique et de durabilité et met en évidence le rôle des EAU en tant que citoyen du monde axé sur les solutions, permettant de transformer le dialogue en action", a déclaré le ministre de l'Industrie et des Technologies avancées des EAU, le sultan bin Ahmed al-Jaber.

Parmi les invités les plus en vue, on comptait le Prince Albert II de Monaco, Lucas Joppa, directeur de l'environnement chez Microsoft, Maimunah Mohd Sharid, directeur exécutif d'ONU-Habitat, et Noel Quinn, PDG du groupe HSBC Holdings, entre autres.