Twitter suspend 70 000 profils de supporters de Trump pour avoir diffusé des théories de conspiration  

Les géants de la technologie qui ont pris cette décision justifient leur décision en affirmant que les comptes partagent un "contenu préjudiciable" 
Logotipos de los sitios web de redes sociales Instagram, Twitter y Facebook. 

AFP/DENIS CHARLET   -   Logos pour les sites de réseaux sociaux Instagram, Twitter et Facebook 

Twitter a annoncé l'annulation définitive de plus de 70 000 profils de sa plateforme. Cette décision répond à la propagation des théories de conspiration et des contenus liés à l'extrême droite, selon le réseau social lui-même. Le retrait intervient quelques jours après l'assaut du Capitole par des milliers de partisans de Donald Trump. 

Twitter a justifié la décision par une déclaration mettant en garde : "Ces comptes étaient destinés à partager à grande échelle des contenus nuisibles associés à QAnon", ainsi qu'à "propager ses théories de conspiration". Les administrateurs ajoutent également qu'un grand nombre de comptes étaient "gérés par plusieurs personnes qui administraient d'autres comptes en même temps". 

Trump a incité ses partisans à se soulever lors d'un rassemblement à Washington au moment même où Joe Biden devait être confirmé comme prochain président par la Chambre des représentants. La plupart de ces incitations ayant été faites par le biais de Twitter, le réseau social a décidé de suspendre définitivement le compte officiel de M. Trump.   

"Après un examen détaillé des récents tweets du compte @realDonaldTrump et du contexte qui les entoure, nous avons suspendu définitivement le compte en raison du risque de nouvelles incitations à la violence", a annoncé la société elle-même dans un tweet. Avec plus de 88 millions d'adeptes, le président immobile a ainsi perdu son principal canal de communication.   

Mark Zuckerberg, PDG de Facebook, a soutenu l'action sur Twitter quelques heures plus tard. Zuckerberg a publié une déclaration annonçant le blocage des profils de Trump sur Facebook et Instagram. Le blocus restera en vigueur "jusqu'à ce que la transition pacifique du pouvoir soit achevée", a déclaré le fondateur du réseau social.  

Ce n'est pas la première fois que Twitter cible les messages de Trump. Pendant la campagne électorale, le réseau social a qualifié de "trompeurs" ou directement "faux" ses tweets l'accusant de fraude électorale. Au-delà des allégations de fraude sans preuve, la présidence Trump a été marquée par son activité via Twitter.  

A travers cette plateforme, il a lancé des messages non seulement contre les institutions, mais aussi contre sa mise en accusation, COVID-19, l'Iran et le mouvement Black Lives Matter, entre autres. Le président encore en exercice a même commis plusieurs licenciements de membres de son administration via Twitter.  

Mécontents des politiques de modération, ainsi que du "manque de liberté d'expression" de Twitter, des milliers d'adeptes et de sympathisants du président ont entrepris le transfert vers Parler. Le réseau social, avec des mesures un peu plus laxistes, a été l'alternative choisie par les utilisateurs précédemment expulsés de plateformes telles que Facebook ou Twitter qui recherchent un espace non censuré.   

Défini comme "le réseau social d'extrême droite", Parler a multiplié par huit le nombre de ses utilisateurs par rapport au mois de juillet, après les élections américaines. Cependant, Apple et Amazon ont retiré l'application de leur plateforme de téléchargement, une décision précédemment soutenue par Google. Le moteur de recherche a retiré l'application de sa boutique pour incitation "à la haine et à la violence".   

Parler doit maintenant trouver un autre service d'hébergement, sinon il cessera de fonctionner. Cependant, il existe déjà plusieurs plateformes qui agissent comme substituts. Telegram, le concurrent direct de WhatsApp - propriété de Facebook- a augmenté le flux d'utilisateurs. Tout comme Gab, une autre plateforme caractérisée par le fait de donner la parole aux utilisateurs d'extrême droite.   

Twitter a annoncé l'annulation définitive de plus de 70 000 profils de sa plateforme.

Vers un nouveau paradigme technologique  

Un grand nombre d'utilisateurs du réseau ont soutenu la décision, mais d'autres voix autorisées ont été sceptiques quant à ce qu'elles appellent "un acte de censure". La chancelière allemande Angela Merkel a déclaré que "la liberté d'expression peut être limitée, mais par la loi et le cadre juridique défini par un législateur, et non par une décision d'entreprise".   

Elon Musk, le PDG de Tesla et SpaceX, récemment nommé la plus grande fortune du monde, a averti que beaucoup "seront mécontents que les grands techno-biz de la côte ouest soient l'arbitre de la liberté d'expression.   

L'ancien consultant de Google et l'un des protagonistes du film "The Social Dilemma" (2020), Joe Toscano, a précisé que la performance des entreprises équivaut à "admettre leur responsabilité pour le contenu", et que "c'est maintenant qu'il faut parler de la section 230" de la loi sur la décence en matière de communication.  

Cette mesure, adoptée en 1996 par l'administration Clinton et notée par Trump en mai, précise qu'un "service informatique interactif" ne peut être traité comme l'éditeur ou le diffuseur de contenu tiers, une clause qui protège les sites web contre les poursuites judiciaires si un utilisateur publie quelque chose d'illégal, bien qu'il existe des exceptions pour les violations du droit d'auteur, le matériel lié au travail sexuel et les violations du droit pénal fédéral.   

D'autres experts dans le domaine, comme Tristan Harris, un ancien spécialiste de l'éthique du design de Google qui a également joué dans le film, ont justifié et soutenu la décision en fournissant de nombreuses preuves par le biais de son site web. Harris affirme que "les fausses nouvelles se répandent six fois plus vite que les vraies, l'exposition à une vidéo sur la théorie de la conspiration réduit les attitudes pro-sociales des gens - comme leur volonté d'aider les autres - et que chaque mot d'indignation morale ajouté à un tweet augmente le taux de retweet de 17 %".   

Trump, a souligné  

Selon Axios, Trump a faussement accusé des membres du mouvement anti-fa d'être derrière l'attaque du Capitole la semaine dernière lors d'une conversation privée avec le leader de la minorité à la Chambre des représentants.   

La Chambre des représentants accélère déjà ses projets de démettre le président de ses fonctions. Le vice-président Pence subit la pression des démocrates pour activer le 25e amendement, un processus complexe qui rendrait Trump inapte à exercer la fonction de président.  

En outre, le procureur général de Washington D.C., Karl Racine, a annoncé qu'il envisageait de porter plainte contre le président sortant pour incitation à la violence. Dans le même temps, le FBI met en garde contre d'éventuelles manifestations armées dans la capitale et ailleurs dans le pays à la suite de l'inauguration de Biden le 20 janvier.