Un dirigeant de la mafia turque affirme que les membres de l'AKP se sont secrètement armés après le coup d'État manqué

L'accusation de Sedat Peker a suscité des craintes au sein de la population à l'égard d'Erdogan, qui continue de perdre en popularité
Une photo prise le 26 mai 2021 à Istanbul montre Sedat Peker en train de parler sur sa chaîne YouTube avec un téléphone portable.

AFP/OZAN KOSE  -   Une photo prise le 26 mai 2021 à Istanbul montre Sedat Peker en train de parler sur sa chaîne YouTube avec un téléphone portable

Il y a près de deux mois, le gouvernement de Recep Tayyip Erdogan a émis un mandat d'arrêt à l'encontre du chef de la mafia turque Sedat Peker, à la suite d'une demande du parquet d'Ankara. À l'époque, Peker avait publié de nouvelles vidéos impliquant des députés de l'AKP (Parti de la Justice et du Développement), le parti du président, dans son réseau criminel. Aujourd'hui, il revient à l'attaque, affirmant que ce même parti s'est secrètement armé à la suite du coup d'État manqué de juillet 2016, lançant un nouveau poignard au gouvernement turc de plus en plus faible.

Ces nouvelles accusations jettent une fois de plus le doute sur Erdogan et suscitent un sentiment croissant de méfiance de la population turque à l'égard de son propre gouvernement, qui perd depuis des mois sa popularité auprès du public. Les doutes sur la volonté du président d'aller jusqu'où il est prêt à aller pour conserver le pouvoir grandissent au sein de la population turque et menacent la sécurité du pays, qui n'a jamais connu une grande stabilité, en raison notamment de la gestion désastreuse de la politique étrangère par Erdogan.

Sedat Peker bénéficiait d'un traitement favorable de la part de certains membres de l'AKP, mais il a apparemment été évincé à la suite de luttes de pouvoir internes au sein du gouvernement. Sa lutte contre le parti d'Erdogan après sa mise à l'écart est féroce et il accuse le ministre de l'intérieur Suleyman Soylu de "coordonner" la distribution d'armes non enregistrées dans l'État. Le truand a décrit avec force détails comment il aurait transporté une caisse de fusils AK-47 depuis Esenyurt, un quartier périphérique d'Istanbul, jusqu'au quartier de Balat, dans le vieux cœur de la ville, en août 2016.

El presidente turco Recep Tayyip Erdogan
PHOTO/REUTERS - Le président turc Recep Tayyip Erdogan

Selon le compte Twitter du chef de la mafia turque, les armes ont été remises à Osman Tomakin, l'actuel président des branches jeunesse de l'AKP à Istanbul. Ces nouvelles allégations s'ajoutent à une augmentation du nombre d'armes dont la localisation est inconnue et à une croissance exponentielle de l'armement individuel à travers le pays. Cependant, les procureurs n'ont pas fait de commentaires, préférant ne pas enquêter sur les allégations de longue date de Peker pour le moment.

Mehmet Tum, un ancien législateur du principal parti d'opposition, le Parti républicain du peuple, s'est également exprimé sur la question, notant que le nombre d'armes perdues ou volées au ministère de l'intérieur a augmenté de façon stupéfiante à la suite de la tentative de coup d'État. Il a utilisé les rapports du ministère lui-même pour démontrer l'absence d'un grand nombre d'armes. En 2014, le nombre d'armes manquantes s'élevait à 14 000. Cependant, trois ans plus tard, ce nombre avait été multiplié par près de huit, pour atteindre plus de 107 000.

El ministro turco del Interior, Süleyman Soylu
AFP/ADEM ALTAN - Le ministre turc de l'Intérieur Süleyman Soylu

Tum lui-même a également soulevé des accusations selon lesquelles des armes appartenant à la police ou à l'armée se sont retrouvées entre les mains de civils pendant la nuit chaotique du coup d'État, lorsque des foules sont descendues dans les rues pour affronter les soldats. Des armes qui ont ensuite été utilisées pour commettre des assassinats. Certaines ont même été officiellement confirmées, après qu'un suspect de meurtre a déclaré en 2017 qu'il avait obtenu l'arme du crime -une mitrailleuse MP5- lors de la distribution d'armes devant le quartier général de la police à Ankara, alors que le coup d'État se déroulait.