PUBLICIDAD

Marruecos

Tout pour une photo : la chute de Boyko Borisov en Bulgarie

La réputation du premier ministre bulgare continue de susciter des interrogations
portada-borisov

 -  

Une lueur d'espoir semble avoir émergé en Bulgarie avec la victoire du nouveau parti Nous continuons le changement. Après douze ans avec Boyko Borisov à la tête du parlement et des dizaines d'affaires de corruption derrière lui, ce nouveau parti anti-corruption a remporté les troisièmes élections législatives de ce pays d'Europe de l'Est depuis le début de l'année. 

Dimanche, la Bulgarie s'est rendue aux urnes pour la troisième fois de l'année. L'incapacité à créer un gouvernement après les deux premiers tours des élections d'avril et de juillet a ramené les Bulgares aux urnes. Cette fois-ci marquée par la lassitude face à l'incapacité de leurs représentants à trouver un accord, et par une nouvelle vague de COVID-19 qui a fait comprendre que, quel que soit le résultat, après les élections "tout se refermerait", pouvait-on lire sur les réseaux sociaux. 

conferencia-boyko-borisov

Images de corruption

Stefan (le nom a été changé à la demande de la source) a envoyé un lien, qui vous amène à une publication sur Facebook. Il s'agit d'une série de quatre photographies. On y voit Boyko Borisov, encore premier ministre de la Bulgarie, allongé sur un lit à moitié nu. A côté du lit, une table de chevet avec un pistolet et des liasses de billets de 500 euros dans le tiroir. "C'est encore arrivé", dit le jeune homme, car ce n'est pas la première fois que le dirigeant bulgare est confronté à des photos de ce genre. Les mêmes, mais avec une jeune femme dormant à ses côtés, ont été publiées en juin de l'année dernière, ce qui a coûté à Borisov l'une des plus grandes crises contre sa figure. 

Borisov a déclaré le lendemain matin qu'il savait qui était responsable des images et qu'il avait déjà pris des mesures. Et, comme il l'a fait en 2020, il assure qu'ils sont un coup monté. "La mafia le contrôle et le montre", dit le jeune Stefan, "Borisov sait qu'il n'y a pas de choix pour lui en dehors de la politique. Il finit soit mort, soit derrière les barreaux. Il essaie de s'en sortir du mieux qu'il peut, mais c'est impossible. Il est dans une trop grosse merde", dit le jeune homme. 

Scènes du Parrain mises à part. L'ancien dirigeant de la Bulgarie pendant plus de dix ans et son parti respectif, Citoyens pour le développement européen de la Bulgarie (GERB), ont des dizaines d'affaires de corruption sur les bras. Que les photographies soient authentiques ou qu'il s'agisse d'un montage grossier, elles ne font que montrer une chose que la population sait déjà, et pour laquelle elle est dans la rue pour demander la démission de Borisov et de sa Maison depuis plus d'un an. Et ce ne sont pas les photos, mais les taux élevés de corruption, ainsi que le taux toujours croissant de personnes contraintes de quitter le pays en raison du manque d'opportunités, qui sont les facteurs qui ont conduit les nouveaux partis apparus cette année à remporter le parlement dimanche. 

.carteles-borisov-bulgaria

Un cercle électoral qui semblait s'éterniser

Le dimanche 15 novembre, le réveil a été indécis. Lors de ce troisième tour des élections, non seulement on votait pour la représentation nationale au Parlement, mais pour la première fois les élections législatives coïncidaient avec les élections présidentielles. Les sondages donnaient le GERB vainqueur des élections législatives, bien qu'avec une marge étroite. Quant à la présidence, ces mêmes prédictions ont à nouveau donné la victoire à Rumen Radev, président du pays depuis 2017. De son côté, la population, déjà lassée de cette crise électorale qui s'éternise depuis début 2020, ne croyait guère aux résultats. La journée s'est soldée par un taux de participation de 40%, le plus bas depuis trente ans pour les deux décisions. 

"Je vais voter pour la Bulgarie démocrate" répond le Stefan lorsqu'on lui demande pour qui il va voter. "C'est une coalition de Da Bulgaria, du Mouvement vert et des Démocrates pour une Bulgarie forte, avec une vision libérale", explique le jeune homme plein d'espoir. L'un des rares, les chiffres de la participation ont montré.

.boyko-borisov

Le paysage politique du pays a toujours été dominé par le parti conservateur GERB, au pouvoir depuis 2009, et le parti socialiste bulgare (BSP). Cependant, cette année, ce même scénario a été bloqué par l'incapacité des partis ayant obtenu le plus de voix à se mettre d'accord pour former une coalition, ce qui a obligé à répéter ces élections législatives trois fois. Les premières élections ont eu lieu en avril et ont vu une forte chute des partis traditionnels, GERB et BSP, ainsi que l'émergence au Parlement des forces anti-corruption There is Such a People (ITN) et Democratic Bulgaria (DB). Ces résultats ont rendu nécessaire un gouvernement de coalition entre GERB, BSP et ITN pour gouverner, mais les négociations n'ont abouti à rien, ce qui a conduit à de nouvelles élections en juillet. 

Lors de ce second tour des élections, ITN a dépassé le GERB de Borisov, ayant une chance de gouverner avec les deux autres partis anti-corruption DB et ISMV, une coalition "Stand Up ! Mafia, Get Out ! Les négociations échouent à nouveau et conduisent à la troisième élection en un an. 

.merkel-borisov
 

"Je vois de plus en plus de jeunes être très neutres vis-à-vis de la période, ce qui est très intéressant car il y a une liste inexplorée", déclare Aleksander Dimitrov, chercheur à l'Université bulgare d'économie nationale et mondiale et membre du parti socialiste. Le pays le plus pauvre de l'UE a une population divisée entre ceux qui regardent le passé socialiste avec nostalgie et la jeune génération qui a une vision plus libérale. Cependant, les deux parties sont unies depuis un an face à un ennemi commun : la corruption. 

Les photographies de Borisov ont été la goutte d'eau qui a fait déborder le vase dans une longue liste d'affaires que le bureau du procureur avait gardées dans ses dossiers. Le fait est que voir son premier ministre dans de telles circonstances, qu'elles soient authentiques ou non, crée un précédent. Ces images montrent le visage de la corruption en Bulgarie, et les Bulgares en ont assez, "si personne ne veut voir la vérité nue, nous continuerons à être nus, à être volés et à recevoir des mensonges. Les nouvelles photos de la chambre de Borisov sont une raison de réfléchir une fois de plus à la question suivante : "Existe-t-il un bureau du procureur en Bulgarie ?", peut-on lire dans une publication présentant les photos du Premier ministre. 

merkel-borisov

Une image vaut mille mots

En juin 2020, le premier lot d'images a déclenché des mois de manifestations antigouvernementales et de sit-in devant le Congrès. Sans répit. En septembre dernier encore, les tentes des manifestants étaient toujours là, avec en tête des pancartes demandant la démission de Borisov. Les cris n'étaient pas d'une grande utilité à l'époque, mais une image vaut mille mots. 

Il y a six jours, l'émission de télévision Eurodikoff a rendu publique la deuxième série d'images du dirigeant politique endormi à côté d'une arme et de liasses de billets de banque. L'émission a affirmé avoir reçu ces images accompagnées d'une lettre intitulée "BB - Nature", dans laquelle on pouvait lire : "La vérité nue sur un dirigeant politique bulgare ! Un jour avant l'anniversaire du 10 novembre 1989 et moins d'une semaine avant les élections, il est bon de se rappeler comment et pourquoi nous avons perdu 12 des 32 dernières années [...] Nous avons attendu plus d'un an pour voir si quelqu'un au bureau du procureur pouvait vérifier comment et pourquoi un premier ministre bulgare a organisé des vols dans tous les secteurs économiques [...] si nous ne lui montrons pas dimanche que sa place est hors du pouvoir et en prison, il n'y aura peut-être pas de prochaine chance !". 

sala-bulgaria

Et c'est ainsi que les Bulgares ont voté pour un changement inattendu. C'est ainsi qu'est né le nouveau parti " Nous continuons le changement " (WCC), formé par les anciens ministres du cabinet intérimaire Kiril Petkov et Assen Vassilev, a remporté la part du lion des votes de dimanche. 

Le COE a reçu 25,5 % du soutien populaire, devant la coalition électorale GERB-Union des forces démocratiques de l'ancien Premier ministre Boyko Borisov, qui a obtenu 22,8 %. La troisième force était le Mouvement pour les droits et les libertés, un parti à majorité turque, avec 13,2 %. Le parti socialiste bulgare a dû se contenter de la quatrième place avec 10,3 %, devant le parti ITN avec 9,6 %. La coalition de centre-droit "Bulgarie démocratique" est arrivée en sixième position avec 6,2 %. 

.bulgaria-elecciones-cartel

Ce nouveau parti, dirigé par Kiril Petkov, doit maintenant s'asseoir pour négocier s'il veut former un gouvernement. Ses alliés potentiels sont les socialistes et la Bulgarie démocratique. Cependant, ces derniers ont déjà prévenu qu'ils ne concluront pas de pacte avec le Parti socialiste bulgare. "Gauche, centre ou droite, cela n'a pas d'importance", a expliqué Petkov à la fermeture des bureaux de vote dimanche. "Si nous pouvons mettre fin [à la corruption] et redistribuer l'argent pour le bien-être des contribuables, alors nous devrions être en mesure de trouver un accord avec les différents partis", a-t-il déclaré. 

Mais les élections ne sont pas terminées pour les citoyens de Bulgarie. Les élections présidentielles n'ont pas été finalisées non plus et devront être répétées le 21 novembre, car le président actuel, Rumen Radev, n'a pas obtenu une majorité suffisante pour rester en fonction. Radev, candidat indépendant soutenu par le BSP, affrontera dans une semaine Anastas Gerdzhikov, soutenu par le GERB.