PUBLICIDAD

Iberdrola

Un convoi militaire russe de 60 kilomètres se dirige vers Kiev

La Cour pénale internationale va mener une enquête sur les crimes de guerre en Ukraine
convoy-militares

Imagen de satélite ©2022 Maxar Technologies vía AP  -   Cette image satellite fournie par Maxar Technologies montre un convoi militaire au nord-ouest d'Invankiv, en Ukraine, lundi 28 février 2022

"Ce sont des crimes de guerre. Ils ont attaqué des quartiers civils, ils ont anéanti des gens". C'est ce qu'a déclaré le président de l'Ukraine, Volodomir Zelensky, après que la Russie a bombardé des bâtiments militaires et civils à Kharkov. La résistance ukrainienne n'a pas suffi à empêcher la Russie de lancer un bombardement massif contre Kharkov, deuxième ville d'Ukraine et où le russe est la langue maternelle de la population, faisant des dizaines de morts, dont des civils.

Les négociations entre l'Ukraine et la Russie au Belarus n'ont pas servi à grand-chose. Alors que les représentants des deux pays se sont rencontrés pour tenter de trouver une solution pacifique au conflit, à 900 kilomètres de là, les forces aériennes russes ont procédé à un bombardement massif qui a rendu impossible la recherche d'un consensus.

convoy-militares-rusos-kiev
Imagen de satélite ©2022 Maxar Technologies/Handout via REUTERS -  Une image satellite montre l'extrémité sud d'un convoi de camions d'artillerie blindés, à l'est de l'aéroport d'Antonov, en Ukraine, le 28 février 2022.

Suite à cette barbarie, le procureur en chef de la Cour pénale internationale, Karim Khan, a annoncé qu'il allait demander une enquête sur les crimes de guerre et les crimes contre l'humanité "commis par l'une quelconque des parties sur l'ensemble du territoire de l'Ukraine". 

Si elle est approuvée, cette enquête portera sur les crimes commis dans la péninsule de Crimée et dans les républiques autoproclamées de Donetsk et de Louhansk, ainsi que sur tout ce qui a un rapport avec "l'expansion du conflit ces derniers jours" en Ukraine. Parallèlement, il a indiqué que l'intention était d'enquêter sur "tout nouveau crime relevant de la compétence de mon bureau et commis par l'une des parties au conflit sur le territoire ukrainien".

corte-penal-internacional
AP/PETER DEJONG - Cour pénale internationale à La Haye. Le procureur de la CPI a fait savoir aux combattants et à leurs commandants qu'il surveille l'invasion de l'Ukraine par la Russie et qu'il est compétent pour poursuivre les crimes de guerre et les crimes contre l'humanité. Dans le même temps, cependant, le Procureur Karim Khan reconnaît qu'il ne peut pas enquêter sur le crime d'agression.

Pendant ce temps, un convoi militaire russe de plus de 60 kilomètres de long se dirige vers Kiev, une menace claire pour la capitale ukrainienne qui pourrait accroître les hostilités sur la ville. Ce soir, Kiev et Khartov étaient à nouveau submergés par le son des sirènes anti-aériennes et dans la ville de Kherson, au sud, les Russes ont ouvert un nouveau front.

Selon le Service d'État pour la protection des communications et de l'information sur son compte Telegram, "l'assaut sur Kherson a commencé. Selon des témoins, l'ennemi progresse de l'aéroport vers l'autoroute de Nikolaev et le périphérique près de l'usine de réfrigération". La ville, située sur les rives de la mer Noire, compte 300 000 habitants et constitue une autre enclave stratégique de l'offensive russe.

ucrania-rusia-militares
AP/ANDREW MARIENKO - Des soldats ukrainiens manipulent des équipements dans la banlieue de Kharkiv, en Ukraine.

Cependant, malgré les offensives agressives de la Russie, les Russes ont peu progressé au cours des dernières 24 heures dans leur siège de Kiev, selon le Royaume-Uni. De son côté, le ministère britannique de la défense a souligné que la Russie n'a pas réussi à contrôler l'espace aérien ukrainien, ce qui explique qu'elle ait modifié ses opérations militaires nocturnes. 

Malgré les difficultés que présente la Russie pour s'emparer de l'Ukraine, ce qui est surprenant compte tenu de la supériorité militaire des forces armées russes, le ministère ukrainien de la santé fait état de 352 morts civils depuis le début de l'invasion russe, dont 14 enfants, et de près de 2 000 blessés. 

zelensky-presidente-ucrania
AFP PHOTO / BUREAU DE PRESSE DE LA PRESIDENCE D'UKRAINE - Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a exhorté le 28 février l'Union européenne à accorder à son pays une adhésion immédiate, alors que l'assaut de la Russie contre ce pays pro-occidental est entré dans son cinquième jour.

La population ukrainienne tente toujours de fuir. Des milliers de personnes se réfugient dans des bunkers, des gares souterraines ou fuient par-delà les frontières pour se mettre à l'abri des bombes russes. Les hôpitaux ont déménagé sous terre et les supermarchés commencent à souffrir des ravages de l'invasion, car ils commencent à manquer de produits.

Les Ukrainiens désespérés font la queue aux caisses automatiques pour retirer de l'argent, car ils ne peuvent pas acheter de biens avec des cartes de crédit. De même, beaucoup décident de rester en arrière pour tenir tête aux Russes, encouragés par les discours de résistance de Zelensky. 

putin-luka
AFP/SERGEI GUNEYEV - Le président russe Vladimir Poutine (à droite) serre la main de son homologue biélorusse Alexandre Loukachenko (à gauche) lors d'une conférence de presse après leurs entretiens au Kremlin à Moscou, le 18 février 2022.

L'Ukraine commence également à compter sur le soutien de l'Union européenne après avoir approuvé l'envoi d'un arsenal militaire, une mesure qui n'avait jamais été prise auparavant au sein de l'Union. Tout ceci intervient au moment où Zelensky demande à l'UE une "adhésion immédiate", un processus qui ne se caractérise pas par sa rapidité. Les dirigeants européens font part de leur soutien à Zelensky, mais cela ne se traduit pas par un soutien implicite à l'adhésion de l'Ukraine à l'UE.

D'autre part, face aux menaces de la Russie à l'encontre de la Suède et de la Finlande concernant leurs demandes d'adhésion à l'OTAN, ces deux pays continuent de réaffirmer leur droit d'adhérer au traité atlantique. La ministre suédoise Magdalena Andersson a déclaré qu'elle voulait "être très claire : c'est la Suède qui choisit sa propre ligne de sécurité, indépendante". 

bombardeo-ucrania
AP/EMILIO MORENATTI - Un homme passe devant un bâtiment endommagé après une attaque à la roquette, à Kiev, Ukraine, vendredi 25 février 2022.

Tout cela intervient dans un contexte de menaces nucléaires répétées de la part du président russe Vladimir Poutine. Celles-ci sont d'ailleurs soutenues par le Belarus, son allié, qui a déjà décidé de retirer sa neutralité nucléaire. Le Belarus a autorisé le passage de soldats et d'équipements militaires russes et c'est également le pays où se déroulent les négociations de paix.

Face au retrait de sa neutralité nucléaire, le haut représentant de l'UE pour les affaires étrangères, Josep Borrell, a exprimé son malaise et a souligné que "la suppression de la référence au statut non nucléaire du Belarus dans l'article 18 est un autre élément inquiétant" et a fermement condamné "l'implication du Belarus dans l'agression actuelle contre l'Ukraine dans les termes les plus forts possibles".