Un candidat à la présidence de l'opposition quitte le Nicaragua sur fond de harcèlement et de persécution

La vague d'arrestations de dirigeants politiques de l'opposition se poursuit à moins de quatre mois des élections auxquelles le président Daniel Ortega cherchera à se faire réélire
Le président nicaraguayen Daniel Ortega et la vice-présidente Rosario Murillo lors d'une marche intitulée "Nous marchons pour la paix et la vie". Justice" à Managua, au Nicaragua, le 29 août 2018.

REUTERS/OSWALDO RIVAS  -   Le président nicaraguayen Daniel Ortega et la vice-présidente Rosario Murillo lors d'une marche intitulée "Nous marchons pour la paix et la vie". Justice" à Managua, au Nicaragua, le 29 août 2018

María Asunción Moreno, candidate de l'opposition à la présidence du Nicaragua, a annoncé dimanche qu'elle avait décidé de quitter le pays "face au harcèlement, à la persécution et à la menace de mon emprisonnement par la dictature d'Ortega Murillo".

Mme Moreno, professeur de droit et avocate constitutionnelle, a rendu sa décision publique après que le Ministère Public a demandé à l'autorité judiciaire d'ordonner son "renvoi forcé" pour ne pas s'être présentée aux rendez-vous fixés par le Bureau du Procureur, dans un contexte de vague d'arrestations de dirigeants politiques de l'opposition à moins de quatre mois des élections auxquelles le président du pays, Daniel Ortega, cherchera à se faire réélire.

"Face au harcèlement, aux persécutions et à la menace de mon emprisonnement par la dictature d'Ortega Murillo, j'ai décidé de quitter le pays. Je crois qu'à partir du dur exil, je pourrai contribuer davantage qu'à partir de l'isolement et de la détention au secret auxquels sont soumis nos prisonniers politiques", a-t-il déclaré dans un message sur Twitter.

Dans le cadre du processus électoral, les autorités nicaraguayennes ont arrêté les candidats de l'opposition à la présidence Cristiana Chamorro, Arturo Cruz, Félix Maradiaga, Juan Sebastián Chamorro, Miguel Mora, Medardo Mairena et Noel Vidaurre, qui font l'objet d'une enquête pour trahison présumée.

Perfiles de las figuras de la oposición detenidas en Nicaragua, hasta el 23 de junio. AFP/AFP
AFP/AFP - Profils des personnalités de l'opposition détenues au Nicaragua, au 23 juin.
Elle dénonce un raid violent sur son domicile

Dans un autre message, l'opposant de 50 ans a déclaré qu'"il est de plus en plus clair que les jours de cette dictature sont comptés, bientôt nous aurons un Nicaragua en liberté".

Elle a également blâmé le président Ortega et son épouse, la vice-présidente Rosario Murillo, "s'il arrive quelque chose à moi ou à ma famille".

À cet égard, elle a dénoncé le fait qu'entre minuit le samedi et les premières heures du dimanche matin, une trentaine de policiers ont violemment fait irruption dans la maison où il vivait et ont frappé les personnes qui s'y trouvaient.

"Ils ont détruit la clôture électrique, les portes, les meubles (alors qu'on leur avait dit que les portes seraient ouvertes pour qu'ils puissent entrer), ils ont battu les gens qui étaient là, les ont maltraités, menacés, alors qu'ils n'avaient rien à voir avec moi", a-t-il écrit dans un autre message.

Selon Mme. Moreno, les policiers n'étaient pas munis d'un mandat de perquisition et ont obligé les personnes présentes à signer un document "dont ils ignorent le contenu".

"Ils ont également volé mon véhicule, avec son immatriculation et mon permis de conduire, qui était en sécurité", a-t-il ajouté.

El presidente Ortega busca un cuarto mandato consecutivo en noviembre de 2021, y está tirando de todas las palancas a su disposición para asegurar que su Frente Sandinista de Liberación Nacional retenga el poder
AP/CRISTOBAL VENEGAS - Le président Ortega cherche à obtenir un quatrième mandat consécutif en novembre 2021 et actionne tous les leviers à sa disposition pour assurer le maintien au pouvoir de son Front sandiniste de libération nationale.
Le bureau du procureur général demande une "conduction forcée"

Avant sa plainte, le Ministère Public a indiqué qu'il avait demandé une "conduction forcée" contre le candidat à la présidence et le leader de l'opposition Daysi George West, en raison du fait qu'ils "ont été convoqués à plus d'une occasion" et "n'ont pas répondu aux convocations ou justifié leur non comparution".

L'Alliance Civique pour la Justice et la Démocratie, un parti d'opposition, a proposé M. Moreno comme pré-candidat à la présidence de l'Alliance des Citoyens pour la Liberté, qui, pour sa part, a déclaré ne pas être au courant de cette proposition.

La cascade d'arrestations de plusieurs dirigeants politiques de l'opposition au Nicaragua a poussé des centaines de dissidents et de professionnels à quitter le pays ou à y rester.

Les arrestations et l'exode des dirigeants de l'opposition interviennent à l'approche des élections générales du 7 novembre, au cours desquelles Ortega, ancien guérillero sandiniste revenu au pouvoir en 2007 et qui gouverne aux côtés de Murillo depuis 2017, cherchera à se faire réélire pour cinq années supplémentaires.

Le président, qui va avoir 76 ans et qui a dirigé une junte gouvernementale de 1979 à 1984 et présidé pour la première fois le pays de 1985 à 1990, a accusé les dirigeants de l'opposition de tenter de le renverser avec le soutien des États-Unis et les a qualifiés de "criminels".