PUBLICIDAD

Iberdrola

Un conseiller de Biden se rend au Moyen-Orient pour discuter de la Libye, de Gaza et du Yémen

Jake Sullivan a rencontré le président égyptien Abdel Fattah El Sisi et le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman
atalayar_biden

REUTERS/TOM BRENNER  -   Le président américain Joe Biden

Un mois après le retrait américain d'Afghanistan, Washington retourne au Moyen-Orient pour réaffirmer son rôle de médiateur et d'observateur dans les conflits de la région. Jake Sullivan, conseiller à la sécurité nationale du président Joe Biden, s'est rendu dans la région avec Brett McGurk, coordinateur de la Maison Blanche pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord. Les deux hommes se sont rendus en Arabie saoudite, aux Émirats arabes unis et en Égypte pour aborder des questions essentielles telles que le paysage politique en Libye, le conflit israélo-palestinien et la guerre au Yémen. 

Élections et mercenaires, les principaux enjeux en Libye

La Libye est embourbée dans l'instabilité et le chaos depuis la chute de Mouammar Kadhafi en 2014. Suite à un cessez-le-feu conclu en 2020 entre les parties au conflit, il a été convenu d'organiser des élections qui, après avoir été reportées à plusieurs reprises, auront finalement lieu le 24 décembre. En plus de la guerre civile, plusieurs puissances étrangères sont intervenues dans le conflit, envoyant même des mercenaires pour soutenir les différents camps

atalayar_jake sullivan
REUTERS/TOM BRENNER - Jake Sullivan, conseiller à la sécurité nationale de la Maison Blanche

Lors de leur rencontre au Caire, Sullivan et El Sisi ont discuté de l'organisation des élections et du "retrait des troupes étrangères et des mercenaires". La Russie, par exemple, renforce son soutien à Khalifa Haftar par le biais de combattants du groupe Wagner. La Turquie a également envoyé des combattants qui se battent pour le gouvernement d'entente nationale (GNU).

"Ils (Sullivan et El Sisi) ont convenu d'intensifier la coordination bilatérale et avec les partenaires internationaux sur les préparatifs des prochaines élections en Libye, ainsi que sur le retrait des troupes étrangères et des mercenaires", indique le communiqué publié après la réunion. Sullivan et El Sisi ont également discuté de "l'unification des forces armées".

L'avenir de ces paramilitaires est l'un des principaux défis auxquels est confrontée la communauté internationale concernant la situation en Libye. De nombreux pays réaffirment la nécessité d'expulser ces mercenaires, alors que d'autres, comme le Soudan, mettent en garde contre le danger de renvoyer ces combattants dans leur pays. Ces groupes comprennent un grand nombre de Soudanais, de Syriens, de Turcs et de Russes.  

atalayar_guerra libia
PHOTO/REUTERS - Photo d'archive de la ville libyenne de Syrte.

"Le président a souligné l'importance que l'Égypte attache au succès de la voie politique et au retrait de toutes les troupes étrangères de Libye", indique le communiqué publié à l'issue de la réunion.

Le Caire joue un rôle clé dans le processus politique libyen. En septembre, El Sisi a rencontré Khalifa Haftar, chef de l'Armée nationale libyenne (ANL), le président du Parlement Aguila Saleh et le Premier ministre Abdul Hamid Dbeibah. Le président égyptien a souligné l'importance des prochaines élections et s'est engagé à les soutenir.

L'Égypte a également joué un rôle important après la cessation des hostilités entre Israël et le Hamas en mai. Le ministre des affaires étrangères Sameh Shoukry a rencontré l'ancien ministre israélien Gabi Ashkenazi et le chef du Hamas Ismail Haniye pour consolider les termes de la trêve. Outre le maintien du cessez-le-feu, la réunion a également abordé les efforts de reconstruction de la bande de Gaza. 

atalayar_egipto-israel
Foto de archivo - Naftali Bennett et Abdel Fattah Al-Sisi

Avant le voyage, la Maison Blanche a souligné "le rôle de l'Egypte dans la promotion de la sécurité et de la prospérité tant pour les Israéliens que pour les Palestiniens, suite à la visite du Premier ministre israélien Naftali Bennet en Egypte au début du mois".  La rencontre entre El Sisi et Bennet à Charm el-Cheikh "a jeté les bases de liens profonds pour aller de l'avant", a déclaré le Premier ministre hébreu.

Le Yémen, autre point clé de la tournée de Sullivan au Moyen-Orient 

Auparavant, Sullivan s'est rendu en Arabie saoudite, où il a rencontré le prince héritier Mohammed bin Salman. La réunion a porté principalement sur le Yémen, mais ils ont également abordé "une série de questions bilatérales, régionales et mondiales". Depuis 2014, une guerre sanglante fait rage dans ce pays de la péninsule arabique, qui a provoqué la pire crise humanitaire au monde. Le conflit viole aussi constamment les droits de l'homme des Yéménites. Riyad est un acteur majeur dans cette guerre, car il est engagé dans une confrontation dans le pays contre les rebelles Houthis, une milice chiite ayant des liens avec l'Iran

atalayar_MBS
AFP/ FAYEZ NURELDINE - Le fils du roi Salman, Mohammed bin Salman

Selon un haut diplomate américain, Sullivan et bin Salman ont discuté des efforts visant à instaurer la paix au Yémen. "Ils ont eu une conversation détaillée sur le conflit au Yémen et les deux parties ont soutenu les efforts du nouvel envoyé spécial des Nations unies au Yémen, Hans Grundberg, et ont convenu d'intensifier l'engagement diplomatique avec toutes les parties concernées", a-t-il déclaré. Tom Lenderking, envoyé spécial des États-Unis au Yémen, était également présent lors de la discussion.

Sullivan a profité de la rencontre avec le prince saoudien pour remercier "l'hospitalité de l'Arabie saoudite qui a permis à des milliers d'Afghans en danger de transiter par le territoire saoudien". Le rapprochement entre Riyad et Téhéran et le bilan de l'Arabie saoudite en matière de droits de l'homme ont également été évoqués lors de la réunion. À cet égard, Sullivan a souligné "les valeurs de la politique étrangère américaine sous la direction du président Biden et l'importance des droits de l'homme dans les relations des États-Unis avec leurs partenaires et alliés". 

GUERRA-YEMEN
PHOTO/AP - Sur cette photo d'archives du 13 avril 2017, des Yéménites présentent des documents pour recevoir des rations alimentaires fournies par une organisation caritative locale, à Sanaa, au Yémen.

Sullivan a également rencontré le cheikh Mohammed bin Zayed, prince héritier d'Abu Dhabi.

Les trois États visités par Sullivan et McGurk sont des alliés importants des États-Unis dans la région. Toutefois, les relations entre Washington et Le Caire ne sont pas au beau fixe actuellement, après que l'administration Biden a décidé de suspendre une aide militaire de 130 millions de dollars à l'Égypte en raison de problèmes liés aux droits de l'homme.

Depuis l'arrivée de Biden à la Maison Blanche, les liens avec l'Arabie Saoudite ont également souffert. Récemment, Riyad a signé un accord militaire avec Moscou, après que Biden ait décidé de déclassifier les documents relatifs à l'enquête sur le 11 septembre 2001, à la suite de multiples demandes de membres de la famille pointant directement vers Riyad.

atalayar_arabia saudi
PHOTO/ Agence de presse saoudienne via AP - Le roi d'Arabie saoudite préside la vidéoconférence des dirigeants du G20 et d'autres organismes depuis son bureau à Riyad.

De même, en février dernier, le gouvernement de Biden a publié un rapport sur l'enquête relative au meurtre du journaliste Jamal Khashoggi, dans lequel il désigne le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman comme le principal responsable de la mort du chroniqueur du Washington Post. Le leader démocrate a également décidé de retirer les Houthis, qui sont à couteaux tirés avec la coalition dirigée par Riyad au Yémen, de la liste des groupes terroristes.

Les États-Unis n'ont pas l'intention de "normaliser ou d'améliorer" les relations avec la Syrie

En marge de la tournée américaine au Moyen-Orient, un porte-parole du département d'État à Washington a déclaré que le gouvernement américain n'avait aucune intention d'établir des liens formels avec Damas. La guerre en Syrie, comme la guerre au Yémen et le conflit israélo-palestinien, est un autre enjeu majeur dans la région.

atalayar_guerra siria
AP/GHAITH AL-SAYED - Des scènes comme celle-ci sont devenues monnaie courante au cours des dix dernières années en Syrie.

"Les États-Unis ne normaliseront pas ou n'amélioreront pas les relations diplomatiques avec le régime d'Assad, et nous n'encouragerons pas les autres à le faire, en raison des atrocités infligées par le régime d'Assad au peuple syrien", a déclaré le porte-parole à Reuters après qu'un journaliste ait demandé si Washington soutenait le rapprochement entre la Jordanie et la Syrie après la réouverture par Amman de son principal poste frontière avec la Syrie.

Washington a suspendu ses relations avec la Syrie en 2012 et a depuis imposé des sanctions contre ce pays déchiré par la guerre qui a débuté en 2011.