PUBLICIDAD

Iberdrola

Un accord sur les îles de Tiran et Sanafir pourrait dynamiser les relations entre Israël et l'Arabie saoudite

Les États-Unis espèrent que les négociations sur les îles de la mer Rouge permettront d'instaurer la confiance entre les deux pays
AFP/GIL COHEN-MAGEN

AFP/GIL COHEN-MAGEN  -   Le Premier ministre israélien Naftali Bennett

Ces derniers mois, les États-Unis ont axé leur politique étrangère sur la guerre en Ukraine. En renforçant les liens avec les alliés de l'OTAN et en fournissant une grande quantité d'aide militaire et humanitaire à Kiev, Washington s'est concentré sur l'Europe et l'offensive russe. D'autre part, l'Asie-Pacifique est une région de grand intérêt pour les États-Unis en raison de l'expansion de la Chine, principal rival de Washington. C'est pourquoi le président Joe Biden a effectué un voyage dans la région dans le but de protéger les alliances et de contrer l'influence de Pékin.

Cependant, malgré tous les fronts ouverts de la politique internationale américaine, Biden n'a pas oublié ses intérêts au Moyen-Orient, une région où son prédécesseur, Donald Trump, a concentré ses efforts sur la conclusion d'accords de paix entre Israël - avec qui il a renforcé la coopération - et les pays arabes de la région.

AP/CAROLYN KASTER  -   El presidente electo de Estados Unidos, Joe Biden
AP/CAROLYN KASTER - Le président américain Joe Biden

Sous le mandat du républicain, l'État hébreu a établi des relations officielles avec les Émirats arabes unis et Bahreïn, et les a reprises avec le Maroc. Depuis lors, Washington a également plaidé en faveur d'une normalisation entre l'Arabie saoudite et Israël, une étape historique qui, selon les récents développements dans la région, pourrait être plus proche.

Selon des diplomates israéliens et américains révélés à l'agence de presse hébraïque Walla et au portail Axios, les États-Unis servent de médiateur entre l'Arabie saoudite, l'Égypte et Israël pour céder officiellement les îles de Tiran et Sanafir à Riyad. Les négociations sur les îles stratégiques de la mer Rouge pourraient ouvrir la voie à l'établissement définitif de liens formels entre Jérusalem et Riyad, ce qui constituerait une réussite majeure pour le gouvernement de Naftali Bennett, ainsi que pour la politique étrangère de Washington, qui estime que le règlement du statut de Tiran et de Sanafir pourrait permettre de réaliser des progrès significatifs dans les relations entre les deux pays, en plus de renforcer la confiance entre eux.

Tout d'abord, il est nécessaire de préciser pourquoi ces deux îles liées à l'Égypte, à Israël et à l'Arabie saoudite pourraient accélérer le processus de normalisation entre Jérusalem et le Royaume.

En 1950, Riyad a cédé le contrôle des deux îles au Caire, bien qu'en 1967, Israël s'en soit emparé avec d'autres territoires tels que le Sinaï à la suite de la guerre des Six-Jours. Par la suite, dans le cadre des accords de paix israélo-égyptiens de 1979, ces îles ont joué un rôle important. Les traités portent également sur le libre passage des navires israéliens par le canal de Suez et sur la reconnaissance du golfe d'Aqaba et du détroit de Tiran comme voies navigables internationales.

Le blocus de ce passage par l'Égypte avant le conflit a été l'une des causes de la confrontation armée entre Israël et les pays arabes voisins. Le détroit de Tiran était le seul accès d'Israël au marché asiatique par la ville portuaire d'Eliat, empêchant l'arrivée du pétrole d'Iran, son principal fournisseur à l'époque.

israel egipto
PHOTO/FILE - Naftali Bennett avec son homologue égyptien Abdel Fattah Al-Sisi
La présence d'une force d'observation internationale constitue le principal désaccord entre Israël et l'Arabie saoudite

Les îles de Tiran et de Sanafir sont démilitarisées. Israël, en raison de leur importance géostratégique, a imposé des conditions à leur statut, comme le maintien d'une force d'observation internationale dirigée par les États-Unis. Pour cette raison, Jérusalem joue un rôle clé dans la concession des îles à l'Arabie saoudite.

En 2017, le président égyptien Abdel Fattah Al-Sisi a ratifié un accord visant à remettre les îles à l'Arabie saoudite, malgré les protestations et les critiques de l'opposition politique. Le Caire a fait valoir que Tiran et Sanafir ont toujours appartenu à Riyad, mais qu'elles étaient placées sous la tutelle de l'Égypte à la demande du fondateur du royaume, Abdelaziz al-Saud, car elle ne disposait pas de flotte navale pour les protéger.

Selon Walla, Israël a accepté la décision de l'Égypte, bien que la cession des îles à Riyad ne soit pas encore achevée, car un accord sur la force d'observation internationale est encore nécessaire pour garantir la liberté de navigation, un impératif pour Jérusalem.

AP/VASILY FEDOSENKO  -   El presidente egipcio Abdel Fattah Al-Sisi
AP/VASILY FEDOSENKO - En 2017, le président égyptien Abdel Fattah Al-Sisi a ratifié un accord visant à remettre les îles à l'Arabie saoudite.

Cependant, les autorités du Royaume ont exigé la fin de cette délégation internationale sur les îles, bien qu'elles se soient engagées à les garder démilitarisées et à maintenir la liberté de navigation. Les autorités israéliennes, quant à elles, pourraient envisager ce point tant que les conditions de sécurité "restent aussi fortes, voire s'améliorent", note l'agence de presse israélienne.

Israël a également demandé à l'Arabie saoudite de l'autoriser à utiliser son espace aérien pour raccourcir les vols vers des points du continent asiatique tels que l'Inde, la Thaïlande et la Chine, selon Axios. Riyad a promis de lever les interdictions imposées aux compagnies aériennes israéliennes après les accords d'Abraham, mais il ne l'a fait que pour les vols à destination des Émirats arabes unis et de Bahreïn.

Les autorités hébraïques ont également demandé des vols directs entre les deux pays pour ceux qui souhaitent effectuer le pèlerinage à la Mecque et à Médine, car les Israéliens musulmans qui souhaitent entreprendre ce voyage doivent prendre l'avion depuis la Jordanie. 

 Salman bin Abdulaziz al-Saud
PHOTO/FILE - Le roi saoudien Salman bin Abdulaziz al-Saud.
La question palestinienne, un enjeu clé pour Riyad

L'Arabie saoudite a soutenu les accords d'Abraham, même si les responsables du royaume ont souligné qu'ils n'y adhéreraient pas tant que le processus de paix israélo-palestinien n'aurait pas progressé de manière significative.

Riyad a réitéré sa position sur Israël lors du Forum économique mondial de Davos. À Genève, le ministre des Affaires étrangères, le prince Faisal bin Farhan, a déclaré que "rien n'a changé dans la façon dont le Royaume considère la question", selon Arab News. Le chef de la diplomatie saoudienne a admis qu'"il y aura une normalisation complète avec Israël", ce qui "apportera d'immenses avantages". Cependant, Bin Farhan a souligné qu'"ils ne seront pas en mesure de récolter ces bénéfices si la question palestinienne n'est pas traitée".

Ministerio de Asuntos Exteriores de Rusia via REUTERS  -   El ministro de Asuntos Exteriores de Arabia Saudí, el príncipe Faisal bin Farhan Al Saud
Ministère russe des Affaires étrangères via REUTERS - Le ministre des Affaires étrangères de l'Arabie saoudite, le prince Faisal bin Farhan Al Saud

Le ministre saoudien a fait cette remarque lors d'une interview avec CNN, un mois après les accords de normalisation entre Israël et certains pays arabes. Le prince a noté que ce processus était "extrêmement utile" et qu'il apporterait "d'énormes bénéfices" à la région, mais qu'il ne pouvait se faire sans aborder "la question palestinienne". Malgré cela, les relations entre Riyad et Jérusalem ont connu quelques évolutions, comme une rencontre secrète entre Mohammed bin Salman et l'ancien Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu en 2020.

AFP PHOTO / SAUDI ROYAL PALACE / BANDAR AL-JALOUD  -   Benjamin Netanyahu y Mohamed Bin Salman en una foto compuesta
AFP PHOTO / SAUDI ROYAL PALACE / BANDAR AL-JALOUD - Benjamin Netanyahu et Mohamed Bin Salman 
Washington espère parvenir à un accord avant la visite de Biden au Moyen-Orient

Comme l'ont indiqué des sources diplomatiques américaines à Walla, l'administration Biden n'est pas encore parvenue à un accord avec les trois pays concernés, et les discussions sont toujours en cours. Des diplomates ont également indiqué que Washington espère parvenir à un accord avant la visite de Biden au Moyen-Orient à la fin du mois de juin. Pendant son séjour dans la région, Biden devrait rencontrer pour la première fois en tant que président le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman.

joe biden mohamed bin salman
PHOTO/FILE - Joe Biden doit rencontrer le prince héritier saoudien lors de son voyage au Moyen-Orient.

Pour l'heure, bin Salman a accueilli une délégation de membres du Congrès américain à Riyad en début de semaine. Au cours de la réunion, le prince héritier a discuté des relations bilatérales et d'un certain nombre de questions d'intérêt commun, rapporte Arab News.

Coordinateur pour les Amériques : José Antonio Sierra